Arachnoïdite optique chiasmatique

L'épilepsie

L'arachnoïdite optico-chiasmatique est une méningo-encéphalite basale de la fosse crânienne moyenne, dans laquelle les nerfs optiques et le chiasma sont touchés. Les principales manifestations de la pathologie sont la douleur au niveau de l'orbite, une vision floue, une faiblesse générale et une fatigue visuelle accrue. Le diagnostic repose sur l'ophtalmoscopie, la périmétrie, la visométrie, l'étude de la réaction des pupilles à la lumière et la craniographie. Le traitement conservateur de l’arachnoïdite opiochiasmique comprend la prescription d’antibiotiques, de glucocorticoïdes, d’antihistaminiques et de vitamines des groupes B et C. La chirurgie est peu efficace.

Arachnoïdite optique chiasmatique

L'arachnoïdite optique chiasmatique est la forme la plus courante d'inflammation de l'arachnoïde dans laquelle le processus pathologique est localisé dans la région de la base du cerveau. Selon les statistiques, dans 60 à 80% des cas, la cause du développement de la maladie est la présence de foyers d'infection chroniques dans la région des sinus du nez paranasaux. Il n’est pas possible d’établir l’étiologie de la maladie dans 10 à 15% des cas. Ces variants sont considérés comme idiopathiques. Les scientifiques étudient le rôle des mécanismes auto-immuns dans l'apparition de l'arachnoïdite. Une pathologie ayant la même fréquence se produit chez les hommes et les femmes. La méningo-encéphalite basale est répandue.

Causes de l'arachnoïdite optique-chiasmatique

La valeur principale dans le développement de cette pathologie est donnée à l'inflammation des sinus paranasaux. Les agents infectieux (virus, micro-organismes) pénètrent dans le crâne par les ouvertures naturelles des sinus. Moins fréquemment, l'apparition de symptômes d'arachnoïdite optico-chiasmatique est associée à un cours aigu d'otite, mastoïdite. Les principaux facteurs étiologiques de la maladie:

  • Traumatisme cérébral. Les lésions intracrâniennes potentialisent la formation d'adhérences fibreuses dans la région arachnoïdienne. En raison de l'apparition des premiers symptômes, quelque temps après le traumatisme crânien, la relation entre traumatisme et arachnoïdite n'est pas toujours visible.
  • Neuroinfection. Inflammation de la membrane arachnoïdienne du cerveau due à des complications intracrâniennes qui se développent à l’origine de la grippe, d’une amygdalite et de la tuberculose. Les symptômes de la maladie sont souvent diagnostiqués chez les patients atteints de neurosyphilis. La cause de la forme fibrosante est la longue persistance du virus de la grippe dans le liquide céphalo-rachidien.
  • Sclérose en plaques. Il s'agit d'une pathologie auto-immune dans laquelle la gaine de myéline des fibres nerveuses est touchée, non seulement le cerveau, mais également la moelle épinière. Les changements pathologiques sont plus prononcés dans la région du chiasma optique et de l’espace périventriculaire des grands hémisphères.
  • Malformations congénitales. Des anomalies de la structure du canal optique et des parois osseuses de l'orbite contribuent à la pénétration de l'infection dans la cavité intracrânienne. Cela conduit à l'apparition de symptômes focaux et à un cours récurrent de la maladie.

Pathogenèse

Le mécanisme de développement est basé sur l’effet d’un agent infectieux (le plus souvent de nature virale) sur les méninges. Tout d'abord, la membrane arachnoïdienne est affectée, suivie par une coquille molle. Les modifications de la structure du tissu nerveux sont plus prononcées dans la zone du chiasme et des nerfs optiques adjacents. En raison de l'inflammation locale, les vaisseaux se dilatent et leur perméabilité augmente. Il y a une exsudation accrue et la formation d'infiltrats cellulaires dans la région de la muqueuse du cerveau. Il existe ensuite des troubles circulatoires qui entraînent une augmentation des manifestations hypoxiques et le développement de réactions allergiques.

Au fil du temps, le processus inflammatoire conduit à des modifications fibroplastiques de l'arachnoïde au niveau du chiasma optique et des nerfs optiques. La prolifération du tissu conjonctif provoque la formation de synéchies étendues entre les membranes solides et les membranes arachnoïdiennes. En plus des kystes fibreux, des kystes sont formés, dont les cavités sont remplies de contenu séreux. Il existe plusieurs petites ou différentes grandes formations kystiques. Les kystes peuvent entourer le chiasma de tous les côtés, entraînant une compression des nerfs optiques. La compression des nerfs est la principale cause de leurs changements dégénératifs-dystrophiques, et plus tard de l’atrophie.

Classification

Il y a le cours aigu et chronique de la maladie. La variante chronique comprend l’atrophie héréditaire familiale des nerfs optiques (amarose de Leber). Il existe une nette prédisposition génétique au développement de cette forme de la maladie. Selon la classification clinique, il est habituel de considérer 3 types d'arachnoïdite opto-chiasmatique, dans la symptomatologie desquels dominent les signes suivants:

  • Syndrome du nerf rétrobulbaire. La variante la plus commune du flux. Peut-être une réduction unilatérale ou asymétrique de la vision. La pathologie s'accompagne d'un rétrécissement fasciculaire des champs visuels.
  • Formations kystiques. Les manifestations cliniques imitent les symptômes d'une tumeur dans la zone opto-chiasmatique. L'augmentation du volume des kystes contribue à la compression des structures cérébrales. Si la taille des lésions est petite, les symptômes sont absents.
  • Stagnation compliquée du nerf optique. Cette forme de la maladie est extrêmement rare. Il n'y a aucun signe d'inflammation, l'augmentation de l'œdème indique une augmentation de la pression intracrânienne. Deuxièmement, la membrane interne du globe oculaire est impliquée dans le processus pathologique.

Symptômes de l'arachnoïdite opio-chiasmatique

La pathologie est caractérisée par un début aigu. Les patients se plaignent d'une perte de vision bilatérale et de graves maux de tête, qui ne sont pas soulagés par l'utilisation d'analgésiques. Il y a une fatigue accrue lors de l'exécution de charges visuelles (lire des livres, travailler à l'ordinateur, regarder des films). La progression de la maladie entraîne une douleur intense dans la région orbitale, irradiant vers le front, l’arête du nez, les sourcils et les tempes. Le syndrome douloureux peut être localisé directement dans l'orbite.

Les patients notent que l'acuité visuelle diminue très rapidement. Dans les cas graves, le dysfonctionnement visuel atteint son maximum après quelques heures, mais le plus souvent, ce processus prend 2-3 jours. Des zones séparées disparaissent progressivement du champ visuel. Les élèves peuvent être de différentes tailles. Les patients ressentent une sensation de couleur, en particulier - la perception du rouge et du vert. Pendant cette période, des troubles dyspeptiques (nausées, vomissements) peuvent survenir. À l'avenir, le processus aigu est remplacé par une chronique. En cas de lésions concomitantes des nerfs crâniens, l’odorat est réduit. En raison d'une violation de l'innervation du nerf facial, l'omission du coin latéral de l'œil ou de la bouche est visualisée.

Lorsque la zone touchée s'étend à la région hypothalamique, les patients souffrent de crises vasculaires fréquentes, la thermorégulation est perturbée et une contraction musculaire convulsive est observée. Transpiration, soif, fièvre légère, troubles du sommeil. Contrairement au processus aigu, au cours de l'évolution chronique de la pathologie, les symptômes augmentent progressivement. Certains patients notent qu'après une cisternographie diagnostique, la vision est rétablie pour une courte période.

Des complications

Une complication fréquente de la pathologie est l’atrophie du nerf optique. Les patients ont une forte probabilité de luxation des structures cérébrales. Avec une augmentation des formations kystiques, on observe une compression du tissu cérébral et des symptômes focaux. La propagation du processus pathologique à d'autres membranes du cerveau provoque une méningite, une méningo-encéphalite. Avec un cours compliqué de la formation des abcès intracrâniens. Dans les lésions secondaires des ventricules de la ventriculite cérébrale se produit. Les patients risquent de développer des troubles circulatoires cérébraux aigus.

Diagnostics

Aux premiers stades du diagnostic, c'est difficile. La cause la plus fréquente de la pathologie étant la défaite des sinus paranasaux, les rayons X sont pris au stade du diagnostic primaire. Pour plus d'informativité, une IRM des sinus est réalisée. Dans ce cas, il est possible d'identifier un petit œdème pariétal de la membrane muqueuse du sinus sphénoïdal et la défaite des cellules postérieures du labyrinthe de l'ethmoïde. Les méthodes de diagnostic instrumentales comprennent:

  • Périmétrie Un rétrécissement segmentaire ou concentrique du champ visuel est associé à des restrictions bilatérales ou à des hémianopsies dans les régions temporales. Si la maladie est du type névrite rétrobulbaire, des scotomes centraux sont observés chez les patients.
  • Visométrie. Une diminution progressive de l'acuité visuelle est diagnostiquée. La nature de la lésion est symétrique des deux côtés. L'exception est la forme rétrobulbaire, dans laquelle un œil est affecté, ou les deux, mais de façon asymétrique.
  • Ophtalmoscopie. Un œdème et une hyperémie du disque du nerf optique sont visualisés. Avec une pression intracrânienne accrue, le disque optique a un aspect stagnant. La zone d'œdème s'étend à la région péripapillaire de la rétine et à la région de la macula.
  • Enquête sur la réaction pupillaire. Au début du développement de la méningo-encéphalite, la réaction des pupilles est lente. La progression de la maladie conduit à l'absence de la réaction pupillaire. Visuellement, on peut déterminer une mydriase ou une anisocorie.
  • Craniographie. Dans la forme chronique de la maladie, on observe un épaississement de la paroi de la selle turque. La glande pinéale se calcifie. Les signes d'hypertension intracrânienne sont en augmentation. Chez les jeunes enfants, il existe une légère différence entre les sutures crâniennes.
  • Réservoir pneumatique. La technique permet d'étudier la nature des changements dans une citerne chiasmatique. Des pointes, des kystes uniques ou multiples sont détectés. De l'air est introduit dans la cavité du réservoir pour améliorer la visualisation.

En cas de forme unilatérale de pathologie, l'examen du patient doit être répété après 1-2 semaines en raison du risque élevé d'atteinte différée du deuxième œil. Aussi pour la maladie est caractérisée par le phénomène de "défauts de migration", dans lequel les changements d'hôtel dans le champ visuel sont déterminés dans d'autres zones.

Traitement de l'arachnoïdite opio-chiasmatique

Dans le cours aigu de la maladie, un traitement médicamenteux est prescrit. La durée du traitement conservateur est de 3 à 6 mois. Après l'arrêt du processus aigu, la physiothérapie est indiquée. À l'aide de l'électrophorèse, des préparations de calcium, de la vitamine PP sont introduites. Utilisation efficace de l'acupuncture pendant 10 séances. Pour éliminer les symptômes de l'arachnoïdite opio-chiasmatique, prescrire:

  • Antibiotiques. Des agents antibactériens à base de céphalosporine sont utilisés. De plus, les sulfamides peuvent être utilisés. La durée du traitement antibiotique ne doit pas dépasser 5-7 jours.
  • Agents hormonaux. Les glucocorticoïdes (prednisone) sont indiqués dans le processus aigu ou dans le déroulement sévère de la maladie. Au fil du temps, les hormones sont remplacées par des anti-inflammatoires non stéroïdiens.
  • Complexes multivitaminés. Lorsque l'arachnoïdite optico-chiasmatique a recommandé l'utilisation des vitamines C, B. L'introduction de glucose avec de l'acide ascorbique doit être alternée avec de l'acide nicotinique.
  • Antihistaminiques. Les antihistaminiques H2 sont utilisés en cas d’origine allergique ou infectieuse-toxique de la méningo-encéphalite. De plus, les préparations de calcium sont prescrites dans un but hyposensibilisant.
  • Thérapie de désintoxication. Il est indiqué dans le cas du développement d'une inflammation sur le fond de l'infection intracrânienne. Appliquer des solutions de glucose, reopoliglyukina, gemodeza. La voie d'administration est le goutte-à-goutte intraveineux.
  • Traitement antihypertenseur. Pour réduire la pression intracrânienne avec signes d'hypertension, des substances osmoactives sont injectées.

En l'absence d'effet de la pharmacothérapie, une ponction lombaire avec introduction d'oxygène dans une citerne optico-chiasmatique a été mise en évidence. Le but de cette manipulation est de détruire les adhérences du tissu conjonctif. Le traitement chirurgical de l'arachnoïdite est réduit à la dissection des adhérences et à l'élimination des kystes dans la citerne chiasmatique et à la base du cerveau. L'intervention chirurgicale est contre-indiquée dans les symptômes méningés, la pléocytose ou les signes d'œdème du disque optique. Afin de prévenir la récurrence de la maladie dans la période postopératoire, un traitement anti-inflammatoire est prescrit. Pour contrôler l'efficacité du traitement, effectuez une ponction vertébrale. Le traitement est effectué conjointement par un ophtalmologiste et un neurologue. La consultation d'un neurochirurgien est requise.

Pronostic et prévention

L'arachnoïdite optico-chiasmatique est déterminée par la gravité et la nature de l'évolution de la maladie. Avec une évolution facile de la maladie, le pronostic est favorable, car les troubles visuels ne sont pas très prononcés. La progression de la pathologie peut entraîner une perte permanente de la vision. Les mesures préventives spécifiques ne sont pas développées. La prophylaxie non spécifique vise à traiter rapidement les infections du cerveau et l’inflammation des sinus paranasaux. Si les symptômes se manifestent à long terme après le TBI, le patient doit être enregistré auprès d'un neurologue.

Arachnoïdite cérébrale: récupération après maladie

L'arachnoïdite est une pathologie basée sur les lésions méningées et la formation d'adhérences et de kystes entre les membranes arachnoïdiennes et molles, ainsi que sur les ventricules cérébraux, ce qui rend difficile la circulation du liquide céphalo-rachidien et irrite le cerveau. L'arachnoïdite cérébrale est une maladie rare du système nerveux. Le processus pathologique peut se développer à la suite d'une réaction auto-immune, lorsque des anticorps dirigés contre les membranes du cerveau se forment dans le corps. C'est ce qu'on appelle la vraie arachnoïdite. Dans d'autres cas, la maladie se manifeste par des effets résiduels après des neuroinfections différées, des blessures à la tête.

Types d'arachnoïdite

  • vrai
  • traumatique;
  • post-grippe;
  • toxique;
  • rhumatismale;
  • tonsilogenic.

Selon l'évolution de la maladie:

Selon la localisation du processus pathologique:

  • arachnoïdite convexitale (avec atteinte du gyrus frontal, pariétal, temporal ou central);
  • arachnoïdite basale (base du cerveau);
  • arachnoïdite de l'angle cérébro-cérébelleux
  • arachnoïdite de la fosse crânienne postérieure.

Ci-dessous, nous examinons de plus près ces types d'arachnoïdite, car la localisation des kystes et des adhérences affecte de manière significative les manifestations cliniques de la maladie.

Clinique

Les symptômes pathologiques de l'arachnoïdite peuvent être divisés en focale et cérébrale. Ces derniers sont présents chez tous les patients atteints d’arachnoïdite à divers degrés de gravité. C'est un mal de tête, des vertiges, une lourdeur dans la tête, des nausées. Faiblesse typique, diminution de la performance, troubles du sommeil, diminution de la mémoire et de l’attention. Les patients sont irritables et émotionnellement instables. Souvent, lors d’une arachnoïdite, les plexus vasculaires du cerveau sont impliqués dans le processus pathologique et une chorioépendimite se développe. Il s'agit d'un complexe symptomatique provoqué par une violation de la production, de la circulation et du débit du liquide céphalo-rachidien et qui se manifeste par une hypertension artérielle du LCR. Dans ce cas, le mal de tête est accompagné de lumière et de pharynx, a une nature arquée, est plus prononcé la nuit et le matin, augmente avec la marche et pendant la conduite. Les symptômes focaux dépendent de la localisation prédominante du processus.

Arachnoïdite convexe

Dans cette maladie, les méninges situées dans la région des hémisphères cérébraux sont atteintes. L'arachnoïdite convexe est caractérisée par la présence de crises généralisées, d'épilepsie jacksonienne, de symptômes autonomes, de syndrome asthénique.

Arachnoïdite basale

La défaite du chiasma optique chez les patients a révélé un rétrécissement du champ visuel, une réduction asymétrique de l’acuité visuelle, des troubles du mouvement des yeux (vision double, difficulté à déplacer l’œil vers le haut ou le côté, objets brouillés, etc.), des troubles du sommeil. L'arachnoïdite basale de la région interpédonculaire se manifeste par une altération de la fonction des nerfs oculomoteurs, dans certains cas d'autres nerfs crâniens. Avec une arachnoïdite avec une lésion de la citerne latérale, les patients s'inquiètent d'un mal de tête irradiant vers les globes oculaires, la région de l'oreille. Plus tard apparaissent les vertiges systémiques, les acouphènes, la perte d'audition, le nystagmus (mouvements oculaires rapides et involontaires). Dans le même temps, le nerf auditif, facial et du trijumeau est impliqué dans le processus pathologique.

Arachnoïdite de la fosse crânienne postérieure

Ce type d'arachnoïdite se caractérise par un mal de tête dans la région occipitale, des nausées, des symptômes méningés, des troubles mentaux. Dans le fundus, on détermine des disques stagnants des nerfs optiques avec des signes de leur atrophie.

Arachnoïdite angle le plus pomeranuvial

La maladie se caractérise par des maux de tête persistants et des vertiges. En marchant, le patient titube et tombe d'un côté à l'autre. Nystagmus, des troubles pyramidaux (parésie, paralysie, réflexes pathologiques) peuvent apparaître. Les nerfs crâniens sont parfois affectés (auditif, trijumeau, abducent, facial).

Avec l'arachnoïdite diffuse, le syndrome d'hypertension du liquide céphalorachidien est dominant.

Diagnostics

Identifier et confirmer l'arachnoïdite n'est pas une tâche facile. Cela prend en compte les plaintes des patients, l'historique de la maladie, les données d'un examen neurologique et un examen complémentaire. Examinons plus en détail les méthodes d’examen des patients atteints d’arachnoïdite.

  1. Pneumoencéphalographie (pour évaluer l'état des membranes et des ventricules du cerveau, ainsi que la pression du liquide céphalo-rachidien).
  2. Ponction lombaire et analyse du liquide céphalorachidien.
  3. Roentgenography du crâne (révèle les signes d'une hypertension intracrânienne existant de longue date).
  4. Imagerie par résonance calculée et magnétique (exclure les autres maladies, révéler des signes indirects d'adhésion: asymétrie des ventricules cérébraux, atrophie, hydrocéphalie, etc.).
  5. Électroencéphalographie (permet de suspecter la maladie sur la base d'un ensemble de symptômes indirects).
  6. Échoencéphalographie (aide à identifier les processus volumiques dans le tissu cérébral, à mesurer la pression intracrânienne, à évaluer le degré d'hydrocéphalie).
  7. Scintigraphie cérébrale (visualisation des structures cérébrales par injection de radio-isotopes).
  8. Examen de l'oculiste avec une ophtalmoscopie (vous permet d'identifier les changements pathologiques dans le fond d'œil).

Lors du diagnostic, le médecin doit établir un diagnostic différentiel avec une tumeur au cerveau, des lésions parasitaires du tissu cérébral, une neurosarcoïdose, les effets d’une lésion cérébrale, etc.

Traitement

Les mesures thérapeutiques visent à supprimer l'infection, à normaliser la pression intracrânienne, à améliorer la circulation sanguine et le métabolisme du tissu cérébral. Les patients sont hospitalisés dans un hôpital neurologique. Ils doivent pouvoir se reposer, être bien nourris et dormir. Pour obtenir de bons résultats, le traitement doit être long et complexe.

Les principaux médicaments utilisés pour traiter l'arachnoïdite:

  • antibiotiques (céphalosporines, macrolides);
  • antihistaminiques (tavegil, suprastine, cétirizine);
  • résorbable (lidaza, pyrogène);
  • l'iode (iodure de potassium, biiohinol);
  • les corticostéroïdes (prednisone);
  • les diurétiques (diacarbe, mannitol, furosémide);
  • anticonvulsivant (seduxen);
  • métabolique (cérébrolysine, acide glutamique);
  • sédatifs et tranquillisants.

Si, après le traitement médicamenteux, l'amélioration ne se produit pas, les symptômes focaux continuent à augmenter et la pression intracrânienne augmente, alors la chirurgie est effectuée. Il peut être utilisé pour la séparation des adhérences, l'élimination des kystes, l'amélioration de l'écoulement du liquide céphalo-rachidien, etc.

Physiothérapie

Le traitement avec des facteurs physiques complète le médicament et est prescrit pour améliorer la liquorodynamique cérébrale, la microcirculation et le métabolisme du tissu nerveux, ainsi que pour rétablir le fonctionnement normal du système nerveux.

Les principales méthodes physiques utilisées pour traiter l'arachnoïdite:

  • électrophorèse médicale de neurostimulateurs, de vasodilatateurs et de stimulants métaboliques;
  • thérapie magnétique à basse fréquence (améliore les processus métaboliques, stimule les processus neuroendocriniens);
  • thérapie UHF de faible intensité (réduit la pression intracrânienne en augmentant le débit sanguin rénal et l'effet diurétique, normalise le système nerveux);
  • traitement UHF transcérébral (augmente la circulation sanguine et lymphatique, les processus métaboliques, réduit l'inflammation);
  • bains de chlorure de sodium (ont un effet diurétique en raison de la réduction de la réabsorption des ions sodium de l'urine primaire, normalisent l'activité du système sympatho-surrénalien);
  • bains frais (augmentation du débit sanguin dans les organes et les tissus, filtration glomérulaire et diurèse);
  • aérothérapie (augmente la réactivité non spécifique du corps, améliore l'état psycho-émotionnel, active le métabolisme);
  • tallacetherapy (améliore la microcirculation, le trophisme et le métabolisme des tissus);
  • peloidotherapy (augmente le métabolisme, améliore le fonctionnement du système nerveux autonome).

Prévention

  1. Prévention des infections virales.
  2. Traitement en temps opportun des maladies infectieuses.
  3. Soins et prise en charge adéquats des patients souffrant de blessures à la tête.
  4. Diagnostic précoce et traitement rationnel des maladies inflammatoires des méninges.

Conclusion

L'arachnoïdite cérébrale est une pathologie difficile à reconnaître et à traiter. En général, le pronostic à vie est favorable. Cependant, le rétablissement complet se produit rarement. Cette pathologie conduit souvent à un handicap et parfois à une possibilité de libre-service. C'est pourquoi, si vous soupçonnez une arachnoïdite, consultez un médecin dès que possible. Cela contribuera à réduire les risques, à accélérer la récupération et à améliorer le pronostic vital et vital.

Le spécialiste de la clinique de médecin de Moscou parle de l'arachnoïdite:

Arachnoïdite

Description:

L'arachnoïdite est une inflammation de la membrane molle du cerveau ou de la moelle épinière avec une lésion primaire de la membrane arachnoïdienne.

Symptômes de l'arachnoïdite:

La maladie se développe subaiguement avec le passage à la forme chronique. Les manifestations cliniques associent des troubles cérébraux, souvent associés à une hypertension intracrânienne, moins souvent à une hypotension du LCR, et des symptômes reflétant la localisation prédominante du processus de la coque. Selon la prévalence des symptômes généraux ou locaux, les premières manifestations peuvent être différentes. Parmi les symptômes cérébraux, les maux de tête sont souvent les plus intenses tôt le matin et sont parfois accompagnés de nausées et de vomissements. Les maux de tête peuvent être locaux, aggravés par des tensions ou des mouvements inconfortables avec un soutien ferme des talons (un symptôme de saut est un mal de tête local lorsque vous sautez avec une chute non dépréciée des talons). Les autres symptômes cérébraux comprennent également les vertiges non systémiques, les pertes de mémoire, l'irritabilité, la faiblesse générale et la fatigue, les troubles du sommeil.

Causes de l'arachnoïdite:

L'arachnoïdite est une maladie polyétiologique. Les facteurs en cause sont la grippe, les rhumatismes, l'amygdalite chronique, la rhinosinusite, l'otite, les infections courantes (rougeole, scarlatine), les méningites antérieures et les lésions cérébrales traumatiques.

Traitement de l'arachnoïdite:

Il est nécessaire d'éliminer la source d'infection (otite, sinusite, etc.). Antibiotiques prescrits à des doses thérapeutiques. Des préparations désensibilisantes et antihistaminiques sont indiquées (diphenhydramine, diazoline, suprastine, tavegil, pipolfen, chlorure de calcium, histaglobuline). La thérapie pathogénétique est conçue pour le traitement à long terme avec des agents absorbants, la normalisation de la pression intracrânienne, l'amélioration de la circulation cérébrale et le métabolisme. Appliquez des stimulants biogènes (aloès, corps vitré, PhiBs) et des préparations d’iode (biiohinol, iodure de potassium). Utilisez également le lidazu sous forme d'injections sous-cutanées de 0,1 g de matière sèche, dissoutes dans 1 ml d'une solution de novocaïne à 0,5% tous les deux jours, pendant 15 injections. Les cours sont répétés dans 4–5 mois. Pyrogenal a un effet de résolution. Les premières injections intramusculaires de pyrogène débutent avec une dose de 25 MDT; dans les jours suivants, la dose est augmentée chaque jour de 50 MDT et est ajustée à 1 000 MDT; par traitement jusqu'à 30 injections. Avec la pression intracrânienne croissante, des décongestionnants et des diurétiques sont utilisés (mannitol, furosémide, diacarbe, glycérine, etc.). Lorsque les syndromes convulsifs utilisent des médicaments antiépileptiques. Mener une thérapie métabolique (acide glutamique, piracétam, aminalon, cérébrolysine). Selon le témoignage utilisé des moyens symptomatiques. L’absence d’amélioration après traitement, l’augmentation de la pression intracrânienne et des symptômes focaux, l’arachnoïdite à optochiasme avec une baisse constante de la vision sont des indications chirurgicales.

Arachnoïdite: symptômes et traitement

L'arachnoïdite est une inflammation de la muqueuse du cerveau. Pendant une maladie, les espaces qui collent à la sortie de l'alcool se collent ensemble. En conséquence, il cesse de circuler et commence à s'accumuler dans la cavité du crâne. Si rien n'est fait, cela conduit généralement à l'hydrocéphalie. Mais il ne peut être traité qu'après une arachnoïdite, car la maladie principale a été traitée.

Symptômes de l'arachnoïdite

Mal de tête Elle poursuit le patient à la fois la nuit et la nuit et avec chacun s'intensifie. Maintient constamment la pression intracrânienne. Même pendant la concentration, un mal de tête apparaît.

Épuisement nerveux. Fatigue rapide, dépression, peur, apathie et agressivité apparaissent. Il y a un trouble du sommeil.

Instabilité vasculaire végétative. L'arachnoïdite provoque une sensibilité aux conditions météorologiques variables. Il y a des vertiges, puis des évanouissements et une chute de la pression artérielle.

Sensibilité altérée. Engourdissement soudain de parties du corps, ou inversement, sensibilité accrue à la douleur.

Épilepsie symptomatique. Les symptômes incluent une perte de conscience, des convulsions et une épilepsie asymptomatique.

Symptômes diagnostiques de l'arachnoïdite

Le diagnostic de la maladie est réalisé sur la base d'un examen complet et détaillé du patient. Les principaux symptômes sont l’arachnoïdite, la gravité des symptômes neurologiques, l’étude de la vision, le fond de l’œil, les symptômes de l’hypertension intracrânienne, le niveau de pression artérielle. Les tests de laboratoire sur le sang et le liquide céphalo-rachidien sont importants.

Dans le diagnostic de l'utilisation la plus rationnelle de l'encéphalographie, de la rhéoencéphalographie, de la pneumoencéphalographie, de l'échoencéphalographie, de la craniographie et des études sur les radionucléides.

En utilisant la méthode d'angioscopie tabloïdienne, il est possible d'identifier un vasospasme, ainsi que la déplétion du réseau capillaire, l'expansion du réseau veineux, jusqu'aux veinules, l'augmentation du nombre de capillaires en fonctionnement.

Lors de l'utilisation de la tomodensitométrie dans le diagnostic de l'arachnoïdite, vous pouvez déterminer la taille du système ventriculaire et des citernes. En cas d'obstruction des chemins de la PSC, vous pouvez également en déterminer le niveau.

En présence d'un processus sur la base du cerveau, dans la zone du chiasme, un symptôme caractéristique de la maladie est une déficience visuelle progressive, voire la cécité. Au fond, on détermine le mamelon stagnant, l'atrophie du nerf optique. La caractéristique est le rétrécissement des champs visuels, les troubles oculomoteurs: ptosis, diplopie, strabisme, anosmie.

Lorsque le processus est localisé dans la fosse crânienne postérieure, l'arachnoïdite provoque des lésions des méninges dans la région de la citerne latérale ou de la grande citerne, dans la région craniospinale, avec une possible perturbation de la circulation du liquide céphalorachidien. C'est une forme commune et grave de maladie cérébrale. Les symptômes cliniques de l'arachnoïdite peuvent ressembler à ceux d'une tumeur cérébelleuse, mais une augmentation plus rapide de ces signes est caractéristique. Les symptômes cérébraux sont plus prononcés que focaux. Un symptôme caractéristique de l'arachnoïdite est le mal de tête, situé dans la région occipitale et irradiant vers les globes oculaires et la nuque. Dans le processus de développement de la maladie, il y a des épisodes de maux de tête diffus, accompagnés de nausées et de vomissements. Symptômes modérément méningés. Des troubles mentaux sont possibles: de la stupeur légère à la confusion. La manifestation des symptômes focaux dépend du processus de localisation. Les symptômes cérébelleux de l'arachnoïdite, la défaite des paires de nerfs crâniens V, VI, VII et VIII, l'addition d'une insuffisance pyramidale sont possibles. Les modifications du fond d'œil sont une manifestation de l'hypertension intracrânienne. La sévérité de la déficience visuelle dépend de la durée de la maladie et du degré de définition de l'hypertension intracrânienne.

Peut-être l'apparition précoce de mamelons congestifs.

Lorsque le processus se propage autour du ver et des hémisphères, des troubles statiques flous, des lésions des nerfs crâniens sont constatés.

Lorsque le processus est localisé dans la région de l'angle mosto-cérébelleux, des symptômes cérébraux focaux et légers sont caractéristiques. Il y a une défaite de la paire de nerfs crâniens VIII (cliniquement: acouphènes, vertiges, ataxie, perte auditive, nystagmus). Possibilité de défaite VII et VI paires de nerfs crâniens. Avec la défaite de la paire de V est caractérisée par une diminution, peut-être même la disparition de la sensibilité et la fonction motrice de ce nerf. Il est cliniquement noté que l'arachnoïdite provoque une diminution du réflexe cornéen sur le côté de la lésion, une modification de la sensibilité de la peau du visage, de la muqueuse buccale. Les attaques de la névralgie du trijumeau sont possibles. Les perturbations cérébelleuses sont caractérisées par une partialité. Une manifestation du symptôme pyramidal est l'asymétrie du tendon, l'apparition de réflexes pathologiques.

Dans le liquide céphalo-rachidien, on détermine la dissociation protéines-cellules. Le ventriculogramme est caractérisé par une dilatation des ventricules.

Symptômes différentiels de l'arachnoïdite

Lors du diagnostic différentiel d'une maladie tumorale, les symptômes distinctifs de la maladie d'arachnoïdite sont les suivants:

la durée du processus sans augmentation prononcée des troubles de la conduction;

phénomènes d'irritation radiculaire lointaine à une distance considérable du segment affecté;

changements moins prononcés dans le liquide céphalorachidien par rapport aux processus tumoraux.

Symptômes de l'arachnoïdite de différents stades

Il y a trois stades de la maladie:

La phase aiguë se manifeste par une névrite aiguë des nerfs optiques, caractérisée par une hyperémie et un œdème prononcés des disques, une forte expansion et une tortuosité des veines, ainsi que par des signes hémorragiques.

phase subaiguë au cours de laquelle les phénomènes d’œdème, d’hyperémie et de manifestations hémorragiques sont moins bien exprimés, mais une dilatation et une tortuosité plus prononcées des veines apparaissent;

stade chronique auquel il est possible de déterminer un degré différent de blanchiment des disques du nerf optique.

Les symptômes de l'arachnoïdite différents types

Nous vous suggérons de vous familiariser avec les symptômes de la maladie en fonction de son type.

Arachnoïdite cérébrale. Localisé dans les lobes frontaux, à la base du cerveau. Dans le cours chronique, il y a une violation de la circulation normale du LCR, l'hydrocéphalie interne se produit.

Arachnoïdite traumatique. Le processus est localisé dans la zone transversale du réservoir arrière. Les modifications cicatricielles dans cette région entraînent une hydrocéphalie.

Arachnoïdite spinale. Localisé dans la moelle épinière.

La prévalence de l'arachnoïdite dans la population est caractéristique. Plus souvent enregistré chez les femmes.

Les signes communs de toute arachnoïdite sont:

  • la survenue d'une arachnoïdite 10 à 12 jours après une maladie infectieuse;
  • présence de maux de tête avec sensation de plénitude et de pression sur les yeux;
  • troubles du sommeil;
  • diminution de la capacité de travail;
  • vision floue;
  • la présence du syndrome asthéno-névrotique,
  • l'hypocondrie.

Symptômes de type arachnoïdite convexital

Les caractéristiques des manifestations cliniques de la maladie sont déterminées par le processus de localisation.

Avec le développement de l'arachnoïdite convexitale, la principale manifestation clinique est une altération fonctionnelle de la couche corticale dans la région des lobes frontaux, pariétaux et temporaux. La région du gyri central est également impliquée dans le processus.

Les symptômes les plus caractéristiques de l'arachnoïdite sont:

mal de tête persistant ou paroxystique,

nausée ou vomissement.

En outre, il peut y avoir une sensibilité accrue aux conditions météorologiques, divers troubles du sommeil, une pression artérielle instable. Les zones les plus caractéristiques des maux de tête sont les zones frontale, pariétale ou occipitale. Dans les zones de douleur maximale, la douleur est toujours notée lors de la percussion de la tête. Des symptômes focaux ont été notés: anisoreflexia, réflexes anormaux, réflexes abdominaux diminués, parésie centrale des paires de nerfs crâniens VI, XII, douleur des points de sortie du nerf trijumeau. L'arachnoïdite du fundus provoque des veines rétiniennes, pâleur des disques du nerf optique. Caractérisé par des crises d'épilepsie locales ou générales.

Symptômes de type basal d'arachnoïdite

L'arachnoïdite basale est divisée en:

  • arachnoïdite optique-chiasmatique de la fosse crânienne postérieure
  • et pont vers le coin cérébelleux.

Avec l'arachnoïdite optique-chiasmatique, le processus est localisé dans la zone du chiasme optique, avec adhérences ou kystes. En premier lieu, le développement de cette pathologie commence à diminuer l'acuité visuelle et les champs visuels d'un ou des deux yeux changent. À la première étape, le champ de vision commence à se rétrécir en vert et en rouge. Dans le contexte du processus de réduction de la vision en cours, les patients commencent à se plaindre de maux de tête, les fonctions des nerfs oculomoteurs se modifient. En outre, les violations de la régulation végétative, qui se manifestent cliniquement sous la forme de troubles du sommeil, de troubles du métabolisme hydroélectrolytique ou glucidique, sont identifiées. Lors du diagnostic d'arachnoïdite, l'oculiste du fond de l'œil peut remarquer une atrophie du nerf optique ou même une congestion de la papille du nerf optique.

Les symptômes de l'arachnoïdite diffuse de type cérébral

Arachnoïdite cérébrale diffuse possible. Cliniquement caractérisé par l’absence de symptômes pathognomoniques clairs. Les phénomènes cérébraux associés à la perturbation de la dynamique de la liqueur sur le fond des modifications de la fonction de drainage de la membrane arachnoïdienne sont déterminés. La symptomatologie cérébrale se manifeste cliniquement de la même manière que dans l'arachnoïdite convexitale. Parfois, il peut y avoir des signes de dommages aux nerfs crâniens individuels, ainsi que des symptômes pyramidaux.

Avec une arachnoïdite cérébrale diffuse et des méthodes d'investigation instrumentales, des dilatations ventriculaires irrégulières peuvent être détectées. En même temps, divers syndromes peuvent prévaloir:

et corticale, processus localisé.

Symptômes de l'arachnoïdite spinale

Lorsque l’arachnoïdite spinale est caractérisée par une lésion de la colonne vertébrale lombo-sacrée et thoracique. Il existe trois types d’arachnoïdite spinale.

  • adhésif,
  • kystique
  • adhésif et kystique.

Le processus inflammatoire peut être diffus et limité, à foyer unique et diffus.

Pour colonne vertébrale diffuse L'arachnoïdite se caractérise par diverses manifestations du tableau clinique, consistant en des symptômes de lésions de la moelle épinière, de ses membranes et de ses racines à différents niveaux. Il peut y avoir des troubles sensoriels, moteurs et pelviens, qui peuvent augmenter en fonction de l'évolution de la maladie. Le syndrome méningé est dans ce cas un symptôme de Kernig et le symptôme inférieur de Brudzinsky. La maladie survient souvent au niveau de la température corporelle normale ou sous-fébrile. Il n'y a pas de changement dans le sang pendant l'arachnoïdite. Parfois, une augmentation modérée du nombre de leucocytes est possible. La dissociation protéine-cellule dans le liquide céphalorachidien est notée, la quantité de protéine est augmentée de manière brutale.

Pour colonne vertébrale adhésive limitée L'arachnoïdite est la manifestation clinique la plus caractéristique de la maladie racinaire. Elle crée un tableau clinique de la radiculite et se manifeste par une caudite, une sciatique, une névralgie intercostale. Évolution possible à long terme de la maladie.

Arachnoïdite spinale kystique ressemble cliniquement à une tumeur de la moelle épinière. Caractérisé par une douleur radiculaire et une parasthésie, un dysfonctionnement des organes pelviens, l'apparition de troubles de la conduction du mouvement et de la sensibilité. Syndrome rachidien de compression formé progressivement, se manifestant:

augmentation de la pression dans la liqueur,

Traitement de l'arachnoïdite

Le traitement de l'arachnoïdite peut être conservateur et chirurgical. Le traitement de l'arachnoïdite est déterminé par la forme clinique de la maladie. Arachnoïdite de la fosse crânienne postérieure et de la moelle épinière, la surface convexe des hémisphères du cerveau, la région opto-chiasmatique, les kystes sont traités chirurgicalement. Le shunt est utilisé pour l'hydrocéphalie. dans d'autres cas, un traitement médical de l'arachnoïdite est utilisé.

Traitement médicamenteux de l'arachnoïdite

Le traitement de l'arachnoïdite prend beaucoup de temps et se fait par cours. En thérapie, déshydratation, anti-inflammatoire, résorbable, hyposensibilisant sont utilisés. Si la période aiguë d’arachnoïdite a commencé, les médecins prescrivent des médicaments antibactériens. Plus en détail les étapes du traitement médical de l'arachnoïdite sont décrites ci-dessous.

traitement de l'arachnoïdite par antibactérien, en tenant compte de la genèse infectieuse de l'arachnoïdite (les médicaments qui traversent la barrière hémato-encéphalique sont recommandés: préparations de céphalosporines de 3ème génération, pénicillines semi-synthétiques, Kanamycine). Les antibiotiques sont administrés non seulement de la manière habituelle, mais également de manière endolymphatique dans la région des ganglions lymphatiques cervicaux postérieurs, une perfusion intracarotide est possible. Traitement efficace de l'arachnoïdite par injections intramusculaires de Biohinol ou de Gumizol;

dans les processus inflammatoires aigus (en particulier dans le contexte de la grippe), les corticostéroïdes sont recommandés pour le traitement de l’arachnoïdite avec des cures courtes et un traitement de désensibilisation. Les médicaments les plus couramment utilisés tels que Prednisolone 3-10 mg / kg / jour, Dexaméthasone 1-2 mg / kg jour. Vous pouvez utiliser l’histoglobine, qui, avec l’effet désensibilisant anti-œdème, a également un effet tonique et est efficace dans la nature allergique et allergique-infectieuse de la maladie;

avec l'hypertension intracrânienne dans le traitement de l'arachnoïdite recommande l'introduction d'une solution à 25% de sulfate de magnésium, agents déshydratants: Lasix, Triampur, Brinaldix, Veroshpiron, Hypothiazide, Diacarb. Les médicaments diurétiques pour le traitement de l'arachnoïdite sont pris en compte, en tenant compte des contre-indications et des effets secondaires des médicaments;

dans le traitement de l'arachnoïdite est utilisé l'administration intraveineuse d'iodure de potassium, l'ingestion d'iode;

souffler de l'air dans l'espace sous-arachnoïdien est utilisé pour rompre les adhérences et améliorer la circulation du liquide céphalo-rachidien;

le traitement antiépileptique est utilisé pour les crises d'épilepsie;

dans le traitement de l'arachnoïdite, l'utilisation de vasodilatateurs qui améliorent le flux sanguin cérébral est efficace: Cavinton, Vinpocetine, Cerebrolysin, Pentoxifylline, Trentala, Curantilla;

utilisation recommandée de médicaments ayant des effets nootropes;

recommandé pour le traitement de l'arachnoïdite afin d'améliorer le métabolisme, les processus de régénération et la stimulation de mécanismes compensatoires-adaptatifs: administration intraveineuse de glucose avec acide ascorbique, vitamines du groupe B, Cocarboxylase, extraits d'aloès, PhiBS, Cérébrolysine, Encephabol, Aminalon;

avec les formes fibreuses d'arachnoïdite, Lidasa, Phibs, Pyrogenal, Encephabol, Cerebrolysin sont utilisés pour la résorption des modifications cicatricielles dans les membranes du cerveau;

l'utilisation d'antioxydants est recommandée;

La liste peut être complétée par les noms de médicaments, mais ici le médecin choisit individuellement un traitement pour l’arachnoïdite pour chacun des patients.

Traitement complémentaire de l'arachnoïdite

De plus dans le traitement de la maladie:

la ponction lombaire est utilisée pour soulager le bien-être et la condition physique;

des cours de psychothérapie sont recommandés; la réhabilitation;

Le traitement chirurgical de l'arachnoïdite consiste à séparer les adhérences élargies, à éliminer les cicatrices et les kystes, ce qui augmente la pression exercée sur le produit et peut entraîner une perturbation de la circulation du liquide céphalo-rachidien.

Causes de l'arachnoïdite

Une arachnoïdite peut survenir dans les cas suivants:

Infection virale chronique. Il s’agit des virus de l’herpès 1, 2 et 6, du virus d’Epstein-Barr, du cytomégalovirus et du virus de la varicelle la plus courante. Du fait que les virus sont maintenant actifs, l’immunité est considérablement réduite et le traitement complet de l’arachnoïdite n’est possible qu’après rétablissement complet de l’immunité. Par conséquent, il convient tout d’abord de porter une attention particulière à l’amélioration de l’immunité dans le corps.

Inflammation de la gorge, du nez et des oreilles, inflammation des amygdales.

Blessure à la tête Si vous tardez, il vous suffira d'utiliser des médicaments résorbables. Longidase et Caripazim sont considérés comme de bons médicaments pour le traitement de l'arachnoïdite.

Comment se développe l'arachnoïdite?

L'arachnoïde est situé au-dessus des convolutions. Il sépare les espaces sous-dural et sous-arachnoïdien. Il n'y a pas de vaisseaux sanguins dans la membrane arachnoïdienne. Il se compose de cellules endothéliales, de structures de collagène, de villosités arachnoïdiennes et de granulations de pachyon. Ces structures effectuent la fixation dans la cavité crânienne, sortie du LCR de l'espace sous-arachnoïdien. La membrane arachnoïdienne est caractérisée par une perméabilité importante.

L'espace sous-arachnoïdien représente le fossé entre l'arachnoïde et la choroïde. Il contient des canaux contenant des liqueurs et des cellules qui font circuler la liqueur. La production de boisson alcoolisée se produit dans le plexus choroïde des ventricules et le LCR circule dans les ventricules, les citernes, les canaux contenant des boissons alcoolisées et les cellules sous-arachnoïdiennes. L'écoulement du liquide céphalorachidien se produit à travers la membrane arachnoïdienne, des granulations de paquion dans le système circulatoire de la dure-mère et du cerveau.

Le système de la circulation du liquide céphalo-rachidien et de la circulation sanguine sont interdépendants, ce qui est important dans la propagation de l’arachnoïdite. L'arachnoïde ne souffre jamais de manière isolée, car il ne possède pas son propre appareil vasculaire. Le développement de l'arachnoïdite se déplace vers l'arachnoïde à partir de la surface interne de la coque dure. Le processus peut impliquer la pie-mère. L'infection par l'arachnoïdite pénètre dans l'espace arachnoïdien de la même manière que l'abcès cérébral.

Une inflammation aseptique est également possible, ce qui peut ne pas être causé par des dommages microbiens (avec une lésion cérébrale fermée). Le cerveau est normalement entouré de liquide céphalo-rachidien. Lorsque le processus inflammatoire se développe, il se produit une violation de la circulation du liquide céphalo-rachidien, ce qui rend difficile son écoulement de la tête vers la moelle épinière, alors que les nerfs crâniens sont impliqués dans le processus inflammatoire.

Prévention de la maladie, l'arachnoïdite est le moment de guérir et non de déclencher la maladie, en provoquant une arachnoïdite, telle que l'otite, la sinusite, etc.

Arachnoïdite

L'arachnoïdite est une inflammation séreuse (non purulente) de l'arachnoïde de la moelle épinière ou du cerveau.

La membrane arachnoïdienne est une fine membrane de tissu conjonctif située entre le solide externe et la pie-mère interne. Un liquide céphalo-rachidien se trouve entre l’arachnoïde et les coquilles molles de l’espace sous-arachnoïdien (sous-arachnoïdien) - le liquide céphalo-rachidien, qui maintient la constance de l’environnement interne du cerveau, le protège des lésions et assure le déroulement physiologique des processus métaboliques.

Avec l'arachnoïdite, l'arachnoïde grossit, perd de la transparence, acquiert une couleur gris blanchâtre. Entre celle-ci et la coquille molle, des adhérences et des kystes violant le mouvement du LCR dans l’espace sous-arachnoïdien se forment. La limitation de la circulation du liquide céphalo-rachidien entraîne une augmentation de la pression intracrânienne, un déplacement et une augmentation des ventricules cérébraux.

L'arachnoïde n'a pas ses propres vaisseaux sanguins, donc son inflammation isolée n'est pas formellement possible. processus inflammatoire - une conséquence de la transition de la pathologie des coquilles adjacentes. À cet égard, la légitimité de l'utilisation du terme "arachnoïdite" en médecine pratique a récemment été remise en question: certains auteurs suggèrent de considérer l'arachnoïdite comme un type de méningite séreuse.

Synonyme: leptoméningite, méningopathie adhésive.

Causes et facteurs de risque

L'arachnoïdite est une maladie poliomyélitique pouvant apparaître sous l'influence de divers facteurs.

Le rôle principal dans le développement de l'arachnoïdite est attribué aux réactions auto-immunes (autoallergiques) aux cellules piales, aux plexus vasculaires et au tissu tapissant les ventricules du cerveau, survenant indépendamment ou à la suite de processus inflammatoires.

Le plus souvent, l'arachnoïdite se développe à la suite des maladies suivantes:

  • infections aiguës (grippe, rougeole, scarlatine, etc.);
  • rhumatisme;
  • amygdalite (inflammation des amygdales);
  • inflammation des sinus paranasaux (antrite, sinusite, ethmoïdite);
  • inflammation de l'oreille moyenne;
  • inflammation des tissus ou des membranes du cerveau (méningite, encéphalite).
  • traumatisme (arachnoïdite post-traumatique);
  • intoxication chronique (alcool, sels de métaux lourds);
  • risques professionnels;
  • processus inflammatoires chroniques des voies respiratoires supérieures;
  • travail physique pénible dans des conditions climatiques défavorables.

Avec une crise d'arachnoïdite progressive, des crises d'épilepsie, une déficience visuelle progressive, les patients sont reconnus handicapés par les groupes I à III, en fonction de la gravité de la maladie.

La maladie se développe généralement à un jeune âge (jusqu'à 40 ans), plus souvent chez les enfants et les personnes exposées à des facteurs de risque. Les hommes tombent deux fois plus malades que les femmes. Il n’est pas possible de déterminer la cause de la maladie chez 10-15% des patients.

Formes de la maladie

Selon le facteur causal, l'arachnoïdite est:

  • vrai (auto-immune);
  • résiduelle (secondaire), résultant d'une complication d'anciennes maladies.

Sur l'implication du système nerveux central:

  • cérébral (cerveau impliqué);
  • la colonne vertébrale (la moelle épinière impliqué).

Par localisation prédominante du processus inflammatoire dans le cerveau:

  • convexital (sur la surface convexe des hémisphères du cerveau);
  • basilaire ou basal (optique-chiasmatique ou interpédonculaire);
  • fosse crânienne postérieure (la plupart de l'angle cérébelleux ou une grande citerne).

Par la nature du flux:

La prévalence de l'arachnoïdite peut être répandue et limitée.

Pour les caractéristiques pathologiques:

Les symptômes

L'arachnoïdite survient généralement de manière subaiguë avec le passage à la forme chronique.

Les manifestations de la maladie se forment à partir de symptômes cérébraux et locaux, présentés dans des ratios différents, en fonction de la localisation du processus inflammatoire.

Les symptômes cérébraux sont les phénomènes d'hypertension intracrânienne et d'inflammation de la paroi interne des ventricules cérébraux:

  • céphalées, souvent le matin, douleurs lors du mouvement des yeux, effort physique, toux, peuvent être accompagnées de nausées;
  • épisodes de vertige;
  • bruit, bourdonnements dans les oreilles;
  • intolérance à l'exposition à des stimuli excessifs (lumière intense, sons forts);
  • Météosensibilité.

Les crises liquorodynamiques (perturbations aiguës de la circulation du liquide céphalo-rachidien) sont caractéristiques de l'arachnoïdite et se manifestent par une augmentation des symptômes cérébraux. Selon la fréquence, il existe des crises rares (une fois par mois ou moins), une fréquence moyenne (2 à 4 fois par mois), fréquentes (chaque semaine, parfois plusieurs fois par semaine). En gravité, les crises liquorodynamiques vont de légères à sévères.

Les manifestations locales de l'arachnoïdite sont spécifiques à la localisation spécifique du processus pathologique.

Avec l'arachnoïdite, la membrane arachnoïdienne du cerveau s'épaissit, perd de sa transparence, acquiert une couleur gris blanchâtre.

Symptômes focaux de l'inflammation de la convexite:

  • tremblement et tension dans les membres;
  • changement de démarche;
  • limitation de la mobilité dans un seul membre ou la moitié du corps;
  • sensibilité réduite;
  • crises d'épilepsie et de jacksonian.

Symptômes locaux de l'arachnoïdite basilaire (l'arachnoïdite optique-chiasmatique la plus courante):

  • apparition d'images étrangères devant les yeux;
  • diminution progressive de l'acuité visuelle (le plus souvent - bilatérale, d'une durée maximale de six mois);
  • perte concentrique (plus rarement - bitemporale) des champs visuels;
  • scotomes centraux simples ou bilatéraux.

Symptômes locaux de lésions de l'arachnoïde dans la fosse crânienne postérieure:

  • instabilité et démarche instable;
  • l'incapacité à produire des mouvements synchrones combinés;
  • perte de capacité à effectuer rapidement des mouvements opposés (flexion et extension, rotation vers l'intérieur et l'extérieur);
  • instabilité dans la position de Romberg;
  • globes oculaires tremblants;
  • violation du test d'empreinte digitale;
  • parésie des nerfs crâniens (le plus souvent - ravisseur, facial, auditif et glossopharyngé).

Outre les symptômes spécifiques de la maladie, les manifestations du syndrome asthénique sont d’une gravité significative:

  • faiblesse générale non motivée;
  • violation du mode «veille - sommeil» (somnolence pendant le jour et insomnie pendant la nuit);
  • troubles de la mémoire, diminution de la concentration;
  • diminution de la capacité de travail;
  • fatigue accrue;
  • labilité émotionnelle.

Diagnostics

L'inflammation de la membrane arachnoïdienne du cerveau est diagnostiquée en comparant le tableau clinique de la maladie et les données d'études complémentaires:

  • une radiographie de synthèse du crâne (signes d'hypertension intracrânienne);
  • électroencéphalographie (changement d'indicateurs bioélectriques);
  • études sur le liquide céphalo-rachidien (nombre de lymphocytes légèrement augmenté, parfois petite dissociation protéines-cellules, fuite de liquide sous pression élevée);
  • tomographie (résonance calculée ou magnétique) du cerveau (expansion de l'espace sous-arachnoïdien, des ventricules et des citernes du cerveau, parfois des kystes dans l'espace intrathécal, des adhérences et des processus atrophiques en l'absence de changements focaux dans la substance du cerveau).

L'arachnoïdite se développe généralement à un jeune âge (jusqu'à 40 ans), plus souvent chez les enfants et les personnes exposées à des facteurs de risque. Les hommes tombent deux fois plus malades que les femmes.

Traitement

Le traitement combiné de l’arachnoïdite comprend:

  • agents antibactériens pour éliminer l'origine de l'infection (otite, amygdalite, sinusite, etc.);
  • désensibilisant et antihistaminiques;
  • absorbables;
  • médicaments nootropes;
  • métabolites;
  • agents réduisant la pression intracrânienne (diurétiques);
  • médicaments anticonvulsivants (si nécessaire);
  • traitement symptomatique (si indiqué).

Complications possibles et conséquences

L'arachnoïdite peut avoir les terribles complications suivantes:

  • hydrocéphalie persistante;
  • détérioration progressive de la vision, jusqu'à une perte complète;
  • crises d'épilepsie;
  • paralysie, parésie;
  • troubles cérébelleux.

La limitation de la circulation du liquide céphalo-rachidien par une arachnoïdite entraîne une augmentation de la pression intracrânienne, un déplacement et une augmentation des ventricules cérébraux.

Prévisions

Le pronostic à vie est généralement favorable.

Le pronostic pour le travail est défavorable pour une crise progressive, crises d'épilepsie, déficience visuelle progressive. Les patients sont reconnus handicapés par les groupes I - III, en fonction de la gravité de la maladie.

Les patients atteints d’arachnoïdite sont contre-indiqués dans des conditions météorologiques défavorables, dans des environnements bruyants, au contact de substances toxiques et dans des conditions de pression atmosphérique altérée, ainsi que pendant le travail associé à des vibrations constantes et à des changements de la position de la tête.

Prévention

Afin d'éviter ce qui suit:

  • la réhabilitation rapide des foyers d'infection chronique (dents carieuses, sinusite chronique, amygdalite, etc.);
  • suivi complet des maladies infectieuses et inflammatoires;
  • contrôle de l'état fonctionnel des structures cérébrales après une lésion cérébrale traumatique.

Vidéos YouTube liées à l'article:

Education: supérieur, 2004 (GOU VPO "Université médicale de Kursk"), spécialité "Médecine générale", qualification "Docteur". 2008-2012 - Étudiant de troisième cycle du département de pharmacologie clinique de l'établissement d'enseignement budgétaire supérieur d'enseignement professionnel "KSMU", candidat des sciences médicales (2013, spécialité "Pharmacologie, pharmacologie clinique"). 2014-2015 - recyclage professionnel, spécialité "Management in education", FSBEI HPE "KSU".

L'information est généralisée et est fournie à titre informatif seulement. Aux premiers signes de la maladie, consultez un médecin. L'auto-traitement est dangereux pour la santé!

L'espérance de vie moyenne des gauchers est inférieure à celle des droitiers.

Selon une étude de l'OMS, une conversation quotidienne d'une demi-heure sur un téléphone mobile augmente de 40% la probabilité de développer une tumeur au cerveau.

Un travail qui ne plaît pas à la personne est beaucoup plus préjudiciable à sa psyché que le manque de travail du tout.

Tout le monde a non seulement des empreintes digitales uniques, mais aussi un langage.

Au cours de la vie, une personne moyenne produit jusqu'à deux grandes piscines de salive.

En plus des personnes, une seule créature vivante sur la planète Terre - des chiens - souffre de prostatite. C'est vraiment nos amis les plus fidèles.

Les personnes qui ont l'habitude de prendre leur petit-déjeuner régulièrement risquent beaucoup moins d'être obèses.

L'estomac d'une personne supporte bien les objets étrangers et sans intervention médicale. On sait que le suc gastrique peut même dissoudre des pièces de monnaie.

Le sang humain "traverse" les navires sous une pression énorme et, en violation de leur intégrité, est capable de tirer à une distance maximale de 10 mètres.

Le médicament bien connu "Viagra" a été développé à l'origine pour le traitement de l'hypertension artérielle.

Pendant le fonctionnement, notre cerveau dépense une quantité d'énergie égale à une ampoule de 10 watts. Ainsi, l'image d'une ampoule au-dessus de la tête au moment de l'émergence d'une pensée intéressante n'est pas si éloignée de la vérité.

Une personne instruite est moins susceptible aux maladies du cerveau. L'activité intellectuelle contribue à la formation de tissu supplémentaire qui compense la maladie.

La température corporelle la plus élevée a été enregistrée chez Willie Jones (États-Unis), qui a été hospitalisé à une température de 46,5 ° C.

Selon les statistiques, le lundi, le risque de blessure au dos augmente de 25% et le risque de crise cardiaque - de 33%. Sois prudent.

Auparavant, le bâillement enrichissait le corps en oxygène. Cependant, cette opinion a été réfutée. Les scientifiques ont prouvé qu'avec un bâillement, une personne refroidit le cerveau et améliore ses performances.

Salvisar est un médicament russe sans ordonnance pour diverses maladies du système musculo-squelettique. Il est montré à tous ceux qui s'entraînent activement et à partir de.