Hormones adénohypophyse, leur structure et leur fonction

Secouant

Qu'est-ce que l'hypophyse que beaucoup de gens connaissent, mais tous n'ont pas entendu parler de l'adénohypophyse. Un autre nom de la glande pituitaire est la glande pituitaire, elle est située à la base même du cerveau. Le fait que cette formation de mucus soit protégée par les os du crâne souligne son importance exceptionnelle pour le corps. Le poids de l'hypophyse est très faible - 0,5 g (après l'accouchement chez la femme, il atteint 1,5 g).

Glande structure

La glande est représentée par trois lobes - le volume de la neurohypophyse (le lobe postérieur de l'hypophyse) est de 20%, le lobe moyen est une mince couche de cellules qui a une tige profonde. Le lobe antérieur de l'hypophyse est appelé adénohypophyse. Les hormones qui y sont synthétisées régulent le fonctionnement des glandes endocrines périphériques.

Les parts de l'hypophyse ont une structure et un développement différents, leurs fonctions sont également différentes. Par exemple, l'adénohypophyse est directement impliquée dans le développement du corps humain. Si, dans ce lobe, l'activité hormonale échoue, la personne développe une acromégalie - longs membres et doigts, grandes lèvres et nez. Les hormones du lobe postérieur améliorent le travail des muscles lisses et sont responsables du fonctionnement des vaisseaux sanguins, de la pression artérielle, des reins et de l'utérus. La proportion intermédiaire (moyenne) de l'hypophyse régule les processus de pigmentation, maintient le tonus du système nerveux, est responsable de la douleur et participe au métabolisme des graisses.

Qu'est-ce que l'adénohypophyse?

Le lobe antérieur de l'hypophyse constitue la majeure partie de sa masse totale. Dans la phase embryonnaire du développement, l'adénohypophyse se forme à partir des cellules épithéliales de la partie postérieure de la cavité buccale et, avec le développement de l'embryon, se déplace progressivement dans la région du diencephale.

L'adénohypophyse est constituée de deux fragments: distal et bulbaire. En ce qui concerne la composition cellulaire de l'adénohypophyse, l'histologie est la suivante: la partie antérieure est constituée de cellules endocrines glandulaires, représentées par deux types, chacun produisant une hormone spécifique. Étant donné que les fonctions de l'hypophyse sont principalement attribuées à la partie antérieure de la glande, des perturbations de ce lobe peuvent entraîner de graves dysfonctionnements dans toutes les parties de l'hypophyse.

Hormones adénohypophyse

Les hormones de l'adénohypophyse sont divisées en deux catégories: efficaces, cette catégorie comprend la prolactine et la somatotrophine et les tropiques, qui comprennent les hormones stimulant la thyroïde et les gonadotropes.

Somatotropique l'hormone régule la formation osseuse, elle est responsable de l'accumulation de graisse et de sa distribution dans le corps. De plus, la somatotrophine est responsable de la formation des muscles, est directement impliquée dans les processus métaboliques et est un stimulant de l'insuline.

La prolactine - sa fonction principale est la reproduction. Il influence la formation des glandes mammaires et, pendant la lactation, est responsable de la combinaison des structures protéiques, de la production et du retour du lait. Bien que la prolactine soit davantage une hormone féminine, elle est produite dans le corps des deux sexes, car elle est responsable du développement des caractères sexuels secondaires, forme les caractères sexuels primaires et active la synthèse de la testostérone. En outre, la prolactine est responsable du développement des organes internes de l'homme.

Corticotropine - Cette hormone, qui aide à activer la couche corticale des glandes surrénales. L'effet de cette hormone stimule la production de corticostéroïdes, de progestérone et d'œstrogènes.

Lyutropine - C’est une hormone qui participe à la synthèse de la testostérone et de la progestérone et crée également des conditions favorables à la fonctionnalité normale des glandes sexuelles. Dans le corps masculin, cette hormone affecte la synthèse de la testostérone et, chez la femme, active l'ovulation.

Thyrotropine a un effet sur la glande thyroïde. La follitropine stimule la croissance du follicule et participe au processus de spermatogenèse.

Comme il ressort de ce qui précède, les hormones dans le corps humain sont très importantes. Une quantité excessive ou insuffisante de celles-ci entraîne le dysfonctionnement de divers systèmes et organes, ce qui nuit naturellement à la santé du corps dans son ensemble.

La plupart des hormones de l'adénohypophyse participent au travail des glandes endocrines. Ils stimulent la glande thyroïde, les glandes surrénales, les glandes sexuelles. Cependant, certaines glandes endocrines synthétisent leurs hormones sans implication directe de la glande pituitaire.

Maladies et pathologies

Le manque d'hormones produites par l'adénohypophyse peut être observé à la suite de:

  • mauvais apport sanguin à l'hypophyse;
  • une hémorragie;
  • processus inflammatoires dans le cerveau;
  • violations des navires;
  • l'exposition;
  • lésions cérébrales.

Un excès d'hormones synthétisées est le plus souvent associé à la présence d'un adénome hypophysaire - une tumeur de nature bénigne hormonalement active. Il peut se développer avec l'utilisation à long terme de contraceptifs, après une lésion cérébrale traumatique ou en raison d'une cause de neuroinfections.

Les maladies associées au travail de l’adénohypophyse peuvent perturber le fonctionnement de tout l’organisme. S'il s'agit d'une pathologie congénitale, l'apparence de la personne change. Le manque d'hormones adénohypophyse conduit au nanisme, et l'excès - au gigantisme.

Si une insuffisance hormonale survient chez une personne déjà formée (à l'âge adulte), on peut alors observer une acromégalie: la posture est courbée, la voix devient grossière, les extrémités grossissent, il y a des troubles du système cardiovasculaire et du travail des organes internes. En cas d'insuffisance hormonale du lobe postérieur de l'hypophyse, des modifications se produisent dans le système urinaire.

  1. L'hypothyroïdie est une maladie qui peut se développer à la suite d'une déficience secondaire en hormones hypophysaires. Dans cette maladie, la concentration d'hormones thyroïdiennes est fortement réduite. La maladie est divisée en maladie primaire (résultant de lésions de la thyroïde, carence en iode, radiation), secondaire (perturbation de l'hypophyse) et tertiaire (manque d'hormones thyroïdiennes en raison d'un dysfonctionnement de l'hypothalamus).
  2. Hypreprolactinémie. Le développement de cette maladie entraîne une synthèse excessive de la prolactine. Cette maladie se manifeste par la libération de lait des glandes mammaires (chez les personnes des deux sexes), l'impuissance, l'échec du cycle menstruel, l'échec du métabolisme, l'acné, la stérilité et le retard du développement sexuel. L'hypreprolactinémie peut déclencher le développement du diabète.
  3. L'adénome hypophysaire peut être de deux types: hormonalement actif et hormonalement inactif. Ces tumeurs bénignes se développent lentement et se divisent en microadénomes et macroadénomes. Il est assez difficile de diagnostiquer cette maladie car les symptômes n'apparaissent pas. Cependant, avec l'adénome, des maladies des organes du système endocrinien, l'obésité, des maux de tête, une perte de vision peuvent se développer et des verrues apparaissent. Avec la croissance active de la tumeur peut être observé des troubles mentaux.
  4. Le nanisme hypophysaire se développe suite à l’échec de la production de somatotropine. Dans ce cas, la croissance des os et des organes internes ralentit.
  5. Syndrome de Symmonds - se manifeste par un état de faiblesse constante et de vertiges. Cela est dû à une mauvaise circulation de l'hypophyse et à des lésions infectieuses du cerveau.
  6. Hypopituitarisme - réduction brusque ou arrêt de la synthèse des hormones tropicales. Chez les enfants, cela entraîne un retard de développement et un retard de croissance. Chez les adultes atteints de cette affection, le remplacement du tissu musculaire par du tissu adipeux, une diminution de la glycémie et une atrophie des organes génitaux et des seins.
  7. Selle turque vide. Si l'hypophyse ne remplit pas complètement la selle turque, le liquide céphalo-rachidien y pénètre, ce qui provoque une diminution de la taille de l'hypophyse. Dans ce cas, la vue du patient est considérablement réduite, il existe une forte irritabilité, l'obésité.
  8. Syndrome d'Itsenko-Cushing. Dans ce cas, le corps augmente la concentration de cortisol. L'obésité du patient est disproportionnée: des dépôts graisseux apparaissent dans l'abdomen, le cou et le visage. En outre, l'ostéoporose, une pilosité accrue se développe, le cycle menstruel s'arrête.

Mesures de diagnostic

Si les symptômes de la maladie sont exprimés clairement, il est alors nécessaire de consulter un endocrinologue. Le spécialiste nommera une série de tests de laboratoire qui fourniront des informations complètes sur les niveaux d'hormones humaines. Si l'on soupçonne la présence de nœuds dans la glande thyroïde, nommez une échographie de l'organe.

Un scanner ou une IRM du cerveau est effectué pour diagnostiquer une tumeur. L'examen des organes de la vision permet de déterminer dans quelle mesure les branches des nerfs crâniens sont touchées (avec un adénome).

Traitement nécessaire

Les dysfonctionnements de l'hypophyse sont traités de manière exhaustive. Tout d'abord, la thérapie vise à normaliser la synthèse des hormones. Le traitement peut être un médicament, une radiothérapie et une chirurgie. Dans le cas d'un adénome, la thérapie vise à réduire la pression qu'une tumeur peut exercer sur la structure du cerveau.

En cas d'insuffisance hormonale, le traitement hormonal substitutif est prescrit par des analogues synthétiques des hormones naturelles de l'adénohypophyse. En règle générale, une telle thérapie est prescrite pour une longue durée et parfois pour la vie.

Bien que les adénomes hypophysaires soient extrêmement rarement malins, cela ne signifie pas que le traitement sera facile - le spécialiste doit choisir des médicaments qui non seulement réduisent l'activité hormonale de la formation, mais également qui inhibent la croissance de l'adénome et en réduisent la taille.

Le nanisme hypophysaire est une maladie complexe, pour le traitement de laquelle les médecins utilisent l'hormone de croissance. Il n'y a pas si longtemps, les experts tentaient de résoudre le problème du nanisme avec de l'insuline. Cependant, de nos jours, les médecins choisissent de plus en plus de stéroïdes anabolisants pour leur traitement.

Le fait est que les nains hypophysaires ont dans la plupart des cas une sensibilité accrue à une diminution de la concentration de glucose dans le sang. Par conséquent, si le médecin décide d’utiliser l’insuline pour le traitement, il est recommandé de commencer à la prendre à faible dose, tout en offrant au patient une grande quantité de glucides dans son alimentation. L'insuline stimule la croissance du patient, mais provoque en même temps l'obésité.

Le traitement chirurgical est principalement utilisé pour enlever une tumeur hypophysaire. La chirurgie est pratiquée dans la cavité nasale pour réduire le risque de complications et réduire la durée du séjour postopératoire du patient.

S'il est impossible de retirer chirurgicalement une tumeur et si le traitement médical est inefficace, les médecins peuvent appliquer une radiothérapie, avec laquelle il est possible de contrôler avec succès la croissance de l'éducation. La technologie la plus récente est conçue pour garantir que seule la glande pituitaire reçoive une dose de rayons, tandis que le reste du cerveau reste intact.

La méthode qui sera efficace dans tel ou tel cas devrait être choisie par l’endocrinologue, en tenant compte des caractéristiques individuelles du patient et de la maladie elle-même.

Microadénome hypophysaire du cerveau: ses causes, ses symptômes, son diagnostic et son traitement

L’hypophyse est l’organe principal du système endocrinien, dont les hormones contrôlent l’activité de toutes les glandes périphériques. Il est situé à la base du crâne et consiste en une adénohypophyse et une neurohypophyse. L'adénohypophyse produit des hormones stimulant la thyroïde, corticotropes, gonadotropes, somatotropes, mélanotropes et la prolactine. La neurohypophyse est responsable de la distribution de la vasopressine et de l'ocytocine.

Microadénome hypophysaire. Qu'est ce que c'est

Le microadénome hypophysaire du cerveau est une tumeur bénigne du tissu glandulaire, dont la taille ne dépasse pas 10 millimètres. Les tumeurs hypophysaires sont divisées en inactives hormonales (ne produisent pas d’hormones) et en hormones actives. Parmi ces derniers, en fonction de l'hormone produite, on distingue les types suivants:

  • le prolactinome (prolactine);
  • corticotropinome (adrénocorticotropine);
  • hormone de croissance (hormone somatotrope);
  • thyrotropinome (thyrotropine);
  • microadénomes mixtes (produisant plusieurs hormones).

Causes et facteurs provoquants

Les raisons du développement de microadénomes hypophysaires restent non identifiées, mais certains facteurs provoquants peuvent augmenter les risques de pathologie. Ils peuvent être divisés en facteurs externes et internes.

Facteurs externes:

  • blessure au crâne ou au cerveau;
  • lésions cérébrales infectieuses;
  • violations au cours de l'embryogenèse, en raison de l'effet sur le fœtus de médicaments, de substances toxiques, de rayonnements ionisants; ils sont importants dans les microadénomes congénitaux;
  • L'utilisation prolongée de contraceptifs oraux combinés par une femme au cours de nombreux cycles menstruels réduit la production d'hormones ovariennes; en conséquence, l'hypophyse produit une plus grande quantité d'hormones lutéinisantes et stimulantes du follicule, un microadénome de l'hypophyse correspondant peut survenir;
  • chez les femmes, le risque de développer une tumeur augmente avec de nombreuses grossesses et avortements

Facteurs internes:

  • réduction de la fonction thyroïdienne due à des maladies à long terme;
  • violation des glandes surrénales;
  • réduction de la production d'hormones du système reproducteur;
  • dans le syndrome de l'adénomatose multiple, qui est une maladie héréditaire, on observe des tumeurs d'autres glandes, la probabilité de développer un microadénome pituitaire est plus élevée

L'hypophyse réagit à une production insuffisante d'hormones en améliorant le travail - il est nécessaire de normaliser le fond hormonal.

Symptômes de microadénome hypophysaire par type

Les manifestations de microadénome hypophysaire sont divisées en spécifiques et non spécifiques.

Les symptômes non spécifiques sont causés par la compression des tissus environnants. Ils peuvent être observés dans n'importe quel type de néoplasme du système nerveux central. Parmi eux se trouvent:

  • Le mal de tête, qui est permanent, peut être à la fois bilatéral et unilatéral;
  • déficience visuelle: diplopie, modification de la perception des couleurs, strabisme - ces symptômes sont causés par une atteinte du nerf optique;
  • des vertiges.

Les manifestations spécifiques dépendent de la partie de l'hypophyse modifiée, dont les hormones sont perturbées.

Prolactinome

Ce type de microadénome hypophysaire survient environ 10 fois plus souvent chez les femmes que chez les hommes. Les symptômes caractéristiques du prolactinome sont causés par l'exposition à l'hormone prolactine. Ce type de néoplasme indique une croissance lente et une nature bénigne du flux.

Étant donné que les symptômes chez les femmes apparaissent plus tôt, il est possible de diagnostiquer une prolactine dans les premiers stades de développement. Chez l'homme, les manifestations ne sont pas spécifiques et la maladie est détectée plus tard.

Symptômes chez les femmes:

  • trouble menstruel: une augmentation de la prolactine perturbe la synthèse des hormones lutéinisante (LH) et folliculo-stimulante (FSH); l’ovulation est inhibée; le cycle menstruel est prolongé à 3 mois; il y a aménorrhée - l'absence de menstruation; la durée des saignements menstruels diminue - elle peut durer 2 jours ou moins; flux menstruel maigre alternant avec des saignements;
  • le dysfonctionnement ovarien, jusqu’au manque d’ovulation, peut entraîner une infertilité;
  • galactorrhée - un liquide semblable au lait est libéré des mamelons;
  • faible teneur en œstrogène provoque une diminution de la libido;
  • altération du métabolisme des minéraux: les os perdent du calcium, deviennent fragiles - fractures fréquentes, caries;
  • la prolactine affecte les glandes surrénales, produit des androgènes, provoque la pousse des cheveux de type masculin (au-dessus de la lèvre supérieure, sur le dos, sur l'abdomen) et provoque l'apparition de l'acné (acné);
  • si le microadénome hypophysaire du cerveau se développe dans l'enfance, le patient est sous-développé dans les organes reproducteurs;
  • Les perturbations émotionnelles sont également causées par un taux élevé de prolactine dans le sang: affaiblissement de l'attention et de la mémoire, fatigue, fatigue constante, troubles du sommeil et insomnie;
  • sous l'influence de la prolactine, des modifications du métabolisme des graisses, les glucides sont transformés activement en graisses, ce qui conduit à l'obésité

Les symptômes chez les hommes apparaissent lorsque la tumeur a déjà atteint une taille importante - un taux accru de prolactine inhibe la formation de testostérone.

  • Avec le prolactinome, il y a pénurie de substances, sans lesquelles la maturation du sperme est perturbée, la stérilité se forme;
  • impuissance ou altération de la libido due à une réduction du taux de testostérone;
  • une augmentation du taux de prolactine chez les femmes entraîne des modifications des glandes mammaires du type féminin - gynécomastie;
  • les troubles psycho-émotionnels sont similaires à ceux observés chez les femmes: instabilité émotionnelle, altération de la mémoire, attention;
  • si la maladie a commencé avant la puberté, il existe une violation dans le développement de caractéristiques sexuelles secondaires: pilosité faciale clairsemée, obésité de type féminin - dépôt de graisse sous-cutanée dans les cuisses, épaules étroites réduisant la taille des testicules.

Hormone de croissance

Le somatotropinome sécrète de l'hormone somatotrope. Si la maladie survient chez un adulte, une acromégalie se développe, qui affecte presque tous les organes et systèmes:

  • la taille des organes internes augmente: le foie et le pancréas sont le plus souvent atteints (voir photo ci-dessus);
  • le visage change: les sourcils, le nez, les oreilles, la mâchoire inférieure augmentent;
  • les pieds et les mains augmentent;
  • le diabète sucré se développe avec un long trajet de la maladie, car l’hormone somatotrope supprime la production d’insuline;
  • hypertension artérielle;
  • Le métabolisme du calcium est perturbé, une lithiase urinaire peut survenir;
  • L’hyperplasie des os et du tissu conjonctif provoque le développement d’une arthrose déformante.

Dans l’enfance, le somatotropinome peut provoquer un gigantisme. Il y a une croissance extrêmement élevée, un engourdissement des extrémités des jambes et des bras, de graves maux de tête.

Corticotropine

L'hormone corticotrope, sécrétée par la corticotropine, contrôle l'activité des glandes surrénales. Son excès provoque le développement de la maladie d'Itsenko-Cushing. Cette condition présente les symptômes suivants:

  • obésité caractéristique: la graisse sous-cutanée se dépose principalement sur le visage, les épaules, l'abdomen, la poitrine, le dos, tandis que les membres restent minces;
  • étendues de couleur rouge foncé sur la peau de l'abdomen, la poitrine;
  • Les glucocorticoïdes affectent les échanges de minéraux, sous leur influence le calcium quitte les os: l'ostéoporose et l'urolithiase se développent;
  • pilosité excessive;
  • en raison des effets sur le système cardiovasculaire, une hypertension artérielle se développe;
  • le diabète sucré se développe en raison d'une diminution de la tolérance au glucose;
  • altération de l'ovulation chez les femmes et diminution de la libido chez les hommes;
  • affaiblissement du système immunitaire, qui se traduit par de fréquentes maladies infectieuses et catarrhales
  • dépression, troubles du comportement et sommeil

Thyrothropinomie

Ce type de microadénome hypophysaire du cerveau produit une hormone stimulant la thyroïde qui régule le fonctionnement de la glande thyroïde. En conséquence, la thyrotoxicose se développe. Les principaux troubles du thyrotropinome sont associés à une modification du métabolisme de base:

  • perte de poids sur le fond d'appétit normal ou même augmenté;
  • transpiration excessive, faible tolérance à la chaleur;
  • glycémie élevée (hyperglycémie) - les hormones thyroïdiennes ont un effet contre-insulaire;
  • sous l'influence constante de l'hormone stimulant la thyroïde, il se produit une augmentation de la taille de la glande thyroïde;
  • diminution de la fréquence cardiaque, de la fréquence respiratoire, de l'hypertension artérielle;
  • instabilité émotionnelle (tremblement essentiel), tremblement de tout le corps;
  • les yeux des patients sont toujours brillants, les orbites dépassant, l'iris touche la paupière inférieure;
  • trouble menstruel chez la femme, impuissance et gynécomastie chez l'homme

Les effets des microadénomes hypophysaires

Une tumeur hormonale active est capable de perturber le métabolisme des minéraux: les minéraux sont lessivés des os, l'ostéoporose se développe et les systèmes endocrinien, cardiovasculaire, respiratoire et reproducteur sont perturbés par l'action des hormones. Dans 98% des cas de microadénome de l'hypophyse, la grossesse est exclue - une infertilité est observée.

Si la conception a eu lieu, il y a un grand risque d'interruption spontanée. Par conséquent, immédiatement après avoir établi le fait de la grossesse, on prescrit aux femmes des médicaments qui inhibent la production de prolactine.

Diagnostics

Si vous trouvez les symptômes caractéristiques d'une activité accrue des glandes périphériques, le médecin vous prescrit une série d'études pouvant confirmer ou infirmer la présence de la maladie.

  • IRM (imagerie par résonance magnétique) et CT (tomodensitométrie). Les signes radiologiques de microadénome n’ont donc pas recours à des méthodes de recherche plus précises: la tomodensitométrie et l’IRM - elles permettent de visualiser une éducation d’un diamètre inférieur à 5 millimètres.
  • Un test sanguin pour déterminer le niveau d'hormones est très informatif, il peut montrer la présence de la maladie au stade initial de développement. Mais, en raison du fait qu'il n'y a toujours pas de manifestations cliniques, ce type de recherche à un stade précoce, en règle générale, n'est pas désigné.
  • Un examen ophtalmologique révèle une déficience visuelle causée par un microadénome hypophysaire.

Traitement de microadénome

Compte tenu des conséquences d'un déséquilibre hormonal, le traitement des néoplasmes de l'hypophyse doit commencer immédiatement après la confirmation du diagnostic. Généralement, il est basé sur l'utilisation de trois méthodes:

  • traitement médicamenteux - utilisation de médicaments normalisant les niveaux hormonaux
  • manipulations chirurgicales;
  • traitement radiochirurgical

Le choix de la stratégie est effectué individuellement dans chaque cas. Si le microadénome ne se manifeste pas (il est inactif sur le plan hormonal et n'augmente pas de taille), aucune intervention n'est requise. Mais l'observation est nécessaire: le patient doit consulter un endocrinologue une fois par mois et se soumettre à une IRM une fois tous les six mois. Un traitement primaire est nécessaire lorsque le micro-adénome grossit ou produit une quantité excessive d'hormones.

Traitement médicamenteux

Le choix des médicaments affecte le type d'hormones sécrétées. Pour évaluer l'efficacité du médicament, il est nécessaire de procéder régulièrement à une imagerie par résonance magnétique et à une analyse sanguine afin de déterminer la concentration d'hormones.

Pour supprimer les prolactinomes, on utilise des médicaments - des agonistes de la dopamine. Leur objectif est de normaliser l'hypophyse et le niveau de prolactine. Ceux-ci comprennent:

Un traitement médicamenteux de la somatotrophine est recommandé à condition de présenter des symptômes modérément sévères et un taux de somatotrophine stable dans le sang. Les médicaments suivants sont utilisés:

  • Bromocriptine (parlodel);
  • Norprolac;
  • L'octréotide;
  • Sandostatin LAR.

Le traitement de la thyrotropinomie est effectué avec prudence si la croissance hormonale n’est pas observée et qu’il n’ya pas de compression des structures cérébrales adjacentes. Analogues de somatostatine bien prouvés. Si le micro-adénome est hormonalement actif, le traitement médicamenteux n’est prescrit qu’en complément de la chirurgie.

Le corticotropinome ne se prête pas au traitement médicamenteux, seul un effet médicamenteux sur le cortex surrénal est possible afin de réduire la production d'hormones. Drogues utilisées du groupe des inhibiteurs de la biosynthèse des hormones surrénales:

Mais seul un traitement chirurgical peut éliminer complètement la corticropinomie.

En règle générale, l'utilisation de médicaments permet d'éviter certains types de microadénomes de l'hypophyse du cerveau. Mais dans certains cas, une intervention chirurgicale est nécessaire:

  • l'inefficacité de la pharmacothérapie;
  • intolérance aux médicaments prescrits;
  • une augmentation des prolactinomes chez une femme enceinte;
  • hémorragies causant une nécrose tumorale

Traitement chirurgical

En raison de son caractère peu invasif (l'opération est réalisée par voie endoscopique, le microadénome est enlevé par le nez), il est possible d'éviter les complications graves et de raccourcir la période de récupération postopératoire à 3 jours.

Traitements radiochirurgicaux

Cette méthode est utilisée pour les microadénomes à faible activité, qui peuvent éventuellement être associés à l’utilisation de médicaments. Couteau radiochirurgical appliqué - un faisceau de rayons qui affecte le tissu de la tumeur. Après une telle manipulation, le microadénome décroît avec le temps, sans causer de gêne au patient.

Pronostic de récupération

Avec les microadénomes, le pronostic est bon, le néoplasme est plus facile à traiter que les grosses tumeurs. Si le micro-adénome n'est pas sensible au traitement conservateur et si une intervention chirurgicale est prescrite, vous ne devez pas avoir peur, car le risque de complications lors d'une intervention aussi peu invasive est beaucoup plus faible que le risque de progression de la tumeur en l'absence de traitement. Si l'adénome est hormonalement inactif et ne présente aucun symptôme, la tâche principale consiste à surveiller régulièrement son état.

Prévention

Il n'y a pas de mesures spécifiques pour éviter le développement du microadénome hypophysaire pour le moment. Cependant, il existe un ensemble de mesures à la suite desquelles vous pouvez réduire considérablement le risque de pathologie:

  • en présence de changements hormonaux, vous devez les ajuster;
  • si les symptômes persistent, consultez immédiatement un médecin;
  • traiter en temps opportun les maladies infectieuses du cerveau, afin de se conformer aux mesures prises pour les prévenir;
  • en présence d'un diagnostic établi, adhérez à toutes les recommandations du médecin

Il est prouvé qu'avec la détection précoce et le traitement précoce de la maladie au stade initial de développement, le microadénome peut disparaître de lui-même.

Adénome hypophysaire du cerveau - symptômes. Traitement et chirurgie pour enlever l'adénome hypophysaire chez les femmes et les hommes

De nombreuses maladies sont détectées par hasard lors de l'examen pour d'autres raisons. L'adénome hypophysaire est l'une de ces maladies. Il s’agit d’une éducation bénigne diagnostiquée chez une personne sur cinq. Si la maladie est dangereuse, si elle peut être maligne - ces questions se posent chez les patients atteints de ce problème.

Qu'est-ce qu'un adénome hypophysaire du cerveau?

L'hypophyse, petite mais très importante pour notre corps, est située dans la partie inférieure du cerveau, dans la poche osseuse de l'os crânien, appelée "selle turque". C'est un appendice cérébral de forme arrondie, qui est l'organe dominant du système endocrinien. Il est responsable de la synthèse de nombreuses hormones importantes:

  • la thyrotropine;
  • l'hormone de croissance;
  • la gonadotrophine;
  • vasopressine ou hormone antidiurétique;
  • ACTH (hormone corticotrope).

Une tumeur dans l'hypophyse (code «Néoplasmes» de la CIM-10) n'est pas entièrement comprise. Sous l’hypothèse des médecins, il peut être formé à partir de cellules d’une hypophyse en raison du transfert:

  • neuroinfections;
  • lésion cérébrale traumatique;
  • intoxication chronique;
  • effets des rayonnements ionisants.

Bien que, dans ce type d'adénomes, n'observent pas de signes de malignité, ils sont capables de comprimer les structures cérébrales entourant la glande pituitaire à mesure qu'ils augmentent mécaniquement. Cela implique une déficience visuelle, des maladies endocriniennes et neurologiques, une formation kystique, une apoplexie (hémorragie dans le néoplasme). L'adénome du cerveau en relation avec l'hypophyse peut se développer dans l'emplacement local de la glande et aller au-delà de la "selle turque". D'où la classification des adénomes selon la nature de la distribution:

  • Adénome endosellaire - à l'intérieur de la poche osseuse.
  • Adénome endoinfrassellaire - la croissance se fait dans une direction descendante.
  • Adénome endosuprasellaire - la croissance se fait vers le haut.
  • Adénome endolaterocellulaire - la tumeur se propage à gauche et à droite.
  • Adénome mixte - l'emplacement sur la diagonale dans n'importe quelle direction.

Les microadénomes et les macroadénomes sont classés par taille. Dans 40% des cas, l'adénome peut être inactif sur le plan hormonal et dans 60% des cas, sur le plan hormonal. Les formations hormonalement actives sont:

  • gonadotropinome, à la suite de laquelle les hormones gonadotropes sont produites en excès. Les gonadotropinomes ne sont pas détectés de manière symptomatique;
  • thyrotropinomoy - dans l'hypophyse est synthétisée hormone stimulant la thyroïde qui contrôle la fonction de la glande thyroïde. Avec une haute teneur en hormone, le métabolisme s'accélère, perte de poids rapide et incontrôlée, nervosité. Thyrotropinome - un type rare de tumeur qui provoque une thyrotoxicose;
  • corticotropinome - l'hormone corticotrope est responsable de la production de glucocorticoïdes dans les glandes surrénales. Les corticotropinomes peuvent devenir malins;
  • Hormone de croissance - Une hormone somatotrope est produite, qui affecte la dégradation des graisses, la synthèse des protéines, la production de glucose et la croissance corporelle. Avec un excès d'hormone, une sudation sévère, une pression, une fonction cardiaque altérée, la courbure de la morsure, une augmentation des pieds et des mains, un grossissement des traits du visage sont observés;
  • prolactinome - synthèse de l'hormone responsable de la lactation chez la femme. Ils sont classés en fonction de leur taille (dans le sens d’une augmentation du taux de prolactine): adénopathie, microprolactinome (jusqu’à 10 mm), kyste et macroprolactinome (plus de 10 mm);
  • L’adénome à ACTH (basophile) active la fonction surrénalienne et la production de cortisol, dont une quantité excessive provoque le syndrome de Cushing (symptômes: dépôt de graisse dans le haut de l’abdomen et le dos, poitrine, pression accrue, atrophie musculaire, vergetures sur la peau, ecchymoses, visage en lune);

Adénome hypophysaire chez les hommes

Les statistiques montrent que la maladie affecte chaque dixième membre du sexe fort. L'adénome de l'hypophyse chez les hommes peut ne pas apparaître pendant une longue période, les symptômes ne sont pas prononcés. Très dangereux pour le prolactinome masculin. L'hypogonadisme se développe en raison d'une diminution de la testostérone, de l'impuissance, de la stérilité, d'une diminution du désir sexuel, d'une augmentation des glandes mammaires (gynécomastie) et de la perte de cheveux.

Adénome hypophysaire chez les femmes

Une tumeur de l'hypophyse peut se former chez 20% des femmes d'âge moyen. Dans la plupart des cas, la maladie est léthargique. Les prolactinomes représentent la moitié des cas de tumeurs hypophysaires. Pour les femmes, il se heurte à une violation du cycle menstruel, au développement de l'infertilité, de la galactorrhée, de l'aménorrhée, de l'acné, de la séborrhée, de l'hypertrichose, de l'obésité modérée, de l'anorgasmie.

Il n'est pas nécessaire de parler de causes héréditaires, mais il a été noté que l'incidence de l'adénome sur 25% était due à une néoplasie endocrinienne multiple du second type. Certaines causes de la formation d'une tumeur dans l'hypophyse ne sont propres qu'aux femmes. L'adénome hypophysaire chez la femme peut apparaître après une interruption artificielle de la grossesse ou une fausse couche, ainsi qu'après des grossesses répétées. Les raisons de l'apparition d'une tumeur hypophysaire n'ont pas été établies avec certitude, mais les suivantes peuvent provoquer une croissance de la formation

  • maladies infectieuses affectant le système nerveux;
  • blessures à la tête;
  • utilisation à long terme de contraceptifs.

Adénome hypophysaire chez les enfants

Si un adénome hypophysaire est considéré chez l'enfant, c'est principalement la somatotrophine (production de GH), à la suite de laquelle se développe le gigantisme chez l'enfant (modification des proportions squelettiques), diabète sucré, obésité, goitre diffus. La prudence devrait être, si l'enfant a remarqué:

  • hirsutisme - pilosité excessive sur le visage et le corps;
  • hyperhidrose - transpiration;
  • peau grasse;
  • verrues, papillomes, naevus;
  • symptômes de polyneuropathie accompagnés de douleur, paresthésies, faible sensibilité des membres.

Signes d'adénome hypophysaire

Le type actif de tumeur hypophysaire se manifeste par une déficience visuelle, une vision double, une perte de vision périphérique et des maux de tête. La perte complète de la vision menace lorsque la taille de l’éducation est de 1 à 2 cm.Pour les adénomes de grande taille se caractérisent par des symptômes d’hypopituitarisme:

  • diminution du désir sexuel;
  • fatigue, hypogonadisme;
  • la faiblesse;
  • gain de poids;
  • la dépression;
  • intolérance au froid;
  • peau sèche;
  • mal de tête;
  • des vertiges;
  • des nausées;
  • manque d'appétit.

Les symptômes de l’adénome hypophysaire sont souvent similaires à ceux d’autres maladies. Vous n’avez donc pas besoin d’être trop méfiant. Lisez-en davantage sur les symptômes, comparez-les à vos plaintes et mettez-vous dans un état stressant. Quelle que soit la maladie, la certitude et la précision sont importantes. Si vous soupçonnez, consultez votre médecin pour un examen complet de votre maladie et si nécessaire un traitement.

Diagnostic de l'adénome hypophysaire

Les adénomes de l'hypophyse antérieure sont diagnostiqués en identifiant un groupe de symptômes (triade de Hirsh):

  1. Syndrome d'échange endocrinien.
  2. Syndrome neurologique ophtalmique.
  3. Déviations par rapport à la norme "selle turque", visibles sur le plan radiographique.

Le diagnostic de l'adénome hypophysaire est effectué en utilisant les niveaux de vérification suivants:

  1. Signes cliniques et biochimiques caractéristiques des adénomes à activité hormonale: acromégalie, gigantisme chez l'enfant, maladie d'Itsenko-Cushing.
  2. Données de neuroimagerie et résultats opérationnels: localisation, taille, invasion, profil de croissance, hétérogénéité pituitaire, structures et tissus hétérogènes environnants. Cette information est d'une grande importance lors du choix d'un traitement et d'une prédiction ultérieure.
  3. Examen microscopique, obtenu par biopsie, matériau - diagnostic différentiel entre adénome hypophysaire et formations non hypophysaires (hyperplasie hypophysaire, hypophysite).
  4. Etude immunohistochimique du néoplasme.
  5. Etudes moléculaires biologiques et génétiques.
  6. Microscopie électronique.

Traitement de l'adénome hypophysaire

Dans la pratique médicale, le traitement de l'adénome de l'hypophyse du cerveau est effectué par des méthodes conservatrices (médicamenteuses), chirurgicales et avec l'aide de la radiochirurgie, de la radiothérapie à distance, de la protonthérapie et de la gamma-thérapie. La méthode médicamenteuse comprend l’utilisation de la bromocriptine (un antagoniste de la prolactine normalisant le niveau des hormones de la prolactine sans perturber sa synthèse), du dostex et d’autres analogues. La pharmacothérapie ne peut pas toujours vaincre la maladie, mais elle facilite parfois la tâche du chirurgien et augmente les chances de guérison.

La radiochirurgie stéréotaxique est une méthode non invasive de traitement qui consiste à irradier une tumeur avec un faisceau de radiations provenant de différents côtés. L'effet du rayonnement sur cette méthode sur d'autres tissus glandulaires est minime. Il est commode de traiter une tumeur par irradiation, car l'hospitalisation, l'anesthésie et la préparation ne sont pas nécessaires. Si on détecte un adénome qui ne synthétise pas les hormones et ne montre aucun symptôme, on observe le patient: dans le cas d'un microadénome, la tomographie est réalisée tous les deux ans; dans le cas d'un macroadénome, il est recommandé de vérifier l'état tous les six mois ou tous les ans.

Ablation de l'adénome hypophysaire

Méthode de traitement chirurgical moderne - élimination de l'adénome hypophysaire transnasal (par le nez). Cette opération est peu invasive, en introduisant un endoscope, est efficace pour les microadénomes. Si la formation présente une croissance extracellulaire prononcée, des interventions transcrâniennes sont utilisées. La contre-indication à la chirurgie est l'âge et l'âge enfantin, la grossesse. Dans ces cas, une autre méthode de traitement est sélectionnée. Un traitement chirurgical transcrânien peut avoir plusieurs effets:

  • insuffisance rénale;
  • circulation sanguine altérée dans le cerveau;
  • dysfonctionnement des organes génitaux;
  • vision floue;
  • lésions des tissus glandulaires sains;
  • liquorrhea;
  • inflammation et infection.

La méthode transnasale de retrait de l'adénome est moins traumatique et les effets indésirables sont minimisés. Après l'opération, le patient passe jusqu'à trois jours à l'hôpital, sous observation, si le retrait de l'adénome s'est passé sans complications. Ensuite, le convalescent se voit prescrire des mesures de rééducation afin d’éliminer les rechutes.

Traitement des remèdes populaires hypophysaires adénomes

Ayant appris le diagnostic déplaisant, il est courant pour une personne de le nier et de rechercher des méthodes de traitement économes - des remèdes populaires. Du point de vue de la médecine traditionnelle, le traitement de l'adénome hypophysaire par des remèdes populaires est très douteux. Certains effets peuvent peut-être être obtenus, mais les dons de la nature ne pourront pas corriger les perturbations de l'organisme causées par les déséquilibres hormonaux. Retarder le traitement par des méthodes indépendantes peut être proche de la mort, en particulier si un adénome corticotrope est éventuellement retrouvé.

En plus du traitement principal, des herbes peuvent être prises, mais après avoir consulté un médecin. En outre, il faut tenir compte du fait que certaines plantes, par exemple la pruche, sont très toxiques et doivent être utilisées avec une mesure précise, faute de quoi les conséquences pourraient être tristes. Parmi les remèdes populaires efficaces sont:

  • teinture de klopovnik 10% pour l'alcool;
  • un mélange de gingembre moulu, de graines de citrouille, de graines de sésame, d'herbes d'onagre, de miel;
  • infusion de pruche à l'huile (égouttement dans le nez), pour boire de la teinture d'alcool;
  • chaga;
  • Highlander;
  • mélisse;
  • plantain;
  • la valériane;
  • fruits de cendre de montagne;
  • sauge, calendula, camomille.

Vidéo: tumeur hypophysaire

Les informations présentées dans l'article sont à titre informatif seulement. Les matériaux de l'article n'appellent pas d'auto-traitement. Seul un médecin qualifié peut diagnostiquer et conseiller un traitement en fonction des caractéristiques individuelles d'un patient particulier.

Adénohypophyse - de quoi s'agit-il et de quoi est-il responsable?

Peu de gens savent qu'un certain nombre de maladies sont causées par des défaillances du lobe antérieur de l'hypophyse.

Mais pourquoi cela se produit-il et quel rôle l'adénohypophyse joue-t-il dans le développement du corps humain?

Ces questions et répondent à notre article d'introduction.

Qu'est ce que c'est

Adénohypophyse se réfère au lobe antérieur de l'hypophyse, qui représente 70 à 80% de la masse totale. Initialement, il est formé à partir de l'épithélium de la paroi postérieure de la cavité buccale et présente une forme allongée de petite taille. Dans le processus d'amélioration de l'embryon, l'adénohypophyse augmente et se précipite vers le cerveau intermédiaire.

L'adénohypophyse participe à la croissance et au développement du corps humain.

Le lobe antérieur de l'hypophyse est constitué de deux fragments:

  1. Distal - situé dans la fosse pituitaire.
  2. Bugornaya - se compose de cordons épithéliaux s'étendant vers le haut et se connectant à l'entonnoir de l'hypothalamus.

Le lobe antérieur est constitué de cellules glandulaires endocrines - acidophiles et basophiles.

Chaque type de cellule produit sa propre hormone.

Hormones adénohypophyse

Les hormones sont divisées en deux catégories:

  1. effecteur (somatotropine et prolactine);
  2. tropique (adrénocorticotrope, lutéinisant, folliculo-stimulant, thyrotrope).

Nous analysons en détail les hormones de l'adénohypophyse.

  • La somatropine (somatotrope, hormone de croissance) est responsable de la formation du squelette, en particulier de la croissance des os tubulaires. Il accumule la graisse sous-cutanée et la distribue dans le corps. L'hormone forme des protéines. La somatropine forme le tissu musculaire et le rend plus puissant. Participe au métabolisme, stimule les processus métaboliques de l'insuline et du pancréas.
  • La prolactine (lutéotrope, LTG) est impliquée dans la mise en œuvre de la fonction de reproduction. Influence sur le développement des glandes mammaires, la combinaison de protéines et d'autres composants du lait, accélère la production de lait. L'hormone est synthétisée chez des personnes de sexe différent. La LTG active la production de testostérone et forme les organes génitaux. Responsable des caractéristiques sexuelles secondaires, des dépôts adipeux et de l'instinct parental. La prolactine affecte la croissance et le développement des organes internes.
  • La corticotropine (corticotrope, ACTH) active le cortex surrénalien. Sous l’influence de l’ACTH, la majeure partie des corticostéroïdes est produite. Stimule la sécrétion de progestérone, de minéralocorticoïde et d’œstrogènes. L’ACTH participe au processus d’isolement des pigments.
  • La lyutropine (lutéinisante, LH) crée les conditions pour le bon fonctionnement des glandes sexuelles, aide à la production de progestérone et de testostérone. Chez la femme, la lyutropine affecte la membrane ovarienne et la glande temporaire, active l'ovulation et augmente la concentration de progestérone et d'œstrogènes dans les cellules des glandes sexuelles. Dans le corps des hommes accélère la synthèse de la testostérone.
  • La thyrotrophine (thyrotrope, TSH) est une protéine constituée de deux formes de α et β. La TSH active la glande thyroïde pour libérer des hormones contenant de l'iode dans un volume acceptable. Avec le processus de vieillissement du corps, des violations de la sécrétion de thyrotropine se produisent et leur quantité diminue. L'excès d'hormone viole la fonction et la structure de la glande thyroïde.
  • Follitropine (follicule stimulante, FSH) - active la croissance des follicules avant l’ovulation, augmente la sécrétion de stéroïdes sexuels. Stimule la croissance des tubes et des testicules séminifères, participe au lancement de la spermatogenèse. Augmente la synthèse de l'estradiol dans les cellules de Sertoli isolées.

Glandes dépendantes de l'adénohypophyse

Le système endocrinien comporte quatre éléments périphériques, en fonction de l'adénohypophyse:

  1. Le cortex surrénalien forme des hormones qui contrôlent le métabolisme, transforment les protéines en glucides, augmentent la résistance du corps aux influences négatives et contrôlent le métabolisme du sel.
  2. Glande thyroïde - maintient la constance de l'environnement interne nécessaire à l'activité naturelle de la vie. Le fer produit des hormones, dont la structure comprend l'iode, sans laquelle le fonctionnement du corps est impossible.
  3. Les plantes à graines développent le sperme et la sécrétion d'hormones sexuelles, affectant les signes primaires et secondaires. Les plantes à graines, en plus des molécules de signalisation, produisent du BAS.
  4. Ovaires - remplissent plusieurs fonctions importantes. Les glandes sont le lieu de stockage et de maturation mensuelle des cellules germinales - les follicules. Pour les ovaires caractérisés par la libération dans le sang des hormones sexuelles: œstrogène, progestérone et androgène.

Les maladies des glandes sont liées aux interruptions de la formation de composés organiques dans l'adénohypophyse.

L'adénome hypophysaire est l'une des tumeurs cérébrales les plus courantes. Heureusement, la tumeur est bénigne et traitable.

Sur une déviation telle que le syndrome de Sheehan, vous pouvez lire ici. Pourquoi cette pathologie se développe souvent après l'accouchement?

Certaines maladies peuvent être identifiées par l'apparence du patient. L'acromégalie est une maladie qui change totalement l'individu. Si vous êtes intéressé à connaître les détails, lisez cet article avec du matériel photographique.

Structure hétérogène de l'adénohypophyse: de quoi s'agit-il?

Chez une personne en bonne santé, l'adénohypophyse a une structure homogène. Lorsque des changements pathologiques de son tissu apparaissent divers phoques bénins: adénomes, kystes. Certains d'entre eux peuvent devenir malins. Ceci est trouvé des études échographiques et tomographiques.

Les tumeurs sont de types différents et sont divisées par:

  • la nature des hormones produites;
  • l'emplacement;
  • valeur
  • sécrétion d'hormones.

L'adénome survient lorsqu'un grand nombre d'hormones sont générées par les cellules de l'adénohypophyse.

La tumeur survient le plus souvent chez les hommes et les femmes de vingt-cinq à cinquante ans. Parfois diagnostiqué chez les enfants.

La taille du phoque varie de 1 à 10 cm. Les adénomes sont divisés en: hormonalement actifs, qui se manifestent par des troubles du système endocrinien et hormonalement inactifs.

Un kyste est un petit flacon contenant du liquide. C'est congénital et acquis. La plupart des phoques n'interfèrent pas avec le corps, mais nécessitent une surveillance continue. Une petite fraction commence à produire une quantité importante d'hormones, ce qui pose de nombreux problèmes de fonctionnement des organes. La maladie affecte des personnes d'âges différents, préférant les femmes.

Maladies possibles

Une production insuffisante et accrue d'hormones provoque le développement de tumeurs et, par conséquent, de manifestations de pathologies graves:

Signes prononcés d'acromégalie

  1. Nanisme hypophysaire - échec de la synthèse de la somatotropine. Cela ralentit la croissance des os du squelette, des organes internes et conduit à un développement physique tardif. Un enfant après deux ans est en retard de croissance.
  2. Le syndrome de Symmonds est plus souvent détecté chez les femmes jeunes et pré-ménopausées. Moins souvent chez les hommes, les femmes âgées et les adolescents. Se produit avec des infections cérébrales, après des blessures, des maladies vasculaires et des interventions chirurgicales. Manifesté par la faiblesse du corps, le vertige.
  3. Hypopituitarisme - échec de la production d'hormones dans le lobe antérieur de l'hypophyse. Complète ou réduit la production d'une ou de plusieurs hormones tropicales. La maladie d'un enfant se manifeste par un retard de croissance, un développement lent. À un âge plus avancé - réduction du désir sexuel, manque de poils pubiens et des aisselles, remplacement du tissu musculaire par du tissu adipeux. Faible taux de sucre dans le sang, tension artérielle. Atrophie marquée des glandes mammaires et des organes génitaux.
  4. Syndrome de Sheehan ou nécrose postpartum de l'hypophyse. Le motif est un saignement abondant, à la suite duquel une hypotension artérielle se développe. Un signe de maladie - cessation de la lactation. Les symptômes restants apparaissent après quelques mois, voire plusieurs années. Cette absence de menstruation pendant plusieurs périodes, l'hypothyroïdie.
  5. Hypercorticoïdisme ou syndrome d'Itsenko-Cushing - augmentation du cortisol dans le corps. Cela se produit lors de l'utilisation à long terme de glucocorticoïdes, en raison de la formation de tumeurs lors de l'adénohypophyse. Il provoque également l'apparition d'adénomes surrénaliens, de tumeurs malignes dans les poumons et la glande thyroïde. L'obésité inégale est le principal signe visible de la maladie. Un excès de graisse corporelle apparaît sur le visage, le cou et l’abdomen. Une personne ressent constamment de la fatigue, de l'irritabilité, de la faiblesse des muscles. Les os deviennent fragiles. Chez les femmes, la menstruation cesse et une pilosité excessive apparaît.
  6. L'acromégalie est caractérisée par une formation accrue de somatotrophine. Apparaît chez l'adulte après la croissance du corps. La maladie entraîne une augmentation des traits du visage: mâchoire inférieure, nez, oreilles, lèvres, sourcils. Ainsi que la croissance pathologique des pieds, des mains. Les maux de tête et douleurs articulaires, les perturbations des fonctions sexuelles et reproductives sont des compagnons permanents de cette maladie.
  7. Syndrome vide selle turque. La glande pituitaire est située dans la fosse pituitaire située au centre de la selle turque. Si l'hypophyse ne remplit pas complètement la gorge, le liquide céphalo-rachidien entre alors. Ce phénomène s'appelle SPTS. En conséquence, la glande pituitaire est réduite. La maladie peut être associée à des anomalies congénitales et à des troubles cardiovasculaires, hormonaux et immunitaires. En plus des lésions cérébrales traumatiques, des processus inflammatoires. Déficience visuelle observée, irritabilité grave. Les maladies sont plus susceptibles aux femmes avec beaucoup d'enfants obèses après 35 ans.

L'hypophyse est une très petite partie du cerveau, mais est responsable des fonctions les plus importantes du corps. Les hormones de l'hypophyse antérieure affectent la croissance et le développement de l'homme, ainsi que la régulation de la glande thyroïde.

Vous pouvez lire sur les principaux types d'anomalies de l'hypophyse dans cet article.

Afin de ne pas amener le sujet à la chirurgie, il faut contacter un spécialiste pour détecter 2 ou 3 signes. Il prescrira les procédures nécessaires et prescrira des médicaments.

L'adénohypophyse est l'un des organes importants du corps. Malgré sa petite taille, il contrôle les glandes du système endocrinien, ce qui non seulement affecte le métabolisme, l'activité humaine et l'apparence, mais contribue également à l'émergence d'une nouvelle vie.

Adénome hypophysaire

Adénome de l’hypophyse - formation de tumeur de nature bénigne, provenant du tissu glandulaire de l’hypophyse antérieure. Cliniquement, un adénome hypophysaire est caractérisé par un syndrome ophtalmique-neurologique (maux de tête, troubles oculomoteurs, doublage, rétrécissement des champs visuels) et par un syndrome d’échange endocrinien dans lequel, en fonction du type d’adénome hypophysaire, de gigantisme et d’acromégalie, de galactorrhée, de fonction sexuelle, d’hypercorticisme, - ou hyperthyroïdie, hypogonadisme. Le diagnostic de l'adénome hypophysaire est basé sur les données radiographiques et tomodensitométriques de la selle turque, l'IRM et l'angiographie du cerveau, des études hormonales et un examen ophtalmologique. L'adénome hypophysaire est traité par irradiation, par méthode radiochirurgicale, ainsi que par élimination transnasale ou transcrânienne.

Adénome hypophysaire

L'hypophyse est située dans la fosse de la selle turque à la base du crâne. Il a 2 lobes: antérieur et postérieur. Adénome hypophysaire - une tumeur hypophysaire dans les tissus de son lobe antérieur. Il produit 6 hormones qui régulent la fonction des glandes endocrines: la thyrotrophine (TSH), la somatotrophine (STH), la follitropine, la prolactine, la lyutropine et l'hormone adrénocorticotrope (ACTH). Selon les statistiques, l'adénome hypophysaire représente environ 10% de toutes les tumeurs intracrâniennes détectées dans la pratique neurologique. L'adénome hypophysaire le plus commun survient chez les personnes d'âge moyen (30 à 40 ans).

Classification de l'adénome hypophysaire

La neurologie clinique divise les adénomes hypophysaires en deux grands groupes: hormonal inactif et hormonal actif. L'adénome hypophysaire du premier groupe n'a pas la capacité de produire des hormones et reste donc sous la juridiction de la neurologie. Les adénomes hypophysaires du deuxième groupe, comme les tissus hypophysaires, produisent des hormones hypophysaires et font également l'objet d'études en endocrinologie. Selon les hormones sécrétées, les adénomes hypophysaires à activité hormonale sont classés en: somatotropes (somatotropinomes), prolactine (prolactinomes), corticotropes (corticotropinomes), thyrotropes (thyrotropinomes), gonadotropes (gonadotropinomes).

Selon sa taille, l'adénome hypophysaire peut désigner des microadénomes - des tumeurs d'un diamètre inférieur à 2 cm ou des macroadénomes d'un diamètre supérieur à 2 cm.

Causes de l'adénome hypophysaire

L'étiologie et la pathogenèse de l'adénome hypophysaire dans la médecine moderne restent le sujet de la recherche. On pense qu'un adénome hypophysaire peut survenir lorsqu’il est exposé à des facteurs provocants tels que lésion cérébrale traumatique, neuro-infection (tuberculose, neurosyphilis, brucellose, poliomyélite, encéphalite, méningite, abcès cérébral, paludisme cérébral, etc.) et ses effets indésirables sur le fruit. son développement prénatal. Récemment, il a été noté que l'adénome hypophysaire chez les femmes est associé à l'utilisation prolongée de préparations contraceptives orales.

Des études ont montré que, dans certains cas, l'adénome hypophysaire survient à la suite d'une stimulation hypothalamique accrue de l'hypophyse, qui répond à la diminution primaire de l'activité hormonale des glandes endocrines périphériques. Un mécanisme similaire de survenue d'adénome peut être observé, par exemple, dans l'hypogonadisme primaire et l'hypothyroïdie.

Symptômes de l'adénome hypophysaire

Cliniquement, l'adénome hypophysaire se manifeste par un complexe de symptômes ophtalmiques-neurologiques associés à la pression d'une tumeur en croissance sur des structures intracrâniennes situées dans la région de la selle turque. Si l'adénome hypophysaire est hormonalement actif, le syndrome d'échange endocrinien peut devenir prioritaire dans son tableau clinique. Dans le même temps, les modifications de l'état du patient ne sont souvent pas associées à l'hyperproduction de l'hormone hypophysaire tropicale elle-même, mais à l'activation de l'organe cible sur lequel elle agit. Les manifestations du syndrome d'échange endocrinien dépendent directement de la nature de la tumeur. D'autre part, l'adénome hypophysaire peut être accompagné de symptômes de panhypopituitarisme, qui se développe en raison de la destruction du tissu hypophysaire par une tumeur en croissance.

Syndrome neurologique ophtalmique

Les symptômes ophtalmiques-neurologiques qui accompagnent l'adénome hypophysaire dépendent en grande partie de la direction et de l'étendue de sa croissance. En règle générale, cela comprend les maux de tête, les modifications des champs visuels, la diplopie et les troubles oculomoteurs. Le mal de tête est dû à la pression exercée par l'adénome hypophysaire sur la selle turque. Il a un caractère terne, ne dépend pas de la position du corps et n'est pas accompagné de nausée. Les patients atteints d'adénome hypophysaire se plaignent souvent de ne pas toujours pouvoir soulager les maux de tête avec des analgésiques. Les maux de tête qui accompagnent l'adénome hypophysaire sont généralement localisés dans les régions frontale et temporale, ainsi que derrière l'orbite. Peut-être une forte augmentation des maux de tête, qui est associée soit à une hémorragie dans le tissu tumoral, soit à sa croissance intense.

La limitation des champs visuels est provoquée par la suppression de l'adénome en croissance du chiasme optique situé dans la région de la selle turque sous l'hypophyse. L'adénome hypophysaire existant de longue date peut entraîner le développement d'une atrophie du nerf optique. Si l'adénome hypophysaire se développe dans la direction latérale, il serre avec le temps les branches des nerfs crâniens III, IV, VI et V. Il en résulte une violation de la fonction oculomotrice (ophtalmoplégie) et une vision double (diplopie). Peut-être une diminution de l'acuité visuelle. Si l'adénome hypophysaire germe au bas de la selle turque et se propage au sinus ethmoïdal ou sphénoïdal, le patient présente une congestion nasale qui imite la clinique de la sinusite ou des tumeurs nasales. La croissance de l'adénome hypophysaire vers le haut provoque des dommages aux structures de l'hypothalamus et peut conduire au développement d'une altération de la conscience.

Syndrome d'échange endocrinien

Somatotropinome - l'adénome hypophysaire, qui produit la GH, chez l'enfant présente des symptômes de gigantisme, chez l'adulte - l'acromégalie. En plus des modifications caractéristiques du squelette, les patients peuvent développer un diabète et une obésité, une hypertrophie de la thyroïde (goitre diffus ou nodulaire), généralement non accompagnés de troubles fonctionnels. Il y a souvent de l'hirsutisme, de l'hyperhidrose, une augmentation de la graisse sur la peau et l'apparition de verrues, de papillomes et de naevus. Peut-être le développement d'une polyneuropathie, accompagné de douleurs, de paresthésies et d'une sensibilité réduite des parties périphériques des membres.

Prolactinome - adénome pituitaire sécrétant de la prolactine. Chez la femme, il s'accompagne d'une violation du cycle menstruel, de la galactorrhée, de l'aménorrhée et de l'infertilité. Ces symptômes peuvent apparaître dans un complexe ou être observés isolément. Environ 30% des femmes atteintes de prolactinome souffrent de séborrhée, d'acné, d'hypertrichose, d'obésité modérément sévère, d'anorgasmie. Chez l’homme, les symptômes ophtalmiques-neurologiques sont généralement mis en évidence, contre lesquels on observe la galactorrhée, la gynécomastie, l’impuissance et une diminution de la libido.

La corticotropine - un adénome hypophysaire, qui produit de l'ACTH, est détectée dans près de 100% des cas de maladie d'Itsenko-Cushing. Une tumeur se manifeste par des symptômes classiques d'hypercortisolisme, aggravés par la pigmentation de la peau résultant d'une augmentation de la production associée à l'ACTH et à l'hormone stimulant les mélanocytes. Les anomalies mentales sont possibles. Une caractéristique de ce type d'adénomes hypophysaires est la propension à la transformation maligne suivie de métastases. Le développement précoce de troubles endocriniens graves contribue à l'identification d'une tumeur avant l'apparition des symptômes ophtalmiques-neurologiques associés à son élargissement.

Le thyrotropinome est un adénome hypophysaire sécrétant de la TSH. Si elle est de nature primaire, elle manifeste des symptômes d'hyperthyroïdie. Si cela se reproduit, l'hypothyroïdie est observée.

Gonadotropinome - adénome hypophysaire, qui produit des hormones gonadotropes, présente des symptômes non spécifiques et est détecté principalement par la présence de symptômes typiquement neuro-ophtalmiques. Dans son tableau clinique, l'hypogonadisme peut être associé à la galactorrhée, provoquée par une hypersécrétion de prolactine des tissus hypophysaires entourant l'adénome.

Diagnostic de l'adénome hypophysaire

Les patients dont l'adénome hypophysaire est accompagné d'un syndrome ophtalmique-neurologique prononcé demandent généralement l'aide d'un neurologue ou d'un ophtalmologiste. Les patients dont l'adénome hypophysaire se manifeste par le syndrome d'échange endocrinien s'adressent plus souvent à l'endocrinologue. Dans tous les cas, les patients présentant un adénome hypophysaire présumé devraient être examinés par les trois spécialistes.

Afin de visualiser l'adénome, un radiogramme de la selle turque est réalisé, lequel révèle des signes osseux: ostéoporose avec destruction du dos de la selle turque, la double contournance typique de son fond. En outre, un wagon-citerne pneumatique est utilisé, qui détermine le déplacement des citernes chiasmatiques de leur position normale. Des données plus précises peuvent être obtenues lors du scanner du crâne et de l'IRM du cerveau, du scanner de la selle turque. Cependant, environ 25 à 35% des adénomes hypophysaires sont si petits que leur visualisation échoue, même avec les capacités de tomographie modernes. L'angiographie cérébrale est prescrite s'il y a lieu de croire que l'adénome hypophysaire se développe dans la direction du sinus caverneux.

Important dans le diagnostic des études hormonales. La détermination de la concentration d'hormones hypophysaires dans le sang est réalisée par une méthode radiologique spécifique. En fonction des symptômes, les hormones produites par les glandes endocrines périphériques sont également déterminées: cortisol, T3, T4, prolactine, estradiol, testostérone.

Les troubles ophtalmologiques qui accompagnent l'adénome hypophysaire sont détectés au cours d'un examen ophtalmologique, d'une périmétrie et d'un contrôle de l'acuité visuelle. Pour exclure une maladie oculaire, ophtalmoscopie.

Traitement de l'adénome hypophysaire

Le traitement conservateur peut être appliqué principalement en relation avec la petite taille de la prolactine. Elle est réalisée par des antagonistes de la prolactine, par exemple la bromkriptine. Dans le cas de petits adénomes, il est possible d'utiliser des méthodes de rayonnement pour influencer une tumeur: gamma-thérapie, radiothérapie à distance ou protonthérapie, radiochirurgie stéréotaxique - administrer une substance radioactive directement dans le tissu tumoral.

Les patients dont l'adénome hypophysaire est volumineux et / ou accompagné de complications (hémorragie, déficience visuelle, formation d'un kyste du cerveau) doivent être consultés par un neurochirurgien pour envisager la possibilité d'un traitement chirurgical. L'opération d'enlèvement de l'adénome peut être réalisée par une méthode transnasale utilisant des techniques endoscopiques. Les macroadénomes peuvent être éliminés par la méthode transcrânienne - en effectuant une trépanation du crâne.

Pronostic de l'adénome hypophysaire

L'adénome hypophysaire est une tumeur bénigne, mais avec une augmentation de taille, comme chez d'autres tumeurs cérébrales, il prend une tournure maligne en raison de la compression des structures anatomiques qui l'entourent. La taille de la tumeur est également due à la possibilité de son élimination complète. L'adénome hypophysaire d'un diamètre supérieur à 2 cm est associé à la probabilité d'une rechute postopératoire, qui peut survenir dans les 5 ans suivant le retrait.

Le pronostic de l'adénome dépend également de son type. Ainsi, avec des microcorticotropinomes chez 85% des patients, la fonction endocrinienne est complètement rétablie après le traitement chirurgical. Chez les patients atteints de somatotropinome et de prolactinome, cet indicateur est significativement plus bas - 20-25%. Selon certaines données, en moyenne après traitement chirurgical, on observe une récupération chez 67% des patients et un nombre de rechutes d'environ 12%. Dans certains cas, lors d'une hémorragie dans un adénome, il se produit une auto-guérison, qui est le plus souvent observée dans les prolactinomes.