Selle turque dans le cerveau

Prévention

La selle turque dans le cerveau est directement impliquée dans le fonctionnement des organes.

C'est une encoche mineure située dans le sphénoïde strictement sous l'hypothalamus. Les scientifiques le comparent avec le dos.

Selle turque dans le cerveau - formes variées

Les nerfs optiques se trouvent à la fois du côté droit et du côté gauche de la selle turque. C'est la zone dans laquelle se trouve le sinus veineux. C'est là que vont les artères carotides. Grâce à eux, les deux hémisphères sont alimentés en sang.

Le résultat est la propagation de l'hypophyse sur ses parois. Selle turque a un autre nom - "fosse hypophysaire". Le nom de cette partie du cerveau était dû à la forme de la selle.

À la suite d'années de recherche pratique, il a été révélé que la selle turque peut prendre différentes formes:

  1. La forme plate est déterminée avec un diamètre vertical beaucoup plus petit que la même distance entre les parois avant et arrière.
  2. La selle turque profonde se développe avec des rapports strictement opposés à ceux d'une forme plate.
  3. La forme ronde a lieu lorsque les diamètres mentionnés sont absolument équivalents.

Les moindres violations concernant la structure ou le fonctionnement de la fosse pituitaire provoquent des processus pathologiques dans la glande pituitaire. Dans la vieillesse, l'amincissement se produit souvent. Chez les nouveau-nés, la structure de la selle turque est cartilagineuse.

Regardez des vidéos sur ce sujet.

Tailles de la norme et pathologie à différentes périodes de la vie

La plupart des scientifiques sont d'avis que la structure, la taille et la forme de la selle turque dépendent de la structure du crâne. Une confirmation particulière de cette théorie peut être trouvée dans les changements pathologiques, quand les os du crâne ne se développent pas de la même manière que chez la plupart des gens.

À l'adolescence, la selle turque se forme, tout comme d'autres parties du corps et des organes. La taille de la norme de la selle turque à 13-15 ans est de 9-12 mm. Une structure complètement individuelle de la fosse hypophysaire est formée à 19 ans.

La selle turque peut grossir à cause d'un microadénome hypophysaire, moins souvent à cause d'une hyperplasie de l'adénohypophyse. Une tumeur progressive provoque de graves maux de tête, l'obésité et d'autres troubles.

Le processus d'ossification prématurée de l'os sphénoïde entraîne une diminution des volumes de la selle turque. Ceci, le plus souvent, est précédé par une puberté accélérée. Toutes les pathologies nécessitent un traitement immédiat.

La nécessité des études par rayons X

Pour détecter les modifications de forme et de contour dues à la formation de tumeurs ou à la suite de blessures, ainsi que pour déterminer la taille de la selle turque, une radiographie est prescrite. Cette étude est particulièrement pertinente en cas de suspicion de tumeur hypophysaire.

Ces examens sont prescrits aux patients présentant une augmentation de la pression intracrânienne, des pathologies de la glande thyroïde et des glandes surrénales.

La radiographie est nécessaire si le test sanguin dépasse la prolactine.

Il est obligatoire d'étudier la structure de la selle turque en cas de développement de maux de tête d'origine inconnue.

Le gigantisme, le diabète insipide, l'acromégalie nécessitent un diagnostic approfondi et correct, impossible sans étudier les modifications de la selle turque.

Des rendez-vous de ce type sont nécessaires après des blessures de la voûte crânienne ou des inflammations de toute nature. Grâce aux rayons X, vous pouvez installer la "selle turque vide".

L'effet ionisant de tels dispositifs est absolument contre-indiqué pour les femmes enceintes. Le roentgen de la selle turque est attribué aux enfants en dernier recours. Cela est possible si d'autres méthodes ne permettent pas d'établir le diagnostic correct.

Le décodage des images est effectué par un radiologue. Identifie les caractéristiques des modifications de la selle turque. La signification, la forme, la taille et la déformation des parois des fosses pituitaires.

Si la selle turque a augmenté de taille ou si un amincissement des murs s'est produit, un néoplasme se produit. Il est important de savoir que les tumeurs bénignes ne provoquent pas de changements dans la structure des murs. Le résultat et les images doivent être en possession de pour des consultations ultérieures avec des spécialistes.

Caractéristiques de la tomodensitométrie

La tomodensitométrie de la selle turque est le plus souvent associée à l’étude des modifications pathologiques générales dans le cerveau.

Cependant, si le patient présente certaines indications, un examen séparé est également possible.

La tomodensitométrie (TDM) de la selle turque est indispensable en cas de problèmes de vision, facteurs dont les médecins considèrent la compression chiasma.

Les principaux facteurs préalables à la nomination de la selle CT:

  • néoplasmes possibles à l'hypophyse ou à la selle (adénomes et adénocarcinomes);
  • processus hormonaux de l'évolution négative associés à l'hypophyse;
  • diverses anomalies de développement.

Types de CT de la selle turque:

  • pas de contraste;
  • avec contraste, qui a pour but d'indiquer les modifications détaillées de l'hypophyse, d'identifier soigneusement les subtilités de l'irrigation sanguine et les caractéristiques du processus tumoral.

Le scanner est reconnu comme l'alternative la plus moderne à la radiographie. Le corps étudié est représenté dans l'image volumétrique. Les résultats sont nécessairement enregistrés sur une disquette.

En plus de cela, le radiologue fournit un avis écrit. Une autre caractéristique de CT est qu'il vous permet d'identifier même les lésions les plus mineures de la selle turque.

Vidéo utile sur le sujet

Indications IRM

La violation du diaphragme provoque une diminution de l'hypophyse. Il est une manière particulière écrasée le long des murs de la selle turque. Avec l'aide de radiographies pour identifier le processus pathologique est impossible.

Dans de tels cas, l'IRM du cerveau est montré. Maux de tête graves, perte de vision soudaine, baisse du tonus - symptômes nécessitant un traitement immédiat.

Ce tableau clinique peut indiquer des pathologies dangereuses ou des modifications de l'hypophyse, qui se prêtent à un traitement assez efficace. Les violations à la selle turque ont presque toujours un cours caché.

Les indications pour un examen IRM de la selle turque sont les suivantes:

  • anomalies neurologiques, avec une étiologie difficile à déterminer;
  • perturbation endocrinienne;
  • déficience visuelle significative.

Parmi les facteurs les plus prédisposants d’une propriété neurologique, les médecins soulignent:

  • mal de tête persistant;
  • les échecs associés à la pression artérielle, qui augmentent les sentiments déraisonnables de peur et d'anxiété;
  • Caractère "chagrin d'amour";
  • augmentation soudaine de la température corporelle, frissons sans causes spécifiques;
  • évanouissements et évanouissements, répétés assez souvent.

Des problèmes de vision peuvent se développer non seulement avec des lésions de l'hypophyse, mais également dans un certain nombre d'autres pathologies du cerveau.

  • douleur dans la région orbitale;
  • lorsqu'un objet est doublé ou triplé devant les yeux;
  • déchirure déraisonnable et excessive;
  • distorsion du champ visuel;
  • perte d'acuité visuelle.

Dans la plupart des cas, les processus pathologiques sur la selle turque sont accompagnés de symptômes totalement indépendants. Vous ne pouvez pas attendre avec l'IRM, surtout si cela est fortement recommandé par des experts.

L'étude de la maladie en gynécologie

Les fonctions de reproduction du corps féminin sont contrôlées par l'hypophyse et l'hypothalamus. Toute perturbation de l'activité de ces deux glandes provoque instantanément des processus pathologiques au niveau hormonal.

Les principaux sont présentés dans la liste suivante:

  • syndrome prémenstruel;
  • syndrome climatérique;
  • syndrome des ovaires polykystiques;
  • syndrome de postcastration;
  • syndrome adrénogénital.

Il est nécessaire d'étudier la selle turque avec un ensemble de signes indiquant un syndrome particulier. La radiographie ou l'IRM peuvent être prescrites si le patient a des problèmes de conception ou si le taux de prolactine dans le sang augmente.

Quoi qu'il en soit, le corps contient des troubles hormonaux qui nécessitent une correction immédiate. Les troubles pathologiques de l'hypophyse dans la moitié féminine se manifestent par de nombreux maux.

La détérioration de la santé la plus courante est associée à un cycle menstruel important et à une période qui le précède.

Les rides commencent à apparaître tôt, l'élasticité de la peau se détériore, des taches pigmentaires se forment. Change la structure des cheveux, commence souvent leur perte.

Le syndrome dyspeptique se développe, qui se caractérise par:

  • la constipation;
  • perte d'appétit;
  • la faiblesse;
  • fatigue
  • la migraine;
  • maux de tête;
  • somnolence

Bien entendu, afin de poser un diagnostic correct, outre l'étude de la selle turque, il est important de mener un certain nombre d'autres enquêtes. Parmi ceux-ci figurent les tests d'hormones, le diagnostic par ultrasons, l'imagerie pelvienne.

Les examens gynécologiques sont obligatoires. Les troubles de l'hypophyse nécessitent une approche et un traitement intégrés. Si le réservoir suprasellaire se prolonge dans la cavité de la selle turque

L'image symptomatique est accompagnée de:

  • une série de troubles neuroendocriniens;
  • processus pathologiques dans les organes de la vision;
  • maux de tête graves.

Selon les dossiers médicaux, près de 50% des personnes souffrent de sous-développement du diaphragme de la selle turque. Dans le même temps, un syndrome de selle turque vide est diagnostiqué avec un maximum de 23% des patients.

Les facteurs à l'origine du développement de cette anomalie sont nombreux, le plus important d'entre eux:

  1. Prédisposition héréditaire à la pathologie du tissu conjonctif.
  2. Maladies de nature auto-immune.
  3. Lésions infectieuses du corps d'étiologie complexe.
  4. Changements physiologiques (hormonaux) dans le corps.
  5. L'éducation des kystes arachnoïdiens.
  6. Augmentation significative de la pression intracrânienne associée à des problèmes cardiaques pulmonaires, à l'hypertension ou à des lésions du crâne.
  7. Infarctus de l'hypophyse ou nécrose soudaine de l'adénome hypophysaire.
  8. L'utilisation de contraceptifs oraux à long terme ou l'hypofonction des glandes endocrines.

Le diagnostic consiste à utiliser des méthodes instrumentales et de laboratoire. Les manifestations cliniques sont caractérisées par un cours récurrent. Par conséquent, un diagnostic précoce permet d'utiliser un traitement adéquat sans prescrire de méthodes chirurgicales cardinales.

Ostéoporose selle turque

L'ostéoporose est une maladie potentiellement mortelle pour un patient. L’ostéoporose de la selle turque entraîne une destruction irréversible de la composante osseuse du crâne. Selon les chercheurs, la taille de l'hypophyse reste normale ou dans un volume légèrement réduit.

L'ostéoporose locale de la selle turque est diagnostiquée comme une maladie secondaire, provoquant des tumeurs hypophysaires. Les patients dont le poids est inférieur à 5 kg constituent un groupe de risque particulier. La catégorie d'âge comprend les personnes après 35 ans.

L'amincissement de la structure osseuse peut être diagnostiqué aux stades les plus précoces. L'IRM la plus couramment prescrite. Les médecins insistent sur le fait qu'il ne faut pas ignorer les symptômes d'une telle maladie et, en cas de maux de tête d'étiologie confuse, contactez immédiatement des spécialistes.

Traitement et régime de prévention

Étant donné que la principale cause de l'ostéoporose est une violation du tissu osseux, il est important de prendre des mesures urgentes pour le restaurer. Il est nécessaire de développer la capacité du corps à restaurer la structure osseuse. Pour cela, une hormonothérapie complexe est indispensable.

  • progestatif;
  • les androgènes;
  • les oestrogènes;
  • bisphosphonates;
  • la calcitonine;
  • préparations de vitamine d

Le schéma thérapeutique doit être basé sur les caractéristiques individuelles de l'organisme, en tenant compte de l'historique des maladies principales et des maladies associées, sous la stricte surveillance du médecin traitant.

Les formes sévères d'ostéoporose de la selle turque nécessitent un usage prudent de médicaments hormonaux. Dans la plupart des cas, un remplacement pour la calcitonine.

L'accent principal pour la prévention de la maladie devrait être fait à la puberté, lorsque la croissance rapide du corps peut provoquer la formation de cette pathologie.

Selle turque dans le cerveau: le rôle dans le corps humain

Le cerveau humain a beaucoup de divisions. C'est vital pour tout organisme vivant. Toutes les fonctions du cerveau humain contribuent à son fonctionnement normal.

Les principales parties du cerveau humain et leur rôle.

La structure principale du cerveau est la suivante: le cortex; le cervelet; le coffre. Le cortex cérébral, à son tour, est divisé en hémisphère droit et gauche. Chacun d'eux est divisé en: partie frontale; pariétal; temporel; occipital.

Les deux hémisphères du cerveau remplissent leurs fonctions.

  1. La partie frontale gauche est responsable de la réflexion et de l'attention. En médecine, on dit qu'il détermine la personnalité d'une personne. Une selle turque dans le cerveau: un rôle dans le corps humain.
  2. Sur la partie pariétale d'activités telles que le comptage, la lecture, l'orientation, l'écriture et même la sensation de froid et de chaleur.
  3. Les deux parties temporelles surveillent la perception du son. Avec leur aide, une personne traduit le son entendu en mots. De plus, les lobes temporaux jouent un rôle important: la mémoire à long terme.
  4. La partie occipitale du cerveau est responsable de la vision. Il traite toutes les informations visuelles provenant de l'environnement.
  5. Le coffre. C'est l'une des parties les plus importantes du cerveau humain. Il a dans sa composition le milieu, la postérieure et la médulla. Chacune de ces parties remplit ses fonctions. Le cerveau moyen est responsable de la vision et de l'audition. Oblong - axé sur la respiration, la digestion et le système cardiovasculaire. Cette partie contrôle également les réflexes tels que la mastication, la succion, les éternuements et les vomissements.
  6. Cervelet. Cette petite section est située à l'arrière de la tête. Il est responsable de la coordination et de l'équilibre des mouvements.

Le cervelet est relié à l'hypothalamus, qui contrôle la fonction végétative du corps humain.

Qu'est-ce qu'une selle turque?

En regardant les images du cerveau, vous pouvez voir l'emplacement de la selle turque.

La selle turque dans le cerveau est une dépression dans l'os sphénoïde, qui a un dos particulier. Il est situé sous l'hypothalamus. Des deux côtés, il y a des nerfs optiques. C'est l'endroit où se trouve le sinus veineux. En outre, aller à la base des artères carotides du crâne. En conséquence, ils forment un réservoir artériel qui fournit du sang aux hémisphères cérébraux. En cas de violation des fonctions neuroendocrines, neurologiques et neuro-ophtalmologiques, un prolapsus des membranes du cerveau se produit dans la cavité de la selle turque. Au final, l'hypophyse se répand sur ses parois.

Les raisons de l'apparition d'une selle turque vide?

La selle turque dans le cerveau a une forme correspondante dans le coin du crâne. Dans des conditions normales, il est rempli de l'hypophyse. En cas de dysfonctionnement du corps, la forme de la selle est réduite et la quantité de glande pituitaire, respectivement, diminue. Ensuite, la selle turque dite vide commence à se former.

Il existe des symptômes primaires et secondaires de la formation de la maladie. La cause principale est un dysfonctionnement de l'hypophyse ou de l'hypothalamus. Il peut également apparaître pendant leur traitement. La maladie de la selle turque du cerveau humain provient du sous-développement de son diaphragme. En conséquence, les tissus mous des méninges pénètrent dans l’espace de la selle turque. Ainsi, la glande pituitaire sous la pression du tissu se dépose au fond ou elle peut être pressée étroitement contre ses parois.

Lors de la réduction du nombre d'hypophyse, un espace vide est occupé par le liquide céphalo-rachidien.

Cette maladie peut survenir lorsque:

  • grossesse ou sa terminaison. Dans ce cas, il existe une hyperplasie de la glande pituitaire;
  • utilisation de contraceptifs oraux;
  • grossesses très fréquentes;
  • augmentation de la pression, accompagnée d'insuffisance pulmonaire et cardiaque;
  • lésion cérébrale traumatique;
  • tumeurs cérébrales;
  • nécrose des tumeurs;
  • l'apparition de kystes sur l'hypophyse;
  • intervention chirurgicale dans l'hypophyse;
  • troubles congénitaux du diaphragme.

Certaines raisons peuvent perturber le fonctionnement du cerveau humain et conduire à la maladie de la selle turque:

  1. Un changement brusque de la pression du liquide céphalo-rachidien.
  2. Avec une hémorragie dans l'hypophyse.
  3. Dans le traitement du système endocrinien.
  4. En cas d'irradiation de l'hypophyse ou de l'hypothalamus.
  5. Paktinomy et tumeurs hypophysaires.
  6. Et aussi dans le cas de l'apparition d'une hyperplasie de l'hypophyse.

Des signes de dysfonctionnement de la selle turque?

Les symptômes de la maladie de la selle turque dans le cerveau peuvent être complètement différents. Mais souvent sans recherche qualitative, les complications ne peuvent pas être vues.

Les principaux symptômes de la maladie peuvent être divisés en trois groupes.

  1. Neurologique. La manifestation est accompagnée de maux de tête. Ils peuvent être différents.
    force et durée. Il y a aussi des changements dramatiques de la pression artérielle. Il y a un essoufflement. Il peut y avoir des frissons. Douleur incertaine dans les membres et l'abdomen. Dans certains cas, il existe des troubles émotionnels.
  2. Endocrinien Se produit des vomissements périodiques. Les changements de poids. Il y a une défaillance de la fonction sexuelle. Certains symptômes du diabète insipide peuvent être observés. En d'autres termes, un excès d'hormones hypophysaires apparaît.
  3. Visuels Il y a des violations du champ visuel. Il peut aussi y avoir un gonflement du bas de l'œil. Dans certains cas, une douleur rétrobulbaire peut survenir. En parallèle, elles apparaissent excessivement déchirantes. Tous ces symptômes apparaissent en violation des fonctions générales du cerveau. Si le nerf optique est surexploité, une perte de vision se produit.

Méthodes de traitement de la selle turque.

Le traitement de la maladie dépend des raisons de son apparition. Fondamentalement, seul un traitement symptomatique a lieu. Mais dans certains cas, la thérapie est possible et la raison principale.

Le traitement peut être de deux types:

  1. Chirurgical. Possible uniquement si le liquide céphalo-rachidien traverse les parois à la base de la selle. Cela se produit lorsque le diaphragme est comprimé par le nerf optique.
    La vidéo montre comment l'opération sur la selle turque.
  2. Médicaments. Il est utilisé avec une légère violation du dysfonctionnement autonome. Dans ce cas, un médicament contre la douleur est utilisé.

La maladie de la selle turque peut survenir en raison d'autres maladies.

  • acromégalie
  • hypothyroïdie
  • Itsenko - Maladie de Cushing

La maladie de la selle turque est étroitement liée au sinus sphénoïdal. Par conséquent, le retard dans son traitement augmente considérablement la possibilité de développer une méningite. On peut également l'observer chez les personnes en surpoids pendant la ménopause. Pour traiter cette maladie peut être à la fois à l'hôpital et à la maison. Mais sous stricte surveillance médicale.

Syndrome de selle turque vide: causes, symptômes, traitement

La selle turque est une formation anatomique dans l'os sphénoïde, une forme particulière, analogue au nom, forme. En son centre se trouve une dépression - la fosse pituitaire dans laquelle se trouve le principal organe endocrinien - la glande pituitaire. Sépare la fosse hypophysaire de l’espace sous-arachnoïdien du diaphragme de la selle turque, représenté par la dure-mère. Son trou laisse passer la tige hypophysaire, ce qui relie cette structure cérébrale à une autre, l'hypothalamus.

Il existe une pathologie dans laquelle les membranes du bulbe cérébral (prolabiruyut) de la fosse pituitaire pressent la glande pituitaire. Il se propage sur la selle, ce qui se manifeste par un complexe de troubles neurologiques, ophtalmiques et neuroendocriniens. C'est cette pathologie que l'on appelle le syndrome de selle turque vide. Notre article traitera de la raison pour laquelle il survient et de la manière dont il se manifeste, ainsi que des principes de diagnostic et de traitement de ce complexe de symptômes Mais d’abord, nous voudrions vous donner quelques informations historiques.

Contexte historique et statistiques

Le syndrome d'une selle turque vide... Beaucoup de lecteurs sont probablement perplexes sur le nom mystérieux de cette pathologie. Mais tout est assez simple.

Ce terme a été proposé au milieu du siècle dernier. Le pathologiste V. Bush a étudié le matériel de plus de 700 personnes décédées des suites de diverses maladies non liées à l'hypophyse et a soudainement découvert un fait intéressant. Le diaphragme de la selle turque manquait presque complètement à 40 cadavres (dont 34 femmes) et l'hypophyse était recouverte d'une fine couche sur le fond. À première vue, cela semblait vide du tout. Le spécialiste s’intéressa à sa découverte et lui donna le nom de "syndrome de selle turque vide".

Les symptômes associés à cette pathologie ont été établis presque 20 ans plus tard - en 1968. Plus tard, les scientifiques ont suggéré de distinguer 2 formes de ce syndrome, que nous discuterons dans la section appropriée.

Selon les statistiques, cette anomalie est présente dans presque chaque dixième habitant de notre planète et est plus fréquente chez les femmes. En règle générale, il ne se manifeste pas et se retrouve par hasard - lors de l'examen de toute autre maladie. Cependant, chez certaines personnes, le syndrome d'une selle turque vide provoque encore un certain nombre de symptômes qui, à un degré ou à un autre, détériorent la qualité de vie de ces patients.

Types de pathologie

Classer cette pathologie en fonction des facteurs qui l'ont provoquée. Allouer les formes primaires et secondaires. Le primaire se pose tout seul, sans les maladies hypophysaires qui le précèdent. Le secondaire peut être dû à:

  • hémorragies dans la tumeur hypophysaire;
  • radiothérapie ou traitement médicamenteux rapide de certaines maladies de l’hypophyse;
  • processus infectieux dans le système nerveux central.

Causes et mécanisme de développement

Le syndrome de selle turque vide se forme dans l’insuffisance du diaphragme. Ce dernier peut être à la fois primaire (déjà à la naissance) et secondaire (acquis).

À l'adolescence, pendant la grossesse ou la ménopause, ainsi que dans d'autres affections accompagnées d'une restructuration endocrinienne du corps, il se produit une hyperplasie transitoire (augmentation de la taille) de l'hypophyse et de ses jambes. On peut également l'observer lors de l'utilisation à long terme par la femme de contraceptifs hormonaux combinés et d'un traitement hormonal substitutif pour l'insuffisance primaire des fonctions de cet organe.

L’hypophyse élargie exerce une pression sur le diaphragme, ce qui entraîne son amincissement et l’augmentation du diamètre du trou. Par la suite, la taille de l'hypophyse redevient normale et l'insuffisance du diaphragme ne disparaît nulle part, cette structure ne rétablissant pas ses fonctions.

La situation est aggravée par une augmentation de la pression intracrânienne, pouvant survenir dans les néoplasmes cérébraux, les traumatismes crâniens ou les neuroinfections. Cela augmente les chances que l'ouverture du diaphragme de la selle turque s'élargisse davantage.

Une conséquence de la défaillance du diaphragme est la propagation de la pie-mère dans la cavité de la selle turque. Ils pressent la glande pituitaire, réduisant ainsi la taille verticale de cette glande, la plaquant contre les parois et le bas de la selle.

Les cellules hypophysaires, même avec un effet externe prononcé, continuent à fonctionner dans les limites de la norme physiologique. Les symptômes caractéristiques de cette pathologie découlent d'une violation du contrôle de l'hypothalamus sur l'hypophyse par des modifications de l'anatomie de ces structures cérébrales.

À proximité immédiate de la selle turque se trouve le croisement des nerfs optiques - chiasm opticus. Les changements pathologiques dans cette région anatomique entraînent une tension des nerfs optiques ou perturbent leur circulation. Cliniquement, cela se manifeste dans les troubles de la vision du patient.

Les symptômes

Les manifestations cliniques du syndrome de selle turque vide sont irrégulières - certains symptômes sont périodiquement remplacés par d'autres.

Du côté du système nerveux, de tels désordres sont possibles:

  1. Mal de tête C'est le symptôme le plus commun de cette pathologie. Cependant, il n'a pas certaines caractéristiques. Son intensité varie de légère à sévère, sa durée - de paroxystique à presque constante. La localisation claire de la douleur est également absente.
  2. Troubles végétatifs. Les patients peuvent se plaindre de:
  • baisse de la pression artérielle;
  • apparition soudaine de frissons;
  • sensation d'essoufflement et d'essoufflement;
  • anxiété et peur;
  • une augmentation de la température corporelle jusqu'à des valeurs subfébriles (en règle générale, pas plus de 37,5 à 37,6 ° C) non associée à une pathologie somatique ou infectieuse;
  • douleurs de nature spastique dans l'abdomen ou les membres;
  • vertiges jusqu’à une perte de conscience à court terme.

3. Irritabilité, labilité mentale, diminution de l’intérêt pour la vie.

Les troubles du système endocrinien sont associés à une production altérée (augmentation ou diminution) d'hormones hypophysaires. Ce peut être:

  • hyperprolactinémie (la libération d'un grand nombre de prolactine entraîne des troubles de la sphère sexuelle chez les femmes et les hommes);
  • acromégalie (associée à une synthèse accrue d'hormone de croissance);
  • Maladie Itsenko-Cushing (conséquence de la sécrétion excessive d'hormone adrénocorticotrope par les cellules de l'hypophyse);
  • diabète insipide (se produit lorsqu'il existe une déficience en vasopressine sécrétée par les cellules de l'hypothalamus ou en conséquence d'une violation du processus de son excrétion de l'hypophyse dans le sang);
  • syndrome métabolique;
  • hypopituitarisme - partiel ou total (sécrétion réduite d'une ou de plusieurs hormones hypophysaires à la fois).

Les troubles de l’organe de la vision dépendent du degré de perturbation de l’approvisionnement en sang des nerfs optiques et de la circulation du liquide céphalorachidien dans les espaces arachnoïdiens. Un patient peut éprouver:

  • douleur derrière le globe oculaire d'intensité variable, accompagnée de vision double, de déchirure, de brumisation du champ de vision, de clignotements (photopsies);
  • pathologie des champs visuels (taches noires en eux (scotomes), perte de moitié (hémianopsie));
  • diminution de l'acuité visuelle (le patient note simplement qu'il a soudainement commencé à voir pire);
  • gonflement et rougeur de la tête du nerf optique, détectés par un ophtalmologiste au cours de l'ophtalmoscopie.

Principes de diagnostic

Le processus de diagnostic comprend 3 étapes:

  • la collecte par le médecin des plaintes des patients, des données d'anamnèse et un examen objectif de celles-ci (à ce stade, un diagnostic préalable est généralement établi);
  • tests de laboratoire;
  • diagnostics instrumentaux.

Considérez chacune d’elles plus en détail.

Plaintes, antécédents, examen objectif

Il est possible de suspecter le syndrome primaire d'une selle turque vide s'il existe une lésion cérébrale traumatique dans les antécédents du patient, en particulier chez les patientes - un grand nombre de grossesses, l'utilisation prolongée de médicaments contraceptifs hormonaux.

En poussant le médecin à réfléchir à cette pathologie de nature secondaire, des informations sur les tumeurs hypophysaires préexistantes, sur lesquelles une intervention neurochirurgicale a été pratiquée ou sur laquelle une radiothérapie a été prescrite, seront utiles.

Objectivement, les signes des affections et des maladies décrites dans la section précédente peuvent être détectés.

Diagnostic de laboratoire

Ici, il est important de faire un test sanguin pour le niveau de l'une ou l'autre hormone hypophysaire, dont les signes de violation se produisent chez un patient particulier (prolactine, ACTH, somatotrophine et autres).

Nous attirons l'attention du lecteur sur le fait que les troubles hormonaux ne sont pas toujours accompagnés par cette pathologie. Par conséquent, le niveau normal dans le sang de même chacune des hormones sécrétées par l'hypophyse n'exclut pas le diagnostic de ce syndrome.

Méthodes de diagnostic instrumental

Les plus importants ici sont les méthodes d’imagerie - l’imagerie par résonance magnétique ou par ordinateur, et la seconde de ces méthodes présente des avantages considérables par rapport à la première.

Les images montrent l'image suivante: dans la cavité de la selle turque, il y a de l'alcool; l'hypophyse est réduite de manière significative en taille verticale (3 mm ou moins), a une forme irrégulière (aplatie), est décalée vers la paroi arrière ou le bas de la selle.

L'imagerie par résonance magnétique peut également détecter des signes indirects d'augmentation de la pression intracrânienne: l'expansion des ventricules cérébraux et d'autres espaces contenant du liquide céphalorachidien.

Parmi les méthodes de diagnostic les plus accessibles au public, il est possible de noter la radiographie ciblée de la zone de selle turque. La photo montre une diminution de la taille de l'hypophyse et la cavité de la selle, respectivement, apparaît vide. Toutefois, les possibilités de cette méthode de recherche ne nous permettent pas d’énoncer de manière fiable la présence ou l’absence du syndrome de selle turque vide.

Tactique de traitement

Le but des mesures thérapeutiques est la correction des troubles des systèmes nerveux, endocrinien et de la vision. Selon les caractéristiques de la pathologie chez un patient particulier, il peut être recommandé un traitement médical ou une intervention chirurgicale.

Si le syndrome de la selle turque est découvert complètement par hasard, ne montre aucun symptôme, ne provoque pas de gêne pour le patient, dans ce cas, il ne nécessite pas de traitement. Ces patients doivent être surveillés et examinés périodiquement afin que le médecin puisse détecter à temps une possible détérioration de leur état.

Traitement de la toxicomanie

  • En cas de troubles hormonaux confirmés en laboratoire sous la forme d'une déficience sanguine en hormones individuelles, un traitement hormonal substitutif est administré - la substance manquante est introduite dans le corps par l'extérieur.
  • En cas de symptômes de troubles du système autonome, un traitement symptomatique est prescrit au patient (sédatifs, hypotension, analgésiques et autres médicaments).

L'hypertension intracrânienne n'est pas sujette à correction avec des médicaments, elle passera d'elle-même une fois que la cause en aura été éliminée.

Traitement chirurgical

Dans certaines situations cliniques, hélas, sans l'intervention d'un neurochirurgien, ce n'est pas possible. Les indications pour la chirurgie sont:

  • affaissement du chiasme optique dans l'ouverture dilatée du diaphragme, accompagné d'une compression;
  • fuite de liquide céphalo-rachidien (LCR) à travers le fond aminci de la selle turque; Ce symptôme est appelé "liqueur" et se manifeste cliniquement par l’expiration d’un liquide incolore (cette liqueur) des voies nasales du patient.

Dans le premier cas, la fixation transsphénoïdale du chiasma optique (chiasma) est réalisée - de cette manière, elle est éliminée par compression et affaissement.

Pour éliminer le liquide céphalo-rachidien, pratiquez le muscle de tamponnement par selle turc.

Conclusion

Le syndrome de selle turque vide est une pathologie qui touche près de 10% de la population de notre planète.

Dans certains cas, il est asymptomatique et ne se trouve qu'après le décès, à l'autopsie. Dans d'autres, il ne se manifeste pas non plus et est diagnostiqué complètement par hasard - lors de recherches sur une maladie différente. Dans le troisième (moins chanceux), le syndrome de la selle turque s'accompagne d'un complexe de symptômes divers et variables, qui dégradent souvent considérablement leur qualité de vie.

La norme de diagnostic est l'imagerie par résonance magnétique. D'autres méthodes de recherche ne permettent pas de juger avec une grande certitude si le patient est atteint ou non de cette pathologie.

Les tactiques de traitement, en fonction des caractéristiques de l'évolution de la maladie, vont de l'observation dynamique au traitement médical, voire à une intervention chirurgicale. Le pronostic est également ambigu: certains patients vivent heureux pour la vie même, ignorant même l’existence d’une telle pathologie, d’autres se sentent mal à l’aise et sont contraints de prendre des médicaments en permanence.

Quel médecin contacter

Si vous présentez des maux de tête persistants et des anomalies aux organes internes, notamment un gain de poids, une hypertension et une perte de vision, vous devez contacter un neurologue. La consultation de l'endocrinologue et l'étude du contexte hormonal sont nécessaires. Un ophtalmologiste examine un patient pour diagnostiquer une lésion du nerf optique. Si nécessaire, une opération neurochirurgicale.

Clinique de recherche "MedHalp", un film d’information sur le thème "Le syndrome de la selle turque à vide":

Selle turque: ses fonctions et ses pathologies

Cette formation osseuse a reçu son nom inhabituel en raison de sa ressemblance totale avec la selle du dessin turc lui-même - avec des dos avant et arrière élevés, qui excluent la chute du cavalier en avant ou en arrière.

C'est le nom de la structure osseuse, dont l'existence est conçue pour subvenir aux besoins de l'hypophyse située dans son approfondissement - la glande responsable de l'état de l'ensemble du système endocrinien humain. Sans interférer avec une certaine mobilité relative de la glande, la forme et le volume de l'encoche au centre de la selle turque créent les conditions pour que cette formation, qui n'est reliée à la surface inférieure du gros cerveau que par un isthme de jambe mince, ne puisse se déplacer.

Le concept général de la selle turque

La base du crâne, composée de plusieurs os de structure différente, s'ajoute aux dépressions. Les creux crâniens antérieur, moyen et postérieur ont une partie centrale surélevée, formée par le corps de l'os en forme de coin (ou principal) et ses composants structurels. Au centre du corps de l'os sphénoïde, il y a une dépression, ou fosse hypophysaire, délimitée par des saillies osseuses: devant: les processus antérieurs inclinés des petites ailes de l'os sphénoïde et du tubercule de la selle au centre;

Le voisinage de la selle turque n'est pas seulement avec les nerfs optiques, mais avec tous les nerfs crâniens en général, s'étendant de la base du cerveau, dans certains cas, leur pathologie peut devenir dangereuse.

A propos de la structure

L'hypophyse (ou simplement l'hypophyse, ou l'appendice cérébral inférieur) n'est pas directement adjacente à la base osseuse de la selle turque. Être dans un état semi-suspendu sur la jambe d'alimentation qui communique avec l'hypothalamus, il est simultanément coupé par le diaphragme. Ce dernier est une structure de tissu conjonctif - une plaque séparée de la dure-mère, dans laquelle se trouve une ouverture pour le passage de la jambe de liaison. Le diaphragme est attaché aux saillies osseuses qui forment les parois avant et arrière de la selle.

L’état de la glande pituitaire peut être affecté par la taille de la cavité de fermeture ainsi que par la présence d’une pathologie dans les organes adjacents.

Les dimensions propres de la glande avec une masse de 0,5 g sont les suivantes:

  • antéro-postérieur 5-13;
  • supérieur-inférieur 6-8;
  • transversal 3-5 mm.

Les dimensions de la selle turque peuvent avoir les limites suivantes:

  • la distance entre les murs avant et arrière de 9 à 15;
  • distance maximale du point le plus profond au niveau d'ouverture de 7 à 13 mm. L'écart entre les limites de l'hypophyse et les parois de la selle ne doit pas être inférieur à 1 mm.

À son tour, la forme de la rainure de selle peut être:

Le premier à accueillir l'organe glandulaire est optimal. Dans les deuxième et troisième variantes (avec la prédominance de la taille antéro-postérieure sur la profondeur ou inversement), sa position devient moins favorable pour la mise en œuvre de l'irrigation sanguine, dont dépendent à la fois l'état de la glande et son activité sécrétoire.

Les formations jumelées à la selle turque sont voisines de:

  • le tractus optique;
  • le nerf maxillaire et mandibulaire quittant le crâne, respectivement, par des trous ronds et ovales à sa base;
  • artère méningée moyenne, pénétrant dans la fosse mi-crânienne par le foramen épineux;
  • III, IV et VI nerfs crâniens émergeant du crâne à travers la fissure orbitale supérieure.

Sur les côtés, à proximité immédiate de la fosse hypophysaire, il y a des pyramides avec des ouvertures auditives internes pour l'entrée des nerfs faciaux et la libération des nerfs de la cochléaire antérieure à la porte. Le dos de la selle, à son tour, sert de début à la pente, sur laquelle sont situés le pon et la moelle, sur les côtés desquels sont situés les hémisphères cérébelleux.

A propos des fonctions effectuées

Traditionnellement, on pense que la tâche principale de l'existence de cette structure est de maintenir la glande pituitaire dans une position stable et confortable pour elle. Mais ce ne sont pas toutes ses fonctions.

De plus, son dos postérieur est le substrat de la médulla oblongata et du pont, tandis que son antérieur est le substrat de la région du chiasma optique (chiasma opticum).

A propos des types possibles de pathologie

Ceux-ci comprennent:

  • changement de taille (et de volume, respectivement) de la cavité centrale, à la fois vers le haut et vers le bas;
  • excès de pression dans la niche de la selle turque;
  • calcification de sa cavité;
  • écarts dans le niveau de pneumatisation osseuse (teneur en air dans les cavités osseuses) à la fois dans le sens de son absence ou de sa diminution et dans le sens de sa redondance.

En plus des anomalies de taille du dragage de la selle turque dans l’intestin, l’état du diaphragme de la formation d’os elle-même est significatif.

Le diamètre de l'orifice du diaphragme n'est pas constant. En raison de la présence de fibres musculaires dans sa composition, il peut changer, ce qui affecte l'état de la glande et les formations nerveuses et vasculaires situées à côté.

En plus du diamètre, l’état général de cette cloison extrêmement flexible et flexible sépare l’hypophyse de l’espace sous-arachnoïdien autour du grand cerveau rempli de liquide céphalo-rachidien (liquide céphalo-rachidien). Il peut avoir une structure ou une épaisseur anormale ou ne pas s’attacher aux os aux endroits appropriés.

Dans la variante de l'amincissement, du sous-développement du diaphragme ou d'une ouverture trop large, il est possible de l'enfoncer dans la cavité de la masse du LCR en même temps que la membrane molle du cerveau, avec divers degrés de compression de la glande pituitaire. Dans le cas de la compression la plus forte, ils parlent d'une selle turque «vide», impliquant l'absence d'une structure pituitaire normale due à l'aplatissement de l'organe - la cavité est remplie de LCR avec des restes de tissus glandulaires et de nerfs optiques enfoncés (car ils sont situés directement au-dessus du diaphragme de la selle).

Sur les causes du dysfonctionnement

Les raisons de troubles de la fonction du lit osseux hypophysaire peuvent être:

  • malformations congénitales - déviations de la taille et de la forme appropriées en raison de caractéristiques génétiques;
  • des troubles du métabolisme des minéraux et des microéléments, conduisant à la fragmentation ou à la destruction du tissu osseux;
  • troubles systémiques ou circulatoires locaux;
  • hypertension intracrânienne;
  • la présence d'une tumeur provoquant une déformation de la cavité osseuse.

Selon la cause réelle, le degré de dysfonctionnement peut être nettement prononcé ou subtil. Ainsi, si une tumeur maligne se développe rapidement avec une destruction rapide des os et une augmentation tout aussi rapide des symptômes, dans les maladies métaboliques (pathologie endocrinienne, maladies du sang, maladies immunitaires et autres déficiences, processus infectieux chroniques dans le corps), la pathologie est légère et nécessite étude longue et scrupuleuse.

L’état du diaphragme de la selle et de ses structures individuelles constitue une catégorie distincte de causes. Outre son atrophie ou son sous-développement, sa faible épaisseur ou son attachement indéfectible aux os, la réponse des fibres musculaires du diaphragme à l'état d'intoxication du corps, ou au début de la peur, de la colère ou d'autres émotions négatives résultant d'une situation stressante à laquelle ils réagissent par spasme (jusqu'à la courbure du diaphragme).

Symptômes de pathologie de la selle turque

Considérant que sa tâche principale est de protéger l'appendice inférieur du cerveau, tout écart par rapport à la norme en taille, forme et structure de la selle turque (en particulier en combinaison avec le facteur d'hypertension intracrânienne) entraîne un dysfonctionnement hypophysaire, ce qui se traduit par divers symptômes:

  • neurologique;
  • endocrinologique;
  • visuel

Le premier groupe de symptômes comprend la présence de non motivés:

  • maux de tête, de nature et d'intensité différentes, localisation, en fonction de l'heure de la journée et d'autres facteurs;
  • manifestations asthéniques (sous forme de fatigue rapide injustifiée et de faiblesse déraisonnable, d'intolérance même de petites charges physiques et mentales);
  • dysfonctionnement végétatif (jusqu’à crises végétative et crises de panique) avec hypertension artérielle, douleurs à l’abdomen et au cœur, diarrhée, essoufflement, troubles du rythme cardiaque, transpiration et refroidissement des extrémités;
  • fluctuations dans le contexte émotionnel: de l'apathie à l'amertume, au larmoiement ou à la gaieté débridée.

La gravité des symptômes endocriniens peut varier de signes peu visibles à des manifestations cliniques significatives et dépend du degré d'activité ou de l'insuffisance de la production de telle ou telle hormone par l'hypophyse. Par conséquent, un déséquilibre hormonal peut se manifester:

  • l'obésité;
  • diminution ou activité excessive de la glande thyroïde (dans le premier cas, somnolence combinée à un gonflement, constipation, peau sèche, ongles et cheveux cassants, dans le second cas - une montée émotionnelle avec une activité fébrile irrégulière, des palpitations, des mains tremblantes, etc.);
  • manifestations de l'acromégalie - gigantisme à la fois par rapport à la hauteur de la croissance et à la taille des différentes parties du corps;
  • symptômes d'hyperprolactinémie liés à des troubles de la sexualité et de la procréation (instabilité du cycle menstruel, infertilité masculine et féminine, gynécomastie masculine - augmentation de la taille et de la masse des glandes mammaires);
  • trouble des glandes surrénales sous la forme du syndrome d'Itsenko-Cushing avec un type caractéristique d'obésité, une peau sèche et la présence de bandes bleu violacé sur la peau de l'abdomen, des hanches, des glandes lactées, de l'excès de pression artérielle et de la croissance des poils, des troubles mentaux (dépression ou manifestations agressives) et autres symptômes pathologiques caractéristiques.

Les manifestations visuelles d'une pathologie ressentie par un patient peuvent être appelées symptômes visuels:

  • vision floue avec l'effet de "brouillard", le flou des objets;
  • vision double;
  • réduction de l'acuité ou des degrés variables de champs visuels limitants (des points noirs à la perte de la moitié des champs visuels);
  • douleurs oculaires (derrière les yeux).

Le fond de l'oeil vu par un oculiste est caractérisé par une hyperhémie et un œdème des disques du nerf optique.

Sur le diagnostic des violations

Aucun des symptômes énumérés n’est pathognomonique (caractéristique) du dysfonctionnement des structures de la selle turque - ce n’est que par leur combinaison que nous pouvons supposer la présence d’une pathologie.

Pour clarifier le diagnostic requis:

  • examen par un ophtalmologiste;
  • tester les hormones dans le sang et l'urine;
  • Consultation d'un gynécologue (pour les femmes);
  • l'étude de méthodes radiologiques ou ultrasonores.

Aux problèmes de traitement

Les méthodes d'exposition en cas de dysfonctionnement de la selle turque peuvent inclure un traitement:

  • des médicaments;
  • chirurgical;
  • combinés.

La première direction comprend la correction des troubles somatiques ayant entraîné une compression de l'hypophyse en raison de modifications des indices de constance de l'environnement interne du corps. Cela implique:

  • rétablissement d'indicateurs normaux de pression intracrânienne et de pression artérielle;
  • élimination des états déficients (normalisation du métabolisme hormonal et des autres formes de métabolisme tissulaire);
  • restauration de la lymphe et de la circulation sanguine dans le corps (en particulier au niveau de la microcirculation).

Toutes ces mesures ne sont couronnées de succès qu'avec un léger degré de dysfonctionnement de la selle turque. La présence de tumeurs ou d'un autre facteur destructeur nécessite une intervention microchirurgicale dans cette zone, suivie d'une correction médicamenteuse en période postopératoire.

En conclusion

Si le patient ne présente aucune pathologie, il suffit de se faire surveiller périodiquement par un neuropathologiste.

Par conséquent, le dépistage par des médecins spécialistes qui suivent une stratégie de prévention de la maladie élaborée devrait être régulier.

KCC. Crâne '' Vide '' selle turque. +

'' Vide '' selle turque.

L.N. Samsonov, A.V. Svirin

Le terme de syndrome de selle turque «vide» doit être compris comme le prolapsus d’une citerne suprasellaire dans la cavité d’une selle turque, accompagné d’un tableau clinique de maux de tête, de troubles neuroendocriniens et visuels.

L'unité de la régulation neurohumorale dans le corps humain est assurée par le système hypothalamo-hypophysaire, dans lequel les nerfs optiques et le chiasma sont étroitement liés anatomiquement. Le développement de conflits dans la région chiasmatique, hypothalamo-hypophysaire conduit à une déficience visuelle [21,36].
La selle turque «vide» a été introduite en médecine par W. Busch en 1951. Il fut le premier à relier une selle turque partiellement «vide» à l'insuffisance du diaphragme. Il proposa également une classification des formes de la selle turque en fonction du volume des réservoirs intrasellaires et du type de structure du diaphragme [11,20,22,25].
Selon Busch, 40 à 50% des personnes souffrent d'un sous-développement ou de l'absence d'un diaphragme de selle turc. Les symptômes cliniques associés à la selle «vide» ont été décrits pour la première fois en 1968 par N Guiot [36]. Ils sont beaucoup moins fréquents (selon différents auteurs, entre 10 et 23% du groupe des patients neuroendocriniens) [3, 19].
Weiss et Raskin ont souligné la nécessité de faire la distinction entre PTS primaire (idiopathique) et secondaire (après radiothérapie et traitement chirurgical) [20,21,22].
Anatomie d'une selle turque
L'entrée de la selle turque couvre la dure-mère, appelée le diaphragme de la selle (Fig. 1). Le diaphragme sépare la cavité de la selle turque et la glande pituitaire de l'espace sous-arachnoïdien, à l'exclusion du trou par lequel passe la jambe (l'entonnoir) de la glande pituitaire. La fixation du diaphragme, son épaisseur et la nature de l'orifice sont sujets à des variations anatomiques importantes [6,20,22, 23,37]. Le diaphragme peut être sous-développé, avec une ouverture fortement élargie à travers laquelle un réservoir suprasellaire est introduit à divers degrés dans la cavité [3,7,12,20,38,41]. La selle turque «vide» ne doit pas être prise au pied de la lettre: elle est remplie de liquide céphalo-rachidien, de tissu hypophysaire, parfois de chiasme et de nerfs optiques pouvant «s'affaisser» [6.41].

Dans 80% des cas, un prolapsus antérieur du réservoir suprasellaire se produit [7.41] (Fig. 2).

Étiologie et pathogenèse du PTS
La membrane arachnoïdienne se prolonge dans la cavité de la selle turque à travers un trou du diaphragme si la taille de celui-ci dépasse 5 mm [22,25,34,41]. Une insuffisance du diaphragme est une condition préalable à la formation du TCP.
On connaît actuellement un large éventail de facteurs pathologiques et physiologiques contribuant au développement d'une selle turque «vide»:
- augmentation de la pression intracrânienne due à une maladie cardiaque pulmonaire, une hypertension artérielle, une lésion cérébrale traumatique;
- augmentation locale de la pression dans les ventricules avec tumeurs cérébrales, thrombose sinusale;
- processus physiologiques (grossesse, accouchement, ménopause);
- hypofonction primaire des glandes endocrines périphériques, utilisation prolongée de contraceptifs oraux;
- les kystes arachnoïdiens développés à la suite d'une arachnoïdite opio-chiasmatique;
- nécrose spontanée de l'adénome hypophysaire, infarctus de l'hypophyse;
- maladies infectieuses graves (méningite, fièvre hémorragique);
- maladies auto-immunes (thyroïdite auto-immune, maladie de Sjogren, adénohypophysite lymphocytaire);
- infériorité héréditaire du tissu conjonctif (présence de PTS chez les parents et les enfants).
Ainsi, il a été établi que la formation d'une selle turque «vide» nécessite deux conditions: insuffisance du diaphragme et hypertension intracrânienne, d'autres facteurs ne contribuant qu'à son développement [1,20,22,29,34].
Clinique du syndrome TCP
Le tableau clinique est dynamique, le renouvellement d’un syndrome par un autre, les rémissions spontanées [2,3,22,].
Plus souvent, les femmes sont malades (4/5) âgées de 35 à 55 ans. Environ 75% des patients sont obèses [13,22,29,36].
Le symptôme le plus fréquent est le mal de tête (80-90%), qui n'a pas de localisation claire et varie de légère à insupportable, presque constant [2,13,8,22,26]. Le dysfonctionnement hypothalamique est exprimé par des syndromes végétatifs et des crises végétatives avec des frissons, une forte augmentation de la pression artérielle, des cardialgies, un essoufflement, une anxiété, des douleurs à l'abdomen, des membres, de la fièvre, des états souvent syncopaux [2,8,22,32]. En plus des troubles végétatifs, les patients atteints du syndrome de PTS sont sujets à des troubles émotionnels-personnels et motivationnels. Les symptômes cliniques et l'évolution de la maladie sont aggravés par une situation de stress aigu ou chronique [3,5].
Les symptômes endocriniens du PTS sont dus à une altération de la fonction tropique de l'hypophyse, se manifestant par une hypo ou une hypersécrétion et une gravité variable: de subclinique à sévère. [1,12,13, 20,22, 24,33]. Per Bjerre note que les troubles hypophysaires du syndrome PTS sont similaires aux modifications de l'adénome hypophysaire et que le syndrome PTS est souvent associé à des microadénomes [22]. L'hypothyroïdie, l'hyperprolactinémie et le dysfonctionnement sexuel (puissance réduite, libido, oligo- et aménorrhée) sont plus fréquents chez les patients de ce groupe [21,31,37]. Brismar a mis en évidence un syndrome de choc post-traumatique chez des patients atteints de la maladie d'Itsenko-Cushing, Dominique a signalé la présence d'un syndrome STP chez 10% des patients atteints d'acromégalie [7,13,22,37].
La cause des troubles endocriniens dans le PTS n’est pas considérée comme une compression des cellules sécrétoires de l’hypophyse, qui continuent à fonctionner même avec une hypoplasie importante, mais une violation du contrôle hypothalamique de l’hypophyse résultant de difficultés d’entrée dans les neurohormones hypothalamiques [3,6,29,35,36,39,39].
Déficience visuelle dans le syndrome de PTS
Les modifications du système visuel sont de nature et de gravité différentes [1,5,8,19,20,22,32]. Le plus souvent, les patients souffrent de douleurs rétrobulbaires, accompagnées de larmoiement, de chimiose, de diplopie, de photopsies et de «nébulisation» [32,38].
Une diminution de l'acuité visuelle, des modifications des champs visuels, un œdème et une hyperémie de la tête du nerf optique (disque optique), détectés au cours de l'examen, sont sujets à des fluctuations et dépendent de la circulation de la liqueur dans les espaces arachnoïdiens et de l'apport sanguin au trajet chiasmo-optique [5,8,38].
Selon Obrador S., sur 19 patients atteints de PTS sur 7, les troubles visuels n'étaient exprimés que par des symptômes subjectifs (vision floue, diplopie, photopsie), dans 3 des cas d'œdème de disque optique récurrent bilatéral ophtalmoscopique, une hémianopsie a été détectée sans raison évidente. 7 patients atteints de STP ne présentaient aucune déficience visuelle [38].
Pour le syndrome TCP, les défauts du champ visuel sont caractéristiques. Les hémianopsies bitemporales, les scotomes central et paracentral et, plus rarement, les hémianopsies quadrant et binasale [1,19,20,27,29,36] sont plus courantes.
Bosman et Bergstrand ont décelé des anomalies du champ visuel chez 10 patients sur 48 atteints de STP, Jaja-Albarran chez 6 patients sur 41, Per Bjerre chez 3 patients sur 20, Mortara et Non-Dell chez 4 patients sur 7 [22,24,33].
Formé deux concepts pathogénétiques des troubles du champ visuel dans le PTS: traction et ischémie. Selon le premier concept, la tension entre le chiasme et le bord antérieur du diaphragme (lorsque celui-ci est déplacé dans la cavité de la selle turque) et la tension entre le chiasme et la tige pituitaire (lorsque la jambe est déplacée vers l'arrière et sur le côté) peut entraîner des défauts dans les champs visuels. En tant que deuxième théorie ischémique, il existe des options pour la compression de l'artère orbitale dans l'espace sous-arachnoïdien entourant le nerf optique et la détérioration de l'irrigation sanguine du chiasme et du nerf optique lui-même lorsqu'ils sont retirés de la piscine carotide [27,29,36].
Les hémianopsies binasale et quadrant sont similaires aux modifications du champ visuel du glaucome primitif à angle ouvert. Le diagnostic différentiel dans ces cas est difficile, mais important parce que le glaucome à basse pression n'est pas rare et nécessite une attention particulière de la part d'un ophtalmologiste [1,20,40,43]. Il existe des preuves de la combinaison fréquente de TCP avec le glaucome.
Beattie a diagnostiqué le syndrome de PTS chez 8 patients atteints de glaucome: 3 avaient un glaucome à basse pression, 4 un glaucome à angle ouvert typique et un glaucome néovasculaire. L'excavation glaucomateuse du disque optique a été identifiée par discoscopie stéréoscopique et confirmée par une photographie stéréoscopique. Pendant 5 ans, les patients ont reçu un traitement antihypertenseur local ayant un effet positif: le glaucome a eu une évolution stable sans progression des anomalies du champ visuel [20].
Il y a un point de vue différent sur ce problème. Berke, Neelon, Yamayashi décrivent également des cas de glaucome à basse pression en association avec le TCP et suggèrent que ces patients ont un «pseudoglaucome» [20, 37, 43]. Cependant, Rouhiainen, examinant 15 patients atteints de glaucome à basse pression avec syndrome de TCP, est parvenu à la conclusion que la coïncidence du syndrome de TCP avec le glaucome devrait être considérée comme plus correcte [40].
Les crises végétatives caractéristiques du syndrome de TCP aggravent la situation et peuvent entraîner une altération de la circulation sanguine dans l'artère rétinienne centrale (ARC). En règle générale, ces troubles surviennent chez les jeunes femmes souffrant d'obésité et de troubles endocriniens [19,29].
Le syndrome de PTS est détecté chez 10% des patients atteints d'hypertension intracrânienne bénigne, dont les principaux symptômes cliniques sont également des maux de tête et un gonflement du nerf optique [5,8,22,23]. La cause du DVG reste incertaine. Les troubles endocriniens sont considérés comme le facteur étiologique le plus fréquent: obésité, hypo- et hyperthyroïdie, galactorrhée-aménorrhée, grossesse, ménopause. Per Bjerre rapporte des cas de perte soudaine de la vision chez des patients atteints de DVG, qui sont à l'origine d'un gonflement accru des nerfs optiques et d'une compression dans le canal optique [22,23]. La relation entre PTS et hypertension intracrânienne bénigne est probablement double [22].
L'examen ophtalmologique chez les patients atteints du syndrome de PTS est d'une importance cruciale pour le diagnostic de la maladie et le choix de la tactique de traitement. La menace de perte de vision est une indication pour une intervention chirurgicale [3 6].
Outil de diagnostic de TCP
Jusqu'à récemment, des tests de radiation étaient utilisés pour diagnostiquer la selle turque «vide»: craniographie, pneumo-cisternographie et tomographie assistée par ordinateur, qui n'étaient pas suffisamment informatives et sûres [22,24,33].
La tomographie par résonance magnétique (IRM) est actuellement une méthode sûre et très sensible pour l’imagerie de la région de la cave chiasmique [6,38,41].
L'IRM permet d'effectuer des recherches dans n'importe quel plan en coupes minces de 1-1,5 mm, avec un contraste tissulaire élevé, sans artéfacts des structures osseuses du crâne.
Pour PTS se caractérise par une triade de symptômes:
· Le premier symptôme est la présence de liquide céphalo-rachidien dans la cavité de la selle turque, comme en témoignent les zones d'un signal de faible intensité uniforme dans le mode T1W et d'un signal de forte intensité dans le mode T2W, la glande pituitaire est déformée, a la forme d'une faucille ou d'une demi-lune de 2-4 mm d'épaisseur, son tissu est blanc-épais la substance du cerveau, l'entonnoir, est généralement situé au centre;
· Le deuxième - prolapsus asymétrique du réservoir suprasellaire dans la cavité de la selle, déplacement de l'entonnoir en avant, en arrière ou latéralement;
· Le troisième - l’amincissement et l’allongement de l’entonnoir pituitaire.
Outre les principales modifications de la région parasellaire, l'IRM révèle des signes indirects d'hypertension intracrânienne (expansion des ventricules et des espaces contenant de l'alcool) associés à cette pathologie.
Il existe des preuves d'une sensibilité de presque 100% de l'IRM dans le diagnostic du syndrome de PTS [7,10,38,41].
Diagnostic de laboratoire
Basé sur la détermination des hormones tropicales de l'hypophyse, mais il n'y a aucune certitude et stabilité dans ces indicateurs, qui est également caractéristique du TCP [1,13,20,33].
Ainsi, le syndrome de PTS est un complexe symptomatique de troubles neuroendocriniens et visuels dont le tableau clinique est similaire à celui d’un adénome hypophysaire. L'étiologie et la pathogenèse du syndrome déterminent l'insuffisance congénitale du diaphragme, l'augmentation de la pression intracrânienne et un certain nombre de facteurs connexes. La cause des troubles neuroendocriniens n’est pas censée être la compression des cellules sécrétoires de l’hypophyse, mais la compression de ses jambes, ce qui entraîne une violation du contrôle hypothalamique de l’hypophyse.
Les troubles visuels sont représentés par des plaintes subjectives, des défauts des champs visuels et une détérioration de l’acuité visuelle, ils sont causés à la fois par une pression accrue dans l’espace sous-arachnoïdien entourant le nerf optique et par une ischémie du système chiasm-visuel. Les modifications ophtalmoscopiques du syndrome de PTS se traduisent par une hyperhémie et un gonflement du nerf optique, mais peuvent être représentées par l’atrophie de la ONH avec une excavation glaucomateuse typique. Combinaison marquée du syndrome TCP avec le glaucome.
L'évolution clinique du syndrome est récurrente en raison du degré de déficience endocrinienne, neurologique et visuelle. En règle générale, la maladie évolue favorablement avec un diagnostic précoce et un traitement symptomatique adéquat. Les troubles visuels progressifs sévères sont des indications pour un traitement chirurgical.