Symptômes, méthodes de traitement et pronostic de l'astrocytome du cerveau

L'épilepsie

Un astrocytome est un néoplasme issu de cellules neurologiques (astrocytes) ressemblant à des astérisques. Ils sont conçus pour réguler la quantité de liquide intercellulaire. Il est formé dans le cerveau. L'astrocytome peut être bénin et malin. La tumeur a la même densité que la moelle.

Description générale et mécanisme de développement de la maladie

La tumeur apparaît en raison d'une division incorrecte des astrocytes. Ce sont des cellules spéciales du système nerveux qui remplissent des fonctions importantes. Ils protègent les neurones des facteurs négatifs pouvant les blesser. De plus, les astrocytes assurent un métabolisme normal dans les cellules du cerveau.

En outre, ils régulent la fonctionnalité de la barrière hémato-encéphalique, contrôlent la circulation sanguine dans les deux hémisphères. Les cellules présentées absorbent les déchets produits par les neurones. En raison de l'impact de facteurs externes ou internes négatifs, ils changent et ne peuvent pas remplir correctement leurs fonctions.

La perturbation des cellules gliales nuit à l’activité de tout le système nerveux. Les astrocytomes cérébraux sont les tumeurs les plus courantes. Ils sont localisés dans presque toutes les zones du cerveau. Chez l'adulte, la tumeur se forme plus souvent dans les hémisphères cérébraux, chez l'enfant, dans le cervelet.

Les ganglions pathologiques peuvent atteindre de grandes tailles, de 5 à 10 cm.En parallèle à l'astrocytome, des kystes se forment. Ces tumeurs se caractérisent par une croissance lente, de sorte que le pronostic du traitement est généralement favorable. Chez les jeunes, le risque d’une telle pathologie est plus élevé que chez les personnes âgées.

Causes de la pathologie

Une tumeur se développe principalement chez les hommes âgés de 20 à 50 ans, bien que l'âge et le sexe ne soient pas le facteur déterminant. Les causes exactes de l'apparition de l'astrocytome n'ont pas encore été déterminées. Cependant, certains facteurs contribuent à sa formation:

  • Produits chimiques et raffineries. L'empoisonnement chronique avec ces composés entraîne une modification de la plupart des processus métaboliques.
  • Virus caractérisé par une oncogénicité élevée.
  • Prédisposition génétique.
  • Exposition aux radiations. Il contribue à la transformation de cellules saines en cellules malignes.

Elena Malysheva et les médecins traditionnels du programme «Live Healthy!» Parleront des causes, des symptômes et des méthodes modernes de traitement de la pathologie (début du bloc à partir de 32h25):

  • Situation environnementale négative dans la zone de résidence.
  • Mauvaises habitudes La consommation chronique d’alcool et de tabac entraîne l’accumulation de toxines dans le corps humain. Ils contribuent également à l'apparition de cellules cancéreuses.
  • Faible immunité.
  • Traumatisme cérébral.

Classification des tumeurs en fonction du degré de malignité

Tout dépend s'il y a des signes de polymorphisme, de nécrose, de mitose et de prolifération d'endothélium:

  1. Premier degré (les tumeurs ne présentent qu'un des symptômes ci-dessus et se caractérisent également par une différenciation élevée).
  • Astrocytome piloïde.
  • Sous-épendyme (a de grosses cellules avec des noyaux polymorphes, prend la forme d'un nœud, est situé plus souvent dans la région des ventricules latéraux).
  1. Deuxième degré Ce sont des néoplasmes relativement bénins qui présentent deux signes: la nécrose tissulaire et la prolifération (prolifération tissulaire) de l'endothélium. Ils affectent des parties du cerveau fonctionnellement importantes.
  • Fibrillaire.
  • Protoplasmique.
  • Hémocytose.
  • Pléomorphique.
  • Mixte

L'astrocytome cérébelleux est un type de pathologie distinct. Il est plus fréquent chez les jeunes patients. Ses symptômes dépendent de l'emplacement de la tumeur.

Caractéristiques des astrocytomes piloïdes et fibrillaires

L'astrocytome piloïde du cerveau est considéré comme une tumeur bénigne aux limites clairement définies. Le plus souvent, il est localisé dans le cervelet ou le tronc cérébral. Cette pathologie est diagnostiquée principalement chez les enfants. Si le patient ne s'est pas tourné vers le médecin à temps, dans la plupart des cas, cette tumeur se transforme en une tumeur maligne. Si le traitement est commencé au début du développement de la pathologie, le pronostic de la vie est favorable. La tumeur se développe très lentement et ne se reproduit pratiquement pas après son retrait.

L'astrocytome fibrillaire du cerveau est une forme plus grave de la maladie, caractérisée par une tumeur maligne prédominante. Ce type de tumeur se développe plus rapidement et n’a pas de limites prononcées. Même le traitement chirurgical ne donne pas un résultat positif à 100%. Un tel astrocytome se développe entre 20 et 30 ans et peut même se reproduire après une intervention chirurgicale.

Autres types de tumeurs

L'astrocytome anaplasique du cerveau est considéré comme très dangereux. Il se caractérise par une croissance rapide. La pathologie est rapide et le pronostic est mauvais. Étant donné que le néoplasme se développe principalement dans la profondeur du tissu, le traitement chirurgical n'est pas possible. Cette forme de la maladie se développe chez les patients de 35 à 55 ans.

Symptômes de pathologie

Dans les premiers stades de son développement, une tumeur peut ne pas apparaître du tout. Si une petite léthargie ou une fatigue survient, la personne ne consulte pas immédiatement le médecin, car elle ne peut même pas imaginer la formation d'une néoplasie dans son cerveau. De plus, la tumeur grossit et perturbe le système nerveux. Ensuite, les symptômes communs suivants apparaissent:

  • Douleur à la tête. Il est présent soit constamment, soit manifesté par des attaques périodiques. L'intensité et la nature des sensations peuvent être différentes. La plupart des douleurs surviennent le matin ou au milieu de la nuit. Quant à la localisation des sensations désagréables, elles se situent dans une partie du cerveau ou se propagent dans l’ensemble de la tête.
  • Vomissements et nausées. Il n'y a aucune raison pour son apparition, et l'attaque elle-même survient de manière inattendue.
  • Vertiges. Cependant, le patient semble avoir des sueurs froides, la peau pâlit. Souvent, le patient perd conscience.
  • La dépression.
  • Augmentation de la fatigue et de la somnolence.
  • Troubles mentaux. Le patient présente une agressivité, une irritabilité ou une léthargie accrues. Il y a des problèmes de mémoire, de capacités intellectuelles réduites. L'absence de traitement conduit à un effondrement complet de la conscience.
  • Crampes Ce symptôme est considéré comme rare, mais il évoque des problèmes de système nerveux.
  • Vision et discours altérés.

Vous pouvez également mettre en évidence les symptômes focaux de la pathologie. Tout dépend de quelle partie du cerveau est endommagée:

  1. Astrocytome cervelet. Une telle violation est caractérisée par des problèmes de coordination des mouvements, de marche, d'orientation dans l'espace.
  2. Région temporale gauche. Il y a une détérioration de la mémoire, de la parole, de l'attention, des changements de goût, l'apparition d'hallucinations. L'odorat et l'audition sont également altérés.
  3. Partie frontale Le comportement du patient change complètement et une paralysie des bras ou des jambes sur une moitié du corps peut également se développer.
  4. Partie pariétale. Les astrocytomes dans cette zone sont accompagnés d'une motilité altérée. Le patient ne peut pas écrire correctement ses pensées sur papier.

Quels sont les symptômes qui devraient vous inciter à consulter un médecin et comment la médecine moderne résout le problème des tumeurs au cerveau, diront les médecins de l'Institut de recherche en neurochirurgie. N. N. Burdenko:

Si l'hémisphère droit est affecté, les problèmes de travail des muscles sont plus prononcés du côté gauche et inversement.

Caractéristiques du diagnostic de la maladie

Un diagnostic opportun est la moitié du succès. Plus tôt la maladie est identifiée, plus elle est susceptible de la traiter rapidement. Pour un diagnostic correct, le patient doit subir un examen approfondi, qui comprend les procédures suivantes:

  • Examen primaire et tests neurologiques. Le médecin doit examiner attentivement les antécédents médicaux du patient, recueillir un historique détaillé et enregistrer les plaintes du patient. Le neurologue effectue des tests d'évaluation pour détecter une violation de la fonctionnalité du système nerveux.
  • IRM, CT et tomographie par émission de positrons. Ces types d’études sont considérées aussi précises que possible. Vous pouvez déterminer ici la taille de la tumeur, son degré de malignité, sa localisation exacte ainsi que l'efficacité du traitement. Les techniques de diagnostic instrumentales vous permettent d'explorer tout le cerveau en couches. C'est-à-dire qu'il y a une visualisation complète du corps.
  • Angiographie. Grâce à la substance de contraste, le médecin est capable de détecter les vaisseaux qui nourrissent la tumeur.
  • Biopsie. Un fragment de la tumeur est nécessaire pour cette étude. Sans cette procédure, un diagnostic précis est impossible.

Caractéristiques de la thérapie

L'astrocytome est considéré comme une maladie dangereuse pour la santé et la vie, qui nécessite un traitement rapide. Il existe plusieurs méthodes pour lutter contre une telle tumeur cérébrale:

  1. Chirurgical Le spécialiste doit retirer le tissu affecté avec un risque minimal de complications, bien qu'il soit difficile de prédire quelque chose avec le cerveau. L'opération est effectuée plus fréquemment dans les premiers stades du développement des astrocytomes. C'est la principale méthode de thérapie réussie. Pour accéder à la tumeur, il est nécessaire de couper la peau, de retirer une partie du crâne et de séparer la coque dure du cerveau. Mais les formes diffuses de pathologie ne peuvent pas être complètement supprimées. De plus, les tissus mous sont cousus et une plaque spéciale est placée à la place de l'os coupé. Après la chirurgie, des complications graves peuvent survenir: gonflement du cerveau, thrombose, infection, lésions des vaisseaux sanguins ou des nerfs et propagation accélérée des cellules malignes. Pour éviter des conséquences négatives, l'état du cerveau pendant la chirurgie est surveillé en permanence par scanner ou IRM.

A propos de la façon dont l'intervention chirurgicale est réalisée, voir plus en vidéo:

  1. Radiochirurgie Dans ce cas, les radioluchi sont utilisés pour enlever les tissus affectés. Cependant, il est possible d'utiliser un tel équipement uniquement si la taille de la tumeur ne dépasse pas 3,5 cm. De nouvelles techniques sont également utilisées pour l'opération: gamma-knife, endoscopie, cryochirurgie, faisceau laser, ultrasons.
  2. Chimie et radiothérapie. Dans le second cas, le rayonnement radioactif est utilisé pour détruire les cellules tumorales. Avec l'aide de la radiothérapie, le traitement des patients contre-indiqués en chirurgie est effectué. Pour lutter contre la pathologie de degré 1, cette méthode est utilisée extrêmement rarement, et seulement après l'ablation de la tumeur. Pour détruire la métastase de l'astrocytome, il est nécessaire d'irradier toute la tête. En ce qui concerne la chimiothérapie, son efficacité n’est pas très élevée, ce traitement est donc très rarement utilisé.

Tout traitement sera efficace si la tumeur cérébrale est déterminée à temps. Bien que certains types d'astrocytomes conduisent à une mort rapide.

Conséquences et pronostic de la maladie

Une fois le traitement terminé, la tumeur peut réapparaître. Le patient doit donc subir des examens préventifs périodiques. En outre, il est urgent de consulter un médecin si une personne présente des symptômes courants de pathologie. En cas de récidive, le patient doit suivre un traitement répété.

Le plus souvent, la réémergence d'une tumeur est caractéristique du glioblastima, ainsi que de l'astrocytome anaplasique. Le risque de récidive est accru si la tumeur a été partiellement retirée. Plus de 40% des patients deviennent handicapés. On leur diagnostique de telles complications:

  • Déficience motrice.
  • Parésie et paralysie qui empêchent une personne de bouger.

De plus, la coordination et la vision du patient se détériorent (il existe des problèmes non seulement de netteté, mais également de distinction des couleurs). La plupart des patients développent l'épilepsie, ainsi que des troubles mentaux. Certaines personnes perdent la capacité de communiquer, de lire et d'écrire et d'effectuer des mouvements simples. L'intensité et le nombre de complications peuvent être différents.

Prévention

Si vous ne pouvez rien faire avec une prédisposition héréditaire, vous pouvez alors combattre d’autres facteurs négatifs. Afin de réduire le risque de développer la maladie, vous devez suivre les recommandations des experts:

  1. Bien manger. Il est préférable d’abandonner des plats nocifs, des produits contenant des conservateurs, des colorants ou d’autres additifs. Il est préférable de donner la préférence à la nourriture, cuit à la vapeur, manger plus de fruits et légumes.
  2. Arrêtez de boire et de fumer.
  3. Utilisez des complexes vitaminiques et tempérez le corps pour renforcer le système immunitaire.
  4. Il est important de vous protéger des stress qui ont un effet négatif sur le système nerveux.
  5. Il est conseillé de changer de lieu de résidence si la maison est située dans une zone défavorisée du point de vue de l'environnement.
  6. Évitez les blessures à la tête.
  7. Subir régulièrement des examens préventifs.

Si une personne a une tumeur au cerveau (astrocytome), ne tombez pas immédiatement dans le désespoir. Il est important de vous préparer pour un résultat positif et d'écouter les recommandations des médecins. La médecine moderne est capable de prolonger la vie des patients cancéreux et parfois de se débarrasser complètement de la pathologie.

Prédiction pour la vie avec des astrocytomes du cerveau

Les cancers font des centaines de milliers de victimes chaque année et sont considérés comme les plus graves de toutes les maladies existantes. Lorsqu'un astrocytome cérébral est diagnostiqué, le patient doit savoir de quoi il s'agit et quel est le danger d'une pathologie.

L'astrocytome est une tumeur gliale, généralement de nature maligne, formée à partir d'astrocytes et capable de frapper une personne de tout âge. Une telle croissance tumorale est sujette à un retrait d'urgence. Le succès du traitement dépend du stade auquel la maladie se trouve et de l'espèce à laquelle elle appartient.

Quelle est cette maladie

Les astrocytes sont des cellules neurogliales qui ressemblent à de petites étoiles. Ils régulent les volumes de liquide tissulaire, protègent les neurones des effets néfastes, assurent les processus métaboliques dans les cellules du cerveau, contrôlent la circulation sanguine dans le principal organe du système nerveux et désactivent le gaspillage des neurones. Si un dysfonctionnement survient dans le corps, ils changent et ne remplissent plus leurs fonctions naturelles.

En mutation, les astrocytes se multiplient de manière incontrôlable, formant une formation de tumeur pouvant apparaître dans n’importe quelle partie du cerveau. En particulier dans:

  • Le cervelet.
  • Nerf optique.
  • Matière blanche.
  • Tronc cérébral.

Certaines des tumeurs forment des nœuds avec des frontières clairement définies du foyer pathologique. Une telle éducation tend à presser les tissus sains et proches, à métastaser et à déformer les structures cérébrales. Il existe également des néoplasmes qui remplacent les tissus sains, augmentent la taille d'une certaine partie du cerveau. Lorsque la croissance donne des métastases, elles se propagent rapidement dans le flux de liquide cérébral.

Les causes

Les données précises sur les facteurs contribuant à la dégénérescence tumorale des cellules en forme d'étoile ne sont pas encore disponibles. Vraisemblablement, l'impulsion pour le développement de la pathologie sont:

  • Exposition aux radiations.
  • Les effets négatifs des produits chimiques.
  • Pathologies oncogènes.
  • Immunité déprimée.
  • Traumatisme cérébral.

Les experts n'excluent pas le fait que les causes de l'astrocytome peuvent être cachées dans une mauvaise hérédité, puisque les patients ont été identifiés avec des anomalies génétiques dans le gène TP53. L'impact simultané de plusieurs facteurs provoquants augmente la possibilité de développement d'astrocytomes du cerveau.

Types d'astrocytomes

Selon la structure des cellules impliquées dans la formation de tumeurs, un astrocytome peut être de nature normale ou spéciale. Les plus courants sont les astrocytomes fibrillaires, protoplasmiques et hémystocytaires. Le deuxième groupe comprend les astrocytomes pilocytiques ou piloïdes, sous-épendymaux (glomérulaires) et microcystiques cérébelleux.

Selon le degré de malignité est divisé en ces types:

  • Astrocytome pilocytaire bien différencié, degré I de malignité. Appartient à un certain nombre de néoplasmes bénins. Il a des frontières distinctes, se développe lentement et ne métastase pas aux tissus voisins. Il est souvent observé chez les enfants et est bien traitable. Les autres types de tumeurs de ce degré de malignité sont les astrocytomes sous-épendymaires à cellules géantes. Ils surviennent chez les personnes souffrant de sclérose tubéreuse. Ils sont caractérisés par de grosses cellules anormales avec des noyaux énormes. Similaire aux tubercules et localisé dans la région des ventricules latéraux.
  • Astrocytome cérébral diffus (fibrillaire, pléomorphe, pilomixoïde); degré II de malignité. Impressionne les régions vitales du cerveau. On le trouve chez les patients âgés de 20 à 30 ans. Il n'a pas de contours clairement visibles, se développe lentement. L'intervention opérationnelle est difficile.
  • Tumeur anaplasique (atypique), tumeur maligne de grade III. Il n'a pas de frontières claires, se dilate rapidement, donne des métastases aux structures du cerveau. Affecte souvent les hommes d'âge moyen et plus âgés. Ici, les médecins donnent des prédictions moins rassurantes sur le succès du traitement.
  • Tumeur maligne de glioblastome de grade IV. Appartient à une tumeur maligne particulièrement agressive, à croissance rapide, se développant dans les tissus cérébraux. Plus fréquent chez les hommes après 40 ans. Il est considéré comme inutilisable et ne laisse pratiquement aucune chance aux patients de survivre.

Selon l'emplacement de l'astrocytome sont:

  1. Subtentorial. Ceux-ci incluent affectant le cervelet et situés dans la partie inférieure du cerveau.
  2. Supratentorial Situé dans les lobes supérieurs du cerveau.

Les tumeurs plus malignes et extrêmement dangereuses sont plus bénignes. Ils représentent 60% de toutes les maladies oncologiques du cerveau.

Symptômes de pathologie

Comme tout néoplasme, les astrocytomes cérébraux présentent des symptômes caractéristiques, divisés en symptômes généraux et locaux.

Symptômes communs de l'astrocytome:

  • Léthargie, fatigue constante.
  • Douleur à la tête. Dans le même temps, la tête entière et ses différentes sections peuvent faire mal.
  • Crampes Ce sont les premiers signes alarmants de l'apparition de processus pathologiques dans le cerveau.
  • Troubles de la mémoire et de la parole, troubles mentaux. Se produisent dans la moitié des cas. Une personne bien avant l'apparition des symptômes prononcés de la maladie devient irritable, colérique ou, au contraire, lente, distraite et apathique.
  • Nausées soudaines, vomissements, souvent accompagnés de maux de tête. Le désordre commence en raison de la compression du centre de vomissement par la tumeur, si celle-ci est située dans le quatrième ventricule ou le cervelet.
  • Stabilité altérée, difficulté à marcher, vertiges, évanouissements.
  • Perte, ou vice versa, gain de poids.

Tous les patients atteints d'un astrocytome à un certain stade de la maladie augmentent la pression intracrânienne. Ce phénomène est associé à la croissance tumorale ou à la survenue d'une hydrocéphalie. Avec des tumeurs bénignes, des symptômes suspects se développent lentement et chez les patients malins, le patient disparaît rapidement.

Les signes locaux d’astrocytome incluent des changements qui se produisent en fonction de la localisation du foyer pathologique:

  • Dans le lobe frontal: changement brutal de caractère, sautes d'humeur, parésie des muscles du visage, détérioration de l'odorat, incertitude, instabilité de la démarche.
  • Dans le lobe temporal: bégaiement, problèmes de mémoire et de pensée.
  • Dans le lobe pariétal: problèmes de motilité, perte de sensation dans les membres supérieurs ou inférieurs.
  • Dans le cervelet: perte de stabilité.
  • Dans le lobe occipital: détérioration de l’acuité visuelle, troubles hormonaux, grossissement de la voix, hallucinations.

Méthodes de diagnostic

Établir un diagnostic précis, ainsi que déterminer le type et le stade de développement de la formation de tumeurs, facilite le diagnostic instrumental et de laboratoire. Pour commencer le patient, un neurologue, un ophtalmologue et un oto-rhino-laryngologiste examinent le patient. L'acuité visuelle est déterminée, l'appareil vestibulaire est examiné, l'état mental du patient et les réflexes vitaux sont vérifiés.

  • Échoencéphalographie. Évalue la présence de processus de volume anormaux dans le cerveau.
  • Imagerie par résonance calculée ou magnétique. Ces méthodes de diagnostic non invasives vous permettent d'identifier le foyer pathologique, de déterminer la taille, la forme de la tumeur et son emplacement.
  • Angiographie avec contraste. Permet au spécialiste de trouver des anomalies dans les vaisseaux cérébraux.
  • Biopsie sous contrôle échographique. Cette excision de particules minuscules, extraites du tissu cérébral "suspect", pour leurs recherches en laboratoire et leur étude des cellules tumorales malignes.

Si le diagnostic est confirmé, le patient ou ses proches sont informés de ce qu'est un astrocytome du cerveau et de la manière dont ils se comporteront à l'avenir.

Traitement de la maladie

Quel sera le traitement de l'astrocytome du cerveau, les experts décident après avoir pris l'historique et reçu les résultats de l'enquête. Pour déterminer le cours, qu'il s'agisse d'une thérapie chirurgicale, d'une radiothérapie ou d'une chimiothérapie, les médecins prennent en compte:

  • L'âge du patient.
  • Localisation et dimensions de l'épidémie.
  • Tumeur maligne.
  • La sévérité des signes neurologiques de la pathologie.

Quel que soit le type auquel appartient une tumeur cérébrale (le glioblastome est un astrocytome moins dangereux), le traitement est réalisé par un oncologue et un neurochirurgien.

Actuellement, plusieurs thérapies ont été développées, qui sont utilisées en combinaison ou séparément:

  • Chirurgicale, dans laquelle l’éducation cérébrale est partiellement ou complètement excisée (tout dépend du degré de malignité de l’astrocytome et de sa taille). Si la lésion est très importante, une chimiothérapie et une radiothérapie sont nécessaires après le retrait de la tumeur. Parmi les derniers développements de scientifiques talentueux, notons la substance spécifique que le patient boit avant l'opération. Lors des manipulations, les zones endommagées par la maladie sont éclairées par une lumière ultraviolette, sous laquelle les tissus cancéreux deviennent roses. Cela facilite grandement la procédure et augmente son efficacité. Pour minimiser le risque de complications, un équipement spécial - un ordinateur ou un tomographe à résonance magnétique - est utile.
  • Radiothérapie Vise à éliminer les tumeurs par irradiation. Dans le même temps, les cellules et les tissus sains ne sont pas affectés, ce qui accélère la récupération du cerveau.
  • Chimiothérapie. Assure la réception des poisons et des toxines qui inhibent les cellules cancéreuses. Cette méthode de traitement fait moins de mal au corps que les radiations, elle est donc souvent utilisée dans le traitement des enfants. En Europe, des médicaments ont été développés qui visent la lésion elle-même et non le corps entier.
  • Radiochirurgie Il est utilisé relativement récemment et est considéré comme un ordre de grandeur plus sûr et plus efficace que la radiothérapie et la chimiothérapie. Grâce à des calculs informatiques précis, le faisceau est dirigé directement sur la zone cancéreuse, ce qui permet une irradiation minimale des tissus voisins non lésés et prolonge considérablement la vie de la victime.

Rechutes et conséquences possibles

Après une intervention chirurgicale pour enlever une tumeur, le patient doit surveiller son état, passer des tests, être examiné et consulter un médecin dès les premiers signes avant-coureurs. L’intervention dans le cerveau est l’un des traitements les plus dangereux qui, en tout état de cause, marque le système nerveux.

Les conséquences de l'élimination de l'astrocytome peuvent se manifester dans des violations telles que:

  • Parésie et paralysie des membres.
  • Détérioration de la coordination des mouvements.
  • Perte de vision
  • Le développement du syndrome convulsif.
  • Anomalies mentales.

Certains patients perdent la capacité de lire, de communiquer, d’écrire et ont des difficultés à effectuer des actions élémentaires. La gravité des complications dépend du degré d’opération du cerveau et de la quantité de tissu prélevée. La qualification du neurochirurgien qui a effectué l'opération joue également un rôle important.

Malgré les méthodes de traitement modernes, les médecins donnent des pronostics décevants aux patients atteints d’astrocytome. Les facteurs de risque existent dans toutes les conditions. Par exemple, un astrocytome anaplasique bénin du cerveau peut soudainement dégénérer en un cancer plus malin et augmenter en volume.

Malgré la qualité de la croissance pathologique, ces patients vivent environ 3 à 5 ans.

En outre, le risque de métastases n'est pas exclu, dans lequel les cellules cancéreuses migrent à travers le corps, infectant d'autres organes et provoquant des processus tumoraux. Les personnes atteintes d'astrocytome au dernier stade ne vivent pas plus d'un an. Même le traitement chirurgical ne garantit pas que la lésion ne commencera pas à se développer à nouveau. De plus, une rechute est inévitable dans ce cas.

Prévention

Il est impossible de s’assurer contre ce type de tumeur, ainsi que contre d’autres maladies oncologiques. Mais vous pouvez réduire le risque de pathologies graves en suivant certaines recommandations:

  • Mangez bien. Refusez les aliments contenant des colorants et des additifs. Inclure dans le régime alimentaire des légumes frais, des fruits, des céréales. Les repas ne doivent pas être trop gras, salés et épicés. Il est conseillé de les cuire à la vapeur ou les laisser mijoter.
  • Absolument à refuser la dépendance.
  • Faire du sport, être plus souvent en plein air.
  • Évitez le stress, l'anxiété et les sentiments.
  • Buvez des multivitamines en automne-printemps.
  • Évitez les blessures à la tête.
  • Changer le lieu de travail, s'il est associé à une exposition chimique ou à une irradiation.
  • Ne pas abandonner les examens prophylactiques.

À la manifestation des premiers signes de la maladie il est nécessaire de rechercher une aide médicale. Plus le diagnostic est établi rapidement, plus le patient a de chances de récupérer. Si un astrocytome est trouvé chez une personne, vous ne devriez pas désespérer. Il est important de suivre les instructions du médecin et d’obtenir un résultat positif. Les technologies médicales modernes permettent de traiter ces maladies du cerveau à un stade précoce et d'optimiser la vie du patient.

Projections pour les astrocytomes - combien vivent avec un tel diagnostic?

L'astrocytome est un type de lésion tumorale du cerveau, résultant de petites cellules spéciales du cerveau - les astrocytes et les membres d'un grand groupe de formations - les gliomes.

Astrocytome anaplasique fait référence à une tumeur maligne de grade 3

Informations générales

En pratique clinique, plusieurs classifications d'astrocytomes du cerveau sont utilisées. Selon la classification traditionnelle, le développement de la maladie se déroule en quatre étapes:

  1. Le premier groupe comprend les tumeurs hautement différenciées et faciles à retirer par voie chirurgicale - il s'agit des astrocytomes pilocytiques et sous-épendymaires à cellules géantes.
  2. La maladie implique la formation de xanthoastrocytome pléomorphe.
  3. Astrocytome anaplasique,
  4. Glioblastomes avec le plus haut niveau de malignité.

Selon le degré de malignité et les propriétés des néoplasmes gliaux du cerveau sont divisés:

  • Grade 1: la quantité totale d'astrocytomes bénins dans le cerveau représente 10% de toutes ces entités. Les tumeurs gliales bénignes, en règle générale, sont très différenciées, ont des limites claires de croissance. Le taux de croissance dans la plupart des cas est assez lent, dans certains cas, le traitement n'est pas nécessaire.

Les patients vivent longtemps avec une telle éducation, ignorant sa présence, car les symptômes apparaissent beaucoup plus tard.

Astrocytome 1er degré est plus fréquent chez les enfants, la localisation fréquente - le cervelet, le tronc cérébral et le nerf optique. La survie avec un diagnostic et un traitement rapides est élevée, mais il existe un risque de rechute avec l'apparition de formes plus malignes. Le traitement des astrocytomes du premier degré comprend son élimination sans radiothérapie. Le pronostic est généralement favorable. Combien vivent avec une tumeur du premier stade? Les termes sont toujours individuels et dépendent de nombreux facteurs.

L'astrocytome pilocytique est une tumeur maligne localisée de grade 1.

  • Grade 2: la tumeur a un schéma de croissance infiltrant, c'est-à-dire qu'elle pénètre dans les tissus voisins et n'a pas de limites claires. L'activité de la division cellulaire est faible, ce qui signifie une croissance lente de la formation, tandis que le risque de récurrence, même après élimination complète, est élevé. Les masses bénignes de grade 2 ne germent pas au-delà des limites des méninges et ne présentent pas de métastases. Cependant, à mesure qu'elles se développent, une transition vers un caractère malin est possible.
  • Grade 3: la formation présente des signes histologiques de malignité, la croissance par infiltration avec une différenciation cellulaire faible prédomine. La tumeur n'a pas de frontières, se développe à travers le tissu cérébral. La maladie affecte souvent les personnes âgées de 35 à 50 ans et les hommes sont plus souvent malades. Le pronostic pour l'astrocytome du cerveau à 3 degrés est défavorable, car il est souvent impossible d'éliminer la tumeur en raison d'une croissance infiltrante. Nombre de personnes qui vivront après un diagnostic sont influencées par de nombreux facteurs, mais l’espérance de vie moyenne n’est pas supérieure à 3 ou 4 ans.
  • 4 degrés: une tumeur cérébrale se développe très rapidement en raison du taux élevé de division cellulaire, se propage dans tout le volume du cerveau, atteint parfois la moelle épinière et la colonne vertébrale. L’éducation a un degré élevé de malignité, il existe des foyers de nécrose. Dans certains cas, la taille de l'astrocytome augmente considérablement même pendant la période d'examen préopératoire. De plus, après la chirurgie, la croissance de la tumeur ralentit rarement. Les types les plus courants d’astrocytome cérébral de grade 3 sont les astrocytomes anaplasiques et les glioblastomes, bien qu’ils soient également considérés comme les plus dangereux et les plus malins. Quelle est l'espérance de vie avec une éducation similaire?

Malheureusement, même dans les circonstances les plus favorables, les prévisions sont décevantes: il est peu probable que le patient vive plus d'un an.

Durée de vie

Malheureusement, l'astrocytome du cerveau est une maladie très insidieuse qui a de nombreuses conséquences négatives. Il est impossible de donner une estimation précise du nombre de personnes vivant avec un tel diagnostic - la tumeur se développe rapidement. Dans la plupart des cas, l’espérance de vie après le retrait d’une tumeur maligne n’est pas supérieure à 3 ans.

Lors de la prévision, le spécialiste évalue les facteurs suivants:

  • L'âge du patient.
  • Localisation de l'éducation pathologique.
  • Le degré de malignité de la tumeur.
  • Les taux de croissance sont la rapidité avec laquelle une maladie passe d’une étape à l’autre.
  • Des antécédents de rechutes - si la réponse est positive, le pronostic se dégrade.

L'image la plus favorable se forme lorsqu'un astrocytome pilocytique est détecté - dans ce cas, le taux de survie est maximal et l'espérance de vie est d'environ 10 ans. Au cours de la transition vers les stades malins, l'espérance de vie est réduite - au deuxième stade, elle est de 5 à 7 ans, à l'avant-dernier stade - environ 4 ans.

Le pronostic de survie dépend dans la plus grande mesure des caractéristiques pathologiques de la tumeur.

Le traitement des astrocytomes du cerveau lui-même est assez agressif et entraîne de nombreuses conséquences désagréables qui nuisent à la santé du patient. Il existe un risque de déficience visuelle jusqu’à la cécité complète, de troubles de la perception des goûts, d’odeurs, de la perte de la parole intelligible, de troubles de la coordination des mouvements jusqu’à la parésie ou la paralysie.

L'astrocytome est une maladie très dangereuse, il est donc très important de consulter immédiatement un médecin si des symptômes suspects apparaissent. Seulement dans ce cas, vous ne devrez pas vous demander combien de temps vous pourrez vivre après avoir posé un diagnostic décevant. Malheureusement, la plupart des patients sont traités trop tard.

Astrocytome - La tumeur cérébrale la plus courante

L'astrocytome est la tumeur primitive du cerveau la plus répandue. La source sont des cellules astrocytaires, en forme d'étoile, d'où son nom. C'est un type de gliome - néoplasme émanant de la glie (le squelette supportant le tissu cérébral).

L'incidence de l'astrocytome du cerveau est d'environ 5 personnes pour 100 000 habitants.

Causes de développement

La plupart des cas de cette maladie sont sporadiques et ne sont pas dus à des facteurs génétiques. L'étiologie de leur survenue n'est pas définie avec précision.

Le seul facteur oncogène plus ou moins avéré est le rayonnement radioactif. Ceci est confirmé par un pourcentage élevé de néoplasmes cérébraux chez les enfants ayant subi une radiothérapie pour la leucémie.

Dans 5% des cas, les astrocytomes sont génétiquement déterminés. Ils surviennent chez des individus atteints de syndromes héréditaires tels que la neurofibromatose, la maladie de Turkot et le syndrome de Li-Fraumen.

Les autres raisons ne sont pas suffisamment prouvées. Jusqu'à présent, seules des opinions prétendument exprimées sur l'impact de facteurs environnementaux défavorables, le tabagisme, le rayonnement électromagnétique, etc.

Classification

Contrairement à la gradation de base selon les stades adoptés en oncologie, les néoplasmes cérébraux sont divisés en 4 groupes en fonction du degré de malignité (Grade OMS) et du taux de croissance. I-II concerne les tumeurs bénignes et III-IV - les tumeurs malignes du cerveau.

Une classification histologique simplifiée par astrocytome ressemble à ceci:

  • Pilocytic (I st).
  • Cellule géante sous-épendymaire (I st).
  • Diffuse (IIème siècle).
  • Anaplasique (IIIème).
  • Glioblastome (IVst).

Astrocytome pilocytique - est plus fréquent chez les enfants et les jeunes, principalement dans la fosse crânienne postérieure (cervelet, tronc cérébral), l’hypothalamus, les voies optiques. Elle se caractérise par une progression lente, une démarcation par rapport à un tissu sain, une autostabilisation de la croissance, rarement maligne. Dans 80% des cas, le traitement chirurgical est complètement rétabli après le traitement chirurgical.

L'astrocytome sous-épendymaire à cellules géantes est bénin, à croissance lente et souvent asymptomatique. Il est plus commun chez les hommes, généralement situés dans le quatrième ou les ventricules latéraux du cerveau.

L'astrocytome diffus est principalement détecté chez les jeunes (30 à 35 ans). Développe dans les zones frontale, temporale et des îlots. Les épiphrisques représentent le plus souvent les autres. Dans 70% des cas, l'astrocytome diffus peut dégénérer en une forme maligne. Variantes histologiques: fibrillaire, hémistocytaire, protoplasmique (espèce très rare).

L'astrocytome anaplasique est plus courant entre 40 et 50 ans. C'est une tumeur maligne à croissance infiltrante avec un pronostic défavorable. Situé principalement dans les grands hémisphères.

Le glioblastome est la tumeur cérébrale la plus courante et la plus maligne (grade IV de l’OMS). Elle se caractérise par une croissance infiltrante agressive, une non-consolidation des tissus environnants, une récurrence de près de 100% même pendant le traitement. Le glioblastome survient principalement après 50 ans (primitif, sur le tissu cérébral inchangé). La GB secondaire, qui résulte d'astrocytomes d'un degré moindre de malignité, peut également survenir à un plus jeune âge. Les glioblastomes sont divisés en: cellules géantes et gliosarcomes.

En raison du développement rapide de la biologie moléculaire, de nombreuses recherches ont été menées sur les mutations génétiques dans les cellules tumorales cérébrales. Il a été constaté que la présence de certains changements affecte de manière significative l'évolution et le pronostic des mêmes types histologiques d'astrocytomes.

En 2016, une nouvelle classification des tumeurs du SNC a été adoptée. Par exemple, les astrocytomes anaplasiques diffus et le glioblastome sont représentés par des sous-types avec une mutation du gène IDH et sans celui-ci. La présence d'une pathologie génétique dans le gène IDH est un marqueur pronostique positif, ce qui signifie que la tumeur répondra plus efficacement à la chimiothérapie.

Tableau clinique

Toute tumeur dans le cerveau présente des symptômes similaires, qu’elle soit bénigne ou maligne. La différence réside uniquement dans l'emplacement et la taille de la tumeur.

Syndrome d'augmentation de la pression intracrânienne. Elle se manifeste par un mal de tête éclatant, aggravé par une inclinaison en avant, souvent accompagnée de nausées, parfois de vomissements. Les analgésiques conventionnels sont inefficaces.

Epipristou. Développé avec la stimulation des motoneurones. Il peut y avoir de grosses crises avec perte de conscience ou focale (contractions convulsives d'un certain groupe musculaire).

Symptômes neurologiques focaux. Cela dépend de la localisation de l'éducation et de son influence sur les centres cérébraux.

  • Parésie ou paralysie des membres d'un côté.
  • Aphasie - troubles de la parole.
  • L'agnosie est un changement pathologique de la perception.
  • Engourdissement ou perte de sensation dans une moitié du corps.
  • Diplopia - vision double.
  • Diminution ou perte des champs visuels.
  • Ataxie - une violation de la coordination et de l'équilibre.
  • Bâillonnement en avalant.

Changement cognitif. Diminution de la mémoire, de l'attention, impossibilité de la pensée logique. Avec la défaite du lobe frontal - troubles mentaux du type de "psyché frontal".

Diagnostics

  • Antécédents médicaux et examen neurologique.
  • Examen ophtalmologique.
  • L'IRM cérébrale est la référence en matière de diagnostic des tumeurs. Réalisé en trois projections sans et avec rehaussement de contraste. Il vous permet de déterminer avec précision la localisation de l’éducation, d’analyser la relation de la lésion avec les structures environnantes, de planifier le traitement chirurgical.
  • Scanner en cas d'impossibilité ou de contre-indication à l'IRM.
  • Analyses courantes et biochimiques, coagulogramme, étude de marqueurs infectieux, ECG.
  • IRM fonctionnelle.
  • Spectroscopie IRM.
  • Angiographie.
  • Cerveau en PET avec méthionine, tyrosine.
  • Électroencéphalographie.

Traitement - Approches générales

Les méthodes principales sont la méthode chirurgicale, la radiothérapie et la chimiothérapie. La suppression d'une tumeur est la première tâche qui incombe aux neurochirurgiens. Sans intervention chirurgicale et obtention d'une biopsie, il est impossible d'établir un diagnostic définitif et d'élaborer d'autres tactiques de traitement.

Les indications chirurgicales sont déterminées par la consultation en fonction de la localisation de la tumeur, de l'état fonctionnel général du patient (selon l'échelle de Karnofsky) et de l'âge.

  • Il est possible de retirer le plus possible le tissu de la tumeur sans endommager les structures environnantes.
  • Réduit les effets de l'hypertension intracrânienne.
  • Obtenir du matériel pour l'examen histologique.

S'il est impossible de retirer un néoplasme, une biopsie stéréotaxique est effectuée (ponction du cerveau avec une aiguille spéciale sous le contrôle de l'IRM ou du scanner).

Le matériel obtenu est étudié par au moins trois spécialistes, à la suite desquels un diagnostic histologique final et le degré de malignité sont établis (grade OMS).

Une étude de génétique moléculaire est fortement recommandée pour planifier d'autres tactiques de traitement.

Un traitement adjuvant (postopératoire) est prescrit en tenant compte du type histologique de la tumeur, de la présence de mutations génétiques IDH, de l'état général du patient.

Principes généraux de traitement des astrocytomes de différents degrés de malignité

Astrocytome pilocytique (piloïde) (degré I)

La méthode principale est une opération. Après la chirurgie, une IRM de contrôle est réalisée. Avec un retrait radical de la tumeur, un traitement supplémentaire n'est généralement pas nécessaire.

S'il y a des doutes après l'ablation de la tumeur, une observation dynamique est effectuée. La radiothérapie ou la réintervention n'est prescrite que lorsqu'une rechute est détectée et que les symptômes apparaissent.

La chirurgie stéréotaxique (Cyber-Knife) devient de plus en plus une alternative au retrait rapide d'une tumeur pour les astrocytes piloïdes de petite taille. La méthode est basée sur une focalisation précise maximale en une étape de fortes doses de rayonnement sur le tissu tumoral avec un risque minimal d’endommager les structures inchangées.

Astrocytome diffus (degré II)

La méthode chirurgicale est basique. Après l'opération, une IRM de contrôle est effectuée. Si une résection radicale est réalisée et qu'il n'y a pas de facteurs de pronostic défavorable, il est possible d'observer avec une périodicité d'IRM 1 fois dans 3-6 mois.

La radiothérapie adjuvante est prescrite en cas d'élimination incomplète, ainsi qu'en présence de plus d'un facteur de risque:

  • plus de 40 ans;
  • la taille de la tumeur est supérieure à 6 cm;
  • déficit neurologique prononcé;
  • la propagation des tumeurs sur la ligne médiane;
  • symptômes de l'hypertension intracrânienne.

La norme d'exposition au rayonnement - la radiothérapie à distance pour une dose totale de 50 - 54 Gy. La chimiothérapie avec degré II de malignité n'est généralement pas pratiquée.

Astrocytomes malins (astrocytome anaplasique et glioblastome, st III et IV)

Si possible, l'ablation chirurgicale du volume tumoral maximal est réalisée.

Peu après la chirurgie, une chimiothérapie est prescrite. Le cours comprend des séances quotidiennes de 2 Gy pour une dose totale de 60 Gy (30 cycles).

Schémas thérapeutiques recommandés: pour les astrocytomes anaplasiques, le schéma posologique du PCV (Lomustine, Procarbazine, Vincristine) est appliqué après une radiothérapie. Pour le glioblastome, le même standard est une chimiothérapie simultanée (témozolomide avant chaque séance d'irradiation), suivie d'une dose d'entretien de témozolomide (témodal).

L'examen IRM de contrôle est effectué 2 à 4 semaines après le traitement de RT, puis tous les 3 mois.

Tactiques pour astrocytome inopérable

Très souvent, il arrive anatomiquement que l’objectif principal soit situé de sorte qu’il ne puisse pas être supprimé. Les patients présentant des contre-indications ne sont pas non plus opérés (âge supérieur à 75 ans, état somatique grave, indice de Karnofsky inférieur à 50 ans).

Dans ces cas, il est souhaitable de réaliser une biopsie stéréotaxique pour obtenir du matériel pour l'analyse morphologique.

Si cette manipulation est également associée à un risque élevé pour la vie du patient, les tactiques de traitement sont adoptées sur la base de la conclusion de la consultation. Sur la base des données de neuroimagerie (IRM ou TDM), les médecins formulent un diagnostic préliminaire (chaque type de tumeur a ses propres caractéristiques distinctives sur les images).

Traitement symptomatique des médicaments

Si les symptômes sont exprimés, un traitement d'accompagnement est prescrit:

  • Les glucocorticostéroïdes (hormones) sont capables de réduire l’hypertension intracrânienne. La dexaméthasone est principalement utilisée dans des dosages choisis individuellement. Après la chirurgie, la dose est réduite ou totalement annulée.
  • Antiépileptiques pour le traitement et la prévention des crises convulsives.
  • Analgésiques

Tactiques de rechute

Les tumeurs gliales ont tendance à récidiver (croissance), en particulier les astrocytomes malins. Les principales méthodes de traitement en cas de récidive: chirurgie, radiothérapie et chimiothérapie. La radiochirurgie stéréotaxique peut être utilisée pour les foyers plus petits.

L’approche dans chaque cas est individuelle, puisque dépend de l'état du patient, du temps écoulé après le traitement précédent, de l'état fonctionnel du cerveau. Pendant la chimiothérapie, divers schémas thérapeutiques sont appliqués, suivis d'une évaluation de leur efficacité. En cas de glioblastomes, le médicament sur ordonnance Avastin (bevacizumab) peut être prescrit.

Dans le cas d'un état général grave du patient, il est indiqué un traitement symptomatique visant à soulager les symptômes de la maladie.

Prévisions

Dépend du degré de malignité de la tumeur, de l'âge et de l'état général du patient.

Durée moyenne de survie:

  • Astrocytome piloïde - 80% des patients vivent plus de 20 ans après le traitement.
  • Astrocytome diffus - 6 à 8 ans, dans la plupart des cas, se transforment en une forme plus maligne.
  • Astrocytome anaplasique et glioblastome: pronostic défavorable, la survie à cinq ans n’est pratiquement pas atteinte. Le traitement peut prolonger la vie de 1-1,5 ans.

Traitement du coeur

annuaire en ligne

Astrocytome piloïde pronostic cérébral

L'astrocytome cérébral est la tumeur la plus commune des cellules gliales du tissu nerveux. Les cellules gliales sont une composante essentielle du système nerveux central et remplissent de nombreuses fonctions. Pour établir la cause exacte de l'apparition de la croissance tumorale, en général, échoue. Cependant, plusieurs facteurs ont contribué à ce processus:

  • prédisposition génétique aux maladies tumorales;
  • situation environnementale grave dans le lieu de résidence;
  • facteurs de risque associés au travail d'une personne;
  • nombre d'infections virales associées à un risque accru de cancer.

Classification des maladies

La principale classification utilisée en pratique clinique pour évaluer le pronostic cérébral de l'astrocytome repose sur leur degré de malignité:

C'est important! La tumeur la plus dangereuse est le glioblastome. Très rapidement se développe dans les tissus environnants, mal traités par tous les moyens.

Outre ces types d’astrocytomes, on distingue les astrocytomes protoplasmiques du cerveau, caractérisés par une croissance lente et une bonne réponse au traitement en cours.

Symptômes principaux

Tous les symptômes au cours du développement de tumeurs dans le cerveau sont divisés en deux grands groupes: généraux et locaux. Symptômes communs associés à une augmentation de la pression intracrânienne:

  • mal de tête constant;
  • syndrome convulsif;
  • nausée, vomissements le matin;
  • déficience cognitive générale (perte de mémoire, attention, fonctions intellectuelles).

Les symptômes locaux sont associés à l'effet direct de la tumeur sur le tissu cérébral. Leurs manifestations dépendent de la localisation de l'astrocytome:

  • troubles de la parole, sa perception;
  • problèmes de sensation et de mouvement dans les membres;
  • vision floue, odeur;
  • troubles de l'humeur.

Diagnostic et traitement

Le processus de diagnostic repose sur les méthodes de neuroimagerie: radiographie générale, imagerie par résonance magnétique et calculée, ainsi que par tomographie moderne à émission de positrons. Ces méthodes vous permettent de voir la localisation de la tumeur et sa taille et, sur cette base, de préparer un plan de traitement.

Les mesures thérapeutiques suivantes sont utilisées: ablation chirurgicale de la tumeur, radiochirurgie à l’aide d’un gamma knife et d’autres méthodes, radiothérapie et chimiothérapie. Le traitement du cerveau par l'astrocytome est un processus long et complexe.

Prédiction du patient

Les principaux effets à long terme de l'astrocytome du cerveau sont associés aux caractéristiques suivantes:

  • la possibilité de déplacer la maladie d'un stade à l'autre avec une augmentation ultérieure du degré de malignité;
  • risque très élevé de récidive après le retrait de la tumeur;
  • degré élevé de processus de malignité.

Le pronostic de ces tumeurs, en particulier lorsque l’astrocytome pilocytaire ou piloïde du cerveau est favorable, est dû à la facilité de son retrait, ainsi qu’à la faible probabilité de survenue d'épisodes répétés de croissance tumorale.

Lorsqu'un patient développe un astrocytome cérébral diffus ou fibrillaire, le pronostic reste favorable. Cependant, avec un traitement chirurgical, il est possible de quitter les cellules tumorales, ce qui peut entraîner une rechute de la maladie.

En général, la durée et la qualité de vie du patient dépendent principalement de la forme et de l’ampleur de la maladie. Mais il convient de rappeler que même les premiers degrés de croissance tumorale, qui se manifestent par le développement d'astrocytomes pilocytiques, conduisent très souvent à la progression rapide de la tumeur et au développement de conséquences graves pour le corps, même mortelles.

Le pronostic des astrocytomes cérébraux pour l’espérance de vie du patient est relativement favorable: au premier stade de la maladie, l’espérance de vie est de 10 à 15 ans; dans la deuxième étape - 6-7 ans, et dans la troisième 2-4 ans.

Un astrocytome est un néoplasme issu de cellules neurologiques (astrocytes) ressemblant à des astérisques. Ils sont conçus pour réguler la quantité de liquide intercellulaire. Il est formé dans le cerveau. L'astrocytome peut être bénin et malin. La tumeur a la même densité que la moelle.

Description générale et mécanisme de développement de la maladie

La tumeur apparaît en raison d'une division incorrecte des astrocytes. Ce sont des cellules spéciales du système nerveux qui remplissent des fonctions importantes. Ils protègent les neurones des facteurs négatifs pouvant les blesser. De plus, les astrocytes assurent un métabolisme normal dans les cellules du cerveau.

En outre, ils régulent la fonctionnalité de la barrière hémato-encéphalique, contrôlent la circulation sanguine dans les deux hémisphères. Les cellules présentées absorbent les déchets produits par les neurones. En raison de l'impact de facteurs externes ou internes négatifs, ils changent et ne peuvent pas remplir correctement leurs fonctions.

La perturbation des cellules gliales nuit à l’activité de tout le système nerveux. Les astrocytomes cérébraux sont les tumeurs les plus courantes. Ils sont localisés dans presque toutes les zones du cerveau. Chez l'adulte, la tumeur se forme plus souvent dans les hémisphères cérébraux, chez l'enfant, dans le cervelet.

Les ganglions pathologiques peuvent atteindre de grandes tailles, de 5 à 10 cm.En parallèle à l'astrocytome, des kystes se forment. Ces tumeurs se caractérisent par une croissance lente, de sorte que le pronostic du traitement est généralement favorable. Chez les jeunes, le risque d’une telle pathologie est plus élevé que chez les personnes âgées.

Causes de la pathologie

Une tumeur se développe principalement chez les hommes âgés de 20 à 50 ans, bien que l'âge et le sexe ne soient pas le facteur déterminant. Les causes exactes de l'apparition de l'astrocytome n'ont pas encore été déterminées. Cependant, certains facteurs contribuent à sa formation:

  • Produits chimiques et raffineries. L'empoisonnement chronique avec ces composés entraîne une modification de la plupart des processus métaboliques.
  • Virus caractérisé par une oncogénicité élevée.
  • Prédisposition génétique.
  • Exposition aux radiations. Il contribue à la transformation de cellules saines en cellules malignes.

Elena Malysheva et les médecins traditionnels du programme «Live Healthy!» Parleront des causes, des symptômes et des méthodes modernes de traitement de la pathologie (début du bloc à partir de 32h25):

  • Situation environnementale négative dans la zone de résidence.
  • Mauvaises habitudes La consommation chronique d’alcool et de tabac entraîne l’accumulation de toxines dans le corps humain. Ils contribuent également à l'apparition de cellules cancéreuses.
  • Faible immunité.
  • Traumatisme cérébral.

L'influence simultanée de plusieurs facteurs négatifs augmente le risque d'astrocytomes cérébraux. Naturellement, il faut essayer de les éviter.

Classification des tumeurs en fonction du degré de malignité

Tout dépend s'il y a des signes de polymorphisme, de nécrose, de mitose et de prolifération d'endothélium:

  1. Premier degré (les tumeurs ne présentent qu'un des symptômes ci-dessus et se caractérisent également par une différenciation élevée).
  • Astrocytome piloïde.
  • Sous-épendyme (a de grosses cellules avec des noyaux polymorphes, prend la forme d'un nœud, est situé plus souvent dans la région des ventricules latéraux).
  1. Deuxième degré Ce sont des néoplasmes relativement bénins qui présentent deux signes: la nécrose tissulaire et la prolifération (prolifération tissulaire) de l'endothélium. Ils affectent des parties du cerveau fonctionnellement importantes.
  • Fibrillaire.
  • Protoplasmique.
  • Hémocytose.
  • Pléomorphique.
  • Mixte
  1. Le troisième degré est anaplasique.
  2. Quatrième degré - glioblastome.

Astrocytome pilosal du ver cérébelleux en IRM

L'astrocytome cérébelleux est un type de pathologie distinct. Il est plus fréquent chez les jeunes patients. Ses symptômes dépendent de l'emplacement de la tumeur.

Caractéristiques des astrocytomes piloïdes et fibrillaires

L'astrocytome piloïde du cerveau est considéré comme une tumeur bénigne aux limites clairement définies. Le plus souvent, il est localisé dans le cervelet ou le tronc cérébral. Cette pathologie est diagnostiquée principalement chez les enfants. Si le patient ne s'est pas tourné vers le médecin à temps, dans la plupart des cas, cette tumeur se transforme en une tumeur maligne. Si le traitement est commencé au début du développement de la pathologie, le pronostic de la vie est favorable. La tumeur se développe très lentement et ne se reproduit pratiquement pas après son retrait.

L'astrocytome fibrillaire du cerveau est une forme plus grave de la maladie, caractérisée par une tumeur maligne prédominante. Ce type de tumeur se développe plus rapidement et n’a pas de limites prononcées. Même le traitement chirurgical ne donne pas un résultat positif à 100%. Un tel astrocytome se développe entre 20 et 30 ans et peut même se reproduire après une intervention chirurgicale.

Autres types de tumeurs

L'astrocytome anaplasique du cerveau est considéré comme très dangereux. Il se caractérise par une croissance rapide. La pathologie est rapide et le pronostic est mauvais. Étant donné que le néoplasme se développe principalement dans la profondeur du tissu, le traitement chirurgical n'est pas possible. Cette forme de la maladie se développe chez les patients de 35 à 55 ans.

Sur les types de tumeurs cérébrales bénignes et malignes raconte un neurochirurgien, MD Zuev Andrei Alexandrovich:

Le plus dangereux est

. Il s’agit du dernier stade de l’astrocytome au cours duquel se produit la nécrose des parties du cerveau touchées (presque tout l’organe). Tout traitement pour cette forme de la maladie ne sera pas efficace. Il est diagnostiqué plus souvent chez les personnes qui ont atteint l'âge de 40 ans.

Symptômes de pathologie

Dans les premiers stades de son développement, une tumeur peut ne pas apparaître du tout. Si une petite léthargie ou une fatigue survient, la personne ne consulte pas immédiatement le médecin, car elle ne peut même pas imaginer la formation d'une néoplasie dans son cerveau. De plus, la tumeur grossit et perturbe le système nerveux. Ensuite, les symptômes communs suivants apparaissent:

  • Douleur à la tête. Il est présent soit constamment, soit manifesté par des attaques périodiques. L'intensité et la nature des sensations peuvent être différentes. La plupart des douleurs surviennent le matin ou au milieu de la nuit. Quant à la localisation des sensations désagréables, elles se situent dans une partie du cerveau ou se propagent dans l’ensemble de la tête.
  • Vomissements et nausées. Il n'y a aucune raison pour son apparition, et l'attaque elle-même survient de manière inattendue.
  • Vertiges. Cependant, le patient semble avoir des sueurs froides, la peau pâlit. Souvent, le patient perd conscience.
  • La dépression.
  • Augmentation de la fatigue et de la somnolence.
  • Troubles mentaux. Le patient présente une agressivité, une irritabilité ou une léthargie accrues. Il y a des problèmes de mémoire, de capacités intellectuelles réduites. L'absence de traitement conduit à un effondrement complet de la conscience.
  • Crampes Ce symptôme est considéré comme rare, mais il évoque des problèmes de système nerveux.
  • Vision et discours altérés.

Vous pouvez également mettre en évidence les symptômes focaux de la pathologie. Tout dépend de quelle partie du cerveau est endommagée:

  1. Astrocytome cervelet. Une telle violation est caractérisée par des problèmes de coordination des mouvements, de marche, d'orientation dans l'espace.
  2. Région temporale gauche. Il y a une détérioration de la mémoire, de la parole, de l'attention, des changements de goût, l'apparition d'hallucinations. L'odorat et l'audition sont également altérés.
  3. Partie frontale Le comportement du patient change complètement et une paralysie des bras ou des jambes sur une moitié du corps peut également se développer.
  4. Partie pariétale. Les astrocytomes dans cette zone sont accompagnés d'une motilité altérée. Le patient ne peut pas écrire correctement ses pensées sur papier.

Quels sont les symptômes qui devraient vous inciter à consulter un médecin et comment la médecine moderne résout le problème des tumeurs au cerveau, diront les médecins de l'Institut de recherche en neurochirurgie. N. N. Burdenko:

Si l'hémisphère droit est affecté, les problèmes de travail des muscles sont plus prononcés du côté gauche et inversement.

Caractéristiques du diagnostic de la maladie

Un diagnostic opportun est la moitié du succès. Plus tôt la maladie est identifiée, plus elle est susceptible de la traiter rapidement. Pour un diagnostic correct, le patient doit subir un examen approfondi, qui comprend les procédures suivantes:

  • Examen primaire et tests neurologiques. Le médecin doit examiner attentivement les antécédents médicaux du patient, recueillir un historique détaillé et enregistrer les plaintes du patient. Le neurologue effectue des tests d'évaluation pour détecter une violation de la fonctionnalité du système nerveux.
  • IRM, CT et tomographie par émission de positrons. Ces types d’études sont considérées aussi précises que possible. Vous pouvez déterminer ici la taille de la tumeur, son degré de malignité, sa localisation exacte ainsi que l'efficacité du traitement. Les techniques de diagnostic instrumentales vous permettent d'explorer tout le cerveau en couches. C'est-à-dire qu'il y a une visualisation complète du corps.

Voici comment est réalisée l'IRM cérébrale.

  • Angiographie. Grâce à la substance de contraste, le médecin est capable de détecter les vaisseaux qui nourrissent la tumeur.
  • Biopsie. Un fragment de la tumeur est nécessaire pour cette étude. Sans cette procédure, un diagnostic précis est impossible.

Après un examen approfondi, le médecin prescrit le traitement optimal.

Caractéristiques de la thérapie

L'astrocytome est considéré comme une maladie dangereuse pour la santé et la vie, qui nécessite un traitement rapide. Il existe plusieurs méthodes pour lutter contre une telle tumeur cérébrale:

  1. Chirurgical Le spécialiste doit retirer le tissu affecté avec un risque minimal de complications, bien qu'il soit difficile de prédire quelque chose avec le cerveau. L'opération est effectuée plus fréquemment dans les premiers stades du développement des astrocytomes. C'est la principale méthode de thérapie réussie. Pour accéder à la tumeur, il est nécessaire de couper la peau, de retirer une partie du crâne et de séparer la coque dure du cerveau. Mais les formes diffuses de pathologie ne peuvent pas être complètement supprimées. De plus, les tissus mous sont cousus et une plaque spéciale est placée à la place de l'os coupé. Après la chirurgie, des complications graves peuvent survenir: gonflement du cerveau, thrombose, infection, lésions des vaisseaux sanguins ou des nerfs et propagation accélérée des cellules malignes. Pour éviter des conséquences négatives, l'état du cerveau pendant la chirurgie est surveillé en permanence par scanner ou IRM.

A propos de la façon dont l'intervention chirurgicale est réalisée, voir plus en vidéo:

  1. Radiochirurgie Dans ce cas, les radioluchi sont utilisés pour enlever les tissus affectés. Cependant, il est possible d'utiliser un tel équipement uniquement si la taille de la tumeur ne dépasse pas 3,5 cm. De nouvelles techniques sont également utilisées pour l'opération: gamma-knife, endoscopie, cryochirurgie, faisceau laser, ultrasons.
  2. Chimie et radiothérapie. Dans le second cas, le rayonnement radioactif est utilisé pour détruire les cellules tumorales. Avec l'aide de la radiothérapie, le traitement des patients contre-indiqués en chirurgie est effectué. Pour lutter contre la pathologie de degré 1, cette méthode est utilisée extrêmement rarement, et seulement après l'ablation de la tumeur. Pour détruire la métastase de l'astrocytome, il est nécessaire d'irradier toute la tête. En ce qui concerne la chimiothérapie, son efficacité n’est pas très élevée, ce traitement est donc très rarement utilisé.

Tout traitement sera efficace si la tumeur cérébrale est déterminée à temps. Bien que certains types d'astrocytomes conduisent à une mort rapide.

Conséquences et pronostic de la maladie

Une fois le traitement terminé, la tumeur peut réapparaître. Le patient doit donc subir des examens préventifs périodiques. En outre, il est urgent de consulter un médecin si une personne présente des symptômes courants de pathologie. En cas de récidive, le patient doit suivre un traitement répété.

Le plus souvent, la réémergence d'une tumeur est caractéristique du glioblastima, ainsi que de l'astrocytome anaplasique. Le risque de récidive est accru si la tumeur a été partiellement retirée. Plus de 40% des patients deviennent handicapés. On leur diagnostique de telles complications:

  • Déficience motrice.
  • Parésie et paralysie qui empêchent une personne de bouger.

De plus, la coordination et la vision du patient se détériorent (il existe des problèmes non seulement de netteté, mais également de distinction des couleurs). La plupart des patients développent l'épilepsie, ainsi que des troubles mentaux. Certaines personnes perdent la capacité de communiquer, de lire et d'écrire et d'effectuer des mouvements simples. L'intensité et le nombre de complications peuvent être différents.

En ce qui concerne l'espérance de vie, le pronostic de l'astrocytome du cerveau dépend du type de pathologie. Si l'opération a été effectuée correctement et que le traitement a été efficace, l'espérance de vie moyenne d'une personne est de 5 à 8 ans. Avec le retrait incomplet de la tumeur, le pronostic est pire. Les tumeurs de grande taille réapparaissent.

Prévention

Si vous ne pouvez rien faire avec une prédisposition héréditaire, vous pouvez alors combattre d’autres facteurs négatifs. Afin de réduire le risque de développer la maladie, vous devez suivre les recommandations des experts:

  1. Bien manger. Il est préférable d’abandonner des plats nocifs, des produits contenant des conservateurs, des colorants ou d’autres additifs. Il est préférable de donner la préférence à la nourriture, cuit à la vapeur, manger plus de fruits et légumes.
  2. Arrêtez de boire et de fumer.
  3. Utilisez des complexes vitaminiques et tempérez le corps pour renforcer le système immunitaire.
  4. Il est important de vous protéger des stress qui ont un effet négatif sur le système nerveux.
  5. Il est conseillé de changer de lieu de résidence si la maison est située dans une zone défavorisée du point de vue de l'environnement.
  6. Évitez les blessures à la tête.
  7. Subir régulièrement des examens préventifs.

Si une personne a une tumeur au cerveau (astrocytome), ne tombez pas immédiatement dans le désespoir. Il est important de vous préparer pour un résultat positif et d'écouter les recommandations des médecins. La médecine moderne est capable de prolonger la vie des patients cancéreux et parfois de se débarrasser complètement de la pathologie.

L'astrocytome pilocytaire: de quoi s'agit-il?

Les cellules gliales représentent 40% du système nerveux central. Ils remplissent l'espace entre les neurones et remplissent une fonction de protection, tout en participant à la transmission de l'influx nerveux. Ces cellules comprennent les astrocytes, à l'origine des astrocytomes pilocytiques. L'apparition d'une tumeur commence lorsque les mécanismes de division, de croissance et de différenciation y sont violés. De ce fait, les cellules endommagées ne sont pas détruites mais commencent à se reproduire. Il y a une tumeur volumétrique.

Comme l'espace autour du cerveau est limité au crâne, la croissance de toute tumeur comprime cet organe et affecte négativement son travail. Par conséquent, toutes les formations intracérébrales sont classées comme malignes. L'astrocytome pilocytaire est le plus bénin. Elle se caractérise par une croissance lente (10-15 ans) et, principalement, par une croissance nodale peu envahissante. Les astrocytomes pilocytiques se développent dans une «capsule» sous la forme d'un nœud avec des limites claires, qui repoussent le tissu cérébral et contraignent les structures cérébrales. Parfois, il existe des zones de croissance tumorale infiltrante, lorsque les cellules cancéreuses germent parmi des cellules saines et les détruisent. Ensuite, la limite de la tumeur est difficile à déterminer. Dans ce type de gliomes, des kystes de tailles différentes ne sont pas rarement présents.

L'astrocytome piloïde est 2 fois plus souvent diagnostiqué chez les enfants et les adolescents. Il est principalement localisé dans les parties inférieures du cerveau. Les plus courantes sont l'astrocytome piloïde du cervelet, le tronc du GM et les voies visuelles.

Les tactiques de traitement de tels gliomes ne sont toujours pas claires. Certains experts suggèrent une élimination radicale, d'autres insistent sur le fait que vous pouvez vous passer de chirurgie en utilisant des thérapies alternatives.

Les étapes du processus malin

La classification des tumeurs cérébrales divise toutes les tumeurs gliales en 4 degrés de malignité, en fonction de la présence de tels signes:

  1. Atypisme nucléaire.
  2. Prolifération endothéliale.
  3. Mitose.
  4. Nécrose.

L'astrocytome pilocytique fait référence à une tumeur maligne de grade 1, ce qui signifie que les signes ci-dessus sont absents. Par conséquent, il se caractérise par un parcours calme et de bonnes prévisions. Cependant, les néoplasmes cérébraux ont tendance à se transformer et à devenir malins.

L'astrocytome piloïde peut se transformer en fibrillaire, de grade 2. Ces tumeurs ont un pronostic légèrement pire, ils ont l'un des signes. Ils diffèrent par la nature diffuse de la croissance, il est donc plus difficile de les traiter.

En outre, l'astrocytome fibrillaire a une plus grande tendance à la malignité, de sorte qu'avec le temps, il se transforme en anaplasique, qui appartient aux 3 degrés. À ce stade, l'atypisme nucléaire, la prolifération endothéliale et les mitoses sont détectés dans la tumeur. Il forme rapidement des métastases et se propage dans le cerveau.

Le grade 4 est un glioblastome, dans lequel il y a 4 signes de malignité. C'est le plus agressif, à croissance rapide et dangereux. Avec un tel cancer, vivez de 6 à 15 mois.

Causes de l'astrocytome pilocytique du cerveau

Qu'est-ce qui cause l'astrocytome piloïde du cerveau? Les scientifiques ne connaissent pas la réponse exacte à cette question. On présume que l'apparition du cancer est affectée par:

  • l'hérédité (si votre proche parent avait un cancer, il est possible que vous héritiez de cette maladie);
  • troubles génétiques. En outre, un astrocytome piloïde peut survenir chez les personnes présentant des anomalies chromosomiques et des maladies telles que le syndrome de Li-Fraumeni, la neurofibromatose;
  • le rayonnement;
  • produits chimiques;
  • mauvaises habitudes
  • immunité affaiblie.

Symptômes de l'astrocytome pilocytique du cerveau

Ce gliome est caractérisé par une longue période asymptomatique. Le déficit neurologique aigu chez les enfants se produit rarement, puisque le corps jeune est capable de s'adapter, leur cerveau a une capacité compensatoire élevée.

Le premier signe d'astrocytome piloïde est souvent une crise d'épilepsie. Puis, progressivement, de nouveaux symptômes apparaissent, conséquence de l'hypertension intracrânienne, de l'occlusion du liquide céphalo-rachidien, de la compression des structures cérébrales:

  1. Maux de tête, vertiges. Pendant de nombreuses années, les maux de tête peuvent être instables et peu perceptibles. Lorsque la tumeur est volumineuse ou si elle renaît de façon kystique, la douleur devient une nature constante, intense et arquée.
  2. Nausées et vomissements (peuvent survenir lors d'une crise de maux de tête).
  3. Troubles du mouvement, violations de la statique et de la démarche, parésie des membres.
  4. Troubles de la parole et de la vision.
  5. Mémoire réduite, attention, retard mental et développement physique.
  6. Fatigue, somnolence, léthargie.
  7. Une variété de troubles mentaux (dépression, apathie, irritabilité).

Chez les jeunes enfants de moins de 3 ans, la croissance d'un néoplasme entraîne une augmentation de la taille de la tête, la fontanelle n'est pas retardée.

La particularité de ce type de tumeur est la rémission, dans laquelle les symptômes disparaissent. Puis ils reviennent soudainement.

Certains symptômes individuels de l'astrocytome piloïde du cerveau sont associés à la localisation de la tumeur, ils sont appelés focaux. Par exemple, les gliomes du nerf optique entraînent une perte de champ visuel, une saillie du globe oculaire, des disques visuels stagnants.

Avec la défaite de l'hypothalamus, apparaissent des signes de cachexie, une diminution anormale du sucre dans le sang, une macrocéphalie, des troubles mentaux sous forme de perevozbimichnost, une agression ou un sentiment d'euphorie.

Signes d'astrocytome pilocytique du cervelet: troubles moteurs (instabilité de la démarche), nystagmus, dysmétrie, position forcée de la tête. La tumeur du ver cérébelleux provoque des troubles de la sensibilité, une coordination altérée, une perte de conscience, un dysfonctionnement respiratoire et cardiovasculaire.

L'oncologie du tronc cérébral se manifeste sous forme d'atteinte du pouls et du rythme respiratoire, de perte d'audition et de vision, de tonus musculaire, de tremblements de la main, de nystagmus.

Le diagnostic de l'astrocytome piloïde du cerveau est difficile car il peut se manifester longtemps sous forme de signes isolés. Souvent, cela est détecté par hasard. Si l'Autorité palestinienne est située dans des centres vitaux, la progression de la maladie peut entraîner la mort soudaine du patient.

Diagnostics

Pour poser un diagnostic, un neurologue doit collecter des antécédents précis et vérifier quel patient présente des symptômes neurologiques. À cette fin, des tests et des tests spéciaux sont effectués, qui permettent d'identifier les troubles moteurs et sensoriels, le travail des réflexes, etc. Vous devez également vérifier votre vue et votre audition. La combinaison de certains symptômes peut indiquer la présence d'une tumeur dans une certaine partie du GM.

Les méthodes suivantes sont utilisées pour confirmer le diagnostic de cancer du cerveau:

  • Radiographie du crâne ou craniographie. Il peut être utilisé aux étapes initiales. Les images montreront divers changements dans les os causés par le processus tumoral (divergence des coutures, amincissement des os, approfondissement des fossettes, atrophie, destruction, etc.) et par le déplacement des vaisseaux cérébraux et de la glande pinéale.
  • Tomodensitométrie (CT). Sa précision est supérieure à celle d'un simple rayon X, car le balayage s'effectue sous plusieurs angles, ce qui permet d'obtenir une image du cerveau en coupe transversale. Ainsi, il est possible de déterminer la prévalence de la tumeur et sa nature, de distinguer les zones de kystes et de tissus oedémateux, de voir la compression et le déplacement des structures cérébrales. Sur le scanner, les astrocytomes pilocytaires ressemblent à de petites lésions légères, sans effet de masse.
  • Tomographie par résonance magnétique (IRM). Il s'agit d'une méthode plus sensible pour le diagnostic de l'astrocytome du cerveau, qui permet de détecter même les plus petits ganglions non reconnaissables sur la tomodensitométrie. De cette façon, vous pouvez obtenir une image tridimensionnelle du cerveau. Au cours de l'IRM, aucune exposition nocive n'est utilisée, il est donc plus sûr. L'IRM avec astrocytome piloïde montre un signal faible en mode T1 et un signal élevé en mode T2.
  • Tomographie par émission de positrons (PET). Une méthode relativement nouvelle qui consiste à administrer par voie intraveineuse une préparation radiofer, mélangée à du sang et absorbée par tous les organes. Après cela, numérisez dans un tomographe spécial. Les cellules tumorales se différencient par le fait que les processus métaboliques y sont plus rapides. Cela sera vu sur les résultats de l'analyse. Toutes les zones du GM où il y a des violations seront marquées en bleu et bleu. Ainsi, vous pouvez déterminer non seulement la prévalence du cancer, mais également l'activité fonctionnelle du cerveau, voire de tout l'organisme.
  • Biopsie stéréotaxique. Pour établir avec précision l'histologie de la tumeur, il est nécessaire d'examiner sa structure au microscope. Pour ce faire, à travers un trou percé dans le crâne, une fine aiguille spéciale est utilisée pour collecter un petit morceau de tissu de la tumeur. Pour diriger correctement l'aiguille, des appareils de tomodensitométrie ou d'IRM sont utilisés, ainsi qu'un cadre stéréotaxique fixant la tête du patient.

Des méthodes supplémentaires d’investigation des astrocytomes piloïdes éventuellement nécessaires sont les suivantes:

  • Encéphalogramme (permet d’évaluer la gravité des troubles neurologiques et d’identifier le déplacement des structures cérébrales, ce qui indique la présence d’une éducation);
  • Angiographie (nécessaire pour évaluer l'état du système circulatoire du cerveau).

Traitement de l'astrocytome pilocytique du cerveau

La meilleure façon de traiter l'astrocytome piloïde du cerveau est considérée comme une élimination radicale, après laquelle un rétablissement complet du patient est possible. Une telle opération peut même ne pas nécessiter de chimiothérapie et de radiothérapie ultérieures, mais cela n’est pas toujours possible. Une résection totale est disponible avec des tumeurs de petite taille, une localisation dans les grands hémisphères ou le cervelet et dans un état satisfaisant du patient.

Au début, ils font une craniotomie, c'est-à-dire qu'ils ouvrent la partie nécessaire du crâne. Ensuite, le néoplasme est excisé, le tissu coupé est cousu et une plaque de titane est placée à la place du défaut osseux. Bien entendu, ces manipulations doivent être effectuées sous le contrôle de microscopes de haute précision et de systèmes informatisés d'IRM ou de tomodensitométrie, qui détermineront les limites de la tumeur. Une telle tactique est nécessaire, car avec un GM, un chirurgien ne peut pas toucher les tissus sains, car cela peut entraîner de graves troubles neurologiques, des hémorragies, des œdèmes et même la mort du patient.

L'élimination totale de l'astrocytome pilocytique du cerveau n'est pas toujours disponible. Ensuite, la tâche du médecin consiste à exciser la plus grande partie possible de l’éducation. Ce traitement aide à prévenir le développement de la pression intracrânienne, l’occlusion du liquide céphalo-rachidien et à éliminer les symptômes neurologiques apparus à la suite de la pression. Dans certains cas, chez les patients après l'ablation subtotale de l'astrocytome piloïde, le néoplasme a cessé de croître.

La quantité exacte de tumeur résiduelle ne peut être déterminée que par IRM avec contraste, effectuée dans les 48 heures suivant la chirurgie. Si la résection était incomplète, il faut en plus subir une chimiothérapie ou une radiothérapie afin de détruire les cellules restantes. Il existe également des méthodes de destruction peropératoire qui incluent la radiothérapie et la cryogel. Mais même après un traitement complexe, la tumeur est toujours susceptible de se reproduire. Les cancers du cerveau récurrents sont également traités de manière globale (si possible).

Parfois, une opération ne peut pas être effectuée, par exemple, lorsqu'elle est située dans la région des voies de visualisation ou dans le coffre. De plus, avec l'astrocytome pilocytique, cela se produit très souvent. Dans ce cas, la chimiothérapie ou la radiothérapie est le traitement principal. Pour les petites tumeurs sans effet de masse prononcé, une biopsie stéréotaxique (qui peut remplacer une opération chirurgicale) est effectuée afin de sélectionner la meilleure option de traitement en fonction du diagnostic obtenu.

La chimiothérapie pour l'astrocytome piloïde chez les enfants reste préférable, car la radiothérapie peut avoir à l'avenir des conséquences négatives associées aux effets des radiations. De plus, ces tumeurs se développent très lentement et la chimiothérapie suffit amplement. Les préparations sont prescrites individuellement ou en combinaison. La lomustine, la vincristine et la procarbazine, le cisplatine, le carboplatine sont utilisés pour traiter les astrocytomes piloïdes. Certains se retrouvent par voie intraveineuse, d'autres par voie orale.

La radiothérapie pour l'astrocytome pilocytique du cerveau est plus souvent prescrite pour les rechutes. La dose focale totale pour les tumeurs hautement différenciées est comprise entre 45 et 54 Gy.

La radiochirurgie peut être utilisée en alternative ou en complément du traitement chirurgical. Son essence réside dans l'irradiation unique d'une tumeur avec une dose maximale de rayonnement, entraînant la mort de ses cellules. En même temps, la partie saine du cerveau ne souffre pas. Selon ce principe, le couteau gamma et le couteau cyber fonctionnent.

L'opération pour l'astrocytome pilocytique de petite taille, qui ne provoque pas de troubles neurologiques et se développe très lentement, peut être différée. Un traitement symptomatique et une surveillance régulière sont prescrits à ces patients. Les autres décisions sont prises en fonction des résultats de l'IRM. De telles tactiques conviennent mieux aux patients âgés, chez qui le néoplasme n'a peut-être pas le temps de prendre des proportions alarmantes.
Après le traitement, afin de contrôler la récurrence d’une tumeur, le patient doit être soumis à des examens réguliers, ce qui permet également d’apprendre à temps la dégénérescence maligne de la tumeur.

Astrocytome pilocytique du cerveau: pronostic

L'espérance de vie avec l'astrocytome piloïde est la plus élevée de tous les types de gliomes, en particulier si la tumeur est située dans les hémisphères ou dans le cervelet et peut être complètement enlevée. Un bon facteur pronostique est le jeune âge et l'état normal du patient au moment du traitement.

Après une chirurgie radicale, la survie à 5 ans est de 75 à 90%, celle de 10 ans à 40 à 45%. Dans ce cas, l’évolution de la maladie n’est observée que dans 10 à 25% des cas.
La récupération de l'ablation de l'astrocytome pilocytaire à un jeune âge est plus rapide. Après la rééducation, de nombreuses fonctions neurologiques perdues sont retrouvées, mais si le traitement a été commencé tardivement, lorsque le cerveau a été gravement endommagé, la personne restera très probablement invalide.

Un astrocytome est une tumeur intracérébrale qui prend naissance dans des cellules étoilées, ou astrocytes. Ce type de cancer du cerveau est assez courant - avec la leucémie, il est l’une des principales causes de la mortalité infantile.

N'importe qui peut être affecté, dans ce cas, la dépendance à son âge et à son sexe n'est pas décelable. Si la maladie n'est pas détectée à un stade précoce, elle entraîne généralement la mort. La détection de la maladie immédiatement après la lésion donne parfois aux médecins le temps de la traiter, même avant le moment où la tumeur bénigne a commencé à se transformer en tumeur maligne.

La science avance, et au cours de nombreuses années de recherche médicale, plusieurs étapes ont été identifiées au cours desquelles la maladie évolue et se manifeste de différentes manières. Cela contribue sans aucun doute à prescrire le traitement et à son efficacité éventuelle.

Un examen microscopique aidera à démonter ce que sont les astrocytes. Ce sont des cellules qui ne sont pas à l'origine hostiles à l'organisme, qui sont apparemment de petites étoiles à cinq branches. Récemment, à la suite de nombreux examens, les scientifiques ont découvert qu’une fonction importante leur était assignée: ils sont très étroitement liés aux neurones du cerveau, les protégeant ainsi des blessures.

Les astrocytes sont également capables d'absorber un excès de composés chimiques, ce qui peut nuire aux neurones et à la qualité du signal qui en émane. En plus de tout cela, les astrocytes sont impliqués dans l’alimentation des neurones, dans le sang du cerveau.

Comme vous pouvez le constater, ces cellules ne peuvent pas être qualifiées de désagréables, leurs tâches parlent d’elles-mêmes. Cependant, certains facteurs peuvent provoquer la dégénérescence des astrocytes en une apparence différente - en l'apparition d'une tumeur. Il n'existe pas dans le cerveau de la région où la tumeur a toujours été recherchée - son emplacement ne dépend d'aucune raison, il peut affecter le cervelet, le cortex, l'hémisphère, etc.

Tous les facteurs qui contribuent à cette transformation des astrocytes peuvent être qualifiés de graves et de dangereux. Toutefois, même à la naissance, le patient a la possibilité de tout faire face. Pour ce faire, les médecins doivent l'identifier au premier stade, lorsqu'il ne provoque pas de dommages importants pour le corps. Cependant, une tumeur peut apparaître dans le corps déjà maligne.

Les étapes

La médecine moderne identifie quatre étapes possibles du développement des astrocytomes du cerveau. Ceux-ci comprennent:

  • pilocytique
  • fibrillaire
  • anaplasique
  • glioblastome

Il convient de noter que ces noms font référence non seulement à des stades, mais également à des groupes individuels de tumeurs qui se comportent différemment dans leur développement. En d'autres termes, chaque type de tumeur peut contourner toutes les étapes et se développer exclusivement au sein des mêmes symptômes et sensations.

L'astrocytome pilocytique ou piloïde du cerveau est une tumeur bénigne, qui doit toutefois être enlevée par voie chirurgicale.

La tumeur se développe lentement, clairement visible dans l'IRM ou la tomodensitométrie du cerveau, affecte généralement le cervelet. Tout le danger de cette tumeur réside précisément dans son effet lent sur le corps - une personne ne soupçonne même pas la présence d'une tumeur étrangère dans son cerveau.

Parfois, il peut avoir des maux de tête, des vertiges, une tumeur peut également affecter la circulation sanguine, en comprimant les vaisseaux sanguins et en inhibant le mouvement du sang et des nutriments. Mais en général, les symptômes de ce type de tumeur sont légers. Il est donc important pour une personne, même sans motif évident, de subir un examen médical.

L'astrocytome fibrillaire du cerveau est également le plus souvent bénin. Apparaît généralement chez les personnes âgées ou même âgées. La différence entre l'astrocytome fibrillaire et l'astrocytome pilocytique est que les limites de la tumeur sont floues et non visibles même sur les images, ce qui rend difficile la prédiction de la maladie et de son traitement.

Néanmoins, dans de nombreux cas, grâce à la chimiothérapie et à la radiothérapie, le patient peut éviter des conséquences graves et se débarrasser du néoplasme en empêchant sa transformation en quelque chose de plus dangereux.

L'astrocytome anaplasique est déjà une formation maligne très dangereuse dans la structure du cerveau. En outre, le plus souvent, cette tumeur affecte et situe les tissus et cellules cérébraux situés à proximité, de sorte qu’elle se développe très rapidement.

L'augmentation de la taille de la tumeur affecte directement l'état du flux sanguin.

Dans ce cas, les médecins ont généralement recours à une intervention chirurgicale, mais ils avertissent que l'opération peut ne pas être possible. Le fait est que l'élimination de l'astrocytome anaplasique est très difficile car ses limites sont floues et sa croissance est inévitable.

Le glioblastome est également une tumeur maligne, touchant généralement le cerveau des personnes âgées de 60 à 70 ans environ. Le glioblastome est très dangereux et difficile dans le traitement et la détection de ses limites. Sa forme et sa taille augmentent rapidement, provoquant de terribles maux de tête.

Les causes

Même la technologie de pointe actuelle ne permet pas de déterminer ce qui agit comme cause fondamentale, ce qui donne lieu au développement de ce type de cancer du cerveau. Cependant, la science est consciente depuis longtemps des facteurs provocateurs pouvant mettre automatiquement en danger la santé d’une personne:

  • prédisposition génétique. Les scientifiques ont découvert que la maladie pouvait entraîner des pannes et une perte d'informations dans certains gènes. Et c'est le plus souvent hérité.
  • mauvaises habitudes - tabagisme, consommation d'alcool, drogues
  • lésions cérébrales, effets mécaniques sur le cerveau
  • intoxication par des composés chimiques et biologiques: le mercure, l'arsenic et le plomb, ainsi que le surdosage de certains médicaments, sont particulièrement dangereux pour le corps humain
  • infections graves pouvant affaiblir le corps et l'immunité, par exemple, infection par le VIH
  • exposition aux radiations dépassant le niveau de sécurité autorisé

Encore une fois, ces facteurs peuvent théoriquement provoquer des mutations dans le cerveau, mais ils peuvent n’avoir aucun effet sur la santé, tout dépend des caractéristiques individuelles de la personne. Néanmoins, la présence de ces paramètres indique qu'une personne est à risque.

Symptômes et diagnostic

L'astrocytome en tant que maladie présente un certain nombre de symptômes communs. Parmi eux se trouvent:

  • maux de tête chroniques et vertiges
  • manque d'appétit, perturbation du rythme de la nutrition et du sommeil
  • nausée
  • déficience cognitive
  • apathie, sautes d'humeur, irritabilité
  • problèmes mentaux

Il est très difficile pour le médecin d’établir un tableau clinique de la maladie et d’en établir un pronostic, ainsi que de poser un diagnostic, uniquement sur les symptômes et les plaintes du patient. Le fait est que les symptômes de ce type de cancer sont caractéristiques de nombreuses autres pathologies cérébrales.

Un patient est examiné par plusieurs médecins, notamment un neurologue, un neurochirurgien et un ophtalmologue. Le patient peut également recevoir des recommandations pour de nombreuses procédures, telles que l'électroencéphalographie, l'IRM ou la tomodensitométrie du cerveau. De plus, l’astrocytome est souvent détecté après l’injection d’un agent de contraste dans le corps du patient, c’est-à-dire pendant l’angiographie.

Traitement

Malgré le pronostic défavorable de la maladie, exprimé par sa complexité, ses progrès constants et le flou des frontières tumorales, les médecins ont mis au point plusieurs méthodes de traitement des astrocytomes. Ceux-ci comprennent:

  1. intervention chirurgicale par enlèvement de tumeur
  2. radiochirurgicale
  3. chimiothérapie
  4. radiothérapie