Astrocytome - le néoplasme cérébral le plus courant

L'épilepsie

L'astrocytome cérébral appartient au groupe des tumeurs neuroépithéliales. Les cellules qui le composent s'appellent astrocytes. Ils sont présents dans la matière grise et blanche du cerveau, créant un soutien pour le corps des neurones. Si le matériel génétique des astrocytes est endommagé, leur transformation en cancer et l'apparition d'une tumeur sont possibles.

L'astrocytome du cerveau est une tumeur maligne. Cela signifie qu'elle n'est pas délimitée des structures environnantes par une capsule, car elle progresse, elle germe, entraînant divers troubles neurologiques. Lorsqu'un astrocytome atteint une taille importante, des symptômes apparaissent dans le tableau clinique associé à une augmentation de la pression intracrânienne.

Astrocytome en IRM avec rehaussement et sans contraste

Pourquoi l'astrocytome survient-il?

Il n'est pas possible de donner une raison expliquant l'apparition d'une tumeur particulière. L'étiologie des néoplasmes est toujours à l'étude. Cependant, il existe un certain nombre de facteurs qui augmentent la probabilité d'astrocytome:

  • L'hérédité.
  • Infections virales.
  • Facteurs cancérogènes (rayonnements ionisants, toxines).
  • Mauvaises habitudes (fumer).
  • Blessures à la tête
  • Maladies inflammatoires du cerveau.

Cependant, cela ne signifie pas qu'une personne qui n'est pas sous l'influence de ces facteurs est complètement assurée contre la survenue d'une tumeur au cerveau. Malheureusement, il n'y a pas de telle garantie.

Types de tumeur

L'astrocytome du cerveau est formé de cellules de différents degrés de différenciation. Et cela affecte le degré de maturité de la tumeur elle-même:

  • Astrocytome piloïde (1 degré de maturité). Les cellules qui le forment ressemblent beaucoup aux astrocytes normaux. Cette tumeur est caractérisée par une croissance lente, est plus fréquente à un jeune âge.
  • 2 degré de maturité - tumeur fibrillaire. La prévision quand il se produit n'est pas si favorable. L’éducation peut se développer assez rapidement, entraînant, selon l’emplacement, diverses complications.

Cancer de grade 2 astrocytome

  • Tumeur anaplasique (3 degrés de maturité). La composition cellulaire est représentée par des astrocytes immatures, qui présentent des différences nettes par rapport aux cellules normales. Cette tumeur est plus fréquente chez les hommes de plus de 30 ans. La tumeur est caractérisée par une croissance rapide et une invasion prononcée de la structure du cerveau. Le traitement radical est généralement difficile.
  • 4 degrés de maturité - glioblastome. Le plus malin de tous les types d'astrocytomes. Il survient plus souvent entre 40 et 60 ans. Sa structure est représentée par des cellules atypiques qui n'ont presque aucune similitude avec les astrocytes normaux. Le pronostic est défavorable en raison d'une croissance agressive et de l'impossibilité d'un traitement radical.

L'astrocytome du cerveau peut présenter les caractéristiques de tumeurs bénignes ou se caractériser par une croissance rapide avec invasion des structures voisines. Le degré de maturité de ses cellules affecte la nature de la maladie, les caractéristiques du traitement et le pronostic.

Manifestations cliniques

Les symptômes caractéristiques de l'astrocytome peuvent être regroupés dans les catégories suivantes:

  • Manifestations focales. Dépend de la localisation du processus pathologique.
  • Symptômes cérébraux. Leur apparition est associée à une augmentation de la taille de la tumeur et à une augmentation de la pression intracrânienne.
  • Signes d'intoxication au cancer. Caractérisé généralement pour les stades avancés de la maladie.

Manifestations dépendant de la localisation de la tumeur:

  • Lésions du cortex cérébral: troubles du mouvement et troubles de la sensibilité du côté opposé du corps (par exemple, hémiparésie du côté gauche lorsque les astrocytomes sont situés dans la moitié droite du cerveau).
  • Dommages au lobe frontal: syndrome convulsif, ainsi que de troubles du comportement et de la parole.
  • Localisation de la tumeur dans le lobe temporal: perte auditive. Ceci, cependant, n'est pas le seul symptôme. Ainsi, la défaite du lobe temporal gauche rend impossible la compréhension du discours inversé.
  • La défaite du lobe pariétal: troubles de la perception de la douleur et des sensations de température, ainsi que l'incapacité de naviguer dans l'espace, de sentir la position des parties du corps les unes par rapport aux autres.
  • Tumeur du lobe occipital: perte de champs visuels, cécité, hallucinations.
  • Astrocytome cérébelleux: démarche irrégulière, troubles de la coordination.

Les manifestations cérébrales comprennent des maux de tête, des nausées, des vomissements, des convulsions, dans les cas graves, une dépression de la conscience. Aux derniers stades de la maladie, on observe souvent des signes d’intoxication par le cancer: faiblesse générale, fatigue, perte d’appétit, perte de poids, troubles mentaux (dépression, anxiété).

Un astrocytome du cerveau peut toucher n'importe laquelle de ses parties, ce qui affecte les caractéristiques des manifestations cliniques ainsi que la probabilité de complications graves.

Diagnostics

Les plus importantes sont les méthodes suivantes:

  • IRM et CT. La tomographie est la recherche la plus informative pour identifier une tumeur au cerveau. Il vous permet de déterminer l'emplacement et la taille de l'éducation et, lors de la réalisation d'une étude des vaisseaux sanguins, de rechercher les caractéristiques de l'apport sanguin à la tumeur. Ce dernier est important pour planifier l’avancement de l’opération.

IRM - une méthode moderne de neuroimagerie

  • Biopsie. Ni l'IRM ni le scanner ne peuvent déterminer le type de néoplasme. A cette fin, on a eu recours à la ponction de la tumeur et à l'étude du matériel obtenu. Une telle étude permet d’établir un diagnostic précis jusqu’au degré de différenciation des cellules cancéreuses.

L'inspection et la détermination de l'état neurologique sont auxiliaires. Sur cette base, on peut suspecter une maladie du système nerveux central et suggérer un niveau de dommage. Pour spécifier le diagnostic, il est nécessaire de recourir à des méthodes plus informatives.

Traitement astrocytome

On distingue les méthodes suivantes: radiothérapie et chimiothérapie, traitement chirurgical et radiochirurgie. Dans le traitement des tumeurs, on pratique généralement une approche intégrée, c'est-à-dire l'utilisation de plusieurs options de traitement. La résection radicale de l'astrocytome n'est pas toujours possible. Les grandes tailles, la croissance diffuse avec envahissement des structures environnantes compliquent le traitement chirurgical. Il est souvent nécessaire d’enlever non pas la totalité de la tumeur, mais seulement une partie de celle-ci, en plus de la chimiothérapie et de la radiothérapie.

Gamma Knife vous permet d’influencer directement un faisceau de rayonnement ionisant dirigé sur la tumeur, sans affecter les tissus sains. Cependant, cette méthode ne donne de bons résultats que dans le traitement des néoplasmes de petite taille. Dans les cas avancés, il est impossible d'éliminer une tumeur avec son aide.

Installation pour la radiochirurgie stéréotaxique du cerveau

La chimiothérapie et la radiothérapie sont prescrites en tant que type de traitement indépendant (pour les tumeurs inopérables), ainsi qu’en tant que préparation préopératoire afin de réduire le néoplasme et après une intervention chirurgicale si la résection radicale s’est révélée irréalisable.

Prévisions

Le résultat du traitement est influencé par la localisation et le degré de malignité de l'astrocytome, ainsi que par l'état du patient (âge et maladies concomitantes). En cas de variantes piloïdes et fibrillaires de la tumeur, un traitement radical est possible, l’espérance de vie après la chirurgie est de 5 à 10 ans. Les astrocytomes mal différenciés (anaplasiques et glioblastomes) sont difficiles à traiter et leur survie ne dépasse généralement pas un à deux ans.

Astrocytome cérébral

L'astrocytome cérébral est une tumeur neuroépithéliale (gliale) intracérébrale primaire provenant de cellules étoilées (astrocytes). L'astrocytome cérébral peut avoir différents degrés de malignité. Ses manifestations dépendent de la localisation et se divisent en deux catégories: générale (faiblesse, perte d'appétit, maux de tête) et focale (hémiparésie, hémihypesthésie, troubles de la coordination, hallucinations, troubles de la parole, changement de comportement). L'astrocytome cérébral est diagnostiqué sur la base de données cliniques, d'un scanner, d'une IRM et d'un examen histologique des tissus tumoraux. Le traitement de l'astrocytome cérébral est généralement une combinaison de plusieurs méthodes: chirurgicale ou radiochirurgicale, radiothérapie et chimiothérapie.

Astrocytome cérébral

L'astrocytome cérébral est le type de tumeur gliale le plus courant. Environ la moitié des gliomes cérébraux sont des astrocytomes. L'astrocytome cérébral peut survenir à tout âge. Plus souvent que d'autres astrocytomes du cerveau sont observés chez les hommes âgés de 20 à 50 ans. Chez l'adulte, la localisation la plus caractéristique de l'astrocytome du cerveau est la substance blanche des hémisphères (une tumeur des hémisphères du cerveau), tandis que chez les enfants, le cervelet et le tronc cérébral sont plus fréquents. Il arrive que des enfants subissent des lésions du nerf optique (gliome du chiasme et gliome du nerf optique).

Étiologie de l'astrocytome cérébral

L'astrocytome du cerveau est le résultat de la dégénérescence tumorale des astrocytes - cellules gliales en forme d'étoile, pour lesquelles elles sont également appelées cellules étoilées. Jusqu'à récemment, on pensait que les astrocytes remplissaient une fonction auxiliaire en relation avec les neurones du système nerveux central. Cependant, des recherches récentes dans le domaine de la neurophysiologie et des neurosciences ont montré que les astrocytes remplissaient une fonction de protection, empêchant ainsi les lésions neuronales et absorbant l'excès de produits chimiques résultant de leur activité vitale. Ils fournissent une nutrition aux neurones et participent à la régulation de la barrière hémato-encéphalique et à l'état du flux sanguin cérébral.

Les données précises sur les facteurs qui déclenchent la transformation tumorale des astrocytes ne sont pas encore disponibles. Vraisemblablement, le rôle d'un mécanisme déclencheur, à la suite duquel un astrocytome du cerveau se développe, est joué par: rayonnement excessif, exposition chronique à des produits chimiques nocifs, virus oncogènes. Un rôle important est également attribué au facteur héréditaire, car chez le patient atteint d'un astrocytome cérébral, des altérations génétiques ont été détectées dans le gène TP53.

Classification de l'astrocytome cérébral

Selon la structure de ses cellules constitutives, un astrocytome du cerveau peut être "normal" ou "spécial". Le premier groupe comprend les astrocytomes cérébraux fibrillaires, protoplasmiques et hémistocytaires. Le groupe des «spécialités» comprend l’astrocytome cérébelleux du cerveau, pyélocytaire (piloïde), sous-épendymaire (glomérulaire) et microcystique.

Selon la classification de l'OMS, les astrocytomes cérébraux sont classés en fonction du degré de malignité. L'astrocytome «spécial» du cerveau, pyélocyte, appartient au premier degré de malignité. La malignité de grade II est caractéristique des astrocytomes bénins «normaux», par exemple fibrillaire. L'astrocytome anaplasique du cerveau appartient au degré III de malignité, le glioblastome au degré IV. Les glioblastomes et les astrocytomes anaplasiques représentent environ 60% des tumeurs cérébrales, tandis que les astrocytomes hautement différenciés (bénins) ne représentent que 10%.

Symptômes de l'astrocytome cérébral

Les manifestations cliniques qui accompagnent l'astrocytome du cerveau peuvent être divisées en communes, notées à n'importe quel emplacement de la tumeur, et locales ou focales, en fonction du processus de localisation.

Les symptômes communs de l'astrocytome sont associés à l'augmentation de la pression intracrânienne, aux effets irritants et aux effets toxiques des produits du métabolisme des cellules tumorales. Les manifestations courantes de l’astrocytome cérébral comprennent: maux de tête permanents, manque d’appétit, nausées, vomissements, vision double et / ou brouillard devant les yeux, vertiges, changements d’humeur, asthénie, capacité réduite de concentration et troubles de la mémoire. Les crises d'épilepsie sont possibles. Souvent, les premières manifestations de l'astrocytome du cerveau sont généralement non spécifiques. Au fil du temps, en fonction du degré de malignité de l'astrocytome, les symptômes évoluent lentement ou rapidement avec l'apparition d'un déficit neurologique, indiquant une nature focale du processus pathologique.

Les symptômes focaux de l'astrocytome du cerveau résultent de la destruction et de la compression des structures cérébrales situées à côté par une tumeur. Pour les astrocytomes hémisphériques, une diminution de la sensibilité (hémihypesthésie) et de la faiblesse musculaire (hémiparésie) au bras et à la jambe du côté du corps opposé à l'hémisphère touché sont caractéristiques. La lésion tumorale du cervelet se caractérise par une altération de la stabilité en position debout et, lors de la marche, des problèmes de coordination des mouvements.

La localisation des astrocytomes cérébraux dans le lobe frontal est caractérisée par l'inertie, une faiblesse générale prononcée, l'apathie, une diminution de la motivation, des crises d'agitation mentale et d'agressivité, une détérioration de la mémoire et des capacités intellectuelles. Les personnes autour de ces patients notent des changements et des anomalies dans leur comportement. Avec la localisation des astrocytomes dans le lobe temporal, troubles de la parole, troubles de la mémoire et hallucinations de nature différente: olfactive, auditive et gustative. Les hallucinations visuelles sont caractéristiques des astrocytomes, situées à la frontière du lobe temporal et de l'occipital. Si l'astrocytome du cerveau est localisé dans le lobe occipital, il s'accompagne alors d'hallucinations visuelles, de diverses déficiences visuelles. L'astrocytome pariétal du cerveau provoque une rupture de l'écriture et une violation de la motricité fine.

Diagnostic de l'astrocytome cérébral

L'examen clinique des patients est effectué par un neurologue, un neurochirurgien, un ophtalmologiste et un oto-rhino-laryngologue. Il comprend un examen neurologique, un examen ophtalmologique (détermination de l’acuité visuelle, examen des champs visuels, ophtalmoscopie), une audiométrie à seuil, un examen de l’appareil vestibulaire et un état mental. L'examen instrumental primaire de patients atteints d'un astrocytome cérébral peut révéler une augmentation de la pression intracrânienne selon Echo-EG et la présence d'une activité paroxystique selon l'électroencéphalographie. La détection de symptômes focaux lors d'un examen neurologique est une indication du scanner et de l'IRM du cerveau.

L'astrocytome cérébral peut également être détecté pendant l'angiographie. Un diagnostic précis et déterminer le degré de malignité de la tumeur permet un examen histologique. L'obtention de matériel histologique est possible au cours d'une biopsie stéréotaxique ou en peropératoire (pour décider de l'étendue de l'intervention chirurgicale).

Traitement de l'astrocytome cérébral

En fonction du degré de différenciation de l'astrocytome du cerveau, son traitement est effectué par une ou plusieurs des méthodes indiquées: chirurgicale, chimiothérapique, radiochirurgicale, radiothérapie.

L'extraction radiochirurgicale stéréotaxique n'est possible qu'avec une tumeur de petite taille (jusqu'à 3 cm) et est réalisée sous contrôle tomographique à l'aide d'un cadre stéréotaxique porté sur la tête du patient. Avec l'astrocytome du cerveau, cette méthode ne peut être utilisée que dans de rares cas d'évolution bénigne et de croissance tumorale limitée. Le nombre de chirurgies effectuées par trépanation du crâne dépend de la nature de la croissance des astrocytomes. Souvent, en raison de la croissance diffuse de la tumeur dans le tissu cérébral environnant, son traitement chirurgical radical est impossible. Dans de tels cas, une chirurgie palliative peut être réalisée pour réduire la taille de la tumeur ou une chirurgie de pontage visant à réduire l'hydrocéphalie.

La radiothérapie pour l'astrocytome du cerveau est réalisée par une exposition externe répétée (de 10 à 30 séances) de la zone touchée. La chimiothérapie est réalisée par des cytostatiques utilisant des médicaments oraux et des administrations intraveineuses. Elle est préférée dans les cas où l'astrocytome cérébral est observé chez les enfants. Récemment, un développement actif est en cours pour créer de nouveaux médicaments chimiothérapeutiques pouvant agir sélectivement sur les cellules tumorales sans nuire aux cellules saines.

Astrocytomes de prévision du cerveau

Le pronostic défavorable de l'astrocytome du cerveau est associé à son degré de malignité prédominant, à la transition fréquente d'une forme moins maligne en une forme plus maligne et à une récurrence presque inévitable. Chez les jeunes, il existe une évolution plus commune et maligne des astrocytomes. Le pronostic le plus favorable est si l’astrocytome du cerveau est de grade I, mais même dans ce cas, la vie du patient ne dépasse pas 5 ans. Pour les astrocytomes de grade III à IV, cette année est en moyenne de 1 an.

Astrocytome anaplasique du cerveau

Les astrocytomes occupent la moitié des néoplasmes du système nerveux central, parmi lesquels l'astrocytome anaplasique du cerveau est l'un des plus dangereux, car il présente un caractère malin. Il est à noter que dans la moitié forte de l'humanité, ces maladies sont beaucoup plus courantes que chez les femmes. Les tumeurs malignes sont principalement diagnostiquées chez les patients après 40 ans. Quant aux enfants, ils ont un astrocytome piloïde plus commun.

Les astrocytomes sont appelés néoplasmes neuroépithéliaux du cerveau et proviennent de cellules astrocytaires. Ces dernières sont des cellules du système nerveux central et remplissent une fonction de soutien et de restriction. Il est habituel d'isoler deux types de cellules: les cellules protoplasmiques et les fibres fibreuses. Les premiers sont localisés dans la substance grise du cerveau et les seconds dans la substance blanche. Ils participent activement au transfert de substances entre les vaisseaux sanguins et les cellules nerveuses et enveloppent également les capillaires et les neurones.

Types de maladies astrocytaires

Toutes les tumeurs du système nerveux central sont divisées selon la classification histologique internationale. En ce qui concerne les maladies astrocytaires, on distingue les types suivants:

  • Astrocytome: astrocytome protoplasmique fibrillaire à grandes cellules;
  • Le pronostic de l'astrocytome anaplasique correspond à une guérison complète, qui dépend du succès de l'élimination du foyer principal;
  • Glioblastome: gliosarcome et glioblastome à cellules géantes;
  • Astrocytome pilocytique;
  • Xanthoastrocytome pléomorphe;
  • Astrocytomes sous-épendymaires à cellules géantes: selon leur développement, les astrocytomes sont répartis dans les types suivants:
  • Croissance nodale. Celles-ci incluent l'astrocytome piloïde du cerveau, les astrocytomes à cellules géantes pléomorphes et sous-épendymaires.

Ces astrocytomes se distinguent par un nœud de croissance et des limites clairement définies, qui délimitent les tissus cérébraux environnants.

Quant au xanthoastrocytome pléomorphe, il est assez rare et, s’il est diagnostiqué, il est plus fréquent chez les patients jeunes. Il se développe en tant que nœud dans le cortex cérébral et peut être caractérisé par la présence d'un kyste. Il devient la cause des crises d'épilepsie.

L'astrocytome sous-épendymaire à cellules géantes est dans la plupart des cas localisé dans le système ventriculaire du cerveau.

Croissance diffuse: elle comprend l'astrocytome bénin, le glioblastome ainsi que l'astrocytome anaplasique, tandis que l'astrocytome diffus fait référence à une tumeur maligne de degré 2.

Les astrocytomes qui diffèrent par leur croissance diffuse n’ont pas de frontière claire avec les tissus cérébraux, car ils peuvent se développer fortement dans la moelle et atteindre de très grandes tailles. Dans ce cas, un astrocytome bénin dégénère en un cancer dans 70% des cas.

L'astrocytome anaplasique se distingue immédiatement par son caractère malin. Le glioblastome, quant à lui, est une tumeur très maligne caractérisée par une croissance rapide. Le plus souvent localisée dans les lobes temporaux.

Causes de la maladie

Les experts disent que la principale cause de l'astrocytome est l'inopérabilité des gènes qui devraient empêcher le développement de tumeurs. Les patients chez lesquels un astrocytome a été diagnostiqué sont enregistrés avec la «dégradation» du gène TP53.

Le groupe à risque comprend les personnes ayant le plus proche parent sanguin souffrant de telles tumeurs. Ce groupe comprend les travailleurs des raffineries de pétrole, ainsi que ceux qui traitent avec des radiations ou sont porteurs de virus oncogènes.

À ce jour, les experts n’ont pas étudié avec précision les causes de la formation des tumeurs cérébrales, ni provoqué leur croissance. Comme dans le cas d'autres affections oncologiques, les experts notent l'effet complexe de plusieurs facteurs négatifs, qui sont à l'origine de la formation d'une tumeur au cerveau.

Les symptômes

La principale caractéristique de cette maladie, ainsi que d’autres tumeurs cérébrales, est qu’elles sont localisées dans l’espace confiné du crâne et qu’elles entraînent donc tôt ou tard des lésions des structures cérébrales proches et lointaines. Dans le premier cas, des symptômes focaux apparaîtront, et dans le second - secondaire.

Symptômes primaires

Si la tumeur affecte le lobe frontal, le patient peut ressentir un sentiment d'euphorie, commencer à ignorer son problème ou ne le prend pas au sérieux, à une agressivité accrue ainsi qu'à la destruction totale de la psyché. Lorsqu'un néoplasme affecte la surface médiale du lobe frontal ou endommage le corps calleux, des perturbations des processus de la pensée et une diminution importante de la mémoire sont observées. Si la région de Broca est endommagée dans le lobe frontal, des troubles de la parole peuvent être observés. En conséquence, l'articulation des mots est considérablement réduite, ce qui ralentit le langage. Les sections frontales de la partie frontale sont «muettes» et, par conséquent, si elles sont touchées par une tumeur, les symptômes peuvent être complètement absents pendant une longue période. Lorsqu'un néoplasme affecte les régions postérieures, cela entraîne une faiblesse générale des muscles et une paralysie partielle des membres.

Lobe temporal

Lorsque l'astrocytome est localisé dans cette zone, le patient commence à souffrir d'hallucinations, à la fois visuelles et auditives. À l'avenir, ce problème pourrait évoluer vers l'apparition de crises d'épilepsie. Dans le cas d'une tumeur du lobe temporal de l'hémisphère dominant, le patient peut ne plus comprendre la parole orale et écrite et sa parole consistera en un ensemble de mots arbitraires. Un symptôme tel que l'agnosie auditive se manifeste souvent - il ne s'agit pas d'une reconnaissance de voix, de mélodies et de sons que le patient connaissait auparavant. Très souvent, dans l'astrocytome de la région temporale, une personne meurt sans même commencer un traitement.

Le plus souvent, les crises d'épilepsie surviennent dans les astrocytomes localisés dans les lobes frontaux et temporaux:

  • Il peut y avoir des rotations incontrôlées de la tête, ainsi que des convulsions périodiques dans les membres;
  • Le patient se plaint de la sensation de "chair de poule rampante" sur la peau et les objets peuvent commencer à changer de couleur;
  • Augmentation des nausées et des problèmes cardiaques;
  • Parfois, les crampes commencent dans une partie du corps et se propagent progressivement dans une autre partie du corps;
  • De fortes crises partielles peuvent survenir. Lorsque le patient a des troubles de la conscience, il cesse d'établir tout contact avec les autres, commence à répéter les mêmes sons et même à chanter.
  • Une personne peut «geler» pendant quelques secondes, après quoi elle reprend son activité normale.

Lobe pariétal

Si une tumeur est affectée par un lobe donné, le patient peut cesser de reconnaître les objets au toucher et une apraxie du bras peut également se produire, le patient ne pouvant alors ni attacher de boutons, ni porter de vêtements, etc. Les crises d'épilepsie sont également caractéristiques. Avec la défaite du lobe pariétal gauche chez un patient, la lettre, la parole et le décompte sont perturbés.

Lobe occipital

Dans ce domaine, les astrocytomes sont moins fréquents. Habituellement accompagné d'hallucinations visuelles, et avec chaque œil peut tomber sur une moitié de l'image.

Les symptômes secondaires de cette maladie sont les suivants:

  • Mal de tête L'astrocytome commence à se ressembler avec des maux de tête et des crises d'épilepsie. Le mal de tête est associé à une hypertension intracrânienne, avec une localisation floue distincte du centre de la douleur. Au début, la douleur peut être périodique et douloureuse. À mesure que la tumeur se développe, la douleur peut devenir permanente. Le plus souvent se produit lors du changement de position du corps. On soupçonne sa formation si le mal de tête apparaît après le sommeil et qu'il diminue légèrement le soir, alors qu'il peut s'accompagner d'un réflexe de vomissement accru non associé à la prise de nourriture;
  • Œdème cérébral. Une tumeur qui, en se développant, commence à pincer le liquide céphalo-rachidien et d'autres régions du cerveau, est la cause de l'augmentation de la pression intracrânienne.

Il se manifeste par de graves maux de tête, des nausées, des vomissements, des hoquets fréquents, des troubles de la mémoire et de la pensée, une perte de vision, etc.

Diagnostics

Il existe plusieurs méthodes de diagnostic qui permettent non seulement de détecter la formation d'une tumeur dans le cerveau, mais également de reconnaître son stade. Ceux-ci incluent les principes de diagnostic suivants:

Il est divisé en plusieurs sous-espèces, grâce auxquelles les spécialistes peuvent diagnostiquer l'astrocytome:

  1. IRM C'est l'une des recherches les plus précises. Grâce à l'IRM, un spécialiste peut reconnaître le degré de malignité de la formation;
  2. CT Cette méthode est réalisée sur la base de la radiologie et produit une image en couches des structures du cerveau. Cela vous permet de diagnostiquer les caractéristiques de la localisation de la tumeur, ainsi que sa structure;
  3. PET Avant de commencer le diagnostic, une dose de glucose radioactif est injectée dans la veine du patient. C'est un indicateur grâce auquel il est possible de détecter l'emplacement exact de la tumeur. Grâce à cette méthode, le spécialiste pourra également se renseigner sur l'efficacité du traitement choisi.
  • Biopsie
  • Angiographie

La particularité de cette méthode est l'introduction d'un colorant spécial permettant de déterminer les vaisseaux qui se nourrissent des tissus tumoraux. Cette méthode permet au spécialiste de prédire avec plus de précision le fonctionnement futur.

C'est plus une méthode auxiliaire pour examiner une tumeur. Il vous permet de tenir les bons réflexes du cerveau du patient.

Stade de la maladie

La classification généralement acceptée divise l'astrocytome en quatre étapes.

  • Première étape - astrocytome pilocytique du cervelet ou astrocytome pilocytique, le rétablissement complet dépend de la rapidité de l'intervention d'un spécialiste. La maladie a un caractère bénin. Il convient de noter qu'en cas d'appel tardif à l'aide, le risque de transformation en un traitement malin augmente à 70%;
  • Stade deux - astrocytome fibrillaire du cerveau. Il a également un caractère bénin, mais dans le cas de l'astrocytome protoplasmique fibrillaire, son traitement et son pronostic ne peuvent être favorables que si la tumeur a été diagnostiquée à un stade précoce, ce qui a permis une transition plus rapide vers son traitement. Il convient de noter que dans le cas du début rapide du traitement pour le diagnostic d’une tumeur telle que l’astrocytome de grade 2, le pronostic de la patiente sera favorable;
  • Troisième étape - astrocytome anaplasique du cerveau, pronostic vital dépendant également de l'intervention chirurgicale d'un spécialiste. La tumeur se développe très rapidement, affectant ainsi les cellules saines, ce qui conduit souvent au quatrième stade - le glioblastome.

Symptômes, méthodes de traitement et pronostic de l'astrocytome du cerveau

Un astrocytome est un néoplasme issu de cellules neurologiques (astrocytes) ressemblant à des astérisques. Ils sont conçus pour réguler la quantité de liquide intercellulaire. Il est formé dans le cerveau. L'astrocytome peut être bénin et malin. La tumeur a la même densité que la moelle.

Description générale et mécanisme de développement de la maladie

La tumeur apparaît en raison d'une division incorrecte des astrocytes. Ce sont des cellules spéciales du système nerveux qui remplissent des fonctions importantes. Ils protègent les neurones des facteurs négatifs pouvant les blesser. De plus, les astrocytes assurent un métabolisme normal dans les cellules du cerveau.

En outre, ils régulent la fonctionnalité de la barrière hémato-encéphalique, contrôlent la circulation sanguine dans les deux hémisphères. Les cellules présentées absorbent les déchets produits par les neurones. En raison de l'impact de facteurs externes ou internes négatifs, ils changent et ne peuvent pas remplir correctement leurs fonctions.

La perturbation des cellules gliales nuit à l’activité de tout le système nerveux. Les astrocytomes cérébraux sont les tumeurs les plus courantes. Ils sont localisés dans presque toutes les zones du cerveau. Chez l'adulte, la tumeur se forme plus souvent dans les hémisphères cérébraux, chez l'enfant, dans le cervelet.

Les ganglions pathologiques peuvent atteindre de grandes tailles, de 5 à 10 cm.En parallèle à l'astrocytome, des kystes se forment. Ces tumeurs se caractérisent par une croissance lente, de sorte que le pronostic du traitement est généralement favorable. Chez les jeunes, le risque d’une telle pathologie est plus élevé que chez les personnes âgées.

Causes de la pathologie

Une tumeur se développe principalement chez les hommes âgés de 20 à 50 ans, bien que l'âge et le sexe ne soient pas le facteur déterminant. Les causes exactes de l'apparition de l'astrocytome n'ont pas encore été déterminées. Cependant, certains facteurs contribuent à sa formation:

  • Produits chimiques et raffineries. L'empoisonnement chronique avec ces composés entraîne une modification de la plupart des processus métaboliques.
  • Virus caractérisé par une oncogénicité élevée.
  • Prédisposition génétique.
  • Exposition aux radiations. Il contribue à la transformation de cellules saines en cellules malignes.

Elena Malysheva et les médecins traditionnels du programme «Live Healthy!» Parleront des causes, des symptômes et des méthodes modernes de traitement de la pathologie (début du bloc à partir de 32h25):

  • Situation environnementale négative dans la zone de résidence.
  • Mauvaises habitudes La consommation chronique d’alcool et de tabac entraîne l’accumulation de toxines dans le corps humain. Ils contribuent également à l'apparition de cellules cancéreuses.
  • Faible immunité.
  • Traumatisme cérébral.

Classification des tumeurs en fonction du degré de malignité

Tout dépend s'il y a des signes de polymorphisme, de nécrose, de mitose et de prolifération d'endothélium:

  1. Premier degré (les tumeurs ne présentent qu'un des symptômes ci-dessus et se caractérisent également par une différenciation élevée).
  • Astrocytome piloïde.
  • Sous-épendyme (a de grosses cellules avec des noyaux polymorphes, prend la forme d'un nœud, est situé plus souvent dans la région des ventricules latéraux).
  1. Deuxième degré Ce sont des néoplasmes relativement bénins qui présentent deux signes: la nécrose tissulaire et la prolifération (prolifération tissulaire) de l'endothélium. Ils affectent des parties du cerveau fonctionnellement importantes.
  • Fibrillaire.
  • Protoplasmique.
  • Hémocytose.
  • Pléomorphique.
  • Mixte

L'astrocytome cérébelleux est un type de pathologie distinct. Il est plus fréquent chez les jeunes patients. Ses symptômes dépendent de l'emplacement de la tumeur.

Caractéristiques des astrocytomes piloïdes et fibrillaires

L'astrocytome piloïde du cerveau est considéré comme une tumeur bénigne aux limites clairement définies. Le plus souvent, il est localisé dans le cervelet ou le tronc cérébral. Cette pathologie est diagnostiquée principalement chez les enfants. Si le patient ne s'est pas tourné vers le médecin à temps, dans la plupart des cas, cette tumeur se transforme en une tumeur maligne. Si le traitement est commencé au début du développement de la pathologie, le pronostic de la vie est favorable. La tumeur se développe très lentement et ne se reproduit pratiquement pas après son retrait.

L'astrocytome fibrillaire du cerveau est une forme plus grave de la maladie, caractérisée par une tumeur maligne prédominante. Ce type de tumeur se développe plus rapidement et n’a pas de limites prononcées. Même le traitement chirurgical ne donne pas un résultat positif à 100%. Un tel astrocytome se développe entre 20 et 30 ans et peut même se reproduire après une intervention chirurgicale.

Autres types de tumeurs

L'astrocytome anaplasique du cerveau est considéré comme très dangereux. Il se caractérise par une croissance rapide. La pathologie est rapide et le pronostic est mauvais. Étant donné que le néoplasme se développe principalement dans la profondeur du tissu, le traitement chirurgical n'est pas possible. Cette forme de la maladie se développe chez les patients de 35 à 55 ans.

Symptômes de pathologie

Dans les premiers stades de son développement, une tumeur peut ne pas apparaître du tout. Si une petite léthargie ou une fatigue survient, la personne ne consulte pas immédiatement le médecin, car elle ne peut même pas imaginer la formation d'une néoplasie dans son cerveau. De plus, la tumeur grossit et perturbe le système nerveux. Ensuite, les symptômes communs suivants apparaissent:

  • Douleur à la tête. Il est présent soit constamment, soit manifesté par des attaques périodiques. L'intensité et la nature des sensations peuvent être différentes. La plupart des douleurs surviennent le matin ou au milieu de la nuit. Quant à la localisation des sensations désagréables, elles se situent dans une partie du cerveau ou se propagent dans l’ensemble de la tête.
  • Vomissements et nausées. Il n'y a aucune raison pour son apparition, et l'attaque elle-même survient de manière inattendue.
  • Vertiges. Cependant, le patient semble avoir des sueurs froides, la peau pâlit. Souvent, le patient perd conscience.
  • La dépression.
  • Augmentation de la fatigue et de la somnolence.
  • Troubles mentaux. Le patient présente une agressivité, une irritabilité ou une léthargie accrues. Il y a des problèmes de mémoire, de capacités intellectuelles réduites. L'absence de traitement conduit à un effondrement complet de la conscience.
  • Crampes Ce symptôme est considéré comme rare, mais il évoque des problèmes de système nerveux.
  • Vision et discours altérés.

Vous pouvez également mettre en évidence les symptômes focaux de la pathologie. Tout dépend de quelle partie du cerveau est endommagée:

  1. Astrocytome cervelet. Une telle violation est caractérisée par des problèmes de coordination des mouvements, de marche, d'orientation dans l'espace.
  2. Région temporale gauche. Il y a une détérioration de la mémoire, de la parole, de l'attention, des changements de goût, l'apparition d'hallucinations. L'odorat et l'audition sont également altérés.
  3. Partie frontale Le comportement du patient change complètement et une paralysie des bras ou des jambes sur une moitié du corps peut également se développer.
  4. Partie pariétale. Les astrocytomes dans cette zone sont accompagnés d'une motilité altérée. Le patient ne peut pas écrire correctement ses pensées sur papier.

Quels sont les symptômes qui devraient vous inciter à consulter un médecin et comment la médecine moderne résout le problème des tumeurs au cerveau, diront les médecins de l'Institut de recherche en neurochirurgie. N. N. Burdenko:

Si l'hémisphère droit est affecté, les problèmes de travail des muscles sont plus prononcés du côté gauche et inversement.

Caractéristiques du diagnostic de la maladie

Un diagnostic opportun est la moitié du succès. Plus tôt la maladie est identifiée, plus elle est susceptible de la traiter rapidement. Pour un diagnostic correct, le patient doit subir un examen approfondi, qui comprend les procédures suivantes:

  • Examen primaire et tests neurologiques. Le médecin doit examiner attentivement les antécédents médicaux du patient, recueillir un historique détaillé et enregistrer les plaintes du patient. Le neurologue effectue des tests d'évaluation pour détecter une violation de la fonctionnalité du système nerveux.
  • IRM, CT et tomographie par émission de positrons. Ces types d’études sont considérées aussi précises que possible. Vous pouvez déterminer ici la taille de la tumeur, son degré de malignité, sa localisation exacte ainsi que l'efficacité du traitement. Les techniques de diagnostic instrumentales vous permettent d'explorer tout le cerveau en couches. C'est-à-dire qu'il y a une visualisation complète du corps.
  • Angiographie. Grâce à la substance de contraste, le médecin est capable de détecter les vaisseaux qui nourrissent la tumeur.
  • Biopsie. Un fragment de la tumeur est nécessaire pour cette étude. Sans cette procédure, un diagnostic précis est impossible.

Caractéristiques de la thérapie

L'astrocytome est considéré comme une maladie dangereuse pour la santé et la vie, qui nécessite un traitement rapide. Il existe plusieurs méthodes pour lutter contre une telle tumeur cérébrale:

  1. Chirurgical Le spécialiste doit retirer le tissu affecté avec un risque minimal de complications, bien qu'il soit difficile de prédire quelque chose avec le cerveau. L'opération est effectuée plus fréquemment dans les premiers stades du développement des astrocytomes. C'est la principale méthode de thérapie réussie. Pour accéder à la tumeur, il est nécessaire de couper la peau, de retirer une partie du crâne et de séparer la coque dure du cerveau. Mais les formes diffuses de pathologie ne peuvent pas être complètement supprimées. De plus, les tissus mous sont cousus et une plaque spéciale est placée à la place de l'os coupé. Après la chirurgie, des complications graves peuvent survenir: gonflement du cerveau, thrombose, infection, lésions des vaisseaux sanguins ou des nerfs et propagation accélérée des cellules malignes. Pour éviter des conséquences négatives, l'état du cerveau pendant la chirurgie est surveillé en permanence par scanner ou IRM.

A propos de la façon dont l'intervention chirurgicale est réalisée, voir plus en vidéo:

  1. Radiochirurgie Dans ce cas, les radioluchi sont utilisés pour enlever les tissus affectés. Cependant, il est possible d'utiliser un tel équipement uniquement si la taille de la tumeur ne dépasse pas 3,5 cm. De nouvelles techniques sont également utilisées pour l'opération: gamma-knife, endoscopie, cryochirurgie, faisceau laser, ultrasons.
  2. Chimie et radiothérapie. Dans le second cas, le rayonnement radioactif est utilisé pour détruire les cellules tumorales. Avec l'aide de la radiothérapie, le traitement des patients contre-indiqués en chirurgie est effectué. Pour lutter contre la pathologie de degré 1, cette méthode est utilisée extrêmement rarement, et seulement après l'ablation de la tumeur. Pour détruire la métastase de l'astrocytome, il est nécessaire d'irradier toute la tête. En ce qui concerne la chimiothérapie, son efficacité n’est pas très élevée, ce traitement est donc très rarement utilisé.

Tout traitement sera efficace si la tumeur cérébrale est déterminée à temps. Bien que certains types d'astrocytomes conduisent à une mort rapide.

Conséquences et pronostic de la maladie

Une fois le traitement terminé, la tumeur peut réapparaître. Le patient doit donc subir des examens préventifs périodiques. En outre, il est urgent de consulter un médecin si une personne présente des symptômes courants de pathologie. En cas de récidive, le patient doit suivre un traitement répété.

Le plus souvent, la réémergence d'une tumeur est caractéristique du glioblastima, ainsi que de l'astrocytome anaplasique. Le risque de récidive est accru si la tumeur a été partiellement retirée. Plus de 40% des patients deviennent handicapés. On leur diagnostique de telles complications:

  • Déficience motrice.
  • Parésie et paralysie qui empêchent une personne de bouger.

De plus, la coordination et la vision du patient se détériorent (il existe des problèmes non seulement de netteté, mais également de distinction des couleurs). La plupart des patients développent l'épilepsie, ainsi que des troubles mentaux. Certaines personnes perdent la capacité de communiquer, de lire et d'écrire et d'effectuer des mouvements simples. L'intensité et le nombre de complications peuvent être différents.

Prévention

Si vous ne pouvez rien faire avec une prédisposition héréditaire, vous pouvez alors combattre d’autres facteurs négatifs. Afin de réduire le risque de développer la maladie, vous devez suivre les recommandations des experts:

  1. Bien manger. Il est préférable d’abandonner des plats nocifs, des produits contenant des conservateurs, des colorants ou d’autres additifs. Il est préférable de donner la préférence à la nourriture, cuit à la vapeur, manger plus de fruits et légumes.
  2. Arrêtez de boire et de fumer.
  3. Utilisez des complexes vitaminiques et tempérez le corps pour renforcer le système immunitaire.
  4. Il est important de vous protéger des stress qui ont un effet négatif sur le système nerveux.
  5. Il est conseillé de changer de lieu de résidence si la maison est située dans une zone défavorisée du point de vue de l'environnement.
  6. Évitez les blessures à la tête.
  7. Subir régulièrement des examens préventifs.

Si une personne a une tumeur au cerveau (astrocytome), ne tombez pas immédiatement dans le désespoir. Il est important de vous préparer pour un résultat positif et d'écouter les recommandations des médecins. La médecine moderne est capable de prolonger la vie des patients cancéreux et parfois de se débarrasser complètement de la pathologie.

Astrocytome cérébral: causes, symptômes, traitement, pronostic

Parmi toutes les causes de décès par cancer, les tumeurs cérébrales occupent une place prépondérante. Les astrocytomes représentent la moitié des néoplasmes du système nerveux central. Chez les hommes, ces tumeurs sont plus fréquentes que chez les femmes. Les astrocytomes malins prédominent chez les personnes âgées de 40 ans et plus. Chez les enfants, il existe principalement des astrocytomes piloïdes.

Caractérisation histologique des astrocytomes

Les astrocytomes sont des tumeurs cérébrales neuroépithéliales provenant de cellules astrocytaires. Les astrocytes sont les cellules du système nerveux central qui remplissent des fonctions de soutien et restrictives. Il existe 2 types de cellules: protoplasmiques et fibreuses. Les astrocytes protoplasmiques sont situés dans la matière grise du cerveau et fibreux - dans la substance blanche. Ils enveloppent les capillaires et les neurones, participant également au transfert de substances entre les vaisseaux sanguins et les cellules nerveuses.

Toutes les tumeurs du système nerveux central sont classées selon la classification histologique internationale (la dernière révision par des experts de l'OMS en 1993).

On distingue les types de néoplasmes astrocytaires suivants:

  1. Astrocytome: fibrillaire, protoplasmique, macrocellulaire.
  2. Astrocytome anaplasique malin.
  3. Glioblastome: glioblastome à cellules géantes, gliosarcome.
  4. Astrocytome pilocytique.
  5. Xanthoastrocytome pléomorphe.
  6. Astrocytome sous-épendymaire à cellules géantes.

Par type de croissance, on distingue les types d’astrocytomes suivants:

  • Croissance nodale: astrocytome piloïde, astrocytome sous-épendymaire à cellules géantes, xanthoastrocytome pléomorphe.

Les astrocytomes à croissance nodale ont des limites claires, limitées à partir du tissu cérébral environnant.

L'astrocytome piloïde affecte souvent le cervelet, le chiasma optique et le tronc cérébral. Il est de nature bénigne, malin (devenant malin) très rarement. Les kystes sont souvent présents dans les tumeurs.

L'astrocytome sous-épendymaire à cellules géantes est souvent situé dans le système ventriculaire du cerveau.

Le xantoastrocytome pléomorphe est rare, plus souvent chez les jeunes. Il se développe comme un noeud dans le cortex cérébral, peut contenir de gros kystes. Provoque des crises d'épilepsie.

  • Croissance diffuse: astrocytome bénin, astrocytome anaplasique, glioblastome. Les astrocytomes diffus font référence à 2 degrés de malignité.

Les astrocytomes à croissance diffuse se caractérisent par l’absence de frontières claires avec les tissus cérébraux: ils peuvent se transformer en substance cérébrale des deux hémisphères du grand cerveau et atteindre des tailles énormes.

Un astrocytome bénin devient malin dans 70% des cas.

L'astrocytome anaplasique est une tumeur maligne.

Le glioblastome est une tumeur très maligne à croissance rapide. Plus souvent localisé dans les lobes temporaux.

Facteurs de risque

Les astrocytomes, comme les autres tumeurs, sont des maladies multifactorielles. Les facteurs spécifiques pour les astrocytomes n'émettent pas. Les facteurs de risque communs incluent le travail avec des substances radioactives, la prédisposition héréditaire, les charges virales du corps.

Les symptômes

Une caractéristique distinctive de tous les néoplasmes cérébraux est qu’ils sont situés dans l’espace confiné du crâne et qu’ils entraînent donc, avec le temps, des lésions à la fois des structures adjacentes (symptômes focaux) et des formations cérébrales distantes (symptômes secondaires).

Il existe des symptômes focaux (primaires) de l'astrocytome, causés par une lésion de la zone cérébrale provoquée par une tumeur. En fonction de la localisation topique de la tumeur, les symptômes de dommages aux différentes parties du cerveau seront différents et dépendent de la charge fonctionnelle de la zone touchée.

Principaux symptômes de l'astrocytome

  1. Lobe frontal

Les symptômes psychopathologiques sont la marque d'une lésion du lobe frontal: une personne ressent un sentiment d'euphorie, sa critique de sa maladie diminue (ne la prend pas au sérieux ou ne se croit pas en bonne santé), il peut y avoir indifférence émotionnelle, agressivité, destruction totale de la psyché. Lorsque le corps calleux ou la surface médiale des lobes frontaux est endommagé, la mémoire et la pensée sont perturbées. Si la zone de Broca située dans le lobe frontal de l'hémisphère dominant est endommagée, il se produit une altération motrice de la parole (parole lente, articulation médiocre des mots, mais les syllabes individuelles sont bien prononcées). Les sections antérieures des lobes frontaux sont considérées comme des «zones fonctionnellement muettes»; par conséquent, les astrocytomes dans ces zones apparaissent plus tard, lorsque les symptômes secondaires se rejoignent. La défaite des parties postérieures (gyrus précentral) conduit à l'apparition de parésie (faiblesse musculaire) et de paralysie (manque de mouvement) du bras et / ou de la jambe.

Les astrocytomes de cette localisation provoquent des hallucinations: auditives, gustatives, visuelles. Au fil du temps, ces hallucinations deviennent l’aura (précurseurs) des crises épileptiques généralisées. Les patients se plaignent d'un phénomène "déjà vu ou entendu". Si la tumeur est située dans le lobe temporal de l'hémisphère dominant, il se produit une altération sensorielle de la parole (la personne ne comprend pas la parole, ni la parole, le discours de la patiente consiste en un ensemble de mots arbitraires). Il existe un symptôme tel que l’agnosie auditive - ce n’est pas une reconnaissance de sons, de voix ou de mélodies qu’une personne connaissait auparavant. Le plus souvent, avec un astrocytome de la région temporale, il se produit une luxation et une pénétration du cerveau dans le foramen occipital, ce qui est fatal.

Les crises d'épilepsie surviennent plus souvent avec des astrocytomes dans les lobes temporaux et frontaux qu'avec d'autres sites tumoraux.

  • Il y a des crises motrices focales: la conscience est intacte, des convulsions apparaissent dans les membres individuels, les rotations de la tête.
  • Crises sensorielles: picotements ou "rampements" dans le corps, éclairs de lumière - photopsies, objets changent de couleur ou de taille.
  • Paroxysmes végétaux-viscéraux: palpitations, sensations désagréables dans le corps, nausées.
  • Parfois, les convulsions peuvent commencer dans une partie du corps et se propager progressivement, impliquant de nouvelles zones (crises de Jackson).
  • Crises épileptiques compliquées: conscience perturbée, dans laquelle un malade ne dialogue pas, ne répond pas aux autres, fait des gestes de mastication, fait claquer des lèvres, se lèche les lèvres, répète des sons, chante.
  • Crises épileptiques généralisées: perte de conscience, rotation de la tête et chute d'une personne, étirement des bras et des jambes, dilatation des pupilles, miction involontaire - c'est la phase tonique, qui est remplacée par la phase clonique - crampes musculaires, yeux qui roulent, respiration enrouée. La morsure de la langue se produit dans la phase clonique, une mousse sanglante apparaît. Après une attaque généralisée, une personne s'endort souvent.
  • Absansy: perte soudaine de conscience pendant quelques secondes, la personne se «fige», puis la conscience revient et il continue l'activité.
  1. Lobe pariétal.

La défaite du lobe pariétal se manifeste cliniquement par des troubles sensoriels, une astéréognose (une personne ne peut pas toucher un objet au toucher, ne peut pas nommer des parties du corps en fermant les yeux), une apraxie dans le bras opposé. L'apraxie est une violation des actions ciblées (une personne ne peut pas attacher de boutons ni enfiler de chemise). Epilepsie focale caractéristique. Lorsque les parties inférieures du lobe pariétal gauche sont endommagées, la parole, la lettre et le score dérangent les droitiers.

Les astrocytomes sont moins fréquents dans le lobe occipital. Se manifeste par des hallucinations visuelles, des photopsies, une hémianopsie (la moitié du champ visuel de chaque œil tombe).

Symptômes de l'astrocytome secondaire

Le manifeste d'astrocytome commence le plus souvent par des maux de tête ou des crises d'épilepsie. Le mal de tête est diffus sans localisation claire et est associé à une hypertension intracrânienne. Aux premiers stades de la croissance, les astrocytomes peuvent être paroxystiques et douloureux. À mesure que la tumeur progresse et que le tissu cérébral environnant se comprime, il devient permanent. Se produit lors du changement de position du corps. Une tumeur suspectée devrait survenir si le mal de tête est plus prononcé le matin et diminue au cours de la journée, ainsi que si le mal de tête est accompagné de vomissements.

  1. Hypertension intracrânienne et gonflement du cerveau.

La tumeur, comprimant le liquide céphalo-rachidien, les vaisseaux veineux, entraîne une augmentation de la pression intracrânienne. Il se manifeste par des maux de tête, des vomissements, un hoquet persistant, une réduction des fonctions cognitives (mémoire, attention, réflexion), une diminution de l'acuité visuelle (jusqu'à la perte). Dans les cas graves, une personne tombe dans le coma. L'hypertension intracrânienne et l'œdème cérébral sont les plus rapides dans les astrocytomes du lobe frontal.

Diagnostics

  1. Examen neurologique.
  2. Techniques de neuroimagerie non invasives (CT, IRM).

Ils permettent d'identifier une tumeur, d'indiquer avec précision son emplacement, sa taille, sa relation avec le tissu cérébral, son impact sur les structures saines du système nerveux central.

  1. Tomographie par émission de positrons (PET).

Le radiopharmaceutique est introduit et, en fonction de son accumulation et de son métabolisme, le degré de malignité est établi.

  1. L'étude du matériel de biopsie.

La méthode de diagnostic la plus précise pour les astrocytomes.

Traitement

  1. Observation dynamique
  2. Traitements chirurgicaux.
  3. Chimiothérapie.
  4. Radiothérapie

Lorsque des astrocytomes asymptomatiques sont détectés dans des zones du cerveau fonctionnellement importantes et au cours de leur croissance lente, il est conseillé de les observer de manière dynamique, car les conséquences de leur extraction chirurgicale sont bien pires. Avec un tableau clinique développé, la tactique de traitement dépend de la localisation de l’astrocytome, de la présence de facteurs de risque (âge de plus de 40 ans, tumeur supérieure à 5 cm, sévérité des symptômes focaux, degré d’hypertension intracrânienne). Le traitement chirurgical vise à maximiser l'élimination de l'astrocytome. La chimiothérapie et la radiothérapie ne sont prescrites qu'après confirmation du diagnostic par un examen histologique de la tumeur (biopsie). Chaque type de thérapie peut être utilisé à la fois indépendamment et dans le cadre d'un traitement combiné.

Prévisions

Avec les formes nodulaires après l'ablation chirurgicale, l'apparition d'une rémission prolongée (plus de 10 ans) est possible. Les astrocytomes diffus entraînent des rechutes fréquentes, même après un traitement d'association. L'espérance de vie moyenne est de 1 an avec les glioblastomes, avec les astrocytomes anaplasiques jusqu'à 5 ans. Espérance de vie avec d'autres astrocytomes pendant de nombreuses années. Les patients retournent au travail, pleins de vie.

Dans le programme «Vivre en bonne santé!», Avec Elena Malysheva, parlez de l'astrocytome (voir 32:25 min.):