Atrophie du cortex cérébral: classification, symptômes et traitement

Sclérose

Atrophie cérébrale - processus de mort en phase de cellules cérébrales, destruction de composés neuronaux et de cellules nerveuses. Dans ce cas, des perturbations peuvent survenir dans le cortex ou dans le sous-cortex du cerveau humain.

L'atrophie du cortex cérébral survient souvent avec l'âge, et dans la plupart des cas, un tel diagnostic est posé chez le sexe faible.

Une violation peut survenir dans cinquante-cinq ans et se terminer par une démence.

Cela est dû au fait qu'avec le vieillissement, le volume et le poids du cerveau deviennent plus petits.

Il est à noter que cette déviation est caractéristique des lobes frontaux, qui contrôlent les fonctions exécutives. Ces fonctions incluent le contrôle, la planification, l'inhibition du comportement, les pensées.

Causes de la maladie

Une des principales causes de l'atrophie cérébrale est une prédisposition héréditaire à cette maladie. Mais une violation peut apparaître pour d'autres raisons:

  1. L'effet toxique de l'alcool, de certaines drogues et de médicaments. Dans le même temps, des dommages à la fois au cortex et aux formations sous-corticales du cerveau peuvent être observés.
  2. Blessures, y compris celles résultant du processus d’intervention neurochirurgicale. Un effet dommageable sur le tissu cérébral apparaît lorsque les vaisseaux sanguins sont comprimés et que des anomalies ischémiques apparaissent. En outre, cela peut apparaître en présence de formations bénignes, pincant les voies sanguines.
  3. Des manifestations ischémiques peuvent également survenir en raison d’une lésion importante des vaisseaux présentant des plaques athéroscléreuses, caractéristique des personnes âgées, qui entraîne une détérioration de la puissance du tissu nerveux et sa mort.
  4. Anémie chronique avec une diminution significative du nombre de globules rouges ou d'hémoglobine qu'ils contiennent. Cette déviation entraîne une diminution de la capacité du sang à attacher des molécules d'oxygène et à les amener aux tissus du corps, ainsi qu'au nerf. L'ischémie et l'atrophie apparaissent.

Cependant, il existe une liste de conditions propices à une telle violation:

  • faibles charges d'esprit;
  • tabagisme excessif;
  • l'hydrocéphalie;
  • hypotension chronique;
  • longue réception des substances qui rétrécissent les vaisseaux.

Types d'atrophie

Considérez quels types d’atrophie cérébrale sont:

  1. L'atrophie corticale du cerveau est le processus de la mort des tissus du cortex cérébral associé à des modifications de la structure du tissu nerveux liées au vieillissement ou à des troubles généraux survenant dans le corps du patient. Le plus souvent des lobes frontaux endommagés, mais il est possible la connexion au processus et à ses autres parties.
  2. L'atrophie cérébrale multisystémique est une maladie neurodégénérative croissante caractérisée par des lésions des ganglions de la base, du tronc cérébral, du cervelet, de la moelle épinière, du parkinsonisme exprimé, de l'ataxie cérébelleuse, de l'échec autonome et du syndrome pyramidal.
  3. Atrophie diffuse du cerveau - apparaît dans de nombreux processus d'origine différente, l'évolution est très variable. Initialement, la maladie se présente comme une violation du cervelet et ce n’est que plus tard que des signes spéciaux permettent d’identifier le processus pathologique primaire.
  4. Atrophie du cervelet cérébral - augmentation des troubles cérébelleux, associée à des manifestations de lésions à d’autres parties du système nerveux.
  5. Dépôts corticaux postérieurs sous forme de plaques et de plexus neurofibrillaires, provoquant la mort des cellules nerveuses dans les parties pariéto-occipitales du cerveau.

Une fracture de la base du crâne peut également causer une atrophie cérébrale et d’autres conséquences graves. Qu'est-ce que le neurome du nerf auditif - traitement, symptômes et signes, diagnostic de la maladie et autres informations nécessaires sur l'état pathologique.

Degrés d'atrophie

Le développement de la déviation se produit selon ce schéma:

  1. Stade initial ou atrophie du cerveau du 1 er degré - il n'y a aucun signe clinique, mais le trouble se développe rapidement et son passage au stade suivant de la maladie.
  2. La deuxième étape est une détérioration rapide de la communication du patient avec les autres. En même temps, une personne devient en conflit, ne peut normalement pas percevoir la critique, saisir le fil de la conversation.
  3. La troisième étape - le patient perd progressivement le contrôle de son comportement. Des éclats de colère ou de morosité déraisonnables peuvent apparaître, le comportement devient scandaleux.
  4. La quatrième étape - la perte de conscience de l'essence des événements, les exigences des autres.
  5. L'étape finale - le patient ne comprend pas ce qui se passe et ne provoque aucune émotion en lui.

Selon les zones touchées du lobe frontal, des troubles de l'élocution, une léthargie, une indifférence ou une euphorie, une hyperactivité sexuelle et certains types de manie peuvent apparaître au premier abord.

Le dernier moment rend souvent le patient dangereux pour la société, ce qui est une indication de son placement dans un hôpital psychiatrique.

Lorsque l'approvisionnement en sang du cerveau est perturbé, l'un des signes diagnostiques peut être la mort du muscle temporal, observée chez certains patients.

Symptômes d'atrophie cérébrale

Les symptômes existants de la lésion peuvent avoir des différences significatives, en fonction des parties de l'organe détruites. Lorsque l’atrophie du cortex est observée:

  • capacité réduite à penser et à analyser;
  • changement de tempo, ton et autres caractéristiques de la parole;
  • altération de la mémoire à une incapacité absolue de mémoriser quelque chose;
  • violation de la motilité des doigts;
  • la défaite des parties sous-corticales conduit à des symptômes plus graves.

Leur caractéristique dépend du but de la partie perturbée:

  • atrophie du bulbe rachidien - respiration altérée, activité cardiovasculaire, digestion, réflexes protecteurs;
  • lésions cérébelleuses - altération du tonus musculaire du squelette et de la coordination d'une personne;
  • mourant du cerveau moyen - la disparition de la réaction aux stimuli externes;
  • atrophie cérébrale intermédiaire - perte de capacité de thermorégulation, homéostasie, défaillance de l'équilibre des processus métaboliques;
  • atrophie du cerveau antérieur - perte de toutes sortes de réflexes.

Des dommages importants aux structures sous-corticales font souvent perdre au patient la capacité de maintenir sa vie de manière autonome, son hospitalisation et le décès futur.

Ce degré d'atrophie se produit très rarement, plus souvent après des blessures graves ou des lésions toxiques au tissu cérébral et aux gros vaisseaux sanguins.

Thérapie pour l'atrophie cérébrale

Dans le traitement de l'atrophie cérébrale, il est important qu'une personne prodigue de bons soins, ainsi qu'une attention accrue de la part de ses proches. Afin de soulager les symptômes de l'atrophie du cortex cérébral, seul un traitement des manifestations est prescrit.

Lors de la détection des premiers signes de processus d'atrophie, un environnement calme doit être créé pour le patient.

Il ne devrait pas changer le mode de vie standard. Le meilleur est la performance des tâches ménagères ordinaires, le soutien et les soins de vos proches.

Les autres méthodes de traitement comprennent:

  • la sédation;
  • utilisation de tranquillisants légers;
  • prendre des antidépresseurs.

Ces outils aident une personne à rester calme. Le patient aura certainement besoin de créer toutes les conditions pour un mouvement actif, il doit s’engager régulièrement dans des tâches quotidiennes simples.

Entre autres choses, il ne devrait pas être qu'une personne avec une telle violation a dormi pendant la journée.

Mesures préventives

Il n'y a aucun moyen efficace de prévenir cette maladie aujourd'hui. Vous ne pouvez que conseiller, à temps de traiter toutes les violations, de mener une vie active et d’avoir une attitude positive.

Les personnes qui aiment la vie vivent souvent très longtemps et ne montrent aucun signe d'atrophie.

Il y a des personnes qui développent l'athérosclérose beaucoup plus rapidement, ce qui est la cause de la détérioration précoce du corps. Ce sont eux qui observent les processus brillants de l'atrophie.

Moyens pour prévenir l'athérosclérose:

  • mode de vie sain;
  • bonne nutrition;
  • forte activité motrice;
  • cesser de fumer;
  • rejet de l'alcool;
  • contrôle de la pression artérielle;
  • manger des fruits et des légumes frais;
  • remplacer les graisses animales par des graisses végétales;
  • jours de jeûne;
  • entraînement de la mémoire au quotidien.

L'atrophie cérébrale est une maladie qui ne peut pas être traitée avec des médicaments modernes. Ce trouble ne se développe pas immédiatement, mais se termine finalement par la démence.

Pour éviter les conséquences négatives, il est nécessaire de prendre des mesures préventives. Entre autres choses, en cas de problème, il est très important de consulter un médecin à temps - cela aidera à préserver une bonne santé pendant de nombreuses années.

Vidéo: le cerveau et ses fonctions

La structure et la fonction du cerveau. Comment le cerveau réagit aux stimuli externes et ce que vous devez savoir sur les dommages possibles au cerveau.

Atrophie cérébrale: causes et facteurs de développement, symptômes, traitement, pronostic

L'atrophie cérébrale est une pathologie grave lorsque des changements irréversibles se produisent dans le système nerveux, lorsque des cellules meurent et que les connexions entre elles sont définitivement perdues. Le cerveau est réduit en taille et en masse et n'est pas en mesure de remplir pleinement toutes les fonctions qui lui sont assignées. L'atrophie est plus souvent détectée chez les personnes âgées, principalement chez les femmes.

Ce n’est un secret pour personne que le système nerveux central est la principale source d’impulsions pour l’organisme tout entier, qui régulent le fonctionnement des organes et des systèmes internes. Et si la fonction motrice et la sensibilité peuvent être préservées pendant un long moment au cours des processus atrophiques du cerveau, l'intellect en souffre assez tôt. Une variété de capacités qui déterminent l'activité nerveuse supérieure sont associées au travail du cortex cérébral (substance grise), qui est principalement affecté par une atrophie.

L’atrophie cérébrale est une affection progressivement évolutive et irréversible, dans laquelle le traitement ne peut que ralentir l’apparition des symptômes. À la fin, une démence grave (démence) se développe toujours, de sorte que la maladie constitue une menace sérieuse pour l’adaptation sociale et la vie du patient. Le lourd fardeau de la responsabilité incombe aux membres de la famille du patient, car ils s’occuperont d’un membre de la famille qui mourra simplement sans aide.

exemple d'atrophie cérébrale dans la maladie d'Alzheimer

En tant que maladie indépendante, certains syndromes génétiques, malformations congénitales, provoquent une atrophie cérébrale, mais les facteurs externes - radiation, traumatismes, neuroinfection, intoxication, etc. - sont beaucoup plus susceptibles de provoquer une atrophie. Il complique l'évolution de l'athérosclérose, de l'hypertension, du diabète sucré, mais est observé beaucoup plus souvent que l'atrophie primaire. Nous considérerons à la fois la première version de la maladie et l’atrophie comme une complication d’une autre pathologie.

Causes et types d'atrophie cérébrale

Les causes de l'atrophie cérébrale sont diverses, souvent combinées et exacerbant mutuellement leur influence. Parmi eux, les plus importants sont:

  • Anomalies génétiques, syndromes chromosomiques héréditaires, mutations spontanées;
  • Exposition aux radiations;
  • Lésion cérébrale;
  • Neuroinfection;
  • L'hydrocéphalie;
  • Pathologie cérébrovasculaire.

L'atrophie primaire du cerveau est généralement associée à des anomalies génétiques, dont la maladie de Pick, héréditaire, en est un exemple clair. La maladie se développe souvent sans signes antérieurs de dégradation de l'activité nerveuse, les vaisseaux cérébraux peuvent ne pas être affectés et fonctionner correctement. L'atrophie progressive du cortex cérébral se manifeste par toutes sortes de troubles du comportement, une nette diminution de l'intelligence, allant jusqu'à la démence complète. La maladie dure environ 5 à 6 ans, après quoi le patient décède.

Les rayonnements ionisants peuvent provoquer la mort des neurones et l'atrophie des tissus cérébraux, ce qui est toutefois assez difficile à retracer. Ce facteur est généralement associé au reste. Les lésions cérébrales traumatiques graves, accompagnées de la mort du tissu cérébral, entraînent des processus atrophiques dans la région endommagée.

Des neuroinfections (encéphalite, maladie de Kuru, méningite) peuvent survenir lors de lésions neuronales aiguës et, après l’élimination de l’inflammation, une hydrocéphalie persistante se développe. L'accumulation de CSF en excès dans la cavité crânienne provoque une compression du cortex cérébral et des modifications atrophiques. L'hydrocéphalie est possible non seulement à la suite de lésions cérébrales infectieuses, mais également lors de malformations congénitales, lorsqu'un volume important de liquide céphalo-rachidien ne quitte pas le système ventriculaire du cerveau.

La pathologie cérébrovasculaire devient épidémique et le nombre de patients augmente chaque année. Après les tumeurs et les pathologies cardiaques, les maladies cérébrovasculaires occupent le troisième rang mondial en termes de prévalence. Une perturbation du flux sanguin dans le cerveau due à des lésions vasculaires athéroscléreuses, une hypertension artérielle impliquant des artères et des artérioles conduit à des processus dystrophiques irréversibles et à la mort des neurones. Il en résulte une atrophie cérébrale progressive allant jusqu'à la démence.

L’ischémie cérébrale due à des facteurs vasculaires est l’une des principales causes de l’atrophie.

En cas d'hypertension artérielle, l'augmentation de la pression a un effet systémique, les vaisseaux de petit calibre sont endommagés dans toutes les parties du cerveau et, par conséquent, l'atrophie est diffuse. L'hydrocéphalie est généralement accompagnée des mêmes modifications. Une plaque d'athérosclérose ou un thrombus localisé dans un vaisseau spécifique provoque une atrophie d'une partie distincte du cerveau, qui s'exprime principalement par des symptômes focaux.

Il est impossible de ne pas prendre en compte les dommages toxiques au cerveau. En particulier, les effets de l’alcool, substance neurotrope la plus courante. L'abus d'alcool provoque des dommages au cortex cérébral et la mort des neurones. En présence d'une prédisposition génétique à l'atrophie, à des lésions acquises des vaisseaux sanguins du cerveau, l'alcool devient encore plus dangereux, car il provoque une augmentation des symptômes de démence.

L'atrophie cérébrale peut être à la fois limitée (focale), localisée dans une partie spécifique du cerveau (généralement les lobes frontaux et temporaux) et diffuse, caractéristique de la démence sénile et de l'atrophie cérébrovasculaire.

Avec la défaite du cortex cérébral, on parle d’atrophie corticale. Dans ce cas, les symptômes d'intelligence et de comportement altérés seront mis en évidence. La substance blanche souffre un peu moins fréquemment, les causes de dommages pouvant être des accidents vasculaires cérébraux, des blessures, des anomalies héréditaires. La matière blanche est plus résistante aux conditions défavorables que la croûte, qui est apparue beaucoup plus tard au cours du processus d’évolution, est plus complexe et, par conséquent, il est très simple d’endommager un mécanisme aussi subtil.

L'atrophie cérébrale est possible chez les adultes et les enfants. Chez les enfants, la maladie survient généralement à la suite de malformations congénitales du système nerveux central et de traumatismes à la naissance et se manifeste dans les premiers mois et les premières années de la vie. L'atrophie progressive du cerveau ne permet pas au bébé de se développer normalement, non seulement l'intellect, mais aussi la sphère motrice sont affectés. La prévision est défavorable.

Manifestations d'atrophie cérébrale

Sans examiner la variété des causes de l'atrophie, ses manifestations sont en grande partie stéréotypées et les différences ne concernent que la localisation prédominante du processus dans un lobe ou un hémisphère spécifique du cerveau. Le résultat final est toujours une démence sévère (démence).

Les signes d'atrophie cérébrale sont réduits à:

  1. Changements de comportement et troubles mentaux;
  2. Diminution de l'intelligence, de la mémoire, des processus de pensée;
  3. Déficience du mouvement.

Aux premiers stades du développement de la maladie, les symptômes de lésions de l'écorce prédominent sous la forme de dérives comportementales non motivées, d'actions inadéquates que le patient lui-même n'est pas en mesure d'évaluer et d'expliquer. Réduction des critiques envers eux-mêmes et leur entourage. La négligence, l'instabilité émotionnelle, la tendance aux dépressions apparaissent, la motricité fine en souffre. Le changement central de l'atrophie cérébrale est une violation de la fonction cognitive et de l'intelligence, qui se manifeste à un stade précoce de la maladie.

Au fil du temps, les symptômes augmentent régulièrement, l'intellect et la mémoire sont fortement réduits, la parole est perturbée, ce qui peut devenir incohérent et incohérent. Le patient perd non seulement ses compétences professionnelles, mais aussi sa capacité à se servir soi-même. Des activités familières telles que manger ou aller aux toilettes deviennent une tâche difficile, voire impossible, qui nécessite une aide extérieure.

Le nombre de plaintes avec une intelligence décroissante diminue, car le patient ne peut pas les évaluer et les reproduire correctement, elles ne peuvent donc pas être un indicateur du degré de lésion cérébrale. Au contraire, moins un patient se plaint, plus le degré d'atrophie est difficile.

Un patient présentant une atrophie cérébrale n'est pas orienté dans l'espace, peut facilement se perdre, est incapable de donner son nom, son adresse personnelle, est sujet à des actions inexpliquées pouvant être dangereuses pour le patient lui-même et pour son entourage.

Le degré extrême d’atrophie s’accompagne d’une dégradation complète de la personnalité et du développement physique, de démence ou de démence, lorsque le patient ne marche pas, ne peut pas manger et se boit, parle de manière cohérente et effectue les actions les plus simples. Dans les formes héréditaires d’atrophie cérébrale, ce stade débute plusieurs années après l’apparition de la maladie, et en pathologie vasculaire, une démence complète peut durer 10 à 20 ans.

instantané: un exemple de progression de l'atrophie cérébrale

Au cours de l'atrophie cérébrale progressive, il est possible d'allouer plusieurs étapes:

  • La première étape est accompagnée par des modifications minimes du cerveau, l’activité vitale du patient n’est pas limitée, il effectue son travail habituel et est apte. Une certaine diminution des fonctions cognitives prévaut dans la clinique - la mémoire est perturbée, des tâches intellectuelles difficiles sont gênées. Peut-être changer de démarche, vertiges, maux de tête. Les anomalies psycho-émotionnelles sont courantes: tendance à la dépression, instabilité émotionnelle, pleurs, irritabilité, etc. Les symptômes décrits peuvent être attribués à des changements liés à l'âge, à la fatigue, à des facteurs professionnels, au stress. À ce stade, il est très important de suspecter l'apparition d'une atrophie cérébrale, car un traitement rapidement instauré peut ralentir la progression de la maladie.
  • Au cours de la deuxième étape, les symptômes sont aggravés, le patient a besoin d'indices lors de l'exécution de tâches intellectuelles et les troubles comportementaux et mentaux progressent. Augmente les symptômes neurologiques sous la forme de troubles du mouvement, d'altération de la coordination des mouvements. Perte de capacité à contrôler leurs actions, il y a une tendance à des actions et des actions non motivées. En règle générale, avec une atrophie modérée, on observe une diminution persistante de la capacité de travail et une adaptation sociale en souffre.
  • Avec une atrophie cérébrale grave, les symptômes de dommages au système nerveux central progressent: la marche et la motilité sont perturbées, la capacité de parler, d’écrire et les actions les plus simples sont perdues. Le patient oublie le but des objets de la vie quotidienne. La clinique a prononcé des troubles mentaux allant de l'excitation soudaine à l'apathie et à l'abulia (absence totale de désir). Il y a souvent une incontinence urinaire, une violation du réflexe de déglutition. Une inadaptation grave conduit à une invalidité permanente, à la maîtrise de soi et au contact avec le monde extérieur. Un patient en état de démence nécessite une surveillance et des soins constants.

En plus des symptômes habituels, l’atrophie cérébrale est accompagnée de signes de dommages à une partie spécifique du système nerveux. Ainsi, l'implication des lobes frontaux se traduit par des violations du comportement et de l'intelligence, des troubles de la personnalité (secretivité, actions non motivées, actes démonstratifs, agressivité, etc.) sont prononcés.

Lorsque le cervelet est endommagé, la marche, la motilité, la parole et l’écriture sont perturbés, des vertiges, des maux de tête accompagnés de nausées et même de vomissements apparaissent. Une diminution de l'audition et de la vision peut survenir.

Avec l'atrophie du cortex cérébral, l'intelligence et le comportement sont principalement affectés, tandis que la mort des globules blancs entraîne des déficiences motrices, notamment des parésies et des paralysies, ainsi que des troubles de la sensibilité.

Lorsque l'atrophie diffuse est généralement la défaite la plus prononcée de l'hémisphère dominant du cerveau, chez les droitiers - la gauche, alors qu'elle souffre de la parole, de la pensée logique, de l'écriture manuscrite, de la perception de l'information et de sa mémorisation.

Traitement de l'atrophie cérébrale

Il est impossible de se débarrasser complètement de l'atrophie cérébrale, la maladie progresse régulièrement et conduit à une démence sévère. Le traitement de l'atrophie cérébrale vise à améliorer les processus métaboliques dans les tissus cérébraux, la transmission nerveuse entre les neurones, la circulation sanguine dans les vaisseaux qui alimentent le cerveau.

En plus de prescrire des médicaments, le patient doit créer les conditions les plus confortables, de préférence à la maison, dans un environnement familier. Beaucoup pensent que plus tôt un patient se rendra dans un hôpital ou dans un établissement spécialisé pour les patients atteints de démence, plus tôt cette amélioration se produira. Ce n'est pas tout à fait vrai. Il est important pour un patient souffrant d’une atrophie cérébrale unique dans un environnement bien connu et une atmosphère amicale. L’aide et le soutien des proches, la communication et les activités sont d’une importance non négligeable.

Le traitement médicamenteux de l'atrophie cérébrale comprend:

  1. Médicaments nootropes - piracétam, fezam, etc.
  2. Les médicaments qui améliorent la circulation sanguine dans le cerveau - Cavinton;
  3. Vitamines B;
  4. Antidépresseurs, tranquillisants;
  5. Médicaments antihypertenseurs;
  6. Diurétique;
  7. Signifie normaliser le métabolisme des lipides;
  8. Agents antiplaquettaires.

Étant donné que l’atrophie cérébrale chez les patients âgés progresse souvent en raison d’une hypertension artérielle et d’une athérosclérose cérébrale, la normalisation de la pression artérielle et les indicateurs du métabolisme des graisses devraient constituer un élément essentiel du traitement.

En tant qu'antihypertenseurs, les médicaments du groupe des IEC et des antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II (énalapril, lisinopril, losarel) sont les plus populaires pour cette catégorie de patients.

Des moyens normalisant les indicateurs du métabolisme des graisses (statines) et des agents antiplaquettaires (aspirine, carillons, clopidogrel) sont nécessaires pour l'athérosclérose des vaisseaux cérébraux et une tendance à la thrombose.

Si l'hydrocéphalie est la cause de l'atrophie, des médicaments diurétiques peuvent être prescrits pour réduire le volume du liquide céphalorachidien et réduire la pression intracrânienne.

Les changements atrophiques dans le cerveau s'accompagnent d'une variété de réactions comportementales, d'une instabilité émotionnelle et de la dépression. Il est donc conseillé de prescrire des antidépresseurs et des sédatifs. Il peut s’agir de la valériane, l’agripaume, l’afobazole, en vente libre dans une pharmacie et d’autres médicaments prescrits par un neurologue ou un psychothérapeute.

Les vitamines du groupe B, ainsi que A, C, E, possédant des propriétés antioxydantes, aident à améliorer les processus métaboliques dans les tissus nerveux. Des médicaments nootropes et vasculaires sont prescrits pour tous les types de changements ischémiques cérébraux et d'atrophie (piracétam, trental, cavinton, actovegine, mildronate, etc.). Ces médicaments peuvent être appliqués simultanément en différentes combinaisons, mais il est obligatoire sur rendez-vous d'un spécialiste.

Les approches chirurgicales peuvent être appliquées à un problème apparemment purement thérapeutique tel que l’atrophie cérébrale. Par exemple, lors de la fermeture de la lumière de gros vaisseaux présentant une plaque d'athérosclérose ou un thrombus, il est possible d'effectuer une endoprothèse vasculaire ou de retirer le segment d'artère affecté. Dans les formes graves d'hydrocéphalie occlusive, des opérations de dérivation sont décrites, visant à extraire l'excès de LCR, qui presse le cerveau de la cavité crânienne.

Le pronostic de l'atrophie cérébrale ne peut être qualifié de favorable, car la maladie est incurable et le processus de mort neuronale, une fois lancé, ne peut être stoppé. Les formes pathologiques héréditaires sont particulièrement dangereuses, leur progression rapide entraînant la mort du patient en quelques années. L'atrophie cérébrale a toujours le même résultat - démence grave et décès, la différence ne concerne que la durée de la maladie.

Dans les variantes génétiques, l'espérance de vie est de plusieurs années à partir du début des processus atrophiques, mais la pathologie vasculaire cérébrale peut atteindre 10 à 20 ans. Traitement en temps opportun ne peut pas se débarrasser de la pathologie, mais il peut quelque peu ralentir les modifications du tissu nerveux et prolonger la période sinon du travail, du moins une adaptation sociale d'un niveau acceptable.

Atrophie cérébrale: causes, symptômes, diagnostic

Les changements atrophiques dans le cortex cérébral entraînent la destruction des connexions neuronales, ce qui réduit l'activité des centres fonctionnels. Cette maladie entraîne une violation du métabolisme intracérébral, une démence et la formation de nombreuses maladies mentales (maladie d'Alzheimer, sclérose latérale amyotrophique, démence).

Les symptômes cliniques dépendent du type, du stade et du degré de la maladie. La forme multisystémique est accompagnée par la mort diffuse des neurones, la perte progressive des fonctions corporelles.

Atrophie du cerveau en IRM

Causes de l'atrophie cérébrale

Après 50 ans, le risque de maladies neurodégénératives augmente. Augmenter la probabilité de facteurs provoquant la forme nosologique:

  1. Diminution de la fonction rénale (insuffisance);
  2. Augmentation prolongée de la pression intracrânienne (hydrocéphalie);
  3. Consommation fréquente d'alcool, de stupéfiants;
  4. Lésion infectieuse du cortex cérébral (rétrovirus, polio, encéphalite);
  5. Lésion cérébrale traumatique;
  6. Maladies vasculaires (thrombose, athérosclérose, anévrisme);
  7. États métaboliques;
  8. Maladies mentales - syndrome d'Alzheimer, Itsenko-Cushing, Parkinson, Whipple, Gellervorden-Spatz.

Augmente la probabilité de nosologie - troubles métaboliques, lésions à la naissance, infections génitales, manque de vitamines B, acide folique.

Les principales causes de l'atrophie du cortex cérébral

Des études scientifiques montrent une forte probabilité de dommages aux structures corticales et sous-corticales chez les personnes âgées de 50 à 55 ans en raison d'une prédisposition génétique. L'atrophie corticale se développe chez les patients atteints de chorée héréditaire de Huntington.

  • Lésions cérébrales traumatiques, accompagnées d'hématome, de mort neuronale, de formation de kystes;
  • L'alcoolisme chronique, la toxicomanie, la prise de certains médicaments réduit l'épaisseur des hémisphères du cerveau, la boule sous-corticale. L'intoxication alcoolique prolongée viole le métabolisme intracellulaire et assure la mort progressive des neurones.
  • L'ischémie cérébrale chronique (cérébrale) est le résultat de maladies vasculaires (athérosclérose, hypertension). Le manque d'approvisionnement en oxygène contribue à la mort irréversible des tissus;
  • L'hydrocéphalie congénitale chez le nouveau-né entraîne une augmentation de la pression intracrânienne, une atrophie de la médulla;
  • Plus de 70% des cas de maladie chez les personnes de plus de 55 ans sont imputables à des maladies neurodégénératives - Pick, Levy, Alzheimer, Parkinson. La nosologie forme la démence sénile.

Les facteurs étiologiques moins fréquents de la nosologie sont l'hypoxie du nouveau-né, l'hydrocéphalie, les kystes congénitaux multiples chez l'enfant.

Causes de l'atrophie cérébrale chez le nouveau-né

Le principal facteur étiologique contribuant à la réduction de l’épaisseur des hémisphères du nouveau-né est l’hypoxie intra-utérine, un problème pendant l’accouchement. Les dommages causés à la tête du bébé lors du passage dans le canal de naissance provoquent une blessure à la tête et contribuent à l'apparition d'une hydrocéphalie (hydropisie).

Causes de modifications cérébrales atrophiques chez le nouveau-né:

  • Dommages aux os du crâne;
  • Augmentation de la quantité de liquide céphalo-rachidien (hydrocéphalie);
  • Infections intra-utérines (cytomégalie, herpès, méningite).

Il n'y a pas de traitement efficace pour l'atrophie du nouveau-né. La détection rapide en utilisant l'IRM vous permet de prescrire un traitement de soutien afin de réduire la progression de la maladie. Les changements modérés sont corrélés par la pharmacothérapie. Un enfant pourra aller à la maternelle et étudier dans une école spécialisée.

Subatrophie cérébrale - le premier stade de la démence sénile

Avant l'apparition des symptômes cliniques, des changements sub-anthropiques se développent. Les symptômes externes sont absents. La condition est accompagnée par un déclin partiel de la fonction du segment des hémisphères.

Types morphologiques de subatrophie:

Le premier type est caractérisé par une diminution de l'activité mentale, une perte de la parole et des fonctions motrices.

Les dommages causés aux zones fronto-temporales entraînent une diminution de la capacité auditive humaine, la perte des fonctions de communication (difficultés de communication avec d'autres personnes) et une altération du fonctionnement du système cardiovasculaire.

La subatrophie réduit la quantité de matière grise et blanche. Il y a des violations de la conduction, de la fonction motrice, de la petite activité motrice.

Caractéristiques de l'atrophie corticale

La mort des cellules corticales commence par les lobes frontaux, où se situent les centres fonctionnels de contrôle du mouvement et de la parole. L'atrophie se propage progressivement aux structures environnantes. Chez les personnes âgées, la pathologie conduit à la démence sénile.

Les modifications corticales diffuses sont accompagnées d'un trouble de la microcirculation, symptôme clinique progressif. La motricité fine des membres supérieurs, la coordination des mouvements sont perturbés. Complexe pathologique conduit à la maladie d'Alzheimer, la démence sénile.

L'IRM pour l'atrophie corticale montre une diminution de la taille des lobes frontaux. S'il y a des changements des deux côtés, le travail des organes internes contrôlés par les lobes frontaux est perturbé.

L’atrophie corticale congénitale du nouveau-né est localisée d’un côté. Les symptômes sont légers. Grâce aux procédures de réadaptation, il est possible de socialiser un enfant.

Symptômes cliniques de l'atrophie multisystémique

La neurodégénérescence diffuse s'accompagne de problèmes de la sphère génitale et urinaire. La nécrose de nombreuses parties du cerveau s'accompagne simultanément de divers symptômes cliniques:

  • Tremblement musculaire dans la maladie de Parkinson;
  • Violation de la démarche, coordination de la mobilité;
  • Perte d'érection;
  • Troubles végétatifs-vasculaires.

Avant l'avènement de l'imagerie par résonance magnétique, le diagnostic précoce de la maladie est problématique. Seule la résonance magnétique nucléaire vérifie la réduction de l'épaisseur du parenchyme cérébral.

Symptômes cliniques de l'atrophie cérébrale

Les manifestations de la pathologie sont en grande partie déterminées par des causes et des facteurs déclenchants. La plupart des personnes âgées ont la démence, le syndrome du lobe frontal, une pathologie interne multiorganique.

Quel est le syndrome manifeste du lobe frontal:

  1. Manque d'appétit;
  2. Perte de mémoire, activité intellectuelle;
  3. Pannes émotionnelles fréquentes;
  4. Manque de communication avec d'autres personnes;
  5. L'irritabilité;
  6. Manque d'autocritique.

Le syndrome psychoorganique est accompagné de troubles cérébroasthéniques, de troubles affectifs, d'amnésie.

Une évaluation adéquate des événements environnants, l'autocritique du patient est absente. La pensée primitive apparaît, une présentation unilatérale de l’essence du détail. La marge de parole diminue, la paramnésie apparaît.

Les troubles affectifs concomitants conduisent à un syndrome dépressif, un état mental inadéquat. Pleurs, ressentiment, irritabilité, agression injustifiée - manifestations typiques de la pathologie.

Types et classification de l'atrophie cérébrale

Selon le degré de danger, il existe deux types de changements atrophiques dans le cerveau:

Le premier type est naturel. Au cours du développement de l'homme, il accompagne la mort des artères ombilicales, le canal artériel (nouveau-né) au début. Après la puberté, le tissu du thymus est perdu.

Dans la vieillesse, des changements dégénératifs dans la sphère sexuelle se produisent. Les personnes âgées développent une destruction corticale, une involution de la partie frontale. La condition est physiologique.

Types d'atrophie pathologique:

  • Dysfonctionnel - se développe avec une diminution de l'activité fonctionnelle du cerveau;
  • Compression - provoquée par une pression accrue sur le tissu cérébral (hydrocéphalie, hématome, accumulation abondante de sang);
  • L’ischémie (dyscirculatoire) est due à un rétrécissement de la lumière des artères dû à l’athérosclérose, à des caillots sanguins, à une activité neurogène accrue. L'hypoxie cérébrale généralisée s'accompagne non seulement de démence mentale, de modifications intracérébrales sclérosées;
  • Une névrose (neurogène) se forme en raison d’une diminution du flux d’impulsions nerveuses vers l’organe interne. La maladie se forme en raison d’une hémorragie progressive, de la présence de tumeurs intracérébrales, d’une atrophie du nerf optique ou du nerf trijumeau. Il survient en cas d'intoxication chronique, d'exposition à des facteurs physiques, de radiothérapie, de traitement à long terme avec des anti-inflammatoires non stéroïdiens.
  • Dishormonal - se produit sur le fond du déséquilibre endocrinien des ovaires, des testicules, de la glande thyroïde, des glandes mammaires.

Formes morphologiques d’atrophie cérébrale:

  1. Smooth - la surface du cerveau est lissée;
  2. Vallonné - la répartition inégale des zones de nécrose forme une structure particulière;
  3. Mixte

La classification de la prévalence des dommages:

  • Focale - seules certaines zones d'atteinte atrophique du cortex cérébral peuvent être localisées;
  • Diffuse - se propage sur toute la surface du parenchyme;
  • Nécrose partielle d'une partie limitée du cerveau;
  • Complet - changements atrophiques de la substance blanche et grise, dégénérescence du nerf trijumeau et optique.

La nature des changements morphologiques du cerveau révèle un scan par résonance magnétique. Pour effectuer une analyse devrait être après les premiers symptômes cliniques.

Formes d’atrophie multisystémique

Le danger de lésions multiples des structures cérébrales est déterminé par un complexe de lésions pathologiques de la part des hémisphères, des structures sous-corticales, du cervelet, du tronc vertébral, de la substance blanche. Des modifications concomitantes du nerf optique mènent à la cécité, le nerf trijumeau - une violation de l'innervation du visage.

Formes d’atrophie multisystémique:

  1. Olivopontocerebellar - dommages cérébelleux avec mobilité réduite;
  2. Dégénérescence striatale - tremblement musculaire avec manifestations de la maladie de Parkinson;
  3. Syndrome de Shay-Drader - dystonie végétative-vasculaire, baisse de la pression artérielle;
  4. Amyotrophie de Kugelberg-Welander - atrophie du cerveau avec hypotrophie musculaire, hyperplasie des fibres du tissu conjonctif.

La symptomatologie est déterminée par la forme prédominante de la lésion.

Les principales étapes des changements cérébraux atrophiques

La maladie a cinq degrés de flux. Selon les symptômes cliniques, la nosologie peut être vérifiée à partir de la deuxième ou de la troisième étape.

Degrés d'atrophie corticale:

  1. Cliniquement, les symptômes sont absents, mais la pathologie progresse rapidement.
  2. 2 degrés - caractérisé par une diminution de la transmissibilité, le manque de réponse adéquate aux critiques, un nombre croissant de conflits avec d'autres personnes;
  3. Manque de contrôle du comportement, colère déraisonnable;
  4. Perte de perception adéquate de la situation;
  5. L'exception est la composante psycho-émotionnelle des réactions comportementales.

Identifier un symptôme nécessite une étude supplémentaire de la structure du cerveau.

Principes de diagnostic de l'atrophie

La phase initiale comprend la collecte de l'anamnèse, l'examen, l'examen physique. La deuxième étape - méthodes cliniques et instrumentales (échographie, CT, IRM du cerveau, scintigraphie, PET / CT). Les lésions du nerf optique sont confirmées par une ophtalmoscopie, une tonométrie, un scanner de contraste ou une angiographie par IRM.

Le meilleur moyen de détecter la pathologie des tissus mous du cerveau est l'IRM. La procédure doit être effectuée plusieurs fois (avec une différence d'un mois) afin de révéler une atrophie de profondeur différente, de prévalence.

L'imagerie par résonance magnétique révèle les plus petits foyers locaux, aide à établir correctement le degré de progression de la maladie.

Appelez-nous au 8 (812) 241-10-46 de 7h00 à minuit ou laissez une demande sur le site Web à tout moment.

Atrophie (mort cellulaire) du cerveau

L'atrophie cérébrale est une maladie irréversible caractérisée par une mort progressive des cellules et une perturbation des connexions neuronales.

Les experts notent que le plus souvent les premiers signes de développement de changements dégénératifs apparaissent chez les femmes en âge de préretraite. Au stade initial, la maladie est difficile à reconnaître, car les symptômes sont mineurs et les causes sous-jacentes mal comprises, mais se développant rapidement, elle conduit finalement à la démence et à une incapacité totale.

Quelle est l'atrophie du cerveau

L'organe principal de la personne, le cerveau, est constitué d'un grand nombre de cellules nerveuses connectées les unes aux autres. Un changement atrophique du cortex cérébral entraîne la mort progressive des cellules nerveuses, tandis que les capacités mentales s'estompent avec le temps et que la durée de vie d'une personne dépend de l'âge auquel l'atrophie cérébrale a commencé.

Les changements de comportement chez les personnes âgées sont caractéristiques de presque toutes les personnes mais, en raison de la lenteur de leur développement, ces signes d'extinction ne constituent pas un processus pathologique. Bien sûr, les personnes âgées deviennent de plus en plus irritables et grognent, elles ne peuvent plus réagir aux changements du monde qui les entoure comme elles l’ont fait dans leur jeunesse, leur intelligence diminue, mais de tels changements ne mènent pas à la neurologie, à la psychopathie et à la démence.

La mort des cellules du cerveau et des terminaisons nerveuses est un processus pathologique qui entraîne des modifications de la structure des hémisphères, un lissage des circonvolutions, une diminution du volume et du poids de cet organe. Les lobes frontaux sont les plus susceptibles d'être détruits, ce qui entraîne une diminution de l'intelligence et des écarts de comportement.

Les causes de la maladie

A ce stade, la médecine n'est pas en mesure de répondre à la question de savoir pourquoi la destruction des neurones commence, mais il a été constaté que la susceptibilité à la maladie est héréditaire et que les traumatismes à la naissance et les maladies intra-utérines contribuent également à sa formation. Les experts partagent les causes congénitales et acquises du développement de cette maladie.

  • prédisposition génétique;
  • maladies infectieuses intra-utérines;
  • mutations génétiques.

L'une des maladies génétiques affectant le cortex cérébral est la maladie de Pick. Se développe le plus souvent chez les personnes d'âge moyen, se traduisant par la défaite progressive des neurones des lobes frontaux et temporaux. La maladie se développe rapidement et conduit à une issue fatale après 5-6 ans.

L'infection du fœtus pendant la grossesse entraîne également la destruction de divers organes, y compris le cerveau. Par exemple, une infection par la toxoplasmose, en début de grossesse, endommage le système nerveux du fœtus, qui souvent ne survit pas ou est né avec des anomalies congénitales et une oligophrénie.

Les raisons acquises comprennent:

  1. l'usage de grandes quantités d'alcool et le tabagisme entraînent un spasme des vaisseaux cérébraux et, par conséquent, un manque d'oxygène, ce qui entraîne un apport insuffisant de nutriments aux cellules de la substance blanche du cerveau, puis leur mort;
  2. maladies infectieuses affectant les cellules nerveuses (par exemple, méningite, rage, poliomyélite);
  3. blessures, tremblements et dommages mécaniques;
  4. forme grave d'insuffisance rénale conduit à une intoxication générale du corps, à la suite de laquelle tous les processus métaboliques sont perturbés;
  5. l'hydrocéphalie externe, exprimée par une augmentation de l'espace sous-arachnoïdien et des ventricules, conduit à des processus atrophiques;
  6. l'ischémie chronique provoque des lésions vasculaires et conduit à un apport insuffisant d'éléments nutritifs aux connexions neuronales;
  7. L'athérosclérose s'exprime par le rétrécissement de la lumière des veines et des artères et par la conséquence d'une augmentation de la pression intracrânienne et du risque d'accident vasculaire cérébral.

L'atrophie du cortex cérébral peut être causée par une activité intellectuelle et physique inadéquate, un régime alimentaire mal équilibré et un mode de vie anormal.

Pourquoi la maladie apparaît

Le facteur principal dans le développement de la maladie est une propension génétique à la maladie, mais diverses blessures et autres facteurs provoquants peuvent accélérer et provoquer la mort des neurones du cerveau. Les changements atrophiques affectent différentes zones de la croûte et de la substance sous-corticale, mais le même tableau clinique est observé pour toutes les manifestations de la maladie. Des changements mineurs peuvent mettre en pause et améliorer l'état du patient à l'aide de médicaments et de changements de mode de vie, mais, malheureusement, la maladie ne peut pas être complètement guérie.

Une atrophie des lobes frontaux du cerveau peut se développer pendant la maturation fœtale ou un travail prolongé en raison d'une privation prolongée d'oxygène, qui provoque des processus nécrotiques dans le cortex cérébral. Ces enfants meurent le plus souvent dans l'utérus ou naissent avec un handicap évident.

La mort de cellules cérébrales peut également être provoquée par des mutations au niveau des gènes résultant de l’exposition de certaines substances nocives au corps de la femme enceinte et d’une intoxication fœtale prolongée, parfois même une défaillance chromosomique.

Signes de maladie

Au début, les signes d’atrophie cérébrale sont à peine perceptibles, seules les personnes proches qui connaissent le malade sont capables de les attraper. Les changements se manifestent dans l'état apathique du patient, l'absence de tout désir et aspiration, la léthargie et l'indifférence apparaissent. Parfois, il y a un manque de principes moraux, une activité sexuelle excessive.

Dépérissement progressif des symptômes des cellules du cerveau:

  • une diminution du vocabulaire pour décrire quelque chose que le patient choisit des mots pendant une longue période;
  • diminution des capacités intellectuelles sur une courte période;
  • manque d'autocritique;
  • perte de contrôle, détérioration de la motilité corporelle.

Atrophie du cerveau, accompagnée d'une détérioration de la santé, d'une diminution des processus mentaux. Le patient cesse de reconnaître des choses familières, oublie comment les utiliser. La disparition de leurs propres caractéristiques comportementales mène au syndrome du "miroir", dans lequel le patient commence à copier sans le vouloir d'autres personnes. En outre, la sénilité et la dégradation complète de l'individu se développent.

Les changements de comportement qui se font jour ne donnent pas un diagnostic précis; par conséquent, pour déterminer les causes des changements dans la nature du patient, il est nécessaire de réaliser un certain nombre d'études.

Cependant, sous la direction stricte du médecin traitant, il est plus susceptible de déterminer quelle partie du cerveau a subi une déstructuration. Ainsi, si la destruction se produit dans le cortex, les modifications suivantes sont distinguées:

  1. diminution des processus de pensée;
  2. distorsion du ton de la parole et du timbre de la voix;
  3. changement dans la capacité de mémoriser, jusqu'à la disparition complète;
  4. détérioration de la motricité des doigts.

La symptomatologie des modifications de la substance sous-corticale dépend des fonctions remplies par la section concernée. Une atrophie cérébrale limitée présente donc des caractéristiques.

La nécrose des tissus du bulbe rachidien est caractérisée par une altération de la respiration, un dysfonctionnement du système digestif et des systèmes cardiovasculaire et immunitaire humains.
Avec la défaite du cervelet, il y a un trouble du tonus musculaire, une discoordination des mouvements.
À la destruction du cerveau moyen, la personne cesse de réagir aux irritants externes.
La mort des cellules dans le compartiment intermédiaire entraîne une violation de la thermorégulation du corps et une défaillance du métabolisme.
La défaite de la partie antérieure du cerveau se caractérise par la perte de tous les réflexes.
La mort de neurones entraîne la perte de la capacité de supporter de manière indépendante des fonctions vitales et conduit souvent à la mort.

Parfois, les modifications nécrotiques résultent de blessures ou d’une intoxication toxique à long terme, entraînant une restructuration des neurones et des dommages aux gros vaisseaux sanguins.

Classification

Selon la classification internationale, les lésions atrophiques sont divisées en fonction de la gravité de la maladie et de la localisation des modifications pathologiques.

Chaque stade de la maladie présente des symptômes particuliers.

Maladies atrophiques du cerveau 1 degré ou subatrophie du cerveau, caractérisée par des changements mineurs dans le comportement du patient et progressant rapidement vers le stade suivant. À ce stade, le diagnostic précoce est extrêmement important, car la maladie peut être temporairement arrêtée et la durée de vie du patient dépendra de l'efficacité du traitement.

Le stade 2 du développement des changements atrophiques se manifeste par une détérioration de la transmissibilité des malades, il devient irritable et sans contrainte, le ton de la parole est transformé.

Les patients présentant une atrophie à 3 degrés deviennent incontrôlables, une psychose apparaît, la moralité de la personne malade est perdue.

La dernière, la 4ème phase de la maladie, se caractérise par un manque total de compréhension de la réalité par le patient, il cesse de répondre aux stimuli externes.

Le développement ultérieur conduit à la destruction complète, les systèmes d'activité vitale commencent à échouer. À ce stade, l'hospitalisation du patient dans un hôpital psychiatrique est hautement souhaitable, car il devient difficile à contrôler.

Classification par la localisation des cellules affectées:

  • L'atrophie corticale corticale se développe le plus souvent chez les personnes âgées et continue, combien de temps une personne vit, affecte les lobes frontaux;
  • L'atrophie diffuse du cerveau s'accompagne d'une insuffisance de l'apport sanguin, de l'athérosclérose, de l'hypertension et d'une diminution de la capacité mentale. 1 degré de cette forme de la maladie se développe le plus souvent dans le cervelet, et affecte ensuite d'autres parties du cerveau;
  • L'atrophie multisystémique se développe à la suite de mutations et de troubles géniques pendant la grossesse. Dans cette forme de maladie, ce n'est pas seulement le cerveau qui est touché, mais également d'autres systèmes vitaux. L’espérance de vie dépend du degré de mutation de l’organisme tout entier et de sa viabilité;
  • L'atrophie locale du cerveau du premier degré apparaît à la suite de lésions mécaniques, d'accidents vasculaires cérébraux, d'infections focales et d'inclusions parasitaires. Les symptômes dépendent de la partie endommagée.
  • La forme sous-corticale ou sous-corticale de la maladie est un état intermédiaire dans lequel les centres responsables des processus de la parole et de la pensée sont endommagés.

Atrophie cérébrale chez les enfants

En fonction de l'âge auquel commence l'atrophie cérébrale, je fais la distinction entre une maladie congénitale et une maladie acquise. La forme acquise de la maladie se développe chez les enfants après 1 an de vie.

La mort des cellules nerveuses chez les enfants peut se développer pour diverses raisons, par exemple à la suite de troubles génétiques, d'un facteur Rh différent chez la mère et chez l'enfant, d'une infection intra-utérine avec neuroinfections, d'une hypoxie prolongée du fœtus.

À la suite de la mort neuronale, apparaissent des tumeurs kystiques et une hydrocéphalie atrophique. Selon l'endroit où le liquide céphalo-rachidien s'accumule, l'œdème cérébral peut être interne, externe et mixte.

La maladie à développement rapide est plus fréquente chez les nouveau-nés, auquel cas nous parlons de violations graves des tissus cérébraux dues à une hypoxie prolongée, car le corps de l'enfant à ce stade de la vie a besoin de toute urgence d'un apport sanguin intensif, et un manque de nutriments entraîne de graves conséquences..

Quel genre d'atrophie cérébrale

Les changements subatrophiques dans le cerveau précèdent la mort neuronale globale. À ce stade, il est important de diagnostiquer rapidement une maladie du cerveau et d'empêcher le développement rapide de processus atrophiques.

Par exemple, chez les adultes atteints d'hydrocéphalie cérébrale, les vides vides qui ont été libérés à la suite de la destruction commencent à se remplir intensément de l'alcool libéré. Ce type de maladie est difficile à diagnostiquer, mais un traitement correct peut retarder son développement ultérieur.

Des modifications du cortex et de la substance sous-corticale peuvent être provoquées par une thrombophilie et une athérosclérose qui, si elles ne sont pas traitées correctement, entraînent d’abord une hypoxie et un apport sanguin insuffisant, puis une mort neuronale dans les zones occipitale et pariétale. Le traitement consiste donc à améliorer la circulation sanguine.

Atrophie alcoolique du cerveau

Les neurones du cerveau sont sensibles aux effets de l'alcool, de sorte que la consommation de boissons contenant de l'alcool viole d'abord les processus métaboliques, ce qui engendre une dépendance.

Les produits de désintégration de l'alcool empoisonnent les neurones et détruisent les connexions neuronales. Une mort progressive des cellules se produit et, par conséquent, une atrophie du cerveau se développe.

En raison de l'effet destructeur, non seulement les cellules corticales sous-corticales souffrent, mais aussi les fibres du tronc cérébral, les vaisseaux sont endommagés, les neurones se contractent et leurs noyaux sont déplacés.

Les conséquences de la mort cellulaire sont évidentes: il y a une perte d'estime de soi chez les alcooliques, la mémoire diminue. Une utilisation ultérieure entraîne une intoxication encore plus grande du corps et même si la personne a changé d’esprit, elle continue de développer la maladie d’Alzheimer et la démence, car les dommages causés sont trop importants.

Atrophie multisystémique

L'atrophie cérébrale multisystémique est une maladie évolutive. La manifestation de la maladie se compose de 3 troubles différents, qui sont combinés les uns avec les autres de différentes manières, et le tableau clinique principal sera déterminé par les principaux signes de l’atrophie:

  • Parksionism;
  • destruction du cervelet;
  • perturbations végétatives.

Pour le moment, les causes de cette maladie sont inconnues. Diagnostic avec IRM et examen clinique. Le traitement consiste généralement en un traitement d'entretien et une réduction de l'effet des symptômes de la maladie sur le patient.

Atrophie corticale

Le plus souvent, l'atrophie corticale du cerveau survient chez les personnes âgées et se développe en raison de changements séniles. Il affecte principalement les lobes frontaux, mais la propagation à d'autres parties n'est pas exclue. Les signes de la maladie n'apparaissent pas immédiatement, mais conduisent finalement à une diminution de l'intelligence et de la capacité à mémoriser, la démence, un exemple frappant de l'effet de cette maladie sur l'activité humaine - la maladie d'Alzheimer. Le plus souvent diagnostiqué avec une étude complète en utilisant l'IRM.

La propagation diffuse de l'atrophie accompagne souvent une altération du flux sanguin, une détérioration de la réparation des tissus et une baisse des performances mentales, un trouble de la motricité fine et une coordination des mouvements, et le développement de la maladie modifie radicalement le mode de vie du patient et conduit à une incapacité totale. Ainsi, la démence sénile est une conséquence de l'atrophie cérébrale.

L'atrophie corticale bi-hémisphérique la plus connue, appelée maladie d'Alzheimer.

Atrophie cérébelleuse

La maladie consiste en la défaite et la mort de petites cellules cérébrales. Les premiers signes de la maladie: discoordination des mouvements, paralysie et troubles de la parole.

Les modifications du cortex cérébelleux provoquent principalement des maladies telles que l'athérosclérose des vaisseaux sanguins et les maladies tumorales du tronc cérébral, les maladies infectieuses (méningite), les carences en vitamines et les troubles métaboliques.

L'atrophie du cervelet s'accompagne de symptômes:

  • trouble de la parole et motricité fine;
  • mal de tête;
  • des nausées et des vomissements;
  • acuité auditive réduite;
  • troubles visuels;
  • lors de l'examen instrumental, il se produit une diminution de la masse et du volume du cervelet.

Le traitement consiste à bloquer les signes de la maladie avec les neuroleptiques, à restaurer les processus métaboliques, les cytostatiques sont utilisés en cas de tumeurs, il est possible de retirer les lésions par voie chirurgicale.

Types de diagnostics

L'atrophie cérébrale est diagnostiquée à l'aide de méthodes d'analyse instrumentales.

L'imagerie par résonance magnétique (IRM) vous permet d'examiner en détail les modifications de la substance corticale et sous-corticale. À l'aide des images obtenues, il est possible de poser un diagnostic suffisamment précis aux premiers stades de la maladie.

La tomodensitométrie permet d’examiner les lésions vasculaires après un accident vasculaire cérébral et d’identifier les causes de l’hémorragie afin de déterminer l’emplacement des formations kystiques qui interfèrent avec l’approvisionnement en sang normal des tissus.

La méthode de recherche la plus récente - la tomographie multispirale vous permet de diagnostiquer la maladie à un stade précoce (subatrophie).

Prévention et traitement

Le respect de règles simples peut considérablement simplifier et prolonger la vie des malades. Après le diagnostic, il est préférable que le patient reste dans son environnement familier, car des situations stressantes peuvent aggraver la situation. Il est important de fournir au patient un stress mental et physique adéquat.

La nutrition pour l'atrophie cérébrale doit être équilibrée et doit établir une routine quotidienne claire. Rejet obligatoire des mauvaises habitudes. Contrôle des indicateurs physiques. Exercices mentaux. Le régime alimentaire pour l'atrophie cérébrale est le rejet des aliments lourds et nocifs, à l'exception du fast-food et des boissons alcoolisées. Il est conseillé d’ajouter au régime des noix, des fruits de mer et des herbes.

Le traitement implique l'utilisation de neurostimulateurs, de tranquillisants, d'antidépresseurs et de sédatifs. Malheureusement, cette maladie ne peut pas être guérie de façon absolue et le traitement de l’atrophie cérébrale vise à atténuer les symptômes de la maladie. Quel médicament sera choisi comme traitement d'entretien dépend du type d'atrophie et des fonctions altérées.

Ainsi, en cas de violations du cortex cérébelleux, le traitement vise à restaurer les fonctions motrices et à prendre des médicaments qui corrigent les tremblements. Dans certains cas, une opération pour enlever des tumeurs est montrée.

Parfois, des médicaments améliorant le métabolisme et la circulation cérébrale sont utilisés, une bonne circulation sanguine et un accès à l'air frais sont fournis pour prévenir le manque d'oxygène. Souvent, la lésion affecte d’autres organes humains. Par conséquent, un examen complet à l’institut du cerveau est nécessaire.