Comment guérir l'ischémie cérébrale avec des médicaments

Prévention

Le début précoce des soins médicaux revêt une grande importance pour le traitement efficace de l’ischémie cérébrale aiguë. Les conséquences graves d'un accident vasculaire cérébral peuvent être prévenues si vous commencez à prendre des médicaments à temps et si vous utilisez des mesures de soutien du flux sanguin d'urgence dans les vaisseaux du cerveau. En cas d'insuffisance vasculaire chronique du cerveau, le traitement doit être long et constant afin de ne pas créer les conditions propices aux complications.

Tous les comprimés et médicaments prescrits par un médecin doivent être pris de manière exhaustive et en stricte conformité avec les dosages spécifiés par un spécialiste.

Traitements de base pour l'ischémie cérébrale

L'importance d'un traitement précoce en cas de circulation sanguine insuffisante dans les vaisseaux cérébraux est expliquée simplement: quelques minutes seulement après l'attaque ischémique, les premiers changements pathologiques dans les tissus se produisent. Au début, cela prendra environ 5 minutes pour amener le sang dans les vaisseaux adjacents, mais ensuite, il y aura rapidement un manque de sang prononcé dans une zone restreinte du cerveau. Dans l'ischémie chronique, ces perturbations rapides ne se produisent pas, mais une diminution progressive de la circulation sanguine entraîne des modifications lentes des tissus cérébraux.

Les traitements optimaux pour l'ischémie cérébrale comprennent:

  • effets sur la circulation sanguine dans le but de la vasodilatation et d'améliorer l'apport d'oxygène au cerveau;
  • protection du tissu cérébral contre les effets néfastes de l'insuffisance aiguë ou chronique du flux sanguin (effets neuroprotecteurs);
  • restauration du tissu cérébral (thérapie réparatrice).

Pour chacune de ces mesures thérapeutiques, il existe différents schémas de traitement complexe, notamment des médicaments modernes et très efficaces. Dans les situations aiguës, il est nécessaire d'utiliser des moyens d'urgence sous forme d'injectables et, en cas d'ischémie chronique, des comprimés peuvent être utilisés.

Des médicaments pour améliorer le flux sanguin

Antihypertenseurs

La condition obligatoire pour le traitement des troubles ischémiques cérébraux est la réduction et la stabilisation de la pression artérielle. Toute variante de l'hypertension aura un effet extrêmement négatif sur le débit sanguin cérébral, aggravant les manifestations ischémiques. Les antihypertenseurs doivent être pris pendant une longue période, en respectant la dose prescrite par le médecin. Vous ne pouvez pas lancer de médicaments vous-même, même en l'absence de plainte ou de maintien de la pression vasculaire au même niveau.

Vasodilatation

L'amélioration de la perméabilité des vaisseaux sanguins peut être réalisée à l'aide de vasodilatateurs. Dans certains cas, de simples antispasmodiques suffisent, mais des médicaments plus graves sont souvent utilisés. Généralement, l’effet thérapeutique sur les vaisseaux est réalisé à l’hôpital et l’administration du médicament se fait sous forme d’injections.

Prévention de la thrombose

Une partie très importante du traitement consiste à prévenir la formation de caillots sanguins. L'occlusion vasculaire peut se produire sur le fond de l'athérosclérose ou en raison d'irrégularités dans la coagulation du sang. Le traitement anti-athérosclérotique est une bonne étape du traitement prophylactique lorsque l’utilisation de médicaments prescrits par un médecin pour traiter les lésions athérosclérotiques et l’ischémie cérébrale chronique des vaisseaux empêche la thrombose. Dans l’ischémie aiguë, les thrombolytiques produiront un effet plus important.

Thrombolyse

Lorsque des caillots sanguins se forment dans les vaisseaux, le flux sanguin doit être rétabli le plus rapidement possible. Un embole ou un thrombus peuvent être enlevés à l'aide d'un traitement spécial effectué dans des conditions d'urgence et de réanimation. De manière optimale, il sera possible de dissoudre un thrombus frais si le traitement est démarré aussi rapidement que possible. Les thrombolytiques sont administrés par voie intraveineuse pour obtenir le meilleur effet sur le caillot sanguin.

L'efficacité de la restauration du flux sanguin ne dépend pas toujours des médicaments spécifiques que le médecin utilisera. L’avantage optimal réside souvent dans l’effet combiné de plusieurs médicaments qui se complètent et s’améliorent mutuellement.

Des médicaments pour protéger le cerveau

Les principaux objectifs de l’utilisation de médicaments neuroprotecteurs sont les suivants:

  • prévention des lésions cérébrales profondes dans les cas d'ischémie aiguë et prolongée;
  • traduire l'ischémie cérébrale en épisodes courts et rapides, qui sont beaucoup plus faciles à gérer avec un traitement conservateur;
  • prévenir les crises cardiaques focales dans le tissu cérébral;
  • augmenter la durée de la période pendant laquelle il est possible de fournir une assistance efficace dans l'attaque ischémique;
  • pour assurer l'effet angioprotecteur de l'individu ou de toutes les parties du cerveau.

La protection du tissu cérébral est divisée en 2 types:

  • neuroprotection primaire, lorsque le traitement médicamenteux commence le plus rapidement possible, dans les premières minutes après l'ischémie aiguë et dure au moins 3 jours;
  • Un traitement médicamenteux secondaire destiné à protéger le cerveau procure un effet neuroprotecteur avec des effets négatifs prolongés de l'ischémie et dure au moins une semaine.

Tous les médicaments neuroprotecteurs peuvent être divisés en 2 groupes:

  • nootropiques (ont un effet direct sur le cerveau);
  • nootropiquement des moyens similaires (médicaments complexes affectant indirectement les structures du cerveau).

Pour tous les médicaments ayant des effets nootropes, les effets positifs suivants sont caractéristiques:

  • fournir un effet stimulant sur la mémoire, l'attention et les capacités d'analyse;
  • amélioration des connexions entre les neurones, ce qui stimule l'activité cérébrale;
  • assurer des processus métaboliques optimaux du tissu cérébral;
  • effets biochimiques aux multiples facettes au niveau cellulaire, créant des conditions favorables à la stimulation des centres du cerveau;
  • effet positif sur les vaisseaux sanguins, ce qui contribue à améliorer le flux sanguin;
  • changements positifs dans la sphère psycho-émotionnelle.
Les médicaments neuroprotecteurs sont bien tolérés, ne provoquent pas de dépendance et peuvent être utilisés en traitement prolongé, ce qui est particulièrement utile pour le traitement et la prévention de l’ischémie cérébrale chronique.

Thérapie de réadaptation

Toute ischémie laisse des conséquences dans le cerveau. Si elles sont minimes, la guérison est rapide et les complications ne sont pas prononcées. Avec des dommages plus profonds aux structures cérébrales, des complications désagréables qui affectent négativement la qualité de la vie humaine sont possibles. Après une crise ischémique aiguë ou dans le contexte d'une ischémie cérébrale chronique, une réadaptation est nécessaire, notamment des préparations réparatrices, de la physiothérapie et un traitement de sanatorium. Un grand effet sur la restauration des fonctions motrices a la thérapie physique et le massage manuel. Le suivi médical après un AVC ischémique devrait durer longtemps. Assurez-vous de suivre progressivement les traitements préventifs avec contrôle diagnostique.

Les médicaments pharmacologiques pour le traitement de l'ischémie cérébrale beaucoup. Le choix du médecin implique toujours un effet optimal sur les vaisseaux et la structure du cerveau avec des effets secondaires minimes sur le corps d'une personne malade. La thérapie de cours peut inclure l'administration simultanée de plusieurs types de pilules et de médicaments injectables. Il est possible d'évaluer l'efficacité des mesures thérapeutiques en réduisant la gravité des symptômes ischémiques, en restaurant la mémoire, l'attention et l'activité motrice. Le médecin sera en mesure d'identifier les effets positifs du traitement à l'aide d'études de diagnostic. Les mesures de réadaptation aideront à rétablir rapidement le cerveau, ramenant la personne au rythme de vie habituel de la période post-AVC.

Caractéristiques de l'ischémie cérébrale: ses types, ses causes et son traitement

Dans cet article, qu'est-ce que l'ischémie cérébrale, dans quelles maladies on peut l'observer, qu'il est dangereux. Que peut-on faire pour la récupération?

L'ischémie cérébrale est une affection pathologique caractérisée par un apport sanguin insuffisant, qui ne garantit pas un métabolisme normal du système nerveux central. La maladie entraîne un apport insuffisant d'oxygène (hypoxie) dans les tissus cérébraux, ce qui peut provoquer la mort de ses cellules.

Dans la plupart des cas, l'ischémie cérébrale est associée à un accident vasculaire cérébral, mais elle est également observée dans d'autres maladies. C'est une condition assez dangereuse qui peut causer la mort d'une partie ou de la totalité du cerveau. Le pronostic dépend de la cause de la maladie, de sa durée et de sa gravité. Dans certains cas, avec la restauration rapide de l'approvisionnement en sang peut compléter la récupération.

Les neurologues, les neurochirurgiens et les anesthésiologistes s’occupent du problème de l’ischémie cérébrale.

Types d'ischémie cérébrale

En fonction de la distribution du manque d'approvisionnement en sang, attribuez une ischémie cérébrale focale et globale.

  1. La focale apparaît lorsque la lumière d'un vaisseau sanguin se chevauche avec un thrombus ou une embole, ce qui provoque une détérioration de l'apport sanguin à une certaine partie du cerveau et le danger de mort cellulaire dans cette zone apparaît.
  2. L'ischémie cérébrale globale - qu'est-ce que c'est? Cela se produit lors d'un arrêt ou d'une forte détérioration de l'irrigation sanguine cérébrale. Cette situation est observée lors d’un arrêt cardiaque ou d’une baisse importante de la pression artérielle.

Causes de la pathologie

Les pathologies focales et globales ont des causes d'origine différentes.

Causes de l'ischémie cérébrale focale

La cause la plus courante est l'athérosclérose - une maladie dans laquelle des plaques apparaissent dans la paroi interne des artères et consistent en graisses, cholestérol, sels de calcium et cellules. Lorsque le vaisseau recouvrant la plaque d'athérosclérose éclate, un thrombus se forme à cet endroit, bloquant la lumière de l'artère et conduisant au développement d'une ischémie focale dans le cerveau, fournie par le vaisseau affecté.

Une autre cause fréquente est l’embolie, dans laquelle les artères cérébrales chevauchent l’embole - un thrombus formé à un autre endroit et emprisonné avec du sang dans les vaisseaux cérébraux. Les artères carotides et le cœur sont les principales sources d'embolies conduisant à une ischémie cérébrale focale.

Les arythmies cardiaques (par exemple, la fibrillation auriculaire), les cardiopathies valvulaires, les inflammations de la paroi interne du cœur (endothélium), les valvules artificielles et les tumeurs du cœur peuvent être à l'origine de la formation de caillots sanguins dans le cœur. Dans les artères carotides, les thrombus sont le plus souvent formés en raison de lésions athéroscléreuses de ces vaisseaux.

Ces caillots peuvent se briser en particules et se détacher des parois du cœur ou des artères carotides, ce qui entraîne leur migration dans les vaisseaux cérébraux. Ayant atteint l'artère de petit diamètre, l'embole se coince dans sa lumière et arrête le flux de sang qui la traverse, provoquant le développement d'une ischémie focale.

Causes de l'ischémie cérébrale globale

Cette condition se développe en raison de la cessation complète ou de la détérioration marquée du flux sanguin cérébral. Cette situation peut survenir lors d’un arrêt cardiaque, d’une chute brutale de la pression artérielle. Les causes de cessation de l'activité cardiaque comprennent l'infarctus du myocarde, les maladies coronariennes, la cardiomyopathie, les malformations cardiaques congénitales et acquises et certains troubles du rythme cardiaque. Des réactions allergiques graves, une perte de sang, un choc douloureux, une insuffisance cardiovasculaire aiguë, de graves arythmies cardiaques, une septicémie (empoisonnement du sang) et d'autres maladies dangereuses peuvent entraîner une chute extrême de la pression artérielle.

Symptômes caractéristiques

Les symptômes de l'ischémie focale dépendent de la région du cerveau où la circulation sanguine est altérée.

  • Si les branches de l'artère carotide interne sont obstruées, des symptômes tels que la cécité d'un œil, une faiblesse de la jambe ou du bras, une faiblesse de la moitié du corps peuvent en résulter.
  • L'ischémie dans les régions postérieures du cerveau, alimentée par les branches de l'artère vertébrale, peut provoquer des vertiges, une vision double et une faiblesse des deux côtés du corps.
  • Les autres symptômes comprennent des problèmes d'élocution, une perte de coordination.

Les symptômes peuvent être légers ou graves. Dans les cas graves, même avec le type focal de la maladie, les patients peuvent développer des troubles de la conscience. La durée des symptômes peut varier de quelques secondes à plusieurs heures (avec une attaque ischémique transitoire) ou même plus longtemps (avec le développement d'un accident vasculaire cérébral). Avec des lésions cérébrales irréversibles, les signes d'un accident vasculaire cérébral peuvent rester pour toujours.

L'ischémie globale n'a pas de symptômes focaux. La cessation de l'apport sanguin à l'ensemble du cerveau pendant plus de 10 secondes entraîne une perte de conscience et une durée supérieure à plusieurs minutes entraîne généralement des lésions irréversibles des tissus. C’est en raison de l’irréversibilité des effets de l’ischémie cérébrale globale que l’identification des symptômes et le traitement le plus rapidement possible revêtent une si grande importance.

Diagnostics

L'ischémie est généralement diagnostiquée lors d'un examen physique et à l'aide de techniques d'imagerie cérébrale.

Même en présence de signes évidents d'ischémie focale, il est nécessaire d'effectuer un scanner du cerveau avec lequel ils tentent de déterminer:

  1. Le tableau clinique existant est-il causé par une ischémie ou une hémorragie cérébrale?
  2. Quelle partie du cerveau a souffert?
  3. Quelle est la gravité de la maladie?

Idéalement, chaque personne présentant des signes d'ischémie devrait subir un scanner cérébral dans l'heure qui suit son arrivée à l'hôpital.

Les tests précoces sont particulièrement importants pour les patients qui:

  • convient au traitement avec des médicaments qui dissolvent les caillots sanguins (thrombolytiques);
  • prenant déjà des médicaments qui réduisent la coagulation du sang;
  • avoir un trouble de la conscience.

Pour l'examen du cerveau chez les patients atteints d'ischémie, deux méthodes de balayage principales sont utilisées:

  1. La tomodensitométrie (CT) est une méthode de numérisation basée sur le traitement informatique de plusieurs images de rayons X qui vous permet de créer une image détaillée du cerveau et de détecter les zones à problèmes. Parfois, lors de cet examen, afin d’augmenter sa valeur diagnostique, un contraste spécial est injecté par voie intraveineuse au patient.

  • L'imagerie par résonance magnétique (IRM) est une méthode de balayage du cerveau qui utilise des champs magnétiques et des ondes radio puissants pour obtenir des images détaillées des tissus. Ce test est généralement utilisé chez les personnes présentant des symptômes plus complexes lorsque la taille et la position de la lésion sont inconnues. Il est également utilisé chez les personnes atteintes d'attaque ischémique transitoire. Ce type de scanner cérébral permet une évaluation plus détaillée de ses tissus et la détection de petites zones endommagées ou localisées de manière inhabituelle. Comme avec la tomodensitométrie, certains patients reçoivent un agent de contraste pour améliorer la valeur diagnostique de l'IRM.

    Un examen plus approfondi vise à détecter les causes de la maladie. Il comprend:

    • Échographie des artères carotides - aide à détecter le rétrécissement des vaisseaux alimentant le cerveau.
    • L'échocardiographie est une méthode d'échographie cardiaque permettant d'évaluer son fonctionnement et sa taille, ainsi que de détecter des caillots sanguins.
    • Électrocardiographie - vous permet d'évaluer l'activité électrique du muscle cardiaque, d'identifier les violations de la conductivité et du rythme pouvant entraîner la formation de caillots sanguins dans la cavité cardiaque ou provoquer une ischémie cérébrale globale.
    • Angiographie cérébrale - examen radiologique des vaisseaux cérébraux après l’injection d’un agent de contraste.
    • Des analyses de sang pour déterminer les niveaux de cholestérol et de glucose, des indicateurs de la coagulation sanguine.

    Traitement

    Le traitement doit être orienté vers l'amélioration immédiate du débit sanguin dans la zone touchée. Cela s'applique aux formes d'ischémie tant focales que globales.

    Thérapie pour l'ischémie globale

    Pour améliorer l'apport sanguin au cerveau pendant l'ischémie globale, il est nécessaire d'éliminer la cause de son développement, c'est-à-dire de rétablir une activité cardiaque normale et d'augmenter la pression artérielle. Pour ce faire, une réanimation cardio-pulmonaire est pratiquée pendant un arrêt cardiaque et, en cas de chute de pression artérielle, les causes de cette affection sont éliminées et des médicaments sont introduits pour en augmenter le niveau. Sans atteindre ces objectifs nécessaires (rétablissement de l'activité cardiaque et élévation de la pression artérielle), aucun traitement supplémentaire visant à lutter contre les effets de l'ischémie cérébrale globale n'a aucun sens.

    Dans les cas graves, la plupart des patients développent un gonflement du cerveau. Dans de tels cas, les médicaments sont utilisés pour réduire la pression intracrânienne, le plus souvent - invite.

    Mais de nombreux médicaments auxquels médecins et scientifiques attribuent les propriétés d'amélioration de la circulation et du métabolisme cérébraux dans les cellules cérébrales (par exemple, le piracétam, la cortexine, l'actovegine, le céraxon) ne pourraient pas prouver leur efficacité en recherche scientifique.

    Traitement spécifique de l'ischémie focale

    Pour l'ischémie cérébrale focale, une combinaison de médicaments est généralement utilisée pour le traitement. Certains d'entre eux sont prescrits immédiatement après le diagnostic et pour une courte période, tandis que d'autres doivent être pris pendant une très longue période.

    Le traitement vise à rétablir immédiatement le flux sanguin dans l'artère touchée. Si vous commencez à traiter correctement les accidents vasculaires cérébraux ischémiques dans les 4,5 premières heures suivant l'apparition des symptômes, vous pouvez sauvegarder une partie des cellules du cerveau et améliorer le pronostic neurologique du patient.

    Pour rétablir le flux sanguin dans l'artère cérébrale touchée, appliquez:

    1. La thrombolyse est une méthode de traitement par laquelle les médecins dissolvent les caillots sanguins qui bloquent les vaisseaux sanguins. Pour la thrombolyse avec ischémie focale, des préparations spéciales (thrombolytiques) sont utilisées - alteplase (Aktilize), teneteplaza (Metilize). Avant l'introduction de ces médicaments, il est impératif de réaliser un scanner ou une IRM pour confirmer le diagnostic d'ischémie.

  • La thrombectomie est une intervention chirurgicale mini-invasive permettant aux médecins de retirer un thrombus du vaisseau affecté. Cette méthode n'est efficace que pour traiter les accidents ischémiques cérébraux causés par la formation de caillots sanguins dans les grandes artères du cerveau.

    En cas d'ischémie focale provoquée par un rétrécissement de la plaque d'athérosclérose de l'artère carotide, une opération peut être réalisée pour la retirer. Cette opération s'appelle une endartériectomie carotidienne.

    Autres médicaments utilisés pour prévenir les épisodes d'ischémie cérébrale focale à l'avenir:

    • Les agents antiplaquettaires sont des médicaments qui agissent sur les plaquettes afin de supprimer leur agrégation (collage) et de réduire le risque de formation de nouveaux caillots sanguins dans les vaisseaux. Le remède le plus connu dans ce groupe est l'aspirine, prescrite à faible dose. Ce médicament est prescrit à la plupart des patients pour prévenir de nouveaux épisodes de la maladie. En plus de l'aspirine, le clopidogrel et le ticagrélor peuvent également être utilisés.
    • Les anticoagulants sont des médicaments qui empêchent la formation de caillots sanguins en agissant sur les facteurs de la coagulation du sang. Au cours de la période aiguë d'ischémie, des anticoagulants injectables sont prescrits - héparine, énoxaparine, daltéparine. Les médicaments à long terme sont disponibles sous forme de comprimés. Ils comprennent la warfarine, le dabigatran et le rivaroxaban. Ils sont prescrits aux patients présentant des troubles du rythme cardiaque (fibrillation auriculaire) et une thrombose veineuse profonde.
    • Antihypertenseurs - médicaments utilisés pour réduire l'hypertension artérielle. Ils comprennent les diététiques thiazidiques (indapamide, hydrochlorothiazide), les inhibiteurs de l’enzyme de conversion de angens (ramipr, perindopril), les antagonistes des récepteurs de l’angiotensine (losartan, bricolage), enregistrer la suite
    • Statines - médicaments qui réduisent le cholestérol dans le sang. L'atorvastatine et la rosuvastatine leur appartiennent.

    Rééducation après une ischémie cérébrale

    L'ischémie cérébrale sévère peut causer des dommages physiques et émotionnels temporaires ou permanents à une personne. Après une période aiguë, la rééducation commence. Elle comprend:

    1. Orthophonie - pour éliminer ou atténuer les problèmes de reproduction ou de compréhension de la parole conversationnelle.
    2. Physiothérapie - aide le patient à rétablir la mobilité et la coordination des membres affectés.
    3. Thérapie par le travail - aide le patient à améliorer sa capacité à effectuer les tâches quotidiennes, notamment prendre un bain, cuisiner et manger, s'habiller, lire et écrire.
    4. Soutien d'amis et de parents - fournit un environnement confortable et convivial, ce qui est très important pour une guérison réussie de l'ischémie cérébrale.

    Prévisions

    Le pronostic dépend de la gravité de la maladie, de l'état de santé général et de l'âge du patient. Les statistiques indiquent qu'environ 75% des patients survivent un an après un AVC ischémique.

    Symptômes, degrés, effets et traitement de l'ischémie cérébrale

    L'ischémie cérébrale est une diminution du débit sanguin causée par l'athérosclérose cérébrale (du latin cerebrum - cerveau).

    Le cerveau remplit les fonctions suivantes:

    traite l'information des sens;

    détermine l'humeur, crée un fond émotionnel;

    Un échec dans son travail menace la vie de tout l'organisme. L’engourdissement, l’un des symptômes de l’ischémie cérébrale, est dû au fait que les informations sensorielles sont mal traitées ou ne sont pas transmises par les neurones. Ce sont les causes de la cécité temporaire. Le cerveau est impliqué dans la prise de décision. Ainsi, chez les patients atteints de CIM, on observe une ischémie cérébrale chronique, une inhibition des processus de la pensée.

    Toute pathologie de la partie supérieure du système nerveux central - le système nerveux central affecte négativement de nombreux facteurs vitaux. Les symptômes peuvent être masqués - ceci est typique du stade initial de la maladie. Plus elles apparaissent brillantes, plus la maladie est grave.

    Il existe deux formes de la maladie:

    Le premier repose sur le principe d’une crise ischémique transitoire - AIT, un micro-choc ou une crise de trouble aigu de la circulation cérébrale - ACVC. C'est une ischémie transitoire, sinon - une violation passagère de la circulation cérébrale - PNMK ou accident vasculaire cérébral ischémique. La cause de la maladie aiguë est le blocage du flux sanguin par l’embole ou une forme chronique négligée de la maladie. Ce dernier, à son tour, se développe progressivement avec le rétrécissement de la circulation sanguine.

    Les plaques de cholestérol sont des lipoprotéines de densité inférieure. Ce sont eux qui «étouffent» les organes, provoquant une hypoxie circulatoire. Ils peuvent quitter le lieu de formation et circuler dans les vaisseaux. Les embolies peuvent être du cholestérol ou du sang. Les caillots sanguins sont une possibilité dangereuse de développer un processus inflammatoire.

    La prévention de l'ischémie, comme de nombreuses autres maladies, consiste à adopter un mode de vie sain. Si possible, il est nécessaire d’éviter le stress, de ne pas trop manger, d’adhérer au régime alimentaire «anti-cholestérol», de faire du sport, d’arrêter de boire et de fumer et d’être en plein air.

    Symptômes de l'ischémie cérébrale

    Les symptômes de l'ischémie cérébrale peuvent être identifiés beaucoup:

    dysfonctionnement du système nerveux provoquant des troubles de la parole ou des problèmes de vision;

    sautes d'humeur;

    respiration superficielle et rapide;

    sensation de froid dans les paumes et les pieds.

    À mesure que la maladie s'aggrave, les symptômes peuvent augmenter. Cela progresse par étapes. Les spécialistes distinguent 3 stades ou degrés d'ischémie. Certains émettent plus et quatrième.

    Séparément, vous devriez énumérer les symptômes de l'attaque ischémique:

    épisodes de perte de sensibilité par zone;

    paralysie de la région ou de la moitié du corps;

    perte de vision monoculaire (cécité unilatérale).

    Des problèmes oculaires surviennent parce que leurs signaux pénètrent dans le cortex visuel situé dans le lobe occipital. Un engourdissement local est dû au fait que les neurones du cortex somatosensoriel du lobe pariétal sont affectés, auxquels les informations tactiles sont transmises.

    Le noyau rouge du tronc cérébral, les noyaux gris centraux, le cervelet et non seulement «répondent» à l'activité motrice humaine. En violation des processus se produisant dans les zones motrices du cortex dans les lobes frontaux, le patient a des difficultés à réguler les mouvements jusqu’à la paralysie. Différentes parties du cerveau sont responsables de divers facteurs vitaux. Les émotions sont contrôlées par l'amygdale, l'attention par la formation réticulaire, la mémoire par l'hippocampe.

    La difficulté de diagnostiquer certaines maladies du cerveau réside dans le fait que leurs symptômes ressemblent aux changements «standard» dans la façon dont les gens se sentent plus âgés. Une autre caractéristique de l'ischémie cérébrale est que ses symptômes sont très individuels, car chez différentes personnes, différentes parties de l'organe principal du SNC sont touchées. Dans le diagnostic d'un rôle important joué par les observations des proches du patient. Ils sont en mesure de donner une description plus précise des changements. En ce qui concerne le retard et la confusion de la conscience, il est impossible de s’appuyer pleinement sur les paroles du patient.

    Causes de l'ischémie cérébrale

    Il existe des conditions préalables de base et supplémentaires. Les premiers comprennent une circulation cérébrale insuffisante, ce qui conduit à une hypoxie - manque d'oxygène. Il se pose en raison du rétrécissement de la lumière de l'artère ou de son blocage complet - obstruction. Sans oxygène, les cellules ne peuvent pas fonctionner pleinement. Si ce processus est retardé, la nécrose peut commencer - la nécrose tissulaire, autrement appelée crise cardiaque. L'hypoxie cérébrale est caractéristique de pathologies telles que l'hypertension artérielle et l'athérosclérose en raison d'une augmentation des dépôts graisseux sur la paroi interne des vaisseaux cérébraux.

    Le chevauchement de la lumière du thrombus de l'artère cérébrale est appelé thrombose. Un caillot de sang se forme directement dans le cerveau ou est transporté avec du sang provenant d'une autre partie du corps. Un thrombus "itinérant" est appelé un embole. Il se forme sur le mur, mais sous l’influence de facteurs quelconques, il se détache et se déplace dans le système circulatoire jusqu’à ce qu’il reste bloqué dans la partie la plus étroite du canal artériel. Le rétrécissement de la lumière peut être observé non pas à un endroit, mais à plusieurs endroits à la fois.

    Les causes supplémentaires d'ischémie cérébrale comprennent:

    maladies cardiovasculaires associées à une hémodynamique centrale altérée. Par exemple, insuffisance cardiaque aiguë sur fond d'infarctus du myocarde, bradycardie, tachycardie;

    anomalies vasculaires, par exemple, compression, spasme de l'artère locale;

    compression de l'artère de l'extérieur, par exemple une tumeur;

    Comment guérir l'ischémie cérébrale, les symptômes?

    Se développant dans des conditions de manque d'oxygène, l'ischémie cérébrale peut entraîner une nette diminution de la qualité de vie d'une personne....

    Se développant dans des conditions de manque d'oxygène, l'ischémie cérébrale peut entraîner une nette diminution de la qualité de vie d'une personne. Toute cellule du corps humain ne peut fonctionner normalement que grâce à l'apport continu en oxygène, qui est amené avec le sang. Aucune exception, et l'organe le plus important - le cerveau. Si les cellules cérébrales ne reçoivent pas suffisamment de nutriments, une ischémie ou une privation d'oxygène se développent.

    L'ischémie cérébrale peut être diagnostiquée chez les enfants et les adultes. Le plus souvent, la pathologie est retrouvée chez les personnes âgées de 50 ans et plus, principalement en raison de la croissance et de la progression constantes de la pathologie du cœur, des vaisseaux sanguins, de diverses maladies associées au métabolisme et des mauvaises habitudes. Dans l'enfance, presque tous les cas surviennent au cours de la période néonatale, car c'est pendant le développement du fœtus et l'accouchement que le risque de manque d'oxygène dans les cellules du cerveau est très élevé.

    Symptômes et degrés d'ischémie. Selon les signes cliniques, il existe trois degrés d'ischémie cérébrale:

    Je suis degré ou stade initial. Le patient se sent plutôt bien, cependant, des symptômes commencent à apparaître, souvent attribués à l'âge, à la fatigue, aux changements climatiques et à la carence en vitamines au printemps. Les patients se plaignent de:

    • maux de tête récurrents;
    • léger vertige lors du changement de position du corps;
    • engourdissement des doigts, surtout la nuit ou avec un travail prolongé dans une posture forcée (sur l'ordinateur, sur le tapis roulant);
    • somnolence constante pendant la journée avec une mauvaise nuit de sommeil;
    • perte de mémoire;
    • réduction de la résistance au stress physique et émotionnel, fatigue;
    • changements mentaux: anxiété, irritabilité, confusion, lenteur des processus de pensée.

    Habituellement, toutes les plaintes sont subjectives, l'examen neurologique ne révèle aucune violation grave. La pathologie peut être détectée par échographie du cerveau et du cou, imagerie par résonance magnétique.

    Niveau II, ou stade de la sous-compensation, lorsque les processus métaboliques dans les cellules cérébrales ralentissent considérablement. Cela se manifeste par la progression et l'aggravation des symptômes existants. Ces patients ont beaucoup de plaintes, mais ils ont tous un caractère général. Il est difficile de communiquer avec une personne, elle devient capricieuse.

    Cliniquement, la sous-rémunération se manifeste:

    • manque de coordination des mouvements: changements de démarche, l'instabilité augmente pendant la marche, la capacité à effectuer des actions précises est perdue;
    • Syndrome de Parkinson: mains, pieds, tête, mouvements lents, paroles tremblantes;
    • une nette diminution des performances jusqu’à la perte de compétences professionnelles;
    • démence progressive;
    • déficience cognitive: diminution de la critique d’eux-mêmes et d’autres personnes, dépression.

    Les symptômes du deuxième degré peuvent être facilement identifiés par un examen neurologique normal:

    • réflexes d'automatisme oral;
    • symptômes neurologiques focaux;
    • titubant dans la position de Romberg.

    Grade III, stade de décompensation - défauts grossiers:

    • troubles du mouvement dans les membres;
    • anomalies focales et vestibulaires prononcées, lorsque le patient ne peut même pas se lever du lit sans assistance, est incapable de déterminer la position de son corps pour le moment;
    • perte de capacité et aptitudes au libre-service les plus simples (ne pas savoir comment aller aux toilettes, s'habiller, se laver, tout cela est simplement oublié);
    • incontinence d'urine et de matières fécales;
    • perte de mémoire jusqu'à complète amnésie;
    • troubles mentaux: hallucinations, crises d'agression, déclin cognitif global;
    • progression de la maladie de Parkinson, ses symptômes ne peuvent plus être corrigés par la prise de médicaments anti-parkinsoniens.

    Ischémie cérébrale chez le nouveau-né

    La période de développement prénatal et d'accouchement est l'étape la plus cruciale de la vie d'un bébé, car c'est à cette époque que le risque de développer une carence en oxygène est très élevé. Et des lésions cérébrales hypoxiques, obtenues au cours des premiers jours, peuvent affecter le reste de sa vie.

    Chez le nouveau-né, comme chez l'adulte, il existe trois degrés d'ischémie cérébrale:

    1. Facile. L'arrêt ou la réduction de l'apport en oxygène est à court terme, ne provoque pas de changements structurels graves dans le tissu cérébral. La clinique peut procéder en deux versions:

    • excitabilité excessive: le nouveau-né est agité, crie constamment, refuse de manger;
    • oppression pathologique: le bébé est lent, tète mal au sein.

    Habituellement, les symptômes d'ischémie légère disparaissent après la première semaine de vie, sans laisser de conséquence.

    2. Modéré, dans lequel il y a une légère perte de neurones, la formation de petits kystes est possible. Par la suite, en règle générale, le défaut est entièrement compensé et les conséquences sont minimes, ce qui peut se manifester par des performances médiocres, une irritabilité ou une fatigue. Cependant, ces symptômes ne sont pas critiques et sont observés chez de nombreux enfants nés en parfaite santé.

    Un degré modéré est diagnostiqué en ayant:

    • signes d'hydrocéphalie: vomissements, gonflement des fontanelles, augmentation de la taille de la tête;
    • crises convulsives;
    • constante "cerveau" pleurer.

    Les symptômes régressent au cours du premier mois.

    3. Graves dommages structurels au cerveau. Manifestations:

    Ces enfants sont immédiatement placés en soins intensifs. Le degré élevé laisse certainement une variété de conséquences.

    Types d'ischémie cérébrale

    1. aiguë. Elle se développe soudainement et est le plus souvent causée par un thrombus ou une plaque d'athérosclérose, une augmentation brutale de la pression artérielle. Dans ce cas, une violation aiguë de la circulation cérébrale est diagnostiquée.

    2. Le développement chronique résulte de l'accumulation progressive de dépôts de cholestérol dans la paroi des vaisseaux cérébraux. Son résultat est la démence.

    Handicap avec ischémie cérébrale

    Le groupe I d’invalidité doit être attribué aux personnes chez lesquelles un accident vasculaire cérébral chronique a été diagnostiqué, grade III. Ces patients ont besoin de soins constants.

    Avec le degré II, l'approche est strictement individuelle et dépend de la profession de la personne, de la gravité des symptômes de la pathologie et du pourcentage de perte de compétences professionnelles.

    En règle générale, je n’installe pas mon handicap.

    Traitement de l'ischémie cérébrale

    1. Mode d'alimentation. Refus de manger gras, frit, salé, épicé, c.-à-d. hypocholestérol et régime antihypertenseur. La lutte contre les mauvaises habitudes.
    2. Normalisation de la pression (lisinopril, hartil), du cholestérol (atrovastatine).
    3. Amincissement du sang (cardiomagnyl, aspikard).
    4. Préparations pour le maintien du fonctionnement normal des cellules cérébrales, des nootropes et des neuroprotecteurs (piracétam, actovégine, encéphabol).
    5. Vasculaire (sermion).
    6. Préparations vitaminiques pour tissu nerveux (milgamma, neuromultivite).
    7. Physiothérapie, massage, acupuncture.
    8. Dans les cas graves, le cerveau ou les vaisseaux du cou sont opérés: retrait du caillot sanguin, plaque athéroscléreuse.

    L'utilisation de remèdes populaires pour l'ischémie cérébrale

    1. L'ail L'ail haché est placé dans un récipient en verre et versez l'alcool dans un rapport 1: 1. Insister pendant deux semaines en secouant de temps en temps. 5 gouttes dissoutes dans une cuillerée de lait et consommées trois fois par jour.
    2. Feuilles de noyer Une cuillère à soupe de matières premières sèches versez 300 ml d'eau bouillante, laissez infuser et boire 100 ml trois fois avant les repas.
    3. Sauge Les feuilles sèches versent de l'eau bouillante et partent pendant 30 minutes. Buvez une gorgée toutes les heures. La durée du traitement est d'un mois.

    Ischémie cérébrale: de quoi s'agit-il et comment la traiter?

    L'oxygène est nécessaire pour maintenir la santé du cerveau, comme tous les autres organes. Si son apport sanguin est perturbé, il cesse de faire face à leurs fonctions. L'ischémie du cerveau est formée. Cette maladie à long terme se transforme en une forme chronique et entraîne des conséquences graves - allant jusqu'à l'épilepsie, la paralysie et les accidents vasculaires cérébraux.

    Raisons

    La principale raison du développement de l'ischémie cérébrale du cerveau, les médecins appellent l'athérosclérose des vaisseaux sanguins du corps. Ses parois internes sont rapidement envahies par des dépôts graisseux qui commencent à toucher tout le corps. Les lacunes vasculaires sont réduites et la circulation sanguine devient difficile.

    L'ischémie cérébrale peut également provoquer diverses maladies cardiovasculaires, surtout si elles s'accompagnent d'une insuffisance cardiaque chronique. Parmi ces pathologies distinguent:

    troubles du rythme cardiaque;

    pathologie du système veineux;

    hypertension et hypotension;

    maladies du système circulatoire;

    La médecine moderne identifie deux variantes pathogénétiques de l'évolution de l'ischémie chronique, qui diffèrent par la nature et la zone dans lesquelles se développent le plus de dommages. La variante lacunaire de la maladie est due à l'occlusion de petits vaisseaux cérébraux. Les attaques diffuses de chutes de pression soudaines entraînent une lésion diffuse.

    Ils peuvent être déclenchés par un traitement inapproprié de l'hypertension ou par une diminution du débit cardiaque. La toux, la chirurgie et l'hypotension orthostatique en présence d'une dystonie concomitante végétative-vasculaire deviennent également des facteurs provoquants.

    Une ischémie cérébrale est de plus en plus diagnostiquée chez le nouveau-né. Comme chez l'adulte, cette maladie se développe chez les nourrissons par manque d'oxygène, mais elle est généralement causée par des facteurs associés aux caractéristiques de la gestation pendant la grossesse et du processus de l'accouchement:

    toxémie sévère en fin de gestation;

    placenta praevia ou exfoliation;

    violation de la circulation utéro-placentaire;

    anomalies congénitales du système cardiovasculaire;

    Manifestations cliniques de la maladie

    L'ischémie cérébrale chronique est la maladie neurologique la plus répandue à laquelle les personnes âgées sont plus exposées. Il existe de nombreuses manifestations cliniques de la pathologie associées à sa cause fondamentale et à la localisation de la lésion. La même personne alterne souvent des périodes d’altération marquée de l’activité cérébrale et de bien-être relatif. Variantes observées et analogues de la maladie, dans lesquelles la condition humaine se détériore continuellement, conduisant à une démence complète.

    Le début du développement de l'ischémie cérébrale est indiqué par des défaillances de la mémoire, une absence d'esprit, une irritabilité et des problèmes de sommeil nocturne. Les personnes âgées retiennent généralement ces symptômes pour cause d’âge et de simple fatigue. Ils traînent donc chez le médecin. Dans de telles conditions, le manque d'oxygène dans le cerveau progresse, ce qui entraîne une diminution de l'efficacité.

    Il est particulièrement important de diagnostiquer rapidement la maladie ischémique cérébrale chez le nouveau-né, car sinon, le développement du bébé sera difficile, il commencera à prendre du retard par rapport à ses pairs. Les parents doivent être alertes si l'enfant:

    pleurer sans raison et frémir;

    a une couleur de marbre;

    a une grosse tête et une fontanelle augmentée;

  • suce faiblement et avale difficilement.
  • Étapes de l'ischémie cérébrale

    Les médecins distinguent plusieurs stades d'ischémie cérébrale. La classification est basée sur les manifestations cliniques de la maladie et la gravité des troubles neurologiques.

    Première étape

    La maladie coronarienne du premier degré est caractérisée par:

    maux de tête récurrents;

    L'hypertension va disparaître. pour 147 roubles!

    Chirurgien cardiaque en chef: lancement du programme fédéral de traitement de l'hypertension! Un nouveau médicament contre l'hypertension est financé par le budget et des fonds spéciaux. Donc, à partir d'une haute pression, goutte à goutte un agent d'égouttage. En savoir plus >>>

    sensation de lourdeur dans la tête;

    détérioration de la concentration;

    Les plaintes des patients au stade initial de l'ischémie cérébrale ne sont pas spécifiques. Ils font rarement attention, mais c'est faux. Il est important de consulter un médecin au début de l'ischémie car ce n'est qu'en l'absence de troubles neurologiques que la maladie peut être complètement guérie.

    Deuxième étape

    Au fur et à mesure que l'ischémie progresse, de graves déviations des fonctions du système nerveux central se développent. Ceci est indiqué par les symptômes suivants:

    altération de la mémoire globale;

    manque de coordination des mouvements;

    sautes d'humeur;

    Dans la deuxième phase de la maladie, les lésions focales de la substance blanche se manifestent sous forme de réflexes pathologiques et de troubles intellectuels prononcés. Les patients à ce stade ne peuvent plus se livrer à un travail mental.

    Troisième étape

    Avec l'apparition de la troisième phase de la maladie, des troubles neurologiques graves et des symptômes de lésion cérébrale de nature organique sont enregistrés:

    invalidité totale;

    Les patients au stade avancé d'ischémie peuvent n'avoir pratiquement aucun problème, mais cela ne signifie pas qu'ils se sentent bien. En raison de la démence développée chez les patients, il n’est pas possible d’expliquer clairement au médecin ce qui les préoccupe au juste. Cependant, un neurologue expérimenté peut facilement faire le bon diagnostic, guidé par le tableau clinique caractéristique de la maladie et les résultats des méthodes de recherche modernes.

    Attaque ischémique

    Séparément, les experts distinguent un tel état d’attaque ischémique (dans la vie de tous les jours, on parle de microstroke). Cette condition est accompagnée de:

    paralysie de la moitié du corps ou d'une zone spécifique;

    accès locaux de perte de sensibilité;

    L'attaque ischémique a généralement lieu dans la journée, sinon un AVC est diagnostiqué.

    Caractère pointu

    L'ischémie cérébrale aiguë est caractérisée par une lésion d'un organe focal. La maladie survient le plus souvent en raison de l'athérosclérose. En raison de troubles du métabolisme des graisses, les plaques vasculaires se rompent et leur contenu s’échappe. Des caillots sanguins formés bloquent le flux sanguin, ce qui entraîne l'apparition d'une nécrose dans la partie correspondante du cerveau, appelée en médecine infarctus cérébral. Dans le même temps, on observe des troubles neurologiques graves:

    insensibilité et immobilité d'une certaine partie du corps;

  • incapacité à se servir soi-même.
  • Si la lésion touche les centres nerveux vitaux du tronc cérébral, la mort est possible.

    Complications de la maladie

    Les formes lancées d'ischémie cérébrale provoquent de graves conséquences. Ils s'expriment non seulement dans l'évolution de la maladie sous-jacente, mais également dans l'apparition de nouvelles pathologies dans son contexte:

    sclérose des vaisseaux cérébraux;

    paresthésie (troubles de la sensibilité);

    Un accident vasculaire cérébral entraîne le ramollissement et la mort d'une certaine partie du tissu cérébral. Les cellules nerveuses perdues se reconstituent avec la tige. Bien que les médecins expriment des opinions contradictoires à propos de cette technique, celle-ci est pratiquée par de nombreuses cliniques modernes.

    L'encéphalopathie est caractérisée par des lésions cérébrales organiques se produisant sans processus inflammatoire. En raison de la dégénérescence du tissu cérébral, les neurones et la substance intercellulaire sont détruits. L'affection affecte la partie du corps qui est opposée au site de la maladie. Avec la destruction d'un grand nombre de neurones, une paralysie des membres peut survenir, à la suite de laquelle une personne sera complètement immobilisée.

    La paresthésie s'accompagne généralement de sensations de rampement et de picotement aggravées pendant l'exercice. Lorsque le patient est conscient, il comprend ce qui lui arrive, mais perd la parole.

    Si vous commencez une maladie cérébrale ischémique chez le nourrisson, l'enfant peut développer un retard mental, à cause duquel il sera difficile pour lui d'apprendre avec ses pairs. Par conséquent, il est très important qu'une femme pendant la grossesse accède régulièrement au gynécologue et respecte toutes ses recommandations.

    Méthodes de diagnostic

    Le diagnostic de l'ischémie cérébrale est difficile car il a beaucoup en commun avec la maladie d'Alzheimer, la tumeur cérébrale, la maladie de Parkinson, l'atrophie multisystémique et d'autres pathologies. En outre, les manifestations de la maladie coronarienne sont souvent confondues avec les changements typiques survenant chez les personnes âgées.

    En général, afin de diagnostiquer correctement la maladie, il est important que le médecin obtienne des informations détaillées des proches du patient sur les changements qui se produisent dans son comportement et son bien-être. Le patient lui-même est généralement ralenti et son esprit est confus. Il est donc impossible de dresser un tableau clinique complet uniquement avec ses mots.

    Pour éliminer cette erreur, les neurologues utilisent des diagnostics complexes, en utilisant différentes méthodes de recherche. Tout d'abord, un examen physique du patient. Pour identifier son statut neurologique, un neurologue évalue:

    Ischémie cérébrale - types et degrés de pathologie, symptômes, conséquences et pronostic à vie

    La maladie coronarienne est une pathologie complexe dans laquelle les vaisseaux cérébraux se contractent, ce qui altère le flux sanguin vers le cerveau et entraîne par conséquent un manque d'oxygène dans les tissus cérébraux.

    En raison du report des plaques de cholestérol sur les parois internes des vaisseaux sanguins du cerveau, ils bloquent de manière significative le passage du flux sanguin et le ferment plus tard en général. Il se manifeste par des maux de tête et d'autres anomalies.

    L'absence de traitement en temps opportun entraîne une forme chronique d'ischémie, qui nécessite par la suite une surveillance constante et le maintien de la maladie.

    L'ischémie du cerveau, c'est quoi?

    Avec le fonctionnement normal de tous les vaisseaux, tous les organes se nourrissent d'un volume de sang suffisant. Au fil des ans, l'élasticité des parois des vaisseaux sanguins diminue et ces derniers accumulent de plus en plus de dépôts de cholestérol sur leurs parois.

    Les vaisseaux du cerveau sont très sensibles.

    Ainsi, chez les personnes de plus en plus âgées, des soins plus attentifs du système cardiovasculaire sont nécessaires. Le blocage des grandes artères est particulièrement dangereux.

    Le cerveau a besoin d'un apport constant d'oxygène et d'autres substances bénéfiques contenues dans le sang.

    Une mauvaise circulation sanguine dans le cerveau entraîne un manque d'oxygène dans le cerveau, ce qui entraîne des maladies dangereuses et parfois mortelles.

    La coagulation du sang (augmentation de la coagulation) conduit également à des processus ischémiques dans le cerveau. Des facteurs parallèles affectant le cerveau peuvent être des pathologies du cœur, des reins, du diabète, du tabagisme, de l'intoxication par des toxines, etc.

    Fait! Fumer une cigarette entraîne un rétrécissement des vaisseaux sanguins pouvant durer jusqu'à une heure.

    Quels types d'ischémie?

    Démonter la maladie en détail, faciliter le diagnostic et accélérer le processus de prescription d'un traitement efficace aide à séparer les lésions ischémiques en deux types:

    • Épicé Ce type d’ischémie est inhérent au développement sur le principe de la déficience aiguë de la circulation sanguine dans le cerveau, ou micro-AVC. Son apparence contribue à une grave défaillance de la circulation sanguine du cerveau. La faiblesse musculaire et les vertiges sont les principaux symptômes de l'ischémie aiguë. En l'absence du traitement nécessaire, la cécité et d'autres charges complexes peuvent progresser.
    • Chronique. Cette forme de la maladie survient à la suite d’une inactivité prolongée lorsque l’apport d’oxygène au cerveau est perturbé. Les symptômes externes peuvent être absents pendant une longue période, mais les artères du cerveau vont s'user et s'effondrer de l'intérieur et se manifester à un stade avancé. Conduit également à la forme chronique, la longue absence de traitement dans la forme aiguë de la maladie.
    au contenu ↑

    Degrés

    La division des lésions cérébrales ischémiques se produit en degrés, dans lesquels le développement de la pathologie comprend trois étapes (légère, modérée et sévère).

    Aux premiers stades du développement de la maladie, il n’est pas possible de ressentir les symptômes.

    La progression augmente progressivement et plus le vaisseau se rétrécit, plus les symptômes apparaissent.

    Les trois étapes suivantes sont distinguées:

    1. La première étape, également appelée la facile. L'état de santé à ce stade est globalement satisfaisant. Mais néanmoins quelques symptômes apparaissent. Parmi eux se trouvent:
    • Fatigue générale, frissons;
    • Perturbation du sommeil;
    • Crises d'agression soudaines;
    • Considérations de lenteur;
    • Sautes d'humeur fréquentes;
    • Douleur constante dans la tête (sensation de lourdeur);
    • Pas réduit, faible soulèvement du pied lors de la marche ("mélange");
    • Pendant l'exercice, il y a une légère douleur dans les muscles des bras.

    À ce stade, le traitement est généralement facile et sans fardeau. En l'absence de traitement efficace et du maintien des symptômes, la maladie progresse au bout de 7 à 10 jours.

    1. La deuxième étape, également appelée étape intermédiaire ou étape de sous-compensation. A ce stade, l'état de santé se dégrade et une manifestation plus prononcée des symptômes du premier stade se produit, ainsi que:
    • Fort sentiment de fatigue générale;
    • Le déclin rapide des capacités mentales;
    • Incapacité d’évaluer son état et de répondre à ses besoins;
    • Apathie générale;
    • Déviation dans la coordination des mouvements.

    Le développement général de tous les symptômes présents se poursuit. Les manifestations de la nature mentale se manifestent, l’apparence de larmes est possible.

    1. Le troisième stade, également appelé décompensation sévère, ou stade. A ce stade de développement, les performances du cerveau s'écartent grandement de la norme. La maladie coronarienne se manifeste par des changements dans la personnalité du patient. Toutes les possibilités du cerveau sont épuisées. Il existe de grandes quantités d'infarctus corticaux. Symptômes serdy:
    • Perte de conscience;
    • Impossibilité de bouger en raison d'une perte d'équilibre;
    • Perte dans le temps et l'espace;
    • Perte de mémoire;
    • Discours incohérent;
    • Miction incontrôlée;
    • Troubles mentaux, jusqu'à la démence;
    • Syndrome de Parkinson (maladie neurologique à développement lent).

    En négligeant ce stade, les symptômes sont accompagnés d'une chute soudaine de la pression artérielle, de pupilles larges et ne réagissant pas à la lumière.

    Pauvre pouls Et aussi il y a une réaction forte inadéquate aux actions environnantes. Le danger de la dernière étape est que même avec la thérapie, le patient reste invalide.

    Fait! La faiblesse musculaire peut entraîner la suffocation lors de la perte de conscience en introduisant la langue dans les voies respiratoires.

    Les modifications neuro-imaginaires, en fonction du stade, au cours de l'ischémie cérébrale chronique sont présentées dans le tableau ci-dessous (tableau 1):

    Pour un décodage détaillé du tableau, vous devez savoir que:

    1. La leucoaraïose est une maladie rarement rencontrée causée par une ischémie chronique de la substance blanche des hémisphères du cerveau. Le leucoarea périventriculaire est une diminution de la densité de la substance blanche;
    2. Lakun - petites cavités résultant d'un accident vasculaire cérébral ischémique;
    3. CHEM - ischémie cérébrale chronique;
    4. Sous-cortical - représentant de multiples foyers dispersés ou fusionnés dans les parties les plus profondes des hémisphères cérébraux, y compris les sept centres ovales.