Pilules pour commotion cérébrale

Prévention

En frappant la tête avec un objet dur ou des secousses soudaines du corps, le cerveau, lavé par le liquide, se décale sur le côté en quelques secondes et revient. Si le coup de poing est fort, la moelle épinière frappe l'os du crâne. À ce moment, il se produit un étirement ou une rupture des fibres nerveuses, des vaisseaux sanguins dans les structures cérébrales et une série de symptômes neurologiques indiquant une commotion cérébrale. Après une telle blessure, une personne a besoin d'un repos complet et d'un traitement médical sous la surveillance d'un spécialiste. On lui prescrit des médicaments, des pilules pour commotion cérébrale avec une action visant à éliminer les symptômes pathologiques.

Comment déterminer la commotion, les symptômes et les signes

Une commotion cérébrale se caractérise par des symptômes aigus, se manifestant immédiatement après l'impact et retardés, qui commencent à déranger 2 à 3 heures après la blessure. Au cours des premières minutes de la commotion cérébrale, la victime peut développer les symptômes suivants, selon la forme de la blessure:

  • confusion de conscience durant plusieurs minutes;
  • perte de mémoire dans une partie des événements précédant la blessure;
  • maux de tête débordant;
  • des vertiges;
  • vomissements uniques et nausées atroces;
  • l'apparition d'un flash ou des taches clignotantes dans les yeux;
  • les acouphènes;
  • l'arythmie;
  • perte d'équilibre;
  • perte de conscience de quelques minutes à 5-6 heures, en fonction du degré d’impact.

Au bout d'une heure, l'intensité des symptômes décrits diminue dans la plupart des cas et la victime ressent un certain soulagement. Au cours de cette période, il est important de reconnaître une commotion et de commencer un traitement afin de prévenir l'apparition de symptômes retardés se manifestant sous forme d'excitabilité psycho-émotionnelle, de troubles du sommeil et de faiblesse.

Méthodes de diagnostic et de traitement

Avant de traiter une commotion avec des pilules, il est nécessaire de diagnostiquer sa gravité. Pour ce faire, le neurologue effectue une enquête auprès de la victime ou de ses proches et découvre en même temps les détails de la blessure et les symptômes apparus immédiatement après.

Les personnes proches de la victime au moment de la blessure doivent se souvenir de tous les symptômes qui l’inquiétaient pendant les 15 premières minutes, car lors de son accouchement à l’hôpital, les signes pathologiques changeaient en général de caractère. Si la victime subit une perte de conscience immédiatement après l’impact, il est nécessaire de spécifier le moment où il se trouve dans cet état afin d’en informer le médecin ultérieurement.

En l'absence de lésions osseuses et intracérébrales, la commotion cérébrale est diagnostiquée par des signes visuels, des échantillons tactiles et les résultats des études instrumentales suivantes:

  • Échographie Doppler;
  • électroencéphalographie;
  • ophtalmographie.

Si la nature de la blessure et les symptômes indiquent une violation de l'intégrité du crâne ou la formation de tumeurs intracrâniennes et d'hématomes, la victime devra faire l'objet d'un examen complémentaire à l'aide d'un ordinateur ou d'une imagerie à résonance magnétique.

En fonction des résultats de l'examen et du degré de commotion cérébrale diagnostiqué, le patient se voit prescrire un traitement, qui peut inclure les méthodes suivantes:

  • traitement médicamenteux sous forme de compte-gouttes intraveineux, d'injections et de comprimés pour commotion cérébrale;
  • procédures physiothérapeutiques - prescrites après le retrait des symptômes aigus d'une commotion cérébrale;
  • intervention chirurgicale - en cas de lésion cérébrale grave ou si le coup provoquait la formation d'hématomes volumineux.

Au cours du traitement, la victime devrait être au repos et au lit. Cela permettra de réduire la durée du séjour à l'hôpital, de récupérer rapidement et de réduire les risques de conséquences désagréables.

Secouer les comprimés

Dans le traitement des commotions cérébrales légères et modérées, les injectables sont remplacés par des comprimés pour commotion cérébrale cérébrale avec une concentration plus faible en principes actifs dans la composition. Ainsi, selon la nature et l'intensité des symptômes manifestants, le patient peut être prescrit:

  1. Analgésiques (Aspirine, Baralgin, Pentalgin). Il a été démontré que les analgésiques purs soulagent les maux de tête de divers types provoqués par le tremblement des structures cérébrales. Les médicaments combinés en fonction de l'action des excipients non seulement éliminent la douleur, mais ont également un effet antispasmodique ou sédatif.
  2. Substances nootropes (Piracetam, Nootropil, Glycine). Les comprimés sont prescrits pour restaurer les fonctions cérébrales altérées. Leur réception contribue à l'amélioration de l'activité mentale, de la mémoire, de la parole et de la perception.
  3. Pilules antiémétiques (métoclopramide, reglan). Les médicaments sont conçus pour soulager les crises persistantes de nausées et de vomissements causés par une violation des centres vestibulaires. Les comprimés sont prescrits symptomatiquement par l'apparition de sensations désagréables.
  4. Médicaments diurétiques (diacarbe, furosémide). Un traitement médicamenteux est nécessaire dans les cas où la victime d'une commotion cérébrale diagnostiquée souffre d'hypertension artérielle ou présente un risque d'œdème cérébral.
  5. Comprimés contre les vertiges (Betaserc, Tanakan). Il est nécessaire de prendre avec le syndrome de vertige persistant pour réduire l'intensité des symptômes.
  6. Sédatifs à effet sédatif (Sedalgin, Valerian, Valocordin). Attribuez des signes clairs d'excitabilité psycho-émotionnelle pour assurer un repos et un sommeil correct.
  7. Tranquillisants (Phenazepam, Sibazon). Ils sont utilisés sous la surveillance d'un médecin dans un hôpital si les préparations du groupe précédent n'apportent pas de soulagement. Les tranquillisants entraînant une dépendance, le traitement est effectué dans un court laps de temps, jusqu'à la disparition du stress et de l'humeur dépressive.
  8. Complexes de vitamines. La vitamine B, E, A et l'acide folique sont prescrits en tant que traitement adjuvant pour nourrir le cerveau et réparer les fibres nerveuses endommagées.

La combinaison des groupes de médicaments décrits et de leur posologie optimale doit être déterminée par le neurologue traitant, que le traitement soit effectué à l'hôpital ou à la maison.

Comment traiter une commotion cérébrale? Drogues de commotion cérébrale

Malheureusement, les lésions cérébrales traumatiques ne sont nullement considérées comme rares dans la médecine moderne. Et ce n’est un secret pour personne que de tels États peuvent être extrêmement dangereux. Et aujourd'hui, beaucoup de gens s'intéressent aux questions sur la façon de traiter les commotions cérébrales. Quels sont les symptômes de cette blessure? Quelle est la technique de premiers secours dans ce cas?

Qu'est-ce qu'une commotion cérébrale?

La commotion est une forme bénigne de lésion cérébrale traumatique. Selon les statistiques, plus de 80% des blessures à la tête entraînent précisément une commotion cérébrale. Le plus souvent, cette maladie ne représente pas une menace pour la santé et la vie des personnes, en particulier si elles recevaient une assistance médicale en temps voulu. Les changements pathologiques graves dans la commotion cérébrale sont le plus souvent absents - ils ne peuvent être détectés qu'au niveau cellulaire ou même subcellulaire.

Les principales causes de commotion cérébrale

Presque tout le monde sait sûrement que la principale cause de commotion est la contusion à la tête. Une telle blessure est associée à une chute ou à un accident vasculaire cérébral. Parfois, la cause est un changement soudain de la position du corps dans l’espace.

Souvent, une chute de hauteur, une blessure au travail, un accident de la route, etc. peuvent entraîner une commotion cérébrale.Certains sports peuvent également être attribués à des facteurs de risque, notamment les arts martiaux de tous types, de même que le football, la moto, etc.

Dans tous les cas, personne n'est à l'abri des chutes et donc des tremblements. Par conséquent, il est si important de connaître les principaux symptômes de cette affection, la technique des premiers secours, car cela peut parfois sauver la vie d’une personne.

Principaux symptômes de commotion cérébrale

Avant d'apprendre à traiter une commotion cérébrale, vous devez connaître les principaux symptômes de cette affection. Très souvent, de graves ecchymoses à la tête s’accompagnent d’une perte de conscience à court terme. Une fois que la victime a récupéré, elle peut se sentir très nausée. Dans environ 70% des cas, il est suivi de vomissements uniques.

Les symptômes incluent également un mal de tête grave. Certains patients se plaignent de fatigue et de faiblesse. La commotion est souvent accompagnée d'une peau pâle. Parfois, il y a confusion, par exemple, la victime peut ne pas se souvenir des événements survenus immédiatement avant l'impact. Les signes de blessure comprennent la désorientation dans le temps et l’espace, la respiration rapide et le rythme cardiaque, ainsi que des troubles incohérents de la parole et de la vision.

Dans tous les cas, une ecchymose à la tête (quelle que soit sa gravité) nécessite un examen urgent par un spécialiste. Seul un médecin sait exactement comment diagnostiquer et traiter une commotion cérébrale.

Caractéristiques d'âge du tableau clinique

Il convient de noter immédiatement que le tableau clinique dépend en grande partie du facteur d’âge, qui doit certainement être pris en compte lors du diagnostic. Par exemple, une commotion cérébrale chez les nourrissons et les enfants d'âge préscolaire est rarement accompagnée d'une perte de conscience. Les principaux symptômes incluent nausées, vomissements, pâleur grave de la peau, somnolence.

Le plus souvent, la perte de conscience survient chez les adolescents et les adultes. Mais chez les patients âgés, on observe des symptômes tels que la désorientation dans le temps ou dans l'espace, ainsi que des maux de tête pulsés, particulièrement intenses chez les patients hypertendus.

Commotion cérébrale: la gravité de la maladie

Bien entendu, le traitement ultérieur dépend de la gravité de la blessure. Alors, quelle peut être la gravité d'une commotion cérébrale? La gravité dans ce cas est déterminée de manière très arbitraire et dépend des symptômes associés:

  • En cas de légère commotion, la perte de conscience est soit absente, soit temporaire, et les patients se sentent en général relativement bien.
  • Une gravité modérée est souvent accompagnée d'une légère contusion cérébrale. La perte de conscience peut durer jusqu’à 15 minutes, les blessés montrant clairement les symptômes de la blessure.
  • Une commotion cérébrale grave s'accompagne d'une perte de conscience prolongée, parfois même dans le coma. Souvent, un tel traumatisme s'accompagne de la formation d'hématomes dans différentes parties du cerveau. Cela conduit à la compression et à la perturbation de certains centres nerveux.

Encore une fois, il convient de noter que ce système est très imprécis. Pour la décision d'un diagnostic plus précis, un examen médical et des examens supplémentaires sont nécessaires.

Premiers secours en cas d'ecchymose ou de commotion cérébrale

Bien sûr, les premiers secours en cas de commotion cérébrale sont extrêmement importants. Et vous devez d’abord appeler la brigade d’ambulances. Dans le même temps, il est recommandé à la victime de se coucher dans une position horizontale confortable. S'il n'y a aucun soupçon de blessure à la colonne vertébrale, au cou ou aux os de la hanche, il est préférable que le patient soit allongé sur le côté droit, en tournant la tête et en pliant les genoux. Cette position protégera une personne de la suffocation possible causée par la chute de la langue, la salive, le sang ou les vomissures pénétrant dans le système respiratoire.

S'il y a une blessure à la tête, il est recommandé d'appliquer un pansement ou d'essayer d'arrêter le saignement. La victime recevra une assistance supplémentaire à la salle d'urgence.

Méthodes de diagnostic modernes

Lorsque les fractures de la crâne provoquées par une commotion cérébrale sont absentes. Les informations fournies par les témoins de l’incident sont extrêmement importantes pour le médecin, car chaque bagatelle est importante ici. Par exemple, un spécialiste doit savoir quel type de traumatisme a provoqué une commotion cérébrale, quels symptômes sont apparus dans les premières minutes, combien de temps la victime a perdu connaissance, etc. En outre, vous devez informer le médecin et d’autres faits, tels que des problèmes psychologiques, l’alcool, drogues, drogues, etc.

Naturellement, après une inspection visuelle, des recherches supplémentaires sont effectuées. En particulier, l'ophtalmographie, l'échographie Doppler, l'électroencéphalographie ainsi que la recherche neurologique peuvent être informatifs. Mais avec l'ordinateur et l'imagerie par résonance magnétique, les déviations ne sont généralement pas détectées.

Commotion cérébrale: traitement

Au premier soupçon d’une blessure, appelez l’équipe d’ambulances. Dans certains cas, la victime peut se sentir relativement bien et refuser les soins médicaux. Cela ne peut en aucun cas être réalisé - seul un spécialiste peut déterminer si une commotion cérébrale a réellement eu lieu.

Bien entendu, le traitement dépend de la gravité des dommages. Si le patient est légèrement blessé, il est possible de sortir de l'hôpital après seulement 2 à 3 jours. Tout d'abord, vous devez rétablir le fonctionnement normal du système nerveux. À cette fin, on prescrit aux patients des médicaments nootropes pour commotion: "Encephabol", "Pikamilon", "Nootropil", etc. En outre, il est nécessaire d'arrêter la douleur - les médicaments anesthésiques sont sélectionnés individuellement.

Si nécessaire, le patient reçoit des sédatifs, par exemple du Corvalol, du Valocordin, de la valériane ou de la teinture Motherwort. Parfois, ils effectuent une thérapie vasculaire visant à normaliser la circulation sanguine. Dans certains cas, il est nécessaire de prendre des diurétiques (en cas de suspicion d'œdème). Dans tous les cas, seul le médecin sait comment traiter une commotion cérébrale. Et pour le faire vous-même, à la maison est strictement interdite.

Effets possibles à court terme et prise en charge du patient dans la période post-traumatique

Après une commotion cérébrale, certains effets secondaires sont possibles. Par exemple, de nombreux patients se plaignent de maux de tête récurrents, qui peuvent être éliminés avec des analgésiques. Parfois, la nausée est constante, accompagnée de vomissements. Les étourdissements peuvent être attribués aux effets à court terme des tremblements. Et après un traumatisme, les gens se plaignent souvent de problèmes de concentration de l’attention, ainsi que de difficultés à effectuer les actions habituelles et habituelles (lire, attacher leurs lacets, etc.).

Dans la plupart des cas, ces troubles disparaissent d'eux-mêmes au bout de 7 à 14 jours. Cependant, les soins appropriés et le respect de certaines règles sont ce dont les personnes avec un diagnostic de commotion cérébrale ont besoin. Le traitement continue après la sortie de l'hôpital. Qu'est ce que c'est

Pour que le corps récupère plus rapidement, il est recommandé au patient de se conformer au repos au lit. Le calme, le manque de stress et l'effort physique - c'est ce qui aidera une personne à récupérer plus rapidement. C'est pourquoi les médecins interdisent aux victimes d'écouter de la musique forte, de lire, de regarder la télévision pendant longtemps, de faire du sport, etc. Le minimum de stimuli externes aidera une personne à se rétablir beaucoup plus rapidement. Si, au bout de deux semaines, les symptômes n’ont pas disparu, il est utile de consulter à nouveau le médecin et d’effectuer des recherches supplémentaires.

Complications possibles

Malheureusement, dans certains cas, une commotion, même avec un traitement, peut entraîner certaines complications. En particulier, des troubles vasomoteurs apparaissent souvent, notamment une fatigue générale constante, des problèmes de concentration, des maux de tête et des vertiges, aggravés par l'effort physique. Ainsi que de fréquents et puissants jaillissements de sang à la tête, alternant brusquement avec la pâleur générale de la peau.

En outre, la commotion cérébrale peut également affecter l'état psychologique. Les blessures entraînent souvent une instabilité émotionnelle, une irritabilité accrue, un changement radical des émotions, la stupéfaction et des névroses. Psychose beaucoup moins souvent observée, accompagnée d'hallucinations et de délires. Dans le groupe à risque, les athlètes professionnels, en particulier les boxeurs, qui reçoivent des coups à la tête et, par conséquent, des tremblements plus ou moins graves sont presque constants. Souvent, dans de tels cas, développent une démence et d’autres troubles.

Commotion cérébrale - Signes et traitement à domicile

La commotion cérébrale est l'une des formes les plus bénignes de lésion cérébrale traumatique, à la suite de laquelle les vaisseaux cérébraux sont endommagés. Tous les troubles de l'activité cérébrale sont dangereux et nécessitent une attention et un traitement accrus.

Les commotions cérébrales ne surviennent que par des effets mécaniques agressifs sur la tête - par exemple, cela peut se produire lorsqu'une personne tombe et se frappe la tête contre le sol. Les médecins ne peuvent toujours pas donner une définition précise du mécanisme de développement des symptômes de commotion cérébrale, car même en effectuant une tomographie assistée par ordinateur, les médecins ne voient aucun changement pathologique dans les tissus et le cortex de l'organe.

Il est important de se rappeler que le traitement de la commotion cérébrale n’est pas recommandé à la maison. Tout d'abord, il est nécessaire de contacter un spécialiste dans un établissement médical et ce n'est qu'après un diagnostic fiable des lésions et de leur gravité qu'il est possible, en consultation avec le médecin, d'utiliser les méthodes de traitement à domicile.

Qu'est ce que c'est

La commotion cérébrale est une atteinte des os du crâne ou des tissus mous, tels que le tissu cérébral, les vaisseaux sanguins, les nerfs et les méninges. Une personne peut avoir un accident dans lequel elle peut se cogner la tête sur une surface dure, il s'agit simplement d'un phénomène tel qu'une commotion cérébrale. Dans le même temps, certaines violations du cerveau ne conduisent pas à des conséquences irréversibles.

Comme déjà mentionné, une commotion cérébrale peut être obtenue avec une chute, un coup porté à la tête ou au cou, un ralentissement marqué du mouvement de la tête dans de telles situations:

  • dans la vie quotidienne
  • en production;
  • dans l'équipe des enfants;
  • à des occupations dans des sections sportives;
  • dans les accidents de la route;
  • dans les conflits domestiques avec agression;
  • dans les conflits militaires;
  • avec barotrauma;
  • avec des blessures avec rotation (rotation) de la tête.

À la suite d’une blessure à la tête, le cerveau change d’emplacement peu de temps après et y retourne presque immédiatement. Dans ce cas, le mécanisme d'inertie et les particularités de la fixation des structures cérébrales dans le crâne entrent en vigueur - ne pas suivre le mouvement brusque, une partie des processus nerveux peut s'étirer et perdre la connexion avec d'autres cellules.

La pression change dans différentes parties du crâne, l'irrigation sanguine peut être temporairement perturbée et par conséquent la puissance des cellules nerveuses. Un fait important en matière de commotion cérébrale est que tous les changements sont réversibles. Il n'y a pas de pauses, d'hémorragies, pas d'œdème.

Signes de

Les signes les plus caractéristiques d'une commotion cérébrale sont:

  • confusion, inhibition;
  • maux de tête, vertiges, bourdonnements dans les oreilles;
  • discours inhibé incohérent;
  • nausée ou vomissement;
  • manque de coordination des mouvements;
  • diplopie (vision double);
  • incapacité à concentrer son attention;
  • lumière et phytophase;
  • perte de mémoire.

La commotion a trois degrés de gravité, du plus léger au plus grave. Sur quels symptômes de commotion cérébrale sont les plus fréquents, nous considérons ensuite.

Légère commotion cérébrale

Dans le cas d'une légère commotion chez un adulte, les symptômes suivants se manifestent:

  • ecchymose grave de la tête ou du cou (le coup "fait détoner" des vertèbres cervicales de la tête);
  • à court terme - quelques secondes - perte de conscience, souvent des commotions cérébrales et sans perte de conscience;
  • effet de "étincelles des yeux";
  • des vertiges aggravés en tournant la tête et en se penchant;
  • l'effet du "vieux film" devant mes yeux.

Symptômes de commotion cérébrale

Immédiatement après la lésion, les symptômes de commotion cérébrale cérébrale sont notés:

  1. Nausée et réflexe nauséeux dans le cas où on ne sait pas ce qui est arrivé à la personne qui est inconsciente.
  2. L'un des symptômes les plus importants est une perte de conscience. Le temps nécessaire à la perte de conscience peut être long ou, au contraire, court.
  3. Des maux de tête et une altération de la coordination témoignent d'une lésion cérébrale. La personne est également étourdie.
  4. Avec une commotion cérébrale, des élèves de différentes formes sont possibles.
  5. La personne veut dormir ou au contraire est hyperactive.
  6. Confirmation directe d'une commotion cérébrale - convulsions.
  7. Si la victime revenait à elle, elle pourrait ressentir un inconfort en cas de forte lumière ou de son grave.
  8. En discutant avec une personne, celle-ci peut être confuse. Il se peut même qu'il ne se souvienne pas de ce qui s'est passé avant l'accident.
  9. Parfois, il peut ne pas être connecté.

Au cours des premiers jours qui suivent une blessure, une personne peut ressentir les signes suivants d’une commotion cérébrale:

  • des nausées;
  • des vertiges;
  • mal de tête;
  • troubles du sommeil;
  • violation de l'orientation dans le temps et dans l'espace;
  • pâleur de la peau;
  • transpiration;
  • manque d'appétit;
  • la faiblesse;
  • incapacité à se concentrer;
  • inconfort;
  • fatigue
  • sensation d'instabilité dans les jambes;
  • rougeur du visage;
  • acouphènes.

Il ne faut pas oublier que le patient ne trouvera pas toujours tous les symptômes caractéristiques d'une commotion cérébrale. Tout dépend de la gravité des dommages et de l'état général du corps humain. C'est pourquoi un spécialiste expérimenté devrait déterminer la gravité de la lésion cérébrale.

Que faire avec une commotion cérébrale à la maison

Avant l'arrivée des médecins, les premiers secours à domicile à la victime devraient consister en une immobilisation et en un repos complet. Sous la tête, vous pouvez mettre quelque chose de mou, appliquer une compresse froide ou de la glace sur votre tête.

Si la commotion reste dans un état d'inconscience, la position dite de sauvegarde est préférable:

  • à droite,
  • la tête rejetée en arrière, le visage tourné au sol,
  • le bras et la jambe gauche sont pliés à angle droit au niveau des articulations du coude et du genou (les fractures des membres et de la colonne vertébrale doivent d'abord être exclues).

Cette position, assurant le libre passage de l'air dans les poumons et le flux de fluide non obstrué de la bouche vers l'extérieur, évite l'insuffisance respiratoire par collage de la langue, fuite dans les voies respiratoires (salive, sang et vomissements). S'il y a des saignements sur la tête, pansez.

Pour le traitement de la commotion de la victime doit être hospitalisé. Le repos au lit pour ces patients dure au moins 12 jours. Pendant ce temps, le patient n’est soumis à aucun stress intellectuel et psycho-émotionnel (lire, regarder la télévision, écouter de la musique, etc.).

Degrés de gravité

La division de la commotion cérébrale sur la gravité est plutôt arbitraire - le critère principal est la période pendant laquelle la victime passe inconsciente:

  • Grade 1 - Commotion légère, dans laquelle la perte de conscience dure jusqu'à 5 minutes ou est absente. L'état général de la personne est satisfaisant, les symptômes neurologiques (perturbation des mouvements, de la parole, des organes des sens) sont pratiquement absents.
  • 2 degrés - la conscience peut être absente jusqu'à 15 minutes. L’état général est modéré, des vomissements, des nausées et des symptômes neurologiques apparaissent.
  • Grade 3 - lésion tissulaire exprimée par le volume ou la profondeur, conscience absente pendant plus de 15 minutes (parfois, une personne ne reprend pas conscience avant 6 heures du moment de la blessure), l’état général est sévère, avec une insuffisance fonctionnelle de tous les organes.

Il faut se rappeler que toute victime ayant subi un traumatisme crânien doit être examinée par un médecin - même avec un traumatisme apparemment insignifiant, un hématome intracrânien peut se développer, dont les symptômes évolueront au bout d'un certain temps (le «trou de lumière») et augmentent régulièrement. Avec une commotion cérébrale, presque tous les symptômes disparaissent sous l'influence du traitement - cela prend du temps.

Les conséquences

Dans le cas d'un traitement adéquat et de la conformité du patient aux recommandations du médecin après une commotion cérébrale, une récupération complète et une restauration de la capacité de travail ont lieu. Cependant, certains patients peuvent avoir certaines complications.

  1. La conséquence la plus grave de la commotion cérébrale est considérée comme un syndrome post-commotion, qui se développe après une certaine période (jours, semaines, mois) après TBI et qui tourmente une personne toute sa vie avec des accès incessants de maux de tête, de vertiges, de nervosité, d'insomnie.
  2. Irritabilité, instabilité psychoémotionnelle, hyperexcitabilité, agressivité, mais gaspillage rapide.
  3. Syndrome convulsif, ressemblant à l'épilepsie, privant le droit de conduire et de certaines professions.
  4. Troubles végétatifs-vasculaires graves, se manifestant par une tension artérielle irrégulière, des vertiges et des maux de tête, des bouffées de chaleur, des sueurs et une fatigue.
  5. Hypersensibilité aux boissons alcoolisées.
  6. États dépressifs, névroses, peurs et phobies, troubles du sommeil.

Un traitement de qualité en temps opportun aidera à minimiser les effets de la commotion cérébrale.

Traitement de commotion cérébrale

Comme toute blessure ou maladie cérébrale, la commotion cérébrale doit être traitée sous la surveillance d'un neurologue, d'un traumatologue, d'un chirurgien qui contrôle tous les signes et l'évolution de la maladie. Le traitement comprend le repos au lit obligatoire - 2 à 3 semaines pour un adulte et 3 à 4 semaines pour un enfant au moins.

Il arrive souvent qu'un patient après une commotion cérébrale ait une sensibilité aiguë à la lumière et aux sons forts. Il est nécessaire de l'isoler afin de ne pas aggraver les symptômes.

À l'hôpital, le patient a principalement pour but de le surveiller et de suivre un traitement prophylactique et symptomatique:

  1. Analgésiques (baralgin, sedalgin, ketorol).
  2. Agents apaisants (teintures de valériane et d’agripaume, tranquillisants - Relanium, phenazepam, etc.).
  3. Aux vertiges, Bellaspon, Bellatamininal, Cinnarizine sont prescrits.
  4. Le sulfate de magnésium aide à soulager la tension générale et les diurétiques aident à prévenir l'œdème cérébral.
  5. Il est conseillé d'utiliser des préparations vasculaires (trental, cavinton), nootropes (nootropil, piracétam) et des vitamines du groupe B.

En plus du traitement symptomatique, un traitement est généralement prescrit pour restaurer les fonctions cérébrales altérées et prévenir les complications. La nomination d'une telle thérapie est possible au plus tôt 5-7 jours après la blessure.

Les patients sont invités à prendre des médicaments nootropes (Nootropil, Piracetam) et vasotropes (Cavinton, Theonikol). Ils ont un effet bénéfique sur la circulation cérébrale et améliorent l'activité cérébrale. Leur admission est indiquée plusieurs mois après la sortie de l'hôpital.

Réhabilitation

Toute la période de rééducation, qui dure de 2 à 5 semaines en fonction de la gravité des conditions, doit respecter toutes les recommandations du médecin et respecter scrupuleusement le repos au lit. Il est également strictement interdit tout stress physique et mental. Au cours de l'année, il est nécessaire de consulter un neurologue pour prévenir les complications.

Rappelez-vous qu'après avoir subi une commotion cérébrale, même légère, diverses complications peuvent survenir sous la forme d'un syndrome post-traumatique et chez les personnes qui abusent de l'alcool, de l'épilepsie. Pour éviter ces problèmes, doivent être observés pendant une année chez le médecin.

Pilules pour commotion cérébrale

Une blessure à la tête, un coup au cou peut provoquer une commotion cérébrale. Dans de telles situations, le principal moyen de traitement est de fournir du repos si la victime est légèrement blessée et est traitée à domicile. À des stades graves de l’hôpital, le médecin prescrit des médicaments pour la commotion cérébrale. En fonction de l'état du patient, des caractéristiques des symptômes manifestés, un complexe de médicaments est sélectionné.

Comment se passe la commotion cérébrale?

Pourquoi le cerveau est blessé? Après tout, la matière grise ne touche pas le crâne, il est protégé des contacts par un liquide spécial du cerveau, le liquide céphalo-rachidien. À la suite d'un coup, un cerveau contusionné entre en contact avec l'os et reçoit une contre-attaque sur le mur opposé. Avec ceci:

  • Le métabolisme cellulaire est altéré.
  • Il y a des micro-fractures dans la matière grise, le cortex cérébral.
  • Navires endommagés.
  • Matière grise perturbée.
  • Développement possible d'hémorragie.

Blessures sportives, une chute au sol d'une hauteur de leur hauteur, un accident de voiture peut entraîner une commotion cérébrale. Ces lésions sont diagnostiquées même chez les nourrissons trop secoués ou secoués.

Les symptômes

En se concentrant sur les symptômes d'une commotion cérébrale, le médecin choisit des médicaments. Selon la symptomatologie, on distingue les niveaux de sévérité suivants:

Étape 1 Elle se caractérise par une perte de conscience à court terme, ne dépassant pas 5 minutes. Ou évanouissement totalement absent. Une personne peut se plaindre de désorientation dans l'espace, de temps, de vertiges, de sensations de "mouches" devant ses yeux, la peau devient pâle.

Étape 2 La perte de conscience dure 10-30 minutes. La victime constate une vision double, des bourdonnements dans les oreilles et des maux de tête. Il peut y avoir une perte d’orientation prononcée dans l’espace et un engourdissement des doigts.

Étape 3 La victime perd conscience pendant une longue période, une inconscience à court terme apparaît - la personne ne se souvient pas de ce qui s'est passé avant la blessure. Les patients se plaignent de nausées, de vomissements, de vertiges, d'assombrissement des yeux et d'acouphènes. Apparaît engourdissement des membres, perturbation de l'appareil vestibulaire.

Les symptômes caractéristiques de sévérité modérée ou grave peuvent survenir plus tard, après un certain temps: jour ou semaine. Par conséquent, même après une blessure mineure à la tête, consultez un médecin.

Premiers secours

Remarqué que l'homme est tombé, frappé et a perdu connaissance? Au premier signe de commotion, une ambulance doit être appelée. Les premiers secours à une personne peuvent être fournis avant l'arrivée des médecins.

  1. La victime est placée sur une surface horizontale rigide.
  2. Pour éviter la chute de la langue, les vomissements, le mucus, la tête est placée dans les voies respiratoires avec les premiers soins, en tournant la tête vers le sol.
  3. Si les fractures de la colonne vertébrale, des jambes et de la position confortable du corps humain sont éliminées - sur le côté, avec la jambe droite pliée à 90 degrés, avec la main sous la tête.
  4. Il y a des blessures visibles sur la tête? La plaie est lavée avec un antiseptique, les bords de la plaie sont traités avec de l'iode.

Les premiers secours servent uniquement à améliorer l'état de la victime. Prescrire un médicament contre la commotion cérébrale à la maison est impossible. Le neuropathologiste décidera du traitement le plus efficace à l’issue du diagnostic à l’hôpital.

Caractéristiques de soins pour la victime

Si le médecin diagnostique chez le patient une légère lésion de substance grise, il est renvoyé chez lui après observation au cours de la journée. Pour une récupération rapide à la maison, traiter une commotion cérébrale implique de suivre un régime spécial:

  • Repos au lit: à partir de deux jours et plus.
  • Assombrissement de la pièce, à la lumière du soleil - rideaux d'obscurcissement.
  • Exception de sons forts et coupants.
  • Interdiction stricte de regarder la télévision, de jouer à des jeux sur un téléphone portable, de travailler devant un ordinateur, de lire.
  • Vous pouvez écouter de la musique douce, mais pas au casque.
  • Il est interdit d'être nerveux, d'entrer dans des scandales.
  • Ne fumez pas, buvez de l'alcool.

Les médicaments pour commotion cérébrale sont prescrits si le stade modéré ou grave de la substance grise est diagnostiqué. Les victimes du traitement sont à l'hôpital.

Traitement médicamenteux

Si le patient présente des symptômes graves, le mal de tête ne s’arrête pas, des saignements aux oreilles, le nez apparaît, il est hospitalisé. La victime est diagnostiquée:

  • Radiographie
  • IRM
  • tomographie par ordinateur;
  • ophtalmographie;
  • EEG.

Analgésiques

Les analgésiques pour commotions cérébrales sont prescrits si le patient se plaint d’un mal de tête grave, symptôme courant d’une blessure. Pour les douleurs rares, les analgésiques sont recommandés:

Si la victime souffre de graves maux de tête, vous devez prendre les médicaments combinés:

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens peuvent réduire les maux de tête après une commotion cérébrale:

Attention! La sélection des analgésiques est effectuée uniquement par un spécialiste. Si le patient suit un traitement à domicile, il souffre de maux de tête graves, il est donc logique de demander de l'aide à l'hôpital.

Médicaments nootropes

Traiter une commotion cérébrale consiste à rétablir le fonctionnement normal des cellules nerveuses. Les médicaments neurotropes soutiennent la nutrition des cellules cérébrales, normalisent le métabolisme cérébral:

  • Piracetam.
  • Nootropil
  • La cinnarizine.
  • Stugeron.
  • Pantogan.
  • Glycine.
  • Cérébrolysine.
  • Ceraxon.
  • Pantocalcin

Ces médicaments améliorent la circulation cérébrale, aident à se débarrasser des vertiges, réduisent la fréquence des maux de tête.

Agents vasotropes

Pour renforcer les vaisseaux de la victime, pour les rendre souples, le médecin prescrit des médicaments groupe vazotropnogo. Ils normalisent la viscosité du sang, favorisent l'activation du métabolisme dans les parois vasculaires. Avec l'aide de ces médicaments élimine les spasmes vasculaires. C'est:

Pourquoi est-il possible de prendre ces pilules uniquement dans un hôpital? Seul un médecin peut choisir le dosage exact et calculer correctement le rapport nootropes / vasotropes.

Diurétiques

Parfois, les maux de tête peuvent provoquer une augmentation de la pression intracrânienne causée par un accident vasculaire cérébral. Pour prévenir le gonflement des tissus, le médecin vous prescrit des pilules avec un effet diurétique, qui aident également à réduire la pression intracrânienne lors de commotions cérébrales modérées ou graves:

L'acceptation des médicaments diurétiques doit être effectuée sous surveillance médicale. L'utilisation excessive de diurétiques entraîne une perturbation de l'équilibre eau-sel dans le corps humain.

Prévention des vertiges, des nausées

Si la victime après une lésion cérébrale se plaint souvent de nausée et de vertiges, on lui prescrit les médicaments suivants:

Les médicaments contre les commotions aident à normaliser le cerveau, à réduire l'anxiété et à éliminer les vertiges.

Drogues sédatives

Après une commotion cérébrale, le patient peut se plaindre de troubles du sommeil, d'insomnie, de l'apparition de peurs déraisonnables. Pour réduire la tension nerveuse, éliminer le développement de la névrose, les médecins recommandent de prendre des sédatifs:

Il a un effet calmant sur les patients souffrant de charges nerveuses après une blessure à la tête, de décoction de camomille et de thé vert.

Tranquillisants

Ces médicaments sont prescrits pour éliminer les maux de tête, normaliser le sommeil du patient, améliorer l'état nerveux du patient, lequel peut, après une blessure à la tête, souffrir d'irritabilité, de larmoiement:

Attention! La réception de ces médicaments doit être coordonnée avec le médecin. La nomination de tranquillisants n’est effectuée que sur décision d’un neurologue. Les médicaments peuvent avoir un effet déprimant sur la psyché, il est interdit de prendre des tranquillisants aux femmes enceintes.

Vitamines

Afin que la victime se rétablisse rapidement, elle doit prendre des vitamines B au cours de la période de traitement: thiamine, acide nicotinique, pyridoxine, acide folique, ainsi que vitamine C, phosphore et magnésium. La combinaison de ces médicaments protège les cellules du cerveau de la destruction et favorise la régénération des tissus.

La consommation de complexes de vitamines et de minéraux après une commotion devrait être longue, non seulement pendant l'hospitalisation, mais également à la maison. Pour améliorer l'immunité, les neurologues recommandent aux patients d'extraire de l'Eleutherococcus, de la racine de ginseng, de la citronnelle, de Pantocrinum. Des médicaments anti-sclérotiques sont prescrits chez les patients âgés.

Caractéristiques de la période de rééducation

Prendre des pilules pour commotion cérébrale devrait être après la sortie de l'hôpital, à la maison. De plus, pour exclure d'éventuelles complications, le patient doit observer le régime:

  • Dormez au moins 8-10 heures par jour.
  • Ventilez la pièce pour dormir dans la pièce afin de maintenir la température de 18 à 20 degrés.
  • Abandonnez les aliments lourds, la limonade, le café, le chocolat.
  • Ne buvez pas d'alcool, ne fumez pas.
  • Permettez-vous de faire de l'exercice: randonnée pédestre, vélo, natation.
  • Effectuer des exercices de thérapie physique.

Au besoin, après une blessure à la tête et un traitement à long terme des blessés à l'hôpital, un neurologue peut recommander de continuer à prendre le médicament à la maison. Et aussi pour prescrire le passage de procédures physiothérapeutiques, chambres de pression, séances de massage, thérapie manuelle, acupuncture, etc.

Le traitement sera efficace si la personne touchée par une commotion respecte scrupuleusement les recommandations du médecin et adhère à un régime doux. Il est également important de maintenir l'équilibre psycho-émotionnel, d'éviter les situations stressantes et de réduire le stress physique et mental.

Commotion cérébrale: Quelles pilules aideront à soigner une blessure à la tête?

Parmi toutes les maladies, les maladies de la tête sont les plus dangereuses. La plupart des blessures au crâne sont à l'origine de commotions cérébrales. Bien sûr, cela ne fonctionnera pas et vous devez absolument contacter un spécialiste: un neurologue, un traumatologue, un neurochirurgien.

Après examen, il prescrit des injections ou des comprimés pour une commotion cérébrale. Ce diagnostic étant sérieux, le traitement doit être effectué de manière responsable.

Comment se passe une commotion cérébrale

Dans différentes situations, une personne peut être blessée: glace, accident de voiture, perte de conscience et chute ultérieure, blessures domestiques, production dangereuse, état d'intoxication par les drogues ou l'alcool.

Le cerveau est constitué de tissus mous et d'un coup sec est déplacé vers la poussée, puis un mouvement de retour est créé. En conséquence, le cerveau peut être endommagé par le contact d'abord avec un côté du crâne, puis avec le côté opposé. Dans le processus de déplacement, une rupture vasculaire, un hématome, une hémorragie, un œdème et des troubles similaires peuvent survenir. Même avec une blessure mineure, vous devriez consulter votre médecin et vous garantir un avenir en bonne santé. Malheureusement, ce n’est pas toujours à cause des vomissements qu’une personne reçoit une pilule pour commotion cérébrale.

Symptômes et stades

Examiner les symptômes est facile. Surtout si le patient a un léger tremblement. Mais une attitude attentive à votre propre santé aidera à identifier la maladie à temps et à agir. Les principaux symptômes sont les mêmes et persistent un certain temps après que le patient a commencé à utiliser le médicament contre les commotions cérébrales. Voici les principaux symptômes:

  • des vertiges;
  • vomissements;
  • désorientation dans l'espace et le temps;
  • diminution de l'activité cérébrale;
  • réaction négative à la lumière crue;
  • maux de tête, souvent lancinants;
  • pâleur
  • perte de conscience (évanouissement);
  • l'amnésie;
  • les mouches, les rides devant les yeux;
  • température corporelle élevée;
  • sentiment de peur, panique.

Selon la force du coup, l'âge et l'état de santé de la victime, on peut distinguer trois stades de commotion cérébrale. Selon le degré de dommage, prescrire un traitement différent.

Étape 1

Dans le cas d'une blessure mineure, le patient ne perd généralement pas conscience, mais si cela se produit, la syncope ne dure pas plus de 5 minutes. Ces personnes ont des vertiges, une vision floue, une pâleur. L'aide médicale est nécessaire nécessairement.

Étape 2

Un degré modéré de dommage est caractérisé par une perte de conscience de 10 à 15 minutes, des vomissements, un engourdissement des doigts, des acouphènes et de graves maux de tête. Vous n’avez pas à décider vous-même des médicaments à prendre lors d’une commotion cérébrale. Laissez cela à la discrétion du médecin - il a les connaissances et l'expérience.

Étape 3

Quand une personne est gravement blessée, des vomissements se produisent, sa tête tourne et il y a un bruit fort dans ses oreilles. Les évanouissements peuvent durer jusqu'à une demi-heure. La mémoire ne peut pas reproduire les événements récents. c'est presque une contusion.

La commotion chez les enfants et les adultes: similitudes et différences

Chez les adultes et les enfants, le diagnostic et l'évolution de la maladie diffèrent selon la fréquence des blessures.

Les enfants ne peuvent pas expliquer leurs sentiments. Par conséquent, les parents doivent être attentifs à l'enfant et à son comportement. S'il vomit, il refuse de manger, pleure plus que d'habitude, la coordination se détériore (par exemple, le bébé a déjà mangé avec une cuillère, mais à un moment donné, il ne pouvait pas le prendre correctement) - c'est une raison pour voir un médecin.

En outre, les enfants sont plus enclins à subir des blessures, car ils sont agités, actifs, mais ont toujours un faible contrôle des mouvements et comptent moins bien. Si un enfant a une blessure à la tête avec ses parents - inutile d'attendre l'apparition des symptômes, amenez immédiatement la victime à la salle d'urgence.

Les adultes

Plus souvent, les adultes sont prudents, mais personne n’est à l’abri des blessures. Au premier soupçon de commotion cérébrale devrait contacter le neurologue ou la salle d'urgence. Souffrir de la douleur, boire lorsque vous secouez une pilule pour soulager les symptômes est très nocif.

Personnes âgées

Cette catégorie de personnes est moins susceptible d'être blessée, mais elle souffre davantage. Après une commotion cérébrale chez les personnes âgées, une démence, la maladie d'Alzheimer et une amnésie peuvent se développer. Par conséquent, le traitement des commotions cérébrales chez les grands-parents comprend les anti-sclérotiques. La posologie est calculée en fonction de l'âge, du poids et de l'état du patient.

Premiers secours à la victime

Si une personne a une blessure à la tête dans la rue, seul un médecin peut prescrire des médicaments pour la commotion. Par conséquent, il est nécessaire de fournir les premiers secours sans toutefois aggraver la situation. Voici une liste d'actions pour une personne sans formation médicale.

  1. Posez le patient à ses côtés. Ainsi, une personne ne s'étouffera pas avec le vomi et sa langue inconsciente ne bloquera pas les voies respiratoires.
  2. Si la blessure à la tête est ouverte ou si d'autres dommages importants sont visibles (fracture de la jambe, de la colonne vertébrale, etc.), vous ne devez pas bouger la victime du malheur. Il suffit de tourner du côté de la tête de la victime et de suivre sa respiration.
  3. Traitez les plaies sur la tête avec un antiseptique et les bords avec de l'iode (si vous avez une trousse de premiers soins avec vous).
  4. Appelez une ambulance et attendez son arrivée. Indiquez aux médecins les circonstances dans lesquelles la blessure est survenue, depuis combien de temps, quels médicaments la personne a pris, si elle est en état d'ébriété, depuis combien de temps elle est inconsciente, etc. Même des détails sans importance peuvent jouer un rôle prépondérant dans le choix du moyen prescrit et dans le traitement à choisir.

Diagnostics

Pour une image complète, les médecins envoient un patient soupçonné de subir une commotion cérébrale à un examen approfondi, et ne lui prescrivent alors que des médicaments.

Une personne subit une radiographie, une tomodensitométrie, moins souvent une IRM, car elle n’est pas toujours informative dans le cas d’une commotion cérébrale chez l’enfant ou l’adulte. Il est recommandé de consulter un ophtalmologiste, une étude EEG, une échographie.

Traitement de la toxicomanie

Pour toute personne, une commotion cérébrale est une blessure dans laquelle vous devrez recevoir des médicaments sous forme d'injections ou de compte-gouttes. Pour les stades légers, prenez les médicaments par voie orale, sous forme de pilule.

Traiter une commotion cérébrale est un long processus. Cela peut prendre 2-4 semaines. Pendant tout ce temps, il est nécessaire d’adopter une approche responsable pour chaque médicament prescrit, d’en traiter le nom, de lire les instructions et de le prendre correctement. Le patient doit être hospitalisé et recevoir le traitement principal à l'hôpital sous la supervision de spécialistes. Après une commotion cérébrale à la maison, vous devez adhérer au régime, plus de repos et pas de surmenage.

Si un patient a été diagnostiqué avec une commotion cérébrale, le traitement doit être démarré, le médecin choisit les médicaments pour chaque cas spécifique et calcule la posologie. Mais il existe des directives générales et des recommandations, que les comprimés à prescrire.

  1. Premièrement, nous avons besoin de médicaments nootropes pour contracter une commotion cérébrale. Ils rétabliront la santé du cerveau: Piracetam, Stugeron, Glycine, Nootropil.
  2. Des agents vasotropes sont prescrits pour renforcer les vaisseaux: Instenon, Cavinton, Theonikol.
  3. Pour réduire les poches et la pression intracrânienne, on utilise des diurétiques à effet diurétique: Veroshpiron, Diakarb, Uregit.
  4. Papaverine, Belloid, Tanakan conviennent pour réduire les maux de tête et arrêter les vomissements.
  5. Pour normaliser le sommeil et l’état général du patient, des tranquillisants sont prescrits: phénazépam, dormant, phénobarbital.
  6. Viennent ensuite les médicaments pour prévenir les crises et l’épilepsie. Ces médicaments ne sont prescrits que si, selon les résultats de la recherche, une personne est prédisposée aux crises d'épilepsie. Mais on prescrit quand même ces médicaments aux personnes âgées.
  7. Agents anti-sclérotiques pour les personnes âgées.
  8. Vitamines.
  9. Somnifères
  10. Des sédatifs, des sédatifs sont également nécessaires: la valériane, le Corvalol, l’agripaume.

Recommandations en période de récupération

Bien sûr, il ne suffit pas de subir un traitement médicamenteux contre la commotion et d’oublier la blessure.

Au cours du traitement et pendant longtemps après cela, vous devez faire attention et suivre des règles simples:

  • Sommeil complet. Le premier mois après la blessure - au moins 8-10 heures par jour.
  • Alimentation variée et de qualité.
  • Exclure le café, le chocolat, l'alcool, la nicotine et les drogues.
  • Aérer l'espace de vie.
  • Exclure la lecture, regarder la télévision, jouer sur un ordinateur ou un téléphone et même écouter de la musique.
  • Faites des exercices légers avec la permission d'un médecin.
  • Prenez régulièrement les médicaments que votre médecin vous a prescrits pour commettre une commotion cérébrale. Le respect précis des doses et du moment d'administration assure un rétablissement rapide et l'absence de complications.

Malgré le long séjour à l'hôpital et la prise de médicaments, chaque personne doit prendre soin de soi après son congé. Vous ne pouvez pas arrêter brutalement le traitement après une commotion cérébrale. Un régime d'épargne, un repos et un sommeil adéquats sont des recommandations pour chaque ancien patient. Essayez de toujours faire attention. Mais s'il y avait une blessure - suivez les conseils des médecins et suivez leurs instructions. La confiance dans le rétablissement rapide et la responsabilité du patient sont des conditions préalables à un traitement efficace.

Comprimés pour traiter une commotion cérébrale

Une commotion cérébrale survient à la suite d'un traumatisme crânien causé par un accident vasculaire cérébral, une chute, un accident ou une autre cause. Bien qu’il soit considéré comme une forme légère de lésion cérébrale, il peut être dangereux et insidieux et se manifester avec de nombreuses complications même après plusieurs années. Afin de soulager l'état de la personne blessée, immédiatement après l'accident, les comprimés pour commotion cérébrale devraient être traités plus avant.

Signes de commotion cérébrale

Les manifestations de commotion cérébrale sont évidentes et cachées, faibles. En cas de blessure grave, le blessé:

  • perdre conscience et coordination;
  • ne peut pas bouger à cause du vertige;
  • se sent nauséeux jusqu'à vomissements excessifs;
  • se plaint de maux de tête atroce et de déficience visuelle.

L'amnésie se développe chez les patients graves après une commotion cérébrale. Ils ne se souviennent pas de leur nom, de leur adresse et ne peuvent pas en dire plus sur les événements qui ont précédé l'accident ou la blessure. Les syndromes de douleur s’intensifient sur le fond des conversations fortes des autres, en pleine lumière, en essayant de bouger, en manque de sommeil.

Les patients constatent souvent un hématome grave, une rupture des vaisseaux sanguins, un manque d'approvisionnement en sang. Si les os de la base et du calvarium sont endommagés jusqu'à la fracture, la condition est aggravée par une éventuelle hémorragie sous-arachnoïdienne, car le sang s'accumule sous la matière arachnoïdienne.

Pour commotion cérébrale dans les blessures légères sont caractérisées par:

  • transpiration excessive de la victime;
  • palpitations cardiaques (tachycardie avec fréquence cardiaque> 80 battements / minute ou bradycardie - ralentissement de la fréquence cardiaque à 60 battements / minute);
  • respiration accélérée - tachypnée (plus de 20 mouvements respiratoires par minute) dans le respect du rythme respiratoire;
  • acouphènes, maux de tête;
  • augmentation de la pression artérielle.

La substance du cerveau, ses membranes et ses tissus mous sont endommagés, même avec des blessures apparemment mineures. Ils surviennent surtout chez les jeunes enfants, car ils ne craignent toujours pas de tomber et la motricité est imparfaite. La chute des personnes âgées et des enfants entraîne une modification de la structure de la substance cérébrale, qui se caractérise par la maladie d’Alzheimer, la démence, des troubles mentaux, une irritation des membranes, une parésie des membres et une altération des mouvements des pupilles et des yeux. Chez les victimes la parole et la sensibilité sont perturbées, la pression du liquide céphalo-rachidien augmente, la substance du cerveau est comprimée.

Un jeune enfant ne peut pas encore décrire ses symptômes. Les parents doivent donc se préoccuper des points suivants:

  • perte de conscience;
  • refus de manger;
  • pleurs constants;
  • fortes fluctuations de température;
  • vomissements fréquents;
  • manifestations de nystagmus oculaire (contractions musculaires).

Diagnostics

Des signes indiquant une commotion cérébrale peuvent survenir pendant 20 à 35 jours. Lors du diagnostic, ils sont pris en compte et complétés par un scanner, une IRM, une échographie, un électroencéphalogramme et une radiographie.

Trois indicateurs sont importants pour évaluer la gravité d’une période aiguë:

  1. Etat de conscience.
  2. Fonctions vitales.
  3. Symptômes neurologiques focaux.

Les changements de gravité et les troubles de la conscience dès le premier jour sont enregistrés toutes les 2 heures.

Traiter une commotion cérébrale

Est important. Le traitement d'urgence en cas de traumatisme crânien et de suspicion de commotion cérébrale consiste à donner au patient le repos nécessaire en lui appliquant un sac de glace sur la tête ou des lotions fraîches. S'il n'y a pas de vomissement abondant, administrer un anesthésique.

L'activité motrice du patient, en particulier d'un enfant ou d'une personne âgée, est limitée à une période de 3 à 10 jours. La victime reçoit des médicaments contre les tremblements causés par des douleurs à la tête et dans la région touchée, des somnifères, des remèdes contre l'hypertension.

Les blessures graves et complexes nécessitent une surveillance constante de la pression intracrânienne.

Si elle augmente, la thérapie de déshydratation est utilisée, par exemple, par des moyens osmotiques: Mannitolum ou urée et, en tant que diurétique, Lasix. Si la pression est réduite, une thérapie par perfusion adéquate est réalisée en administrant du chlorure de sodium isotonique et du glucose.

Une trépanation d'urgence est effectuée lorsque le crâne est comprimé, car une intervention chirurgicale tardive peut causer des dommages irréversibles au cerveau. Une plaie ouverte sur le crâne nécessite un traitement immédiat avec les techniques chirurgicales disponibles et une réanimation afin de maintenir l'activité fonctionnelle du cerveau importante pour la vie humaine.

Que devriez-vous boire avec une commotion cérébrale en premier lieu? Tout dépend du degré de pathologie, de ses signes. Si les symptômes sont clairement visibles dans les 15 à 20 minutes sans perturber la conscience, un léger degré est diagnostiqué. Le médecin peut prescrire un repos au lit jusqu’à 3 jours, des analgésiques analgésiques, des hypnotiques et des médicaments diurétiques lorsque la pression augmente. Parfois, le traitement n'est pas prescrit, mais l'inspection est effectuée et le repos recommandé en silence.

Le degré moyen est diagnostiqué avec des symptômes de désorientation pendant 20 minutes après une blessure au crâne, mais sans perte de conscience. En plus du repos au lit, par application à froid, le traitement est effectué:

  • médicaments diurétiques avec commotion cérébrale: "Diakarbom", "Furosémide" - simultanément aux moyens contenant du calcium, tels que "Panangin" ou "Asparkam", afin de prévenir le gonflement de la substance grise du cerveau;
  • les sédatifs: «Corvalol», «Valocordin», «Nozepam», «Phénazépam», «Elenium», teinture d'Agripaume ou de Valériane;
  • antihistaminiques: «Diazolin», «Suprastin», «Dimedrol», pour la nuit - «Phénobarbital» ou «Reladorm»;
  • avec des maux de tête - "Sedalgin", "Baralgin", "Pentalgin", "Analgin", "Maksigan";
  • avec vertiges - «Platifillin» avec «Papaverin», «Belloid», «Tanakan», «Betaserk», «Bellaspon» ou «Mikrozerom»;
  • pour stimuler les processus métaboliques - vasculaires: «Sermion», «Stugeron», «Cavinton» - et les médicaments nootropes: «Aminalon», «Nootropil» ou «Pikamilon» (pendant 3-4 jours).

Quels médicaments et gouttes faut-il prendre en cas de grave commotion cérébrale? Un état grave est diagnostiqué, si la conscience est altérée, il existe des symptômes pathologiques à long terme, l'amnésie. Prescrire les mêmes médicaments que dans un état modéré. Ajouter un traitement d'hypnotiques et de sédatifs (sous forme de comprimés - Valériane, sous forme de gouttes - "Corvalol", "Valocordin", teinture motherwort). Le traitement est également effectué par des tranquillisants ("Sibazon"). Pour les vertiges, prenez les pilules "Belloid", "Betaserk". Dans les cas graves, les plaies à la tête sont traitées, des vitamines et une oxygénothérapie sont effectuées.

Restauration de la fonction cérébrale

Afin de prévenir le développement de crises d'épilepsie et de rétablir le plus rapidement possible les fonctions du GM, le traitement est effectué avec «Aminalon» ou «Encephabol» en association avec des médicaments vasotropes: «Sermion» ou «Cavinton».

Dans le cas d'un crâne blessé et d'une commotion cérébrale grave, le traitement est effectué selon le schéma suivant, en l'espace de 1 à 2 mois:

  • Cavinton;
  • "Nootropil" ou "Stugeron";
  • "Encephabol".

Pour éliminer les syndromes asthéniques, prenez des pilules: "Vazobral", "Pantogam", "Kogitum". Augmentez le ton des teintures d'Eleutherococcus, fruits de citronnelle, racine de ginseng.

Est important. Les personnes âgées atteintes de tremblements doivent prendre des comprimés antisclérotiques. Si des crises d'épilepsie n'ont jamais été observées et qu'il n'y a aucune manifestation convulsive, aucun traitement anticonvulsivant n'est effectué chez ces patients.

Antioxydants, médicaments contenant des oligo-éléments et des vitamines du groupe B, de l'acide folique et du phosphore s'ajoutent au traitement des tremblements violents.

Pour prévenir d'éventuelles anomalies de l'état du cerveau et de la psyché, le patient doit, après le traitement, consulter un neurologue pour un examen 1 à 2 fois par semestre, puis 1 à 2 fois par an. Il faut se rappeler qu'avec un traitement intempestif ou le non-respect du repos au lit, l'auto-annulation des comprimés, le syndrome post-communautaire peut se développer même après 6 mois ou 1 à 3 ans.