Arachnoïdite

La migraine

Le cerveau et la moelle épinière de chaque personne sont recouverts de trois membranes: solide, arachnoïdienne (arachnoïde) et molle. Très souvent, la défaite d'une coquille entraîne le transfert de bactéries vers d'autres coquilles.

Comme pour toute pathologie, elle affecte l'activité globale du système, ainsi que le bien-être humain. Les maux de tête sont l’un des signes de l’arachnoïdite. Tout sur l'inflammation de la membrane arachnoïdienne du cerveau sera discuté sur vospalenia.ru.

Qu'est ce que c'est

Qu'est ce que c'est L'arachnoïdite est appelée inflammation de la membrane arachnoïdienne du cerveau, moins souvent de la moelle épinière. L'espace liqueur est situé sous la membrane arachnoïdienne. Avec l'arachnoïdite, il se forme des adhérences et des kystes (adhérence de trois membranes dues à l'épaississement et au compactage, perte d'élasticité de la personne atteinte) qui bloquent la circulation naturelle du fluide, ce qui le stagne, l'accumule et provoque une pression intracrânienne. En médecine, ce phénomène est appelé "kyste arachnoïdien".

Puisque la membrane arachnoïdienne fait partie intégrante des autres, l’infection est souvent transmise entre les trois membranes du cerveau. Ceci s'appelle la leptoméningite.

Les formes de flux sont divisées en:

Par espèce divisée en:

  • Cérébrale - inflammation de la membrane sur une surface convexe, une fosse crânienne postérieure ou à la base du cerveau. Ce syndrome est accompagné de maux de tête, aggravés par une surchauffe, une activité physique ou mentale, une hypothermie;
  • Convexital - se caractérise par des crises convulsives et une perte de conscience. Divisé en:
  1. Frontale;
  2. Pariétal;
  3. Temporel;
  4. Centralement tordu.
  • Basal est divisé en:
  1. Optique-chiasmique (infectieux) - survient à la suite d'une infection de la région cérébrale chiasmatique ou à la suite de lésions traumatiques. Des kystes et des adhérences se forment, dans la névrite du fundus ou la stagnation est possible. Cela conduit à une perte de vision.
  2. La fosse crânienne postérieure est la localisation de l'inflammation dans le pont qui mène au coin cérébelleux. Il y a des douleurs dans la tête, des vomissements, des nausées, des vertiges. On dirait une tumeur.
  3. Angine cérébrale cérébrale (citerne transversale) - l'ouïe est réduite unilatéralement, le nerf facial est atteint, des troubles cérébelleux apparaissent.
  4. Interpeduncular - Les informations sensibles et motrices sont perturbées.
    • Spinal - dommages à la membrane dans la moelle épinière après une blessure. Il manifeste des symptômes après des mois et des années: douleur, faiblesse des bras et des jambes. Chez les enfants c'est rare. Situé dans:
  1. le cou;
  2. la poitrine;
  3. lombaire;
  4. niveaux sacrés.
    • Adhésif (purulent) - inflammation purulente qui forme des adhérences et provoque des maux de tête.
    • Cystique (chronique) - inflammation avec l'apparition de cavités, caractérisée par une douleur à la tête;
    • Kystique-adhésif - le collage et la formation de kystes, à certains endroits, la coquille se colle au cerveau, ce qui conduit à des convulsions.

    Sur la localisation de la maladie émettent:

    1. Arachnoïdite limitée;
    2. Arachnoïdite commune.
    monter

    Raisons

    Les causes de l'arachnoïdite de la membrane muqueuse du cerveau sont:

    1. Vaincre les infections;
    2. L'intoxication;
    3. Ecchymoses et tremblements traumatiques;
    4. Inflammation de la gorge, du nez ou des oreilles;
    5. Les substances d'intoxication les plus fortes: alcool, poisons, arsenic, plomb, etc.
    6. Blessures à la colonne vertébrale.
    monter

    Symptômes et signes

    Il existe des symptômes courants d'arachnoïdite de la membrane muqueuse du cerveau. Quels sont ces signes?

    • Il se manifeste une semaine et demie après l’infection;
    • Maux de tête qui se produisent le matin ou la nuit;
    • Vision floue;
    • Lourdeur dans la tête;
    • Perturbation du sommeil;
    • Dégradation de la performance
    • Épuisement nerveux: apathie, peur, dépression, fatigue, anxiété, agressivité;
    • Troubles végéto-vasculaires: sensibilité aux changements météorologiques, altitude, faim, température; étourdissements, chute de pression artérielle, évanouissement, sensation de froid ou de chaleur;
    • Changement de sensibilité: douleur, tactile, inconfort lié à la température, engourdissement;
    • Troubles métaboliques;
    • Arrêt de conscience à court terme;
    • Crampes dans diverses parties du corps et convulsions;
    • Squint, altération de la coordination des globes oculaires.

    Dans la forme cérébrale, le symptôme principal est un mal de tête de nature générale, moins souvent locale.

    Dans la forme convexitale, des déficiences sensorielles et motrices se produisent. Il y a des crises convulsives.

    Dans le cas de la forme optico-chiasmatique, le processus commence par une diminution de la vision et de la pression intracrânienne.

    Avec la défaite de la fosse crânienne postérieure, il y a des bruits dans les oreilles, des chanceux et des vertiges, après quoi une perte auditive se joint.

    Lorsque la forme de la colonne vertébrale de la douleur dans le dos et les membres.

    Avec la maladie adhésive kystique, il y a des convulsions.

    Avoir un enfant

    L'arachnoïdite chez l'enfant se manifeste par l'apparition de maux de tête, de somnolence, de léthargie, de déficience visuelle et de convulsions. Souvent observé après des blessures et des situations traumatiques. Moins fréquemment est la cause de diverses pathologies du cerveau ou de la moelle épinière.

    Chez les adultes

    L'inflammation de la membrane arachnoïdienne du cerveau survient souvent chez les personnes de moins de 40 ans. Les principales causes sont 60% de grippe, rhinosinusite, otite moyenne, 30% de blessures à la tête, amygdalite chronique.

    Chez les hommes et les femmes, l'arachnoïdite est souvent due à un surmenage physique et mental. Si le crâne n'est pas endommagé par des contusions traumatiques, il ne provoque pas de maux de tête. Parfois, le manque de sommeil et le surmenage à l'âge adulte deviennent les causes des premiers signes de pression intracrânienne, mais sans formation d'adhérences ni de kystes.

    Diagnostics

    Le diagnostic de l'arachnoïdite commence par une enquête et une conversation, associées à un examen général du patient. Il est nécessaire de comprendre les raisons qui ont conduit à la maladie et elles se situent souvent dans le mode de vie d'une personne. Ainsi, l’anamnèse est collectée (style de vie, habitudes, conditions de travail et de vie, etc.) et les plaintes (quels symptômes spécifiques dérangent, quand et combien de fois se produisent, pour quelles raisons, etc.). Après un examen général, le médecin effectue un examen instrumental pour clarifier le diagnostic:

    • IRM du cerveau, dans laquelle sont visibles les kystes, les adhérences et le gonflement des zones parotides;
    • Prise de sang et alcool afin de déterminer le caractère infectieux de la maladie;
    • Examen neurologique de la sensibilité, de la coordination, de la réflexion, etc.
    • Électroencéphalographie à l'examen du cerveau;
    • Examen des vaisseaux cérébraux.
    monter

    Traitement

    L'étape la plus importante dans le traitement de l'arachnoïdite ne se limite pas aux manipulations médicales et à la prise de pilules, qui doivent comporter une approche intégrée, lorsque le patient contribue lui-même à améliorer son état de santé.

    Les médicaments pour le traitement de l'inflammation de la membrane muqueuse du cerveau:

    1. Les antibiotiques dans l'identification de la nature infectieuse de la maladie. L'essentiel - éliminer la source de la maladie, puis éliminer les symptômes;
    2. Vitamines pour renforcer le système immunitaire, qui doit faire face à de telles maladies;
    3. Karipain et Longidaz pour réduire la pression intracrânienne;
    4. Nootropes pour améliorer l'approvisionnement en oxygène des cellules;
    5. Les antidépresseurs pour améliorer l'humeur, augmenter l'activité et la performance, ramener la pensée sobre et positive;
    6. Antioxydants pour la résistance des cellules à la pression intracrânienne;
    7. Médicaments anticonvulsivants;
    8. Antihistaminiques et désensibilisants: histaglobuline, diphénhydramine, suprastine, diazoline, chlorure de calcium, tavegil, pipolfen;
    9. Médicaments diurétiques pour éliminer la pression intracrânienne;
    10. Glucocorticoïdes.
    monter

    Comment traite-t-on autrement l'arachnoïdite?

      • Psychothérapie, massage et gymnastique médicale dans le but d'éliminer l'épuisement nerveux;
      • Thérapie d’état général, dans laquelle la pression, le métabolisme, la circulation sanguine se normalise, les adhérences et les kystes se dissolvent.

    Remèdes populaires dans le traitement de l'inflammation de la membrane muqueuse du cerveau:

    • Il est bon d'utiliser des bouillons et des infusions de tussilage, d'arnica et de devyasila;
    • Vous pouvez utiliser des huiles essentielles pour améliorer l'immunité et rétablir la santé globale;
    • Dirigez le calendrier lunaire et célébrez l'influence de la lune sur votre condition personnelle.

    Il devrait suivre un régime qui devrait être léger et fortifié. Vous ne devriez pas manger frit, gras, farine et alourdir l'estomac. Le régime devrait être plein de fruits et de légumes riches en fibres et en vitamines.

    L'intervention chirurgicale est recommandée seulement après que toutes ces méthodes n'ont pas aidé à la guérison.

    Durée de vie

    L'arachnoïdite ne réduit pas l'espérance de vie. S'écoulant sous une forme légère, ce qui arrive souvent, il n'ennuie que périodiquement la personne avec ses symptômes. Combien de patients vivent? Pleine vie. Le danger ne se présente que sous la forme de lésions de la cavité crânienne postérieure.

    La performance humaine dépend de la façon dont il a complètement récupéré. Cette maladie est caractérisée par sa périodicité, grâce à laquelle la performance peut être réduite. Cependant, les causes de la nature traumatique, par exemple, peuvent ne pas causer d’attaques récurrentes.

    • Stagnation de l'alcool
    • Vision réduite;
    • Saisies périodiques.

    Le manque de traitement approprié et un mode de vie sain peuvent entraîner une invalidité:

      1. Le premier groupe est observé sous la forme opto-chiasmatique, lorsque la vision est altérée, ce qui réduit légèrement l'efficacité;
      2. Le deuxième groupe - diminution de la performance en raison de crises épileptiques périodiques, de problèmes de santé, de vision et d’ouïe;
      3. Le troisième groupe est caractérisé par la nécessité de travailler moins et de changer de profession pour permettre plus de repos.

    Afin de ne pas provoquer de complications et la maladie elle-même, il est nécessaire de prendre des mesures préventives de traitement: se reposer, reconstituer le corps en vitamines, faire des promenades au grand air, se faire soigner à temps pour des maladies infectieuses, suivre un cours de rééducation après des contusions et des commotions cérébrales.

    Comment l'arachnoïdite se manifeste: symptômes et traitement de la maladie

    L'arachnoïdite se réfère à la catégorie d'inflammation séreuse, accompagnée d'un flux sanguin plus lent et d'une augmentation de la perméabilité des parois capillaires. À la suite de cette inflammation, la partie liquide du sang pénètre à travers les parois dans les tissus mous environnants et y stagne.

    L'œdème provoque une légère douleur et une légère augmentation de la température et affecte modérément les fonctions de l'organe enflammé.

    Le plus grand danger est la prolifération significative persistante du tissu conjonctif, tout en ignorant la maladie ou l’absence de traitement. Ce dernier est la cause d'une grave perturbation des organes.

    Mécanisme de la maladie

    L'arachnoïdite du cerveau ou de la moelle épinière est une inflammation séreuse d'une structure particulière située entre la coque supérieure dure et la coque molle profonde. Il a l'apparence d'une toile mince, pour laquelle il a reçu le nom de membrane arachnoïdienne. La structure est formée par le tissu conjonctif et forme un lien si étroit avec la membrane molle du cerveau qu’ils sont considérés ensemble.

    La membrane arachnoïdienne est séparée de l’espace sous-arachnoïdien mou contenant le liquide céphalorachidien. Ici sont placés les vaisseaux sanguins qui alimentent la structure.

    En raison de cette structure, l'inflammation de la membrane arachnoïdienne n'est jamais locale et s'étend à l'ensemble du système. L'infection se propage par une coque dure ou molle.

    L'inflammation avec une arachnoïdite ressemble à un épaississement et à un trouble de la coquille. Des adhérences se forment entre les vaisseaux et la structure arachnoïdienne, ce qui perturbe la circulation du liquide céphalo-rachidien. Au fil du temps, des kystes arachnoïdiens se forment.

    L'arachnoïdite provoque une augmentation de la pression intracrânienne, ce qui provoque la formation d'une hydrocéphalie par deux mécanismes:

    • écoulement insuffisant de fluide des ventricules cérébraux;
    • difficulté d'absorption du liquide céphalo-rachidien à travers la gaine externe.

    Symptômes de la maladie

    Il s’agit d’une combinaison de symptômes de trouble cérébral et de symptômes indiquant le site principal des dommages.

    Pour tout type d'arachnoïdite, les troubles suivants sont présents:

    • maux de tête - généralement les plus intenses du matin, pouvant être accompagnés de vomissements et de nausées. Il peut être de nature locale et apparaître pendant les efforts - effort, tentative de saut, mouvement infructueux dans lequel il y a un soutien solide sous les talons;
    • des vertiges;
    • des troubles du sommeil sont souvent observés;
    • irritabilité, troubles de la mémoire, faiblesse générale, anxiété, etc. sont notés.

    Puisque la membrane arachnoïdienne est tout enflammée, il est impossible de parler de la localisation de la maladie. Par arachnoïdite limitée impliquent des violations flagrantes prononcées dans certaines zones sur le fond de l'inflammation générale.

    La localisation du foyer de la maladie détermine les symptômes suivants:

    • L'arachnoïdite convexitale prédomine sur les signes d'irritation cérébrale par rapport à la violation de la fonctionnalité. Ceci est exprimé par des convulsions convulsives, similaires à l'épilepsie;
    • lorsque l'œdème est situé principalement dans la partie occipitale, perte de vision et d'audition. Il y a une perte de champ visuel, alors que l'état du fundus indique une névrite optique;
    • Il y a une sensibilité excessive aux changements météorologiques, accompagnée de frissons ou d'une transpiration excessive. Parfois, il y a une augmentation de poids, parfois de la soif;
    • L'arachnoïdite de l'angle cérébelleux s'accompagne de douleurs paroxystiques à l'arrière de la tête, d'acouphènes et de vertiges. Dans ce cas, l'équilibre est sensiblement perturbé;
    • avec arachnoïdite apparition réservoir occipital symptômes de dommages aux nerfs faciaux apparaissent. Ce type de maladie se développe de manière aiguë et s'accompagne d'une augmentation marquée de la température.

    Le traitement de la maladie n’est effectué qu’après avoir déterminé le centre de l’évaluation de l’inflammation et des dommages.

    Causes de la maladie

    L'inflammation et la formation ultérieure de kystes arachnoïdiens sont associées à des dommages primaires, à des propriétés mécaniques ou au caractère infectieux. Cependant, dans de nombreux cas, la cause première de l'inflammation reste inconnue.

    Les principaux facteurs sont les suivants:

    • infection aiguë ou chronique - pneumonie, inflammation des sinus maxillaires, mal de gorge, méningite, etc.
    • intoxication chronique - intoxication alcoolique, intoxication au plomb, etc.
    • blessures - l'arachnoïdite cérébrale post-traumatique est souvent le résultat de blessures à la colonne vertébrale et de lésions cranio-cérébrales, même fermées;
    • de temps en temps, le système endocrinien est altéré.

    Types de maladie

    Dans le diagnostic de la maladie en utilisant plusieurs méthodes de classification associées à la localisation et à l'évolution de la maladie.

    Cours de l'inflammation

    Dans la plupart des cas, le trouble ne provoque pas d’apparition de douleurs aiguës ni d’augmentation de la température, ce qui rend le diagnostic difficile et s’avère être la raison de la visite prématurée du médecin. Mais il y a des exceptions.

    • L'évolution aiguë est observée, par exemple, dans l'arachnoïdite d'un grand réservoir, accompagnée de vomissements, d'une augmentation de la température et d'un mal de tête grave. Une telle inflammation peut être guérie sans conséquences.
    • Subaiguë - le plus souvent observé. Cela combine des symptômes bénins d'un trouble général - vertiges, insomnie, faiblesse et signes de suppression de la fonctionnalité de certaines zones du cerveau - altération de l'audition, de la vision, de l'équilibre, etc.
    • Chronique - en ignorant la maladie, l’inflammation se transforme rapidement en phase chronique. Dans le même temps, les signes de troubles cérébraux deviennent de plus en plus stables et les symptômes associés au foyer de la maladie augmentent progressivement.

    Arachnoïdite localisation

    Toutes les maladies de ce type sont divisées en deux groupes principaux: l’arachnoïdite cérébrale, c’est-à-dire l’inflammation de la membrane arachnoïdienne du cerveau et l’inflammation de la colonne vertébrale - inflammation de la membrane de la moelle épinière. Selon la localisation de la maladie cérébrale est divisé en convexital et basal.

    Étant donné que le traitement concerne principalement les zones les plus touchées, la classification associée à la zone la plus endommagée est plus détaillée.

    • L'arachnoïdite cérébrale est localisée à la base, sur une surface convexe, ainsi que dans la fosse crânienne postérieure. Les symptômes combinent les symptômes d'un désordre général et d'une inflammation associée à un nid.
    • Lorsque l'arachnoïdite convexitale affecte la surface des grands hémisphères et du gyrus. Ces zones étant associées à des fonctions motrices et sensorielles, la pression du kyste formé perturbe la sensibilité cutanée: émoussement ou forte exacerbation et réaction douloureuse aux effets du froid et de la chaleur. L'irritation dans ces zones entraîne des crises d'épilepsie.
    • L'arachnoïdite cérébrale adhésive diagnostiquée est extrêmement difficile. En raison du manque de localisation, seuls les symptômes communs sont observés et ils sont inhérents à de nombreuses maladies.
    • L'arachnoïdite optico-chiasmatique fait référence à une inflammation de la base. Son signe le plus caractéristique à l’arrière-plan des symptômes cérébraux est une diminution de la vision. La maladie se développe lentement et se caractérise par des dommages alternatifs à l'œil: la vision baisse du fait de la compression du nerf optique lors de la formation d'adhérences. Dans le diagnostic de cette forme de la maladie est très important examen du fond et du champ visuel. Il existe une dépendance du degré de violation avec les stades de la maladie.
    • Inflammation de la membrane en toile d'araignée de la fosse crânienne postérieure - type de maladie propagée. Sa forme aiguë est caractérisée par une augmentation de la pression intracrânienne, c'est-à-dire des maux de tête, des vomissements et des nausées. Au cours de l'évolution subaiguë, ces symptômes sont lissés et les troubles de l'appareil vestibulaire et la synchronicité des mouvements sont mis en avant. Le patient perd l'équilibre lorsqu'il baisse la tête, par exemple. En marchant, les mouvements des jambes ne sont pas synchronisés avec les mouvements et l'angle du torse, ce qui forme une démarche inégale spécifique.

    L'arachnoïdite kystique dans cette région présente des symptômes différents, en fonction de la nature des adhérences. Si la pression n'augmente pas, la maladie peut durer des années, se traduisant par une perte temporaire de synchronisation ou par un équilibre progressivement dégradé.

    La pire conséquence de l’arachnoïdite est une thrombose ou une obstruction brutale dans la région endommagée, ce qui peut entraîner de graves problèmes de circulation et une ischémie cérébrale.

    Ischémie du cerveau.

    L'arachnoïdite spinale est classée selon le type de kystique, d'adhésif et d'adhésif-kystique.

    • L'adhésif se déroule souvent sans aucun signe durable. Névralgie intercostale, sciatique, etc. peuvent être notés.
    • L'arachnoïdite kystique provoque une douleur intense au dos, généralement d'un côté, qui s'empare ensuite de l'autre. Le mouvement est difficile.
    • L'arachnoïdite adhésive kystique se manifeste par une perte de sensibilité de la peau et une difficulté de mouvement. L'évolution de la maladie est très diverse et nécessite un diagnostic minutieux.

    Diagnostic de la maladie

    Même les symptômes les plus prononcés de l'arachnoïdite - vertiges, maux de tête, accompagnés de nausées et de vomissements - ne provoquent souvent pas une anxiété suffisante chez les patients. Les attaques se produisent de 1 à 4 fois par mois, et seules les plus graves durent assez longtemps pour que le malade puisse faire attention à lui-même.

    Comme les symptômes de la maladie coïncident avec un grand nombre d'autres troubles cérébraux, il est nécessaire de recourir à un certain nombre de méthodes de recherche pour poser le bon diagnostic. Les nommer au neurologue.

    • Examen par un ophtalmologiste - l'arachnoïdite optico-chiasmatique fait référence aux types les plus courants de la maladie. Chez 50% des patients présentant une inflammation de la stagnation de la fosse crânienne postérieure dans la région du nerf optique est enregistrée.
    • IRM - la précision de la méthode atteint 99%. L'IRM vous permet de déterminer le degré de modification de la membrane arachnoïdienne, de localiser le kyste et d'exclure d'autres maladies qui présentent des symptômes similaires - tumeurs, abcès.
    • Radiographie - l’utiliser pour détecter l’hypertension intracrânienne.
    • Une analyse de sang est nécessairement effectuée pour établir l'absence ou la présence d'infections, d'états d'immunodéficience et autres. Déterminez ainsi la cause de l’arachnoïdite.

    Ce n’est qu’après l’examen que le spécialiste, et éventuellement pas un, prescrit le traitement approprié. Le cours nécessite généralement une répétition de 4 à 5 mois.

    Traitement

    Le traitement de l'inflammation de la dure-mère se fait en plusieurs étapes.

    • Tout d'abord, il est nécessaire d'éliminer la maladie primaire - la sinusite, la méningite. Des antibiotiques, des antihistaminiques et des désensibilisants sont utilisés à cet effet - la diphenhydramine, par exemple, ou la diazoline.
    • Au deuxième stade, des agents absorbants sont prescrits pour aider à normaliser la pression intracrânienne et à améliorer le métabolisme cérébral. Ceux-ci peuvent être des stimulants biologiques et des préparations d'iode - l'iodure de potassium. Sous forme d'injections, appliquez le lidzu et le pyrogène.
    • Des décongestionnants et des diurétiques sont utilisés - furasémide, glycérine, qui empêchent l'accumulation de liquide.
    • En cas de convulsions convulsives, des médicaments antiépileptiques sont prescrits.

    Dans l'arachnoïdite adhésive kystique, si la circulation du liquide céphalo-rachidien est très difficile et que le traitement conservateur ne donne pas de résultats, des opérations neurochirurgicales sont effectuées pour éliminer les adhérences et les kystes.

    L'arachnoïdite est traitée avec un succès certain et, si elle est visitée rapidement par un médecin, en particulier au stade d'inflammation aiguë, elle disparaît sans séquelle. En ce qui concerne la vie, le pronostic est presque toujours favorable. Lorsqu'une maladie se transforme en maladie chronique avec de fréquentes rechutes, la capacité de travail se détériore, ce qui nécessite un travail plus facile.

    Arachnoïdite

    L'arachnoïdite est une lésion inflammatoire auto-immune de la membrane arachnoïdienne du cerveau, qui entraîne la formation d'adhérences et de kystes. Cliniquement, l’arachnoïdite se manifeste par des syndromes hypertensifs, asthéniques ou neurasthéniques, ainsi que par des symptômes focaux (lésion des nerfs crâniens, troubles pyramidaux, troubles cérébelleux), en fonction de la localisation prédominante du processus. Le diagnostic de l’arachnoïdite est basé sur l’anamnèse, l’évaluation de l’état neurologique et mental du patient, l’écho EG, l’EEG, la ponction lombaire, les examens ophtalmologiques et otolaryngologiques, l’IRM et la tomodensitométrie du cerveau, la cystographie par tomodensitométrie. Arachnoïdite traitée principalement un traitement médicamenteux complexe comprenant des médicaments anti-inflammatoires, déshydratants, anti-allergiques, anti-épileptiques, résorbables et neuroprotecteurs.

    Arachnoïdite

    Aujourd'hui, la neurologie fait la distinction entre la véritable arachnoïdite, qui a une genèse auto-immune, et les affections résiduelles causées par des modifications fibrotiques de la membrane arachnoïdienne après une lésion cérébrale traumatique ou une neuro-infection (neurosyphilis, brucellose, botulisme, tuberculose, etc.). Dans le premier cas, l'arachnoïdite est de nature diffuse et diffère de façon progressive ou intermittente. Dans le second cas, elle présente souvent un caractère local et ne s'accompagne pas d'une progression du flux. Parmi les lésions organiques du système nerveux central, l'arachnoïdite véritable représente jusqu'à 5% des cas. Le plus souvent, l'arachnoïdite survient chez les enfants et les jeunes de moins de 40 ans. Les hommes tombent deux fois plus malades que les femmes.

    Causes de l'arachnoïdite

    Chez environ 55 à 60% des patients, l'arachnoïdite est associée à une maladie infectieuse antérieure. Il s'agit le plus souvent d'infections virales: grippe, méningite et méningo-encéphalite virales, varicelle, infection au cytomégalovirus, rougeole, etc., ainsi que de foyers purulents chroniques dans la région du crâne: parodontite, sinusite, amygdalite, otite moyenne, mastoïdite. Dans 30% des cas, l'arachnoïdite est le résultat d'une lésion cérébrale traumatique, le plus souvent d'une hémorragie méningée ou d'une contusion du cerveau, bien que la probabilité d'une arachnoïdite ne dépende pas de la gravité des dommages. L'arachnoïdite n'a pas d'étiologie clairement définie dans 10-15% des cas.

    Les facteurs prédisposant au développement de l'arachnoïdite sont la fatigue chronique, diverses intoxications (y compris l'alcoolisme), des travaux physiques pénibles dans des conditions climatiques défavorables, des infections virales respiratoires aiguës fréquentes, des blessures répétées, quel que soit leur emplacement.

    Pathogenèse de l'arachnoïdite

    L'arachnoïde se situe entre la dure-mère et la pie-mère. Il n'est pas collé avec eux, mais s'adapte parfaitement à la pie-mère à des endroits où celle-ci recouvre la surface convexe des circonvolutions du cerveau. Contrairement à la pie-mère, l'arachnoïde ne pénètre pas dans le gyrus et sous cette zone se forment des espaces sous-arachnoïdiens remplis de liquide céphalo-rachidien. Ces espaces communiquent entre eux et avec la cavité du ventricule intraveineux. Le liquide céphalo-rachidien s'écoule de la cavité crânienne des espaces sous-arachnoïdiens par la granulation de la membrane arachnoïdienne, ainsi que le long des espaces vides périneural et périvasculaire.

    Sous l'influence de divers agents étioformes dans le corps, des anticorps commencent à être produits contre sa propre membrane d'araignée, provoquant son inflammation auto-immune, l'arachnoïdite. L'arachnoïdite s'accompagne d'un épaississement et d'un trouble de la membrane arachnoïdienne, de la formation d'adhérences du tissu conjonctif et de ses extensions kystiques. Les adhérences, dont la formation est caractérisée par une arachnoïdite, conduisent à l’oblitération de ces voies de sortie du liquide céphalo-rachidien avec le développement de crises d’hydrocéphalie et d’hypertension-alcoolique, provoquant la survenue de symptômes cérébraux. Symptômes focaux associés à une arachnoïdite associés à des effets irritants et à la participation aux adhésions des structures cérébrales sous-jacentes.

    Classification de l'arachnoïdite

    En pratique clinique, l'arachnoïdite est classée par localisation. L'arachnoïdite cérébrale et spinale est distinguée. Le premier est à son tour subdivisé en convexital, basilaire et arachnoïdite de la fosse crânienne postérieure, bien qu'avec un caractère diffus du processus, une telle séparation ne soit pas toujours possible. Selon les caractéristiques de la pathogenèse et des changements morphologiques, l'arachnoïdite est divisée en adhésive, adhésive-kystique et kystique.

    Symptômes de l'arachnoïdite

    Le tableau clinique de l’arachnoïdite se développe après une longue période de temps sous l’effet du facteur qui l’a provoquée. Cette période est due aux processus auto-immuns et peut varier en fonction de la cause de l'arachnoïdite. Ainsi, après avoir souffert de la grippe, l'arachnoïdite se manifeste après 3 à 12 mois et après une blessure à la tête en moyenne 1 à 2 ans. Dans les cas typiques, l'arachnoïdite se caractérise par un début graduel et discret avec l'apparition et l'apparition des symptômes caractéristiques de l'asthénie ou de la neurasthénie: fatigue accrue, faiblesse, troubles du sommeil, irritabilité et augmentation de la labilité émotionnelle. Dans ce contexte, l'apparition de crises d'épilepsie. Au fil du temps, des symptômes cérébraux et locaux (focaux) accompagnant une arachnoïdite commencent à apparaître.

    Symptômes cérébraux de l'arachnoïdite

    Les symptômes cérébraux sont causés par une violation de la dynamique de la liqueur et, dans la plupart des cas, le syndrome d'hypertension de la PPC se manifeste. Dans 80% des cas, les patients atteints d’arachnoïdite se plaignent de céphalées explosives assez intenses, plus prononcées le matin et aggravées par la toux, des efforts et un effort physique. Avec une augmentation de la pression intracrânienne, la douleur est également associée à un mouvement des globes oculaires, une pression sur les yeux, des nausées et des vomissements. L'arachnoïdite s'accompagne souvent d'acouphènes, d'une diminution de l'audition et du vertige non systématique, ce qui nécessite l'exclusion des affections de l'oreille (névrite cochléaire, otite moyenne chronique, otite adhésive, labyrinthite) chez un patient. Une excitabilité sensorielle excessive (faible tolérance aux sons durs, au bruit, à la lumière vive), à ​​des troubles de l'autonomie et à des crises végétatives typiques de la dystonie végétative-vasculaire peut survenir.

    L'arachnoïdite s'accompagne souvent d'une forte aggravation périodique des troubles liquorodynamiques, qui se manifeste cliniquement par une crise liquorodynamique - une attaque soudaine de maux de tête intense avec nausée, vertiges et vomissements. Ces crises peuvent survenir jusqu'à 1 à 2 fois par mois (arachnoïdite avec crises rares), 3 à 4 fois par mois (arachnoïdite avec crises de fréquence moyenne) et plus de 4 fois par mois (arachnoïdite avec crises fréquentes). Selon la gravité des symptômes, les crises liquorodynamiques sont divisées en légères, modérées et graves. Une crise liquorodynamique sévère peut durer jusqu'à 2 jours, accompagnée d'une faiblesse générale et de vomissements répétés.

    Symptômes focaux de l'arachnoïdite

    Les symptômes focaux de l'arachnoïdite peuvent être différents selon son emplacement préférentiel.

    L'arachnoïdite convexe peut se manifester par une perturbation légère et modérée de l'activité motrice et de la sensibilité d'un ou des deux membres du côté opposé. Dans 35% des cas, l'arachnoïdite de cette localisation s'accompagne de crises d'épilepsie. Il y a habituellement un polymorphisme des épiphrisques. En plus des crises primaires et secondaires généralisées, psychomotrices simples et complexes. Après une attaque, un déficit neurologique temporaire peut survenir.

    L'arachnoïdite basilaire peut être commune ou localisée principalement dans la région opto-chiasmatique, la fosse crânienne antérieure ou moyenne. Sa clinique est principalement due à une lésion localisée sur la base des paires de nerfs crâniens I, III et IV du cerveau. Des signes d'insuffisance pyramidale peuvent apparaître. L'arachnoïdite de la fosse crânienne antérieure se manifeste souvent par une altération de la mémoire et de l'attention, une diminution des performances mentales. L'arachnoïdite optico-chiasmatique se caractérise par une diminution progressive de l'acuité visuelle et un rétrécissement des champs visuels. Ces changements sont souvent de nature bilatérale. L'arachnoïdite optico-chiasmatique peut être accompagnée d'une lésion de l'hypophyse située dans cette zone et conduire à l'apparition d'un syndrome métabolique endocrinien, semblable aux manifestations d'un adénome hypophysaire.

    L'arachnoïdite de la fosse crânienne postérieure a souvent une évolution sévère, semblable aux tumeurs cérébrales de cette localisation. L'arachnoïdite de l'angle mosto-cérébelleux commence généralement à se manifester par une lésion du nerf auditif. Cependant, il est possible de commencer par la névralgie du trijumeau. Puis apparaissent les symptômes de névrite centrale du nerf facial. Avec l'arachnoïdite d'une grande citerne, le syndrome d'hypertension alcoolique prononcé avec de graves crises de PPC se manifeste. Caractérisé par des troubles cérébelleux: coordination altérée, nystagmus et ataxie cérébelleuse. L'arachnoïdite dans la région d'une grande citerne peut être compliquée par le développement d'une hydrocéphalie occlusive et la formation d'un kyste de syringomyélite.

    Diagnostic de l'arachnoïdite

    Un véritable neurologue spécialisé dans l’arachnoïdite ne peut établir qu’après un examen approfondi du patient et une comparaison des données anamnestiques, des résultats d’un examen neurologique et d’études instrumentales. Au cours des antécédents, une attention particulière est portée au développement progressif des symptômes de la maladie et à leur caractère progressif, à des infections récentes ou à des blessures à la tête. L'étude du statut neurologique vous permet d'identifier les violations des nerfs crâniens, de déterminer le déficit neurologique focal, les troubles psycho-émotionnels et ménagers.

    La radiographie du crâne dans le diagnostic de l'arachnoïdite est une courte étude informative. Il ne peut révéler que les signes d’une hypertension intracrânienne de longue date: dépressions numériques, ostéoporose du dos de la selle turque. La présence d'hydrocéphalie peut être jugée selon Echo EG. Avec l’aide de l’EEG, les patients atteints d’arachnoïdite convexitale manifestent une irritation focale et une activité épileptique.

    Les patients chez qui on soupçonne une arachnoïdite doivent être examinés par un ophtalmologiste. Chez la moitié des patients atteints d'arachnoïdite de la fosse crânienne postérieure, au cours de l'ophtalmoscopie, une stagnation de la tête du nerf optique est observée. L'arachnoïdite optico-chiasmatique est caractérisée par un rétrécissement concentrique ou bitemporal des champs visuels détectés à la périmétrie, ainsi que par la présence de bovins centraux.

    Les troubles auditifs et le bruit dans les oreilles sont une raison pour consulter un oto-rhino-laryngologiste Le type et le degré de perte auditive sont établis à l'aide d'une audiométrie à seuil. Pour déterminer le niveau d'endommagement de l'analyseur auditif, l'électrocochléographie, l'étude des potentiels évoqués auditifs, l'impédancemétrie acoustique sont réalisés.

    La TDM et l'IRM du cerveau révèlent les modifications morphologiques associées à l'arachnoïdite (adhérences, présence de kystes, modifications atrophiques), déterminent la nature et l'étendue de l'hydrocéphalie, éliminent les processus volumétriques (hématome, tumeur, abcès du cerveau). Les modifications de la forme des espaces sous-arachnoïdiens peuvent être détectées au cours de la cysternographie par tomodensitométrie.

    La ponction lombaire fournit des informations précises sur la taille de la pression intracrânienne. L’étude du liquide céphalo-rachidien avec arachnoïdite active révèle généralement une augmentation des protéines à 0,6 g / l et du nombre de cellules, ainsi qu’une augmentation du contenu en neurotransmetteurs (par exemple, la sérotonine). Il aide à différencier l'arachnoïdite des autres maladies cérébrales.

    Traitement de l'arachnoïdite

    Le traitement de l'arachnoïdite est généralement effectué dans un hôpital. Cela dépend de l'étiologie et du degré d'activité de la maladie. Schéma traitement médical des patients ayant arachnoiditis peuvent inclure des glucocorticostéroïdes de thérapie anti-inflammatoires (méthylprednisolone, prednisolone), les agents résorbables (hyaluronidase yodvismutat pirogenal quinine), antiépileptiques (carbamazépine, levetiracetam, etc.), les agents Déshydratation (en fonction du degré d'augmentation pression intracrânienne - mannitol, acétazolamide, furosémide), neuroprotecteurs et métabolites (piracétam, meldonium, ginkgo biloba, hydrolysat de cerveau) Nyi, etc.), les médicaments anti-allergiques (clemastine, loratadine, mebhydrolin, hifenadina), (antidépresseurs, psychotropes, tranquillisants sédatifs). Le point obligatoire dans le traitement de l'arachnoïdite est la réhabilitation des foyers d'infection purulente existante (otite, sinusite, etc.).

    Une arachnoïdite opto-chaosale sévère ou une arachnoïdite de la fosse crânienne postérieure en cas de perte progressive de la vue ou d'hydrocéphalie occlusive est une indication du traitement chirurgical. L'opération peut consister en la restauration de la perméabilité des voies principales du liquide céphalo-rachidien, l'élimination des kystes ou la séparation des adhérences, conduisant à la compression des structures cérébrales adjacentes. Afin de réduire l'hydrocéphalie lors d'une arachnoïdite, il est possible de recourir à des opérations de dérivation visant à créer d'autres moyens de s'écouler du liquide céphalo-rachidien: dérivation cystopéritonéale, ventriculopéritonéale ou lombo-péritonéale.

    Arachnoïdite: symptômes, traitement

    L'arachnoïdite est une pathologie inflammatoire de la muqueuse arachnoïdienne (arachnoïde) du cerveau. En soi, le mot "arachnoïdite" vient du grec et signifie littéralement "toile" et "espèce". Le nom suggéré en 1845 par A.T. Tarasenkov. Synonymes: leptoméningite chronique fibrosante, méningopathie adhésive limitée.

    L'arachnoïdite est un type particulier de méningite séreuse. Au cours de son développement, les espaces destinés à la sortie de la boisson commencent à se coller, ce qui perturbe la circulation de la boisson. En conséquence, il commence à s'accumuler dans la cavité crânienne et serre le cerveau. Cette situation entraîne le développement d'une hydrocéphalie ou d'une augmentation de la pression intracrânienne.

    Symptômes de la maladie

    Maux de tête, surtout le matin.

    Agression, anxiété, peur, dépression.

    Augmentation ou suppression de la sensibilité de la peau - une personne cesse de ressentir la chaleur, le froid, le toucher ou, au contraire, de les ressentir de manière très aiguë.

    Sensibilité accrue aux conditions météorologiques changeantes, transpiration fréquente ou transpiration tremblante.

    Causes de développement

    Les plus courantes sont les infections d'origine arachnoïdienne, provoquées par une inflammation de l'oreille, des maladies de la gorge, la brucellose, la toxoplasmose, des maux de gorge, une pneumonie aiguë, la syphilis, la grippe. En outre, l'arachnoïdite post-traumatique survient souvent après un traumatisme à la colonne vertébrale ou à la tête. La cause du développement de la maladie peut être une ostéomyélite, une épilepsie, une tumeur. Beaucoup moins souvent, la maladie provoque un trouble métabolique ou une pathologie endocrinienne. Il arrive parfois qu'établir la véritable cause du développement de la maladie pendant une longue période ne fonctionne pas.

    En présence d'arachnoïdite, la membrane arachnoïdienne du cerveau commence à s'épaissir, acquiert une couleur gris clair et des adhérences apparaissent entre les membranes dures, molles et arachnoïdiennes. Les adhérences commencent à former un kyste arachnoïdien, qui est rempli de liqueur. Au fil du temps, ce kyste se compacte et se transforme en une tumeur. Cette dernière grossit et commence à exercer une pression sur le cerveau.

    Les facteurs qui augmentent le risque d'inflammation dans la membrane arachnoïdienne du cerveau:

    conditions de travail néfastes et travail physique pénible;

    traumatismes cérébraux - même la présence d'une blessure fermée est extrêmement dangereuse, surtout si cette situation ne se produit pas la première fois;

    maladies purulentes aiguës - otite, mastoïdite, amygdalite, sinusite;

    infections aiguës - méningo-encéphalite, méningite.

    Classification

    La principale caractéristique de la classification est la localisation du processus pathologique, respectivement, émettent:

    Avec des dommages à la muqueuse du cerveau:

    Par la nature de la maladie:

    Selon le mécanisme d'occurrence:

    On distingue également l'arachnoïdite adhésive, kystique et kystique-adhésive, multifocale et monofocale, limitée et diffuse.

    Basilar - se produit dans un quart des cas et se distingue par le fait que son foyer est situé dans la fosse crânienne moyenne et antérieure. Parallèlement, il existe de graves anomalies mentales: fatigue, manque de mémoire, baisse de la concentration.

    L'arachnoïdite post-traumatique optique-chiasmatique commence par une chute immédiate de l'acuité visuelle des deux yeux, généralement accompagnée d'une névrite optique et peut provoquer l'apparition d'une sclérose en plaques.

    Arachnoïdite cérébrale

    Avec le développement de l'arachnoïdite cérébrale, les symptômes généraux et focaux apparaissent. Parmi les cliniques générales, on trouve: maux de tête, vertiges, signes d'épilepsie, vomissements et nausées. Dans le même temps, le mal de tête est généralement de nature habituelle et augmente ensuite; des accès de douleur intense peuvent provoquer le développement de vertiges et de vomissements. Il est également possible de changer le fond. Symptômes focaux: troubles nerveux, peur, anxiété, modification de la sensibilité cutanée.

    Dans la plupart des cas, l'arachnoïdite cérébrale débute sous une forme subaiguë ou aiguë après un traumatisme, une maladie infectieuse et d'autres causes énumérées ci-dessus. La forme aiguë peut être complètement guérie, mais la maladie devient souvent chronique - avec des périodes d'exacerbation des symptômes et de rémission. Une arachnoïdite kystique adhésive sévère provoque le développement d'une tumeur, ce qui aggrave le traitement et rend le pronostic défavorable.

    Arachnoïdite cérébrale adhésive - assez difficile à diagnostiquer. Les principaux symptômes sont les vertiges, les maux de tête et les vomissements, qui peuvent être présents dans diverses pathologies. Pour la différenciation de la pathologie nécessite une série de mesures de diagnostic spéciales.

    Arachnoïdite convexe - le foyer est localisé dans la zone du sulcus central et s'accompagne d'attaques d'épilepsie, d'un changement diffus dans les biocourants du cerveau et de graves maux de tête.

    L'arachnoïdite de la fosse crânienne postérieure est assez fréquente et constitue l'une des variantes les plus dangereuses de l'arachnoïdite cérébrale. Avec cette variante de la pathologie, les nerfs du crâne sont touchés, les voies du liquide cérébro-spinal se collent, il y a une douleur intense à l'arrière de la tête, qui irradie vers le cou et le dos. Assez souvent, la paralysie du nerf facial et la névralgie du trijumeau commencent à se développer.

    Arachnoïdite spinale

    Il en existe trois types: kystique, adhésif et kystique-adhésif. De par la nature de l'évolution de la maladie, elle peut être dispersée ou à foyer unique, limitée ou diffuse.

    L'arachnoïdite spinale diffuse est caractérisée par une progression de la déficience sensorielle et des troubles du mouvement. L'évolution de la maladie est diverse et peut entraîner des dommages à la moelle épinière et à ses membranes. Des échos de méningite peuvent se manifester en tant que symptôme de Brudzinsky ou de Kernig.

    L'arachnoïdite adhésive spinale limitée a assez souvent une évolution asymptomatique, par la nature même de la lésion, elle ressemble aux manifestations de la sciatique: sciatique, névralgie intercostale.

    Les manifestations kystiques de la colonne vertébrale ressemblent beaucoup à celles d’une tumeur médullaire. Une personne a des difficultés à se déplacer, elle souffre de douleurs dans le dos et, en même temps, elle est d'abord localisée sur un côté, après quoi elle s'est étendue à tout le dos. Les adhérences à la liqueur créent une pression sur la moelle épinière, ce qui conduit à la formation d'un syndrome de compression spinal

    Chez les enfants, cette maladie est assez rare, elle représente environ 2-3% de toutes les pathologies du système nerveux. Les principales causes sont les lésions de la colonne vertébrale, de la tête, les complications de la sinusite, l’otite moyenne, la grippe, la pneumonie.

    Diagnostics

    Pour le diagnostic de pathologie en utilisant les méthodes de recherche suivantes:

    examen du fond d'œil;

    craniographie - examen aux rayons X des os du crâne;

    tomodensitométrie, IRM;

    examen de la moelle épinière avec contraste;

    examen du patient par un oto-rhino-laryngologiste pour déterminer les causes possibles de l'arachnoïdite;

    examen par un psychiatre pour la présence de symptômes présents chez le patient, mais invisibles au premier abord.

    Traitement

    Le traitement de l'arachnoïdite est effectué dans le service hospitalier. Il est extrêmement important de poser le bon diagnostic et de trouver la cause principale de la maladie. Après cela, un traitement conservateur est prescrit:

    prednisone pendant deux semaines avec un apport quotidien de 60 mg;

    médicaments pour réduire le niveau de pression intracrânienne;

    agents pour le traitement des troubles mentaux - tranquillisants, antidépresseurs;

    analgésiques - en présence de maux de tête graves;

    stimulants cérébraux - Cerebrolysin;

    en cas de crise d'épilepsie, un traitement par antiépileptique peut être prescrit.

    Les préparations sont sélectionnées individuellement en fonction du site de localisation et du type d'arachnoïdite chez le patient. Le traitement de l'arachnoïdite adhésive est très efficace avec l'aide de méthodes conservatrices. Pour les formes kystiques, la meilleure option consiste à effectuer l'opération. La chirurgie est généralement prescrite en l'absence de l'effet d'un traitement conservateur.

    Lorsque le traitement adéquat est fourni en temps voulu, le pronostic de la maladie est favorable. Le traitement le plus difficile de l'arachnoïdite de la fosse crânienne postérieure, en particulier en présence d'hydropisie du cerveau. Après l'opération, ces patients reçoivent une invalidité. Les patients ne peuvent pas utiliser les transports en commun, être dans des zones trop bruyantes, effectuer des travaux physiques pénibles. Les emplois en dehors des départements de production et sans long séjour sont autorisés.

    Prévention

    Mesures générales pour la prévention des maladies virales et un mode de vie sain.

    Traitement opportun de pathologies déjà existantes de nature traumatique ou infectieuse.

    Diagnostic complet de l'arachnoïdite en cas de blessure à la tête fermée.

    Examens réguliers par un oculiste et un oto-rhino-laryngologue. S'il y a des problèmes d'ordre mental, consultez un spécialiste approprié.

    Avec le traitement réussi de la maladie - prévention des rechutes.

    Arachnoïdite

    Qu'est-ce que l'arachnoïdite?

    L'arachnoïdite est une inflammation de la membrane molle du cerveau ou de la moelle épinière avec une lésion primaire de la membrane arachnoïdienne.

    Quels sont les déclencheurs / causes de l’arachnoïdite:

    L'arachnoïdite est une maladie polyétiologique. Les facteurs en cause sont la grippe, les rhumatismes, l'amygdalite chronique, la rhinosinusite, l'otite, les infections courantes (rougeole, scarlatine), les méningites antérieures et les lésions cérébrales traumatiques.

    Pathogenèse (que se passe-t-il?) Au cours d'une arachnoïdite:

    Le rôle principal est joué par les réactions auto-immunes et autoallergiques aux antigènes de la membrane molle, des plexus vasculaires et de l'épendyme des ventricules, avec des modifications principalement prolifératives en réponse à divers facteurs dommageables.

    Pathomorphologie. La turbidité et l'épaississement de la membrane arachnoïdienne, les adhérences du tissu conjonctif et parfois les kystes remplis de liquide clair ou trouble sont déterminés. Allouer une arachnoïdite commune et limitée, adhésive, kystique et kystique-adhésive.

    Symptômes de l'arachnoïdite:

    La maladie se développe subaiguement avec le passage à la forme chronique. Les manifestations cliniques associent des troubles cérébraux, souvent associés à une hypertension intracrânienne, moins souvent à une hypotension du LCR, et des symptômes reflétant la localisation prédominante du processus de la coque. Selon la prévalence des symptômes généraux ou locaux, les premières manifestations peuvent être différentes. Parmi les symptômes cérébraux, les maux de tête sont souvent les plus intenses tôt le matin et sont parfois accompagnés de nausées et de vomissements. Les maux de tête peuvent être locaux, aggravés par des tensions ou des mouvements inconfortables avec un soutien ferme des talons (un symptôme de saut est un mal de tête local lorsque vous sautez avec une chute non dépréciée des talons). Les autres symptômes cérébraux comprennent également les vertiges non systémiques, les pertes de mémoire, l'irritabilité, la faiblesse générale et la fatigue, les troubles du sommeil.

    Les symptômes focaux dépendent de la localisation de l'arachnoïdite. L'arachnoïdite convexe se caractérise principalement par la prédominance des phénomènes d'irritation cérébrale sur les signes de perte de fonction. L'un des principaux symptômes est la crise d'épilepsie généralisée et jacksonienne. À l'arachnoïdite basale on observe les symptômes et les dysfonctionnements des nerfs situés à la base du crâne. La diminution de la netteté et la modification des champs visuels peuvent être détectées avec une arachnoïdite optique-chiasmatique. Les manifestations cliniques et l'image du fond d'œil peuvent ressembler aux symptômes de la névrite optique. Ces manifestations sont souvent accompagnées de symptômes de dysfonctionnement végétatif, dermographisme brutal, réflexe pilomoteur accru, transpiration excessive, acrocyanose, parfois soif, augmentation de la miction, hyperglycémie, obésité adiposogénitale). Dans certains cas, une diminution du sens de l'odorat peut être détectée. L'arachnoïdite dans la région des jambes du cerveau se caractérise par l'apparition de symptômes pyramidaux, de signes de lésions des nerfs oculomoteurs, de signes méningés. Avec l'arachnoïdite de l'angle cérébelleux du pont, il y a un mal de tête dans la région occipitale, du bruit dans l'oreille et des vertiges paroxystiques, et parfois des vomissements. Le patient titube et tombe au milieu de la colère, surtout lorsqu'il tente de se tenir sur une jambe. Une démarche atactique, un nystagmus horizontal, parfois des symptômes pyramidaux, une dilatation des veines du fond utérin à la suite d'un écoulement veineux réduit sont notés. Des symptômes des nerfs auditifs, trijumeaux, abducents et faciaux peuvent être observés. Une arachnoïdite d'un grand réservoir (occipital) se développe rapidement, la température monte, des vomissements, des douleurs à l'arrière de la tête et du cou, aggravés par la rotation de la tête, des mouvements brusques et une toux, apparaissent; lésion des nerfs crâniens (paires IX, X, XII), nystagmus, réflexes tendineux augmentés, symptômes pyramidaux et méningés. Avec une arachnoïdite de la fosse crânienne postérieure, la défaite des paires V, VI, VII, VIII de nerfs crâniens est possible. Souvent observée hypertension intracrânienne, symptômes cérébelleux et pyramidaux. Le diagnostic différentiel avec des tumeurs de la fosse crânienne postérieure est obligatoire. Ponction lombaire produite uniquement en l’absence de stagnation du fundus.

    Diagnostic de l'arachnoïdite:

    Le diagnostic devrait être basé sur une évaluation complète des manifestations cliniques et des caractéristiques de l'évolution de la maladie, ainsi que sur des méthodes de recherche supplémentaires. Il faut d’abord exclure une tumeur cérébrale. Des signes indirects d'hypertension intracrânienne sont possibles sur le craniogramme cérébral avec arachnoïdite cérébrale. L'EEG dans l'arachnoïdite convexitale révèle des modifications locales du biopotentiel, et chez les patients présentant des crises d'épilepsie, des modifications typiques de l'épilepsie sont observées. Une pléocytose lymphocytaire modérée se rencontre dans le liquide céphalo-rachidien, parfois une petite dissociation protéines-cellules. Le liquide fuit sous pression. Les données de la tomographie du cerveau (scanner et IRM), preuve de l’expansion de l’espace sous-arachnoïdien, des ventricules et des citernes du cerveau, parfois de kystes dans l’espace intrathécal, en l’absence de changements focaux dans la substance du cerveau, sont d’une importance cruciale dans le diagnostic de l’arachnoïdite.

    Les données de tomodensitométrie et d'IRM sont d'une grande importance pour exclure d'autres maladies organiques. Différencier l'arachnoïdite devrait être d'une tumeur au cerveau. Dans l'arachnoïdite, la maladie commence subaiguement après une infection ou une exacerbation du processus dans les sinus, une otite purulente et se poursuit avec une rémission. Les résultats de l'échoencéphalographie, de l'angiographie et de la scintigraphie sont informatifs mais, en règle générale, les données de tomographie par ordinateur revêtent une importance décisive. Le diagnostic différentiel entre l'arachnoïdite et la cysticercose basé uniquement sur les symptômes cliniques n'est pas toujours facile. Avec la localisation de cysticerque dans les ventricules cérébraux, des symptômes de la gaine sont observés: vomissements, céphalées; l'amélioration intermittente est remplacée par la somnolence (écoulement rémittent), une pléocytose modérée est détectée dans le liquide céphalo-rachidien comme une manifestation d'irritation des membranes ou de l'épendyme des ventricules, une éosinophilie est notée dans le sang. Méthodes de recherche complémentaires informatives: par exemple, sur les radiographies du crâne et des muscles des extrémités, des cysticerques calcifiés peuvent être détectés.

    Traitement de l'arachnoïdite:

    Il est nécessaire d'éliminer la source d'infection (otite, sinusite, etc.). Antibiotiques prescrits à des doses thérapeutiques. Des préparations désensibilisantes et antihistaminiques sont indiquées (diphenhydramine, diazoline, suprastine, tavegil, pipolfen, chlorure de calcium, histaglobuline). La thérapie pathogénétique est conçue pour le traitement à long terme avec des agents absorbants, la normalisation de la pression intracrânienne, l'amélioration de la circulation cérébrale et le métabolisme. Appliquez des stimulants biogènes (aloès, corps vitré, PhiBs) et des préparations d’iode (biiohinol, iodure de potassium). Utilisez également le lidazu sous forme d'injections sous-cutanées de 0,1 g de matière sèche, dissoutes dans 1 ml d'une solution de novocaïne à 0,5% tous les deux jours, pendant 15 injections. Les cours sont répétés dans 4–5 mois. Pyrogenal a un effet de résolution. Les premières injections intramusculaires de pyrogène débutent avec une dose de 25 MDT; dans les jours suivants, la dose est augmentée chaque jour de 50 MDT et est ajustée à 1 000 MDT; par traitement jusqu'à 30 injections. Avec la pression intracrânienne croissante, des décongestionnants et des diurétiques sont utilisés (mannitol, furosémide, diacarbe, glycérine, etc.). Lorsque les syndromes convulsifs utilisent des médicaments antiépileptiques. Mener une thérapie métabolique (acide glutamique, piracétam, aminalon, cérébrolysine). Selon le témoignage utilisé des moyens symptomatiques. L’absence d’amélioration après traitement, l’augmentation de la pression intracrânienne et des symptômes focaux, l’arachnoïdite à optochiasme avec une baisse constante de la vision sont des indications chirurgicales.

    Prévisions En ce qui concerne la vie est généralement favorable. Le danger peut être une arachnoïdite de la fosse crânienne postérieure avec hydrocéphalie occlusive. Le pronostic du travail se détériore avec des rechutes fréquentes ou une évolution progressive avec des crises hypertensives fréquentes, des crises d'épilepsie, avec une forme opto-chiasmatique.

    Capacité de travail Les patients sont considérés comme des personnes handicapées du groupe III si le placement ou le passage à des travaux légers entraîne une diminution du volume des activités de production. Le groupe d'invalidité II est établi en présence de crises épileptiques fréquentes, une réduction significative de l'acuité visuelle des deux yeux (de 0,04 à 0,08 avec correction). Les personnes atteintes d'arachnoïdite optochiasmatique accompagnée de cécité sont reconnues handicapées. Les patients atteints de troubles liquorodynamiques, de crises d'épilepsie et de crises vestibulaires sont contre-indiqués au travail en hauteur, près d'un feu, près de mécanismes en mouvement, pendant le transport. Travailler dans des conditions météorologiques défavorables, dans des pièces bruyantes, au contact de substances toxiques et dans des conditions de pression atmosphérique altérée, ainsi que du travail associé à des vibrations constantes, des changements de position de la tête sont contre-indiqués.

    Quels médecins devraient être consultés si vous avez une arachnoïdite:

    Quelque chose te tracasse? Voulez-vous connaître des informations plus détaillées sur l'arachnoïdite, ses causes, ses symptômes, les méthodes de traitement et de prévention, l'évolution de la maladie et son régime alimentaire après celle-ci? Ou avez-vous besoin d'une inspection? Vous pouvez prendre rendez-vous avec un médecin - la clinique Eurolab est toujours à votre service! Les meilleurs médecins vous examineront, examineront les signes extérieurs et vous aideront à identifier la maladie en fonction des symptômes, vous consulteront et vous fourniront l'aide et le diagnostic nécessaires. Vous pouvez également appeler un médecin à la maison. La clinique Eurolab est ouverte 24 heures sur 24.

    Comment contacter la clinique:
    Le numéro de téléphone de notre clinique à Kiev: (+38 044) 206-20-00 (multicanal). Le secrétaire de la clinique vous choisira un jour et une heure convenables pour la visite chez le médecin. Nos coordonnées et directions sont indiquées ici. Regardez plus en détail tous les services de la clinique sur sa page personnelle.

    Si vous avez déjà effectué des études, assurez-vous de prendre leurs résultats pour une consultation avec un médecin. Si les études ne sont pas effectuées, nous ferons tout ce qui est nécessaire dans notre clinique ou avec nos collègues d’autres cliniques.

    Et vous Vous devez faire très attention à votre santé en général. Les gens ne prêtent pas suffisamment attention aux symptômes des maladies et ne réalisent pas que ces maladies peuvent être fatales. Il existe de nombreuses maladies qui, au début, ne se manifestent pas dans notre corps, mais finalement, il est malheureusement trop tard pour les soigner. Chaque maladie a ses propres signes, manifestations externes caractéristiques - les soi-disant symptômes de la maladie. L’identification des symptômes est la première étape du diagnostic des maladies en général. Pour ce faire, il vous suffit de passer par un médecin plusieurs fois par an, non seulement pour prévenir une terrible maladie, mais également pour maintenir la santé de votre esprit et de votre corps.

    Si vous souhaitez poser une question à un médecin - utilisez la section de consultation en ligne, peut-être y trouverez-vous des réponses à vos questions et lisez des conseils pour prendre soin de soi. Si vous êtes intéressé par des critiques concernant des cliniques et des médecins, essayez de trouver les informations voulues dans la section Tous les médicaments. Inscrivez-vous également sur le portail médical Eurolab pour vous tenir au courant des dernières nouvelles et mises à jour du site, qui vous seront automatiquement envoyées par courrier.